500 personnes dans la rue à Perpignan le jeudi 3 décembre contre la loi liberticide « sécurité globale »

500 personnes dans la rue à Perpignan le jeudi 3 décembre à l’appel de l’ORDL, l’Observatoire pour le Respect des Droits et Libertés 66, avec la présence entre autres de Gilets jaunes. L’ORDL appelle à manifester à 11 heures samedi 5 décembre, place de la Victoire, au pied du Castillet, jour où partout dans le pays des manifestations se tiendront pour le retrait de la loi liberticide « sécurité globale ». La LDH, membre fondatrice de l’ORDL, appelle à descendre dans la rue nombreux ce samedi 5 décembre.

Perpignan : à plus de 300 pour réclamer le retrait de la loi Sécurité globale

Publié dans lindépendant.fr le 3 décembre 2020

Manif contre la -Sécuritéglobale- le jeudi 3/12/2020 à Perpignan

Ce jeudi 3 décembre 2020, plus de 300 personnes (200 selon la préfecture, 500 selon les organisateurs) ont défilé dans le centre historique de Perpignan pour réclamer le retrait de la loi Sécurité globale. À l’appel de l’Observatoire Départemental pour le Respect des Droits et Libertés (ORDL), qui regroupe une vingtaine d’associations, syndicats et partis politiques.

Des citoyens de tous horizons ont une nouvelle fois défilé contre la loi Sécurité globale, ce jeudi, en fin d’après-midi, à Perpignan. Militants syndicaux, politiques et associatifs étaient notamment légion dans la foule qui s’est réunie sur les coups de 18 heures au pied du Castillet. Didier, un retraité pézillanais de 69 ans, adhérent à la CGT, était par exemple au rendez-vous. « Je pense qu’il est primordial de défendre la liberté d’expression de la presse, des syndicats et des associations, explique-t-il. Dans le projet de loi Sécurité globale, il y a bien sûr cette histoire de flouter la police sur les vidéos, mais je pense que le projet de loi dans son intégralité est liberticide. Il y a déjà des lois antérieures qui permettent de sanctionner les excès. Pour moi, il ne faut jamais accepter la violence, d’où qu’elle vienne. »

On ne veut pas de surveillance généralisée

Cependant, au-delà des militants, de nombreux citoyens n’adhérant à aucun syndicat, parti ou association avaient aussi effectué le déplacement. « J’ai tenu à être là pour soutenir ce mouvement contre une loi qui me semble aberrante », indique ainsi Jérémy, un intermittent du spectacle perpignanais de 29 ans. Nina, 37 ans, et Valentine, 28 ans, venues spécialement de Céret pour l’occasion, ne diront pas le contraire : « Cette loi est complètement liberticide. On ne veut pas de surveillance généralisée avec les drones et la reconnaissance faciale, mais une police mieux formée. »

Une nouvelle mobilisation contre la loi Sécurité globale se tiendra à Perpignan ce samedi 5 décembre, à partir de 11 heures, au pied du Castillet. À l’appel, cette fois, d’un collectif regroupant La France insoumise, le Parti ouvrier indépendant, la Libre-pensée et des Gilets jaunes.

Arnaud Andreu

L’Indépendant a omis de mentionner l’appel de l’ORDL à manifester samedi 5 décembre à 11 heures au pied du Castillet, appel lancé pourtant ce jeudi.

Publié dans madeinperpignan.com le 3 décembre 2020

Manifestation anti-loi Sécurité Globale à Perpignan

Dans les rues de Perpignan le jeudi 3 décembre 2020

Une menace pour le droit d’informer et d’être informé

Pour l’Observatoire des libertés 66 : “Cette loi sécurité globale, bien loin de protéger, mettra toute la population sous surveillance. Des journalistes ou tout simplement des citoyens qui veulent témoigner sur des violences policières sont menacés de fortes amendes ou de peines de prison”.

Parmi les collectifs présents, la Ligue des droits de l’Homme s’inquiétait de voir ’”un jour tomber toutes ces mesures liberticides dans le droit commun ; et nous n’avons aucune certitude sur leur utilisation future”.

Voté en première lecture par l’Assemblée Nationale, le projet de loi sécurité globale a créé la polémique et exacerbé les clivages sur fond de dévoilement de plusieurs images montrant des violences policières.

Dans le viseur de ceux qui battent le pavé malgré la Covid, les articles 22 et 24 de la loi “sécurité globale”. À citer respectivement : une utilisation élargie de “caméras aéroportées” par les forces de l’ordre, notamment lors des manifestations ; un risque d’un an de prison et 45.000 euros d’amende pour “le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale, lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police”.

Les membres de l’Observatoire des libertés :

AFPS. ASTI66. ATTAC66. UD CGT66. CNT 66. Collectif anti-ogm. EELV. « En commun » 66. Femmes Solidaires. FSU. Génération.s. Groupes d’action de la Fr.Insoumise. Legal Team 66. Liaison P. Ruff F.A. Ligue des droits de l’Homme. MJCF. MRAP. NPA66. PCF. PG66. Syndicat national des Journalistes. Syndicats SOLIDAIRES 66

Alors que la crise fait des ravages, le CAC 40 a bondit de 20,1% en novembre 2020

1 million de pauvres en plus en France en 2020, 10 millions de personnes sont maintenant sous le seuil de pauvreté, de nombreuse entreprises ont déjà licencié, d’autres ont annoncé leurs plans de « restructuration »…pour doper leurs actions à la bourse. La course aux vaccins entre trusts pharmaceutiques amplifie aussi la spéculation boursière. Ainsi fonctionne le néo-libéralisme avec un gouvernement de plus en plus autoritaire qui remet en cause les droits libertés conquis de haute lutte, pour limiter et contraindre l’expression de la contestation sociale. La LDH prendra toute sa place pour défendre tous les droits et libertés menacés ainsi que les droits sociaux comme le droit à l’emploi ou le droit à un revenu minimum digne pour les sans-emplois.

Publié sur investir.lesechos.fr le 30/11/2020

En pleine crise sanitaire, le Cac 40 signe le deuxième meilleur mois de son histoire

Le Cac 40 a bondi de 20,1% en novembre, la deuxième meilleure performance mensuelle depuis sa création. Aux Etats-Unis, la progression est moins spectaculaire, mais les indices sont sur des plus-hauts historiques.

Alors que les experts redoutent une résurgence des infections à la Covid-19 aux Etats-Unis à la suite de Thanksgiving, que l’Europe se déconfine tout doucement et que les ravages sur l’économie seront énormes, pour la Bourse de Paris, l’essentiel semble ailleurs. Dopé par l’espoir d’une vaccination massive prochaine, le Cac 40 vient de vivre le deuxième meilleur mois de son histoire, grâce à un bond de 20,1%. Il faut remonter à février 1988 pour observer une performance supérieure (+24,47%).

Les grandes places européennes ont connu une évolution similaire : le Dax allemand bondit de 15,4% sur le mois, le FTSE Mib milanais de 24,6% et le Footsie londonien de 14,2%. En comparaison, Wall Street fait figure de « petit joueur », avec une hausse de seulement 13% du Dow Jones en novembre, mais ce serait oublier que l’indice a récemment franchi le cap symbolique et historique des 30.000 points. Quant au S&P 500, avec une progression mensuelle de 10,8%, il connaît le meilleur mois de novembre de son histoire. 

Pour la dernière séance du mois, le Cac 40 a marqué une pause, mais les investisseurs n’ont pas manqué de saluer les annonces de Moderna. La biotech américaine, dirigée par le français Stéphane Bancel, envisage de déposer une demande d’autorisation d’urgence pour son candidat vaccin auprès des autorités sanitaires américaine et européenne ce lundi. Son vaccin est efficace à 94,1%, selon ses déclarations

La suite sur le site investir.lesechos.fr

Appel pour une MARCHE DES LIBERTÉS – JEUDI 3 Décembre à Perpignan à 18h Place de la Victoire

L’Observatoire pour le respect des droits et libertés 66 (ORDL) dénonce avec fermeté le vote de la loi dite « de Sécurité globale » et ses articles liberticides, ainsi que les violences et menaces commises par les forces de police la semaine dernière à l’encontre :

• des journalistes qui ne font que leur travail lors des manifestations,

• des citoyen.ne.s pris pour cible dans les mêmes circonstances,

• des migrant.e.s expulsés violemment de leur campement pacifique place de la République à Paris, ainsi que des élu.e.s, des représentant.e.s d’ONG ou de simples citoyen.ne.s qui tentaient de leur porter secours.

Samedi 21 novembre encore, et révélés par une vidéo (confirmant combien le droit de prendre et diffuser des images est une garantie démocratique), le passage à tabac et les insultes racistes à l’encontre de Michel Zecler, un producteur de musique noir, par trois policiers parisiens montrent bien à quel point toutes ces lois liberticides, en guise de sécurité, renforcent le sentiment d’impunité de la police, encourageant les violences policières.

Ces dérives renforcent notre détermination à combattre cette nouvelle loi antidémocratique et la volonté du gouvernement de cultiver la peur et d’étouffer notre droit à la liberté d’opinion et d’expression.

Organisations politiques, syndicales et citoyennes, tous et toutes,

Manifestons notre refus de ces atteintes intolérables à tous nos droits démocratiques

LORS D’UNE MARCHE POUR LES LIBERTÉS

le jeudi 3 décembre – 18h

Place de la Victoire (au pied du Castillet) Perpignan