Ligue des droits de l'Homme des Pyrénées Orientales – LDH66

Manifestation à Perpignan le 15 janvier 2020 en hommage à Cédric Chouviat, tué dans un placage par la police

La manifestation de Perpignan le 15 janvier, en hommage à Cédric Chouviat, le livreur de Paris tué par la police suite à un placage, regroupait Gilets jaunes et syndicalistes. Les syndicats « contestataires » dont parle l’Indépendant, notre quotidien unique, au sujet de la retraite aux flambeaux sont ceux qui se mobilisent contre le projet de destruction des retraites a savoir CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, … 

Publié le 15/01/2020 à 20:28 / Modifié le 15/01/2020 à 20:32

Publié sur lindependant.fr le 15/01/2020

Perpignan : les Gilets jaunes rendent hommage au livreur décédé après une interpellation

Ce mercredi 15 janvier 2020, entre 17 heures et 18 heures, environ 70 personnes ont défilé entre la place de Catalogne et la place de la Victoire pour rendre hommage à Cédric, le livreur décédé après son interpellation le 3 janvier dernier à Paris, tout en dénonçant les violences policières. Gilets jaunes, syndicalistes et militants anarchistes étaient de la partie.

« Hommage à Cédric tué par la police. » Le message inscrit sur la banderole placée en tête de cortège avait le mérite d’être clair. Tout comme les slogans (« Police partout, justice nulle part »« La police nous protège, ça crève les yeux »…) entonnés par les quelque 70 manifestants, dont de nombreux Gilets jaunes, qui ont pris part ce mercredi 15 janvier, entre 17 heures et 18 heures, à la marche perpignanaise en hommage au livreur décédé après son interpellation le 3 janvier dernier à Paris.

« C’est une injustice totale, s’énerve un Gilet jaune, par ailleurs militant syndical, croisé dans le cortège. Les forces de l’ordre ne protègent plus la population mais le gouvernement. Le seul moyen de se faire entendre, c’est d’être nombreux dans la rue et de montrer qu’on n’est pas d’accord avec le monde que Macron propose. » 

À l’issue de la marche, les participants ont rejoint la retraite aux flambeaux contre la réforme des retraites organisée par les syndicats contestataires. 

Arnaud Andreu

Un journaliste arrêté à la manif parisienne contre la réforme des retraites du 9 janvier

Le droit de filmer les violences policières est de plus en plus remis en cause par l’application de la loi anti-casseurs. Une illustration de plus lors de la manifestation parisienne du 9 janvier. A Perpignan aussi une forte pression s’exerce sur un youtubeur lors des manifestations.
9 janvier 2020 | Mise à jour le 10 janvier 2020
Le journaliste de Brut Rémy Buisine a été arrêté jeudi avant le départ de la manifestation parisienne contre la réforme des retraites parce qu’il portait un masque à gaz, a-t-on appris de sources concordantes, action aussitôt dénoncée comme une entorse policière à la liberté de la presse.

Le journaliste se trouvait place de la République, où il devait retransmettre la marche en direct vidéo. « Il a été interpelé peu avant 14 h, avant même le départ de la manifestation puisqu’il n’avait pas encore démarré son direct », a expliqué à l’AFP Laurent Lucas, directeur éditorial de Brut.

Selon lui, ce sont les équipements de protection qu’il portait, en particulier un masque équipé d’une cartouche de gaz, qui ont motivé son arrestation. Cependant, « étonnamment, selon une personne de chez nous qui l’accompagnait, d’autres personnes portaient des masques de protection et n’ont pas été inquiétées ».

« Je souhaite qu’il soit de nouveau libre de ses mouvements », a ajouté M. Lucas, qui n’a pas fait d’autres commentaires.

Une source policière a indiqué à l’AFP que le masque équipé d’une cartouche porté par le journaliste était considéré comme un port d’arme prohibé. Des policiers ont demandé à Rémy Buisine son masque, ce qu’il a refusé, a ajouté cette source, précisant que le journaliste allait être conduit au commissariat, mais ne devrait pas être mis en garde à vue.

Plusieurs autres journalistes ont publié sur les réseaux sociaux des images de son interpellation, suscitant de nombreuses réactions d’internautes.

« La police lui a reproché le port d’un masque de protection. Nous avons essayé de parlementer, mais en vain », a indiqué de son côté Emmanuel Vire, secrétaire général du syndicat de journalistes SNJ-CGT. « Une interpellation de plus, ça commence à bien faire », a ajouté le responsable syndical.

Les syndicats de journalistes se sont plaints à de nombreuses reprises ces derniers mois d’atteintes à la liberté de la presse, notamment de la part de membres des forces de l’ordre, en particulier en marge de manifestations de « gilets jaunes ».

Rémy Buisine est très suivi sur les réseaux sociaux pour sa couverture des mouvements sociaux qu’il retransmet pour Brut, sous forme de vidéos diffusées en direct. Avant d’intégrer Brut, média 100 % numérique, il s’était fait remarquer pour ses vidéos « live » du mouvement « Nuit Debout », en 2016.

L’audience de Camille Halut au tribunal correctionnel de Montpellier ce jeudi 12 décembre 2019

Le procureur a requis une peine d’amende de 2000 euros  l’encontre de Camille Halut. Le jugement  sera rendu le 16 janvier 2020 à 14h. Autant dire que si l’amende est décidée, ce jugement risque fort de devenir la règle et  il permettra de dissuader tous les observateurs d’agir comme Camille.
Pour Michel Tubiana, l’avocat de la LDH et de Camille Halut : “que les bénévoles de la LDH s’interrogent et observent les pratiques des policiers pendant les manifestations, c’est un service qu’ils rendent à la démocratie et nous continuerons à être des empêcheurs de tourner en rond”
Compte rendu de l’audience publié sur lagazettedemontpellier.fr/

Justice : Camille Halut, observatrice de la LDH, devant le tribunal correctionnel

Publié le jeudi 12 décembre 2019 21:40 – Daphné ARTHOMAS

Il aura fallu près de 5 heures… 5 heures ce jeudi 12, pour éclairer le tribunal correctionnel de Montpellier chargé de répondre à une question : l’observatrice de la ligue des Droits de l’Homme (LDH), la montpelliéraine Camille Halut, 26 ans, a t-elle commis une infraction lors de la manifestation des Gilets Jaunes le 21 septembre dernier ?

La jeune femme, étudiante en droit, était soupçonnée de s’être rebellée alors qu’un policier lui demandait de lui remettre le masque qu’elle portait autour du cou pour se protéger des éventuelles diffusions de gaz lacrymogènes.

À l’audience, le policier affirme : “elle refusait de me donner son masque et ne cessait de crier sa qualité d’observatrice de la LDH pour attirer l’attention. Alors que je tentais de la calmer, j’ai reçu un coup de pied à la cheville”. Il admet cependant : “elle a porté un seul coup pour se soustraire à l’interpellation, pas pour me blesser. D’ailleurs, je reconnais avoir davantage été outré et vexé que blessé”. Un CRS, témoin de la scène, confirme devant les juges avoir vu le coup de pied porté au policier mais il admet également “je pense que c’était intentionnel mais je n’en suis pas tout-à-fait certain”.

Invention

Camille Halut quant à elle, reconnaît le refus de donner son masque mais elle nie le coup porté. Elle avance : “je pense que ce policier a inventé ce coup de pied pour avoir une raison de m’interpeler. En tant qu’observatrice de la LDH, je filme les actions des forces de l’ordre lors des manifestations des gilets jaunes depuis plusieurs mois. Je sais que ça ne leur plaît pas”.

Un magistrat l’interroge : “le fait d’être observatrice de la LDH vous exempte t-il de respecter les lois et les règlements ?”. Camille Halut répond par la négative. “Alors pourquoi refusez-vous de remettre votre masque aux policiers ?”. Elle s’explique : “le policier sait que sans mon masque, je ne peux pas remplir ma mission d’observatrice et je dois quitter la manifestation. Il voulait que je m’en aille”.

Empreintes

La seconde infraction dont est soupçonnée Camille Halut, c’est d’avoir, lors de sa garde à vue qui aura duré pas moins de 23 heures, refusé de donner ses empreintes digitales. “Pourquoi ce refus ?” l’interroge le président du tribunal Fabrice Parisi. “Je n’ai pas refusé, j’ai dit que je ne savais pas” affirme sans sourciller Camille Halut.

“Comment ça vous ne saviez pas… vous avez donné vos empreintes oui ou non ?” insiste le juge. Elle admet : “non, je ne l’ai pas fait. Mais je n’ai pas refusé, j’ai juste dit que je ne savais pas”. Le juge qui, visiblement, ne comprend pas, fronce les sourcils et demande à être davantage éclairé : “vous ne saviez pas quoi ?” s’agace t-il. L’étudiante en droit précise : “je ne savais pas si la loi Française s’était mise en conformité avec la Convention européenne des droits de l’homme sur la prise des empreintes digitales”.

Film

Le procureur Jacques-Philippe Redon requiert qu’une peine d’amende de 2000 euros soit prononcée à l’encontre de Camille Halut. Il relève : “puisque habituellement vous filmez les pratiques policières, pourquoi, alors que vous dites avoir été victime d’un complot, mettez-vous votre main pour cacher votre caméra ? Sur le film que vous produisez, nous avons le son et nous entendons vos cris, mais la seule chose que nous pouvons voir, c’est votre main. Cette vidéo vous aurait pourtant permis de prouver que la police avait menti, c’est dommage”.

Démocratie

Pour Michel Tubiani, l’avocat de la LDH et de Camille Halut : “que les bénévoles de la LDH s’interrogent et observent les pratiques des policiers pendant les manifestations, c’est un service qu’ils rendent à la démocratie et nous continuerons à être des empêcheurs de tourner en rond”.

Décision rendue le 16 janvier 2020 à 14h.