Ligue des droits de l'Homme des Pyrénées Orientales – LDH66

Perpignan : ils refusent « le confinement des libertés » (l’Indépendant)

Mobilisation à l’appel de la Ligue des droit de l’homme


Cette manifestation pour les libertés et contre les violences policières s’inscrivait aussi dans le cadre de la journée nationale de manifestations pour que justice soit faite à Georges Floyd, Adama et toutes les victimes. C’est une réussite avec plus de 500 personnes à Perpignan dont les Gilets jaunes et beaucoup de jeunes.
Elle était organisé par L’ORDL  (Observatoire pour le Respect des Droits et Libertés à Perpignan) qui regroupe de nombreuses organisations dont la LDH qui en est l’initiatrice. LDH66

Publié dans l’Indépendant du 6 juin 2020

Syndicats, partis politiques de gauche, associations d’aide aux sans-papiers et Gilets jaunes ont manifesté ce samedi 6 juin 2020 à Perpignan pour dénoncer « un recul des libertés fondamentales ».

« Nous reprenons la rue et les places ». La gauche contestataire a retrouvé le chemin du centre-ville après trois mois d’arrêt suite à la crise du Covid-19. À l’appel de plusieurs organisations politiques et syndicales, un demi-millier de manifestants s’est rassemblé ce samedi après-midi sur la place de Catalogne puis devant le palais de justice. 

L’occasion de remettre sur le devant de la scène la « défense de nos droits fondamentaux, de nos libertés individuelles et collectives. Nous pensions, avec l’état d’urgence entré dans le droit commun il y a deux ans, avoir touché le fond. Eh bien non ! Avec l’état d’urgence sanitaire, voté en mars, nous nous rapprochons encore plus dans notre pays d’un Etat d’exception permanent et liberticide », a détaillé la porte-parole de l’Observatoire pour le respect des droits et libertés. 

Prenant exemple sur la situation de Perpignan durant la période de confinement, les militants ont également dénoncé « la répression qui s’est abattue dans les quartiers prioritaires où on a pu observer des interventions policières et militaires disproportionnées »

Des militants qui n’ont pas oublié également de saluer les mouvements de protestation nés ces derniers jours suite à la mort aux Etats-Unis de Georges Floyd et les rassemblements en hommage à la mémoire d’Adama Traoré qui a trouvé la mort en juillet 2016 à l’issue de son interpellation. 

Julien Marion

Manifestation à Perpignan le 15 janvier 2020 en hommage à Cédric Chouviat, tué dans un placage par la police

La manifestation de Perpignan le 15 janvier, en hommage à Cédric Chouviat, le livreur de Paris tué par la police suite à un placage, regroupait Gilets jaunes et syndicalistes. Les syndicats « contestataires » dont parle l’Indépendant, notre quotidien unique, au sujet de la retraite aux flambeaux sont ceux qui se mobilisent contre le projet de destruction des retraites a savoir CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, … 

Publié le 15/01/2020 à 20:28 / Modifié le 15/01/2020 à 20:32

Publié sur lindependant.fr le 15/01/2020

Perpignan : les Gilets jaunes rendent hommage au livreur décédé après une interpellation

Ce mercredi 15 janvier 2020, entre 17 heures et 18 heures, environ 70 personnes ont défilé entre la place de Catalogne et la place de la Victoire pour rendre hommage à Cédric, le livreur décédé après son interpellation le 3 janvier dernier à Paris, tout en dénonçant les violences policières. Gilets jaunes, syndicalistes et militants anarchistes étaient de la partie.

« Hommage à Cédric tué par la police. » Le message inscrit sur la banderole placée en tête de cortège avait le mérite d’être clair. Tout comme les slogans (« Police partout, justice nulle part »« La police nous protège, ça crève les yeux »…) entonnés par les quelque 70 manifestants, dont de nombreux Gilets jaunes, qui ont pris part ce mercredi 15 janvier, entre 17 heures et 18 heures, à la marche perpignanaise en hommage au livreur décédé après son interpellation le 3 janvier dernier à Paris.

« C’est une injustice totale, s’énerve un Gilet jaune, par ailleurs militant syndical, croisé dans le cortège. Les forces de l’ordre ne protègent plus la population mais le gouvernement. Le seul moyen de se faire entendre, c’est d’être nombreux dans la rue et de montrer qu’on n’est pas d’accord avec le monde que Macron propose. » 

À l’issue de la marche, les participants ont rejoint la retraite aux flambeaux contre la réforme des retraites organisée par les syndicats contestataires. 

Arnaud Andreu

Un journaliste arrêté à la manif parisienne contre la réforme des retraites du 9 janvier

Le droit de filmer les violences policières est de plus en plus remis en cause par l’application de la loi anti-casseurs. Une illustration de plus lors de la manifestation parisienne du 9 janvier. A Perpignan aussi une forte pression s’exerce sur un youtubeur lors des manifestations.
9 janvier 2020 | Mise à jour le 10 janvier 2020
Le journaliste de Brut Rémy Buisine a été arrêté jeudi avant le départ de la manifestation parisienne contre la réforme des retraites parce qu’il portait un masque à gaz, a-t-on appris de sources concordantes, action aussitôt dénoncée comme une entorse policière à la liberté de la presse.

Le journaliste se trouvait place de la République, où il devait retransmettre la marche en direct vidéo. « Il a été interpelé peu avant 14 h, avant même le départ de la manifestation puisqu’il n’avait pas encore démarré son direct », a expliqué à l’AFP Laurent Lucas, directeur éditorial de Brut.

Selon lui, ce sont les équipements de protection qu’il portait, en particulier un masque équipé d’une cartouche de gaz, qui ont motivé son arrestation. Cependant, « étonnamment, selon une personne de chez nous qui l’accompagnait, d’autres personnes portaient des masques de protection et n’ont pas été inquiétées ».

« Je souhaite qu’il soit de nouveau libre de ses mouvements », a ajouté M. Lucas, qui n’a pas fait d’autres commentaires.

Une source policière a indiqué à l’AFP que le masque équipé d’une cartouche porté par le journaliste était considéré comme un port d’arme prohibé. Des policiers ont demandé à Rémy Buisine son masque, ce qu’il a refusé, a ajouté cette source, précisant que le journaliste allait être conduit au commissariat, mais ne devrait pas être mis en garde à vue.

Plusieurs autres journalistes ont publié sur les réseaux sociaux des images de son interpellation, suscitant de nombreuses réactions d’internautes.

« La police lui a reproché le port d’un masque de protection. Nous avons essayé de parlementer, mais en vain », a indiqué de son côté Emmanuel Vire, secrétaire général du syndicat de journalistes SNJ-CGT. « Une interpellation de plus, ça commence à bien faire », a ajouté le responsable syndical.

Les syndicats de journalistes se sont plaints à de nombreuses reprises ces derniers mois d’atteintes à la liberté de la presse, notamment de la part de membres des forces de l’ordre, en particulier en marge de manifestations de « gilets jaunes ».

Rémy Buisine est très suivi sur les réseaux sociaux pour sa couverture des mouvements sociaux qu’il retransmet pour Brut, sous forme de vidéos diffusées en direct. Avant d’intégrer Brut, média 100 % numérique, il s’était fait remarquer pour ses vidéos « live » du mouvement « Nuit Debout », en 2016.