Le confinement renforce les violences conjugales (SOPHIE BOUTBOUL – Médiapart)

Pendant cette crise pandémique les femmes sont aux avant-postes à tous les niveaux: santé, commerce, Ehpad,…Et la garde des enfants dans le cadre de la famille devient un lieu clos où la violence patriarcale peut se libérer contre enfants et femmes… En voici quelques exemples…

Publié sur Mediapart le 25 mars 2020 par Sophie Boutboul
Le 20 mars, à Bouglon (Lot-et-Garonne), une femme de 81 ans a été tuée par son mari. « Premier féminicide du confinement. La crise sanitaire augmente le danger pour les femmes et les enfants victimes de violences », a réagi sur Twitter Caroline De Haas du collectif Nous Toutes qui demande un plan d’urgence pour protéger les femmes violentées pendant le confinement« Il faut des mesures dédiées sur l’exemple de l’Espagne – comme un service de messagerie instantanée avec géolocalisation envoyée aux forces de l’ordre en cas d’alerte. »

Cette inquiétude est fondée : des études démontrent que les situations sanitaires exceptionnelles, notamment causées par des désastres naturels, sont la source d’une recrudescence des violences intrafamiliales. En Australie, une chercheuse a conclu dans sa thèse, après des entretiens avec 30 femmes victimes et 47 professionnel·le·s, que les violences conjugales avaient augmenté à la suite du « samedi noir » de 2009 – des feux de végétations meurtriers.

Aux États-Unis, en 2011, une équipe de chercheurs en psychiatrie de l’université du Mississippi a démontré dans une étude qu’après l’ouragan Katrina, la prévalence des violences psychologiques avait augmenté de 35 % et de 98 % pour les violences physiques.

Concernant le Covid-19, la revue scientifique The Lancet a publié un article attestant que les inégalités de genre augmentaient avec l’épidémie. En Chine, un policier a rapporté au site d’information chinois Sixth Tone que les dossiers de violences conjugales avaient triplé au commissariat de Jianli, dans la province du Hubei : 162 traités en février 2020 contre 47 en février 2019.

Aux États-Unis, la ligne d’écoute pour les violences conjugales a recensé plusieurs menaces liées au virus : « Une appelante a mentionné que son agresseur utilisait le virus pour la couper de ses enfants. Une soignante a rapporté que son conjoint la frappait, prétendant qu’elle voulait l’infecter du virus. »

En France, le 3919, numéro d’écoute national, inaccessible aux premiers jours du confinement, l’est de nouveau depuis samedi (de 9 h à 19 heures, du lundi au samedi), après l’installation de la centrale d’appel sur les portables des écoutantes. Samedi, 200 appels ont été reçus.

Lundi, à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe), un homme de 40 ans a menacé et frappé à plusieurs reprises sa compagne. Lors de son audience de comparution immédiate, il a expliqué qu’il ne « supportait pas le confinement ». Il a écopé de 20 mois de prison, dont huit pour révocation d’un sursis, selon la presse locale.

Face à cette situation inédite, Françoise Brié, la présidente de la Fédération nationale solidarité femmes, en charge du 3919, espère de nouvelles mesures : « Une de nos propositions au gouvernement est que, comme en Autriche, la police puisse émettre des interdictions d’approcher le domicile pour 15 jours. Et ensuite, la justice entérine ou non la mesure. »

Car sous confinement, non seulement les violences risquent d’augmenter, mais leur prise en charge risque d’être plus difficile, ainsi que la réaction des autorités, notamment judiciaires.

Une policière d’une brigade locale de protection des familles de Seine-Saint-Denis est soucieuse : « En l’état, on a vraiment un sentiment d’impuissance. Les consignes de la justice sont de ne plus convoquer les mis en cause dans des dossiers non urgents. Nous sommes sceptiques, car dans les violences conjugales, on est potentiellement toujours dans l’urgence. Si les personnes vivent encore sous le même toit, c’est urgent, mais on nous dit de ne pas tous les convoquer. On continue à téléphoner aux femmes pour les rassurer. »

Ernestine Ronai, présidente de l’Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis, abonde dans le même sens : « Il faut considérer comme urgent tous les mis en cause pour violences conjugales à recevoir. C’est une question de santé publique : si un conjoint casse le bras de sa femme, elle n’aura pas de lit à l’hôpital. »

La plateforme arretonslesviolences.gouv.frLa plateforme arretonslesviolences.gouv.fr

Sous couvert d’anonymat, un policier précise : « Le 17 fonctionne, la plateforme arretonslesviolences.gouv.fr aussi. Là où le bât va blesser, c’est sur les enquêtes préliminaires et c’est pas de notre fait, mais de la justice. »

Questionné sur les critères de convocation des mis en cause et sur les enquêtes préliminaires, le ministère de la justice répond : « L’idée générale est le traitement des urgences et des contentieux essentiels. Les violences conjugales en font partie. »

À la gendarmerie, le Service d’information et de relations publiques des armées (Sirpag) rappelle que les gendarmes sont joignables sur leur brigade numérique 24 heures sur 24 par tchat. Le Sirpag explique : « Les priorités ont été données aux contrôles des directives de confinement, à la lutte contre les atteintes aux personnes et aux biens. Les gendarmes restent pleinement engagés si besoin auprès des personnes victimes de violences. »

Mais sur le terrain, lors de la première semaine de confinement, la priorité de certains policiers ne semble pas avoir été de protéger les femmes et les enfants.

En Moselle, Liza, une étudiante de 22 ans, a entendu des bruits de coups et des « Au secours » provenant de chez sa voisine, mère de deux enfants. « J’ai appelé le 17 et je suis allée voir. Le monsieur m’a ouvert, du sang sur les bras, et m’a menacée. Quand les policiers sont arrivés, ma voisine leur a dit qu’elle s’était fait agresser dans la rue. Et ils ont répondu : “Nous supposons que vous ne voulez pas porter plainte ?” Ils sont restés cinq minutes, alors qu’il y a deux enfants en bas âge. Ils m’ont dit : “On peut rien faire, elle ne veut pas déposer plainte.” »

Démunie, Liza a tweeté son désarroi. La secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, lui a demandé plus d’informations via Twitter. « Elle m’a dit qu’elle s’en occupait. » Deux jours plus tard, la brigade des mineurs de sa ville a contacté Liza pour une déposition. Puis la police a interpellé l’homme violent. « Il aurait très bien pu la tuer pendant le confinement. Cette affaire a été prise au sérieux parce que visibilisée. Cela démontre une défaillance de notre système politique. » 

Caroline De Haas précise : « Quand il y a des enfants et une femme en danger, les forces de l’ordre doivent prévenir le procureur, c’est le B.A-BA. »

Marlène Schiappa précise à Mediapart qu’un plan de lutte contre les violences conjugales a été lancé la veille du confinement : « Je suis vigilante à ce que les femmes ne se sentent pas seules et à ce que des réponses pénales concrètes puissent être apportées, je fais donc tout ce qui est en mon pouvoir. Nous faisons un point deux fois par semaine avec les associations qui viennent en aide aux femmes victimes. Concernant ce cas-là, nous l’avons signalé au ministère de l’intérieur. Il a transmis aux services de police. Le conjoint a été présenté au tribunal à l’issue de sa garde à vue. La victime a été entendue au commissariat et prise en charge ainsi que ses enfants pour une mise à l’abri. Cela se produit fréquemment mais nous n’en faisons pas état car le canal à privilégier reste la plateforme arretonslesviolences.gouv.fr. »

La garde des Sceaux Nicole Belloubet assure sur son compte Twitter que « les juges sont là pour prononcer l’éviction du conjoint violent, pour prononcer une interdiction d’entrer en contact ».

Malgré cela, l’avocate Isabelle Steyer craint des difficultés. Trois femmes violentées étaient venues à son bureau avant le confinement pour préparer des demandes d’ordonnance de protection, mais sans échanges depuis, difficile d’aller plus loin : « J’ai proposé à une de mes clientes de me téléphoner de son balcon et une autre m’a écrit un mail pour me dire qu’elle était confinée et qu’elle ne pouvait plus m’appeler. La troisième, je n’ai pas eu de nouvelles. »

Par ailleurs, « il faut se rendre deux fois au tribunal pour une première demande de date d’audience pour les ordonnances, puis pour la plaidoirie. On pourrait simplifier la première partie par visioconférence ». Le ministère de la justice répond que ce sera « au cas par cas selon les tribunaux ».

Afin de soutenir les femmes, des associations ayant fermé leur accueil maintiennent un soutien téléphonique. En Martinique, l’Union des femmes (UFM) tient une permanence de 8 heures à 18 heures. « Les femmes n’ont pas à se sentir liées par ce confinement, cela reste possible de partir, de se protéger », martèle Rita Bonheur, directrice de l’UFM.

À Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), à l’institut Women Safe, infirmières, juristes, psychologues, intervenantes sociales assurent un accompagnement téléphonique pour les femmes et les enfants. Mais le manque d’hébergements d’urgence est source d’appréhension : « On est très inquiets sur la mise à l’abri immédiate, le 115 ne répond pas toujours, pointe Frédérique Martz, directrice de l’institut. On a reçu l’appel d’une femme hospitalisée à la suite de son accouchement, ayant fui son mari juste avant le confinement. Pour l’instant, on n’a pas de solution de logement. »

Evelyne Vynisale, directrice de l’association Pause aux Filaos, dans le Lot, gère des hébergements d’urgence pour les victimes de violences. Trois femmes et cinq enfants sont logés dans les appartements dédiés. « On reste mobilisés, vu qu’il nous reste un logement vide pour une maman avec enfants. Mais le 115 ne nous appelle pas, donc je me questionne beaucoup. La peur du virus sera peut-être supérieure à la nécessité de devoir partir. »

Samedi 7 mars : à 16h place de la République à Perpignan – Manifestation pur les Droits des Femmes – Concert au Casal à 18h30

À l’occasion de la journée internationale de lutte des femmes pour leurs droits, le CDF66 organise une série d’animations tout au long de la journée du samedi 7 mars dont voici le programme:
–> À11h, Agora féministe, Place de la République de Perpignan sur le thème “Les femmes et la chose publique”. Débat sur la politique et les problématiques de la ville… d’un point de vue féministe! Les quatre femmes têtes de liste sont invitées, ainsi que des spécialistes sur 4 thèmes: femme et lesbienne, double discrimination; santé; précarité féminine; femme SDF en danger permanent, la place des femmes dans le mouvement des gilets jaunes, urbanisme féministe. Emmenez votre chaise !
–> À 14h: Rifle féministe au Casal (23, Avinguda del Liceu). Nombreux lots féministes à gagner!!

–> À 16h: Toutes et tous à la Manifestation, place de la République !! Flash mob avec les Femmes en lutte 66

–> À 18h30: Concert au Casal avec les Tata, duo électro-chanson!
https://www.facebook.com/tataduoelectrochanson/

Amb motiu del Dia Internacional dels drets de les Dones, el CDF66 organitza una sèrie d’activitats el dissabte 7 de Març. Veieu aquí el programa:

– A les 11h, Àgora feminista, Plaça de la República de Perpinyà, sota el títol « Les dones i els afers públics ». Debat sobre política i les problemàtiques de la ciutat sota una mirada feminista! Les quatre dones cap de llista estan invitades, així com especialistes en quatre temes: dona lesbiana, doble discriminació; salut; precarietat femenina; dones sense sostre en perill permanet; urbanisme feminista. Emporteu-vos una cadira!!

–> A les 14h: Rifla feminista al Casal (23, Avinguda del Liceu). Nombrosos lots feministes a guanyar!

–> A les 16h: Anem totes a la Manifestació, Plaça República de Perpinyà!! Flashmob amb Femmes en lutte 66

–> A les 18h30: Apero-concert al Casal amb el grup Les Tata, duo electro-cançó! TaTa – Duo électro-chanson

Organisé par : Collectif Droits des Femmes-66 – c’est un Collectif féministe d’associations : (APEX/ASTI/ATTAC/Femmes Solidaires/LDH/MRAP/MFPF/LGBT/Idemgenre/Jove Moviment feminista), partis (EELV/NPA/PCF/PG) et syndicats (FSU/Solidaires/CFDT/CGT/CNT)

Marche #NousToutes du 23 Novembre à Perpignan – Pour dénoncer les violences faites aux femmes

La Marche de Perpignan organisée le samedi 23 novembre à 14h place Salvador Dali à Perpignan est soutenue par le Collectif Droits des Femmes 66 dont fait partie la LDH-66

Publié sur madeinperpignan.com

Marche #NousToutes, le collectif à l’origine de cette initiative

À l’occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes et deux jours avant le fin du grenelle porté par Marlène Shiappa, les appels à la mobilisation se multiplient. En 2018, lors de la précédente marche, 400 personnes avaient battues le pavé perpignanais pour prôner la solidarité entre femmes.

Alors que le compteur macabre des féminicides ne cesse de croître, NousToutes66 veut crier haut et fort “ne nous laissons plus faire”. Le collectif appelle à une marche au départ de la place Salvador Dali, le 23 novembre à 14h.

Né sur le web en juillet 2018, le collectif #NousToutes a été créé par quelques militantes féministes. Il se veut collectif et ne revendique donc aucun leader. Il se distingue par ses actions fortes et symboliques. Par exemple, le collectif a organisé un rassemblement le 1er septembre 2019 place du Trocadéro à Paris pour dénoncer le 100e féminicide de l’année. Sur les réseaux sociaux, le mouvement publie régulièrement des posts pour marquer les esprits. Une manière dénoncer les violences faites aux femmes. Celles-ci sont nombreuses : attouchements, harcèlement sexuel, viols, coups, meurtres, agressions sexistes et sexuelles. Et s’expriment au quotidien : dans le cadre professionnel, dans la rue, dans la sphère privée…

Le collectif #NousToutes se démarque également par des slogans qui restent en mémoire. Par exemple, « Ras le viol », « Le féminisme n’a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours », « Stop mysogynoir », « La honte doit changer de camp », « J’aurai mes règles sur vos tombes », « Ta main sur mon cul, ma main dans ta gueule ». On les retrouvera sans doute sur les pancartes des manifestants le 23 novembre.

♦ #NousToutes pour dire stop au harcèlement

La première marche avait été organisée l’année dernière sous la houlette de Caroline de Haas et après #MeToo. Selon les organisatrices, elle avait rassemblé plus de 50.000 participantes et participants dans toute la France dont 30.000 à Paris. Un véritable défilé de violet (la couleur traditionnelle des féministes et caractéristique des mouvements luttant pour l’égalité femmes-hommes) avait envahi la capitale. Mais l’actualité avait plus été marquée par l’acte II des Gilets Jaunes… De nombreuses personnalités avaient appelé les Françaises et les Français à venir marcher l’année dernière. Parmi elles, Muriel Robin qui faisait partie du cortège parisien, Angèle, Catherine Ringer, Olivia Ruiz, mais aussi des hommes, Guillaume Meurice ou Philippe Torreton.

Sans grande surprise, la marche est essentiellement composée de femmes, et surtout de la jeune génération. Une occasion d’être ensemble. La majorité des participantes vient accompagnée d’autres femmes : sœurs, amies, collègues… Cette marche se veut fédératrice et inclusive. Toutes les femmes sont invitées à participer et dénoncer les violences qu’elles subissent. L’année dernière, un espace accessibilité avait été mis en place pour permettre aux femmes en situation de handicap de participer. Un autre espace, non-mixte et donc entièrement réservé aux femmes, avait également été créé. Cette année encore, le collectif a un objectif : créer une marée féministe dans les rues le 23 novembre 2019 pour que plus aucune femme ne soit seule face aux violences.

♦ Des résultats encore trop peu visibles

Dénoncer, à travers une importante mobilisation, permet de montrer le décalage entre l’ampleur des violences sexuelles et sexistes et les réponses politiques et sociétales qui y sont données. Tel était le projet principal de #NousToutes. Malgré la prise de conscience récente des violences sexistes et de l’inégalité femmes-hommes, les progrès sont lents. Rappelons qu’aujourd’hui encore, tous les deux jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. Il est donc temps de dire stop à ces violences que subissent les femmes. Le Grenelle contre les violences conjugales qui s’est ouvert le 3 septembre dernier avait pour but d’apporter des mesures concrètes pour faire face aux violences. Mais trop peu de solutions ont été apportées selon les associations féministes.