ALGÉRIE : APPEL « POUR LA LIBÉRATION DES DÉTENUS DU HIRAK » #HIRAK #ALGERIE

Publié sur le blog pierremansat.com le 17 septembre 2020

Algérie : appel « pour la libération des détenus du Hirak »

Tribune collective

signée par Malik Salemkour, président de la LDH

Un collectif d’intellectuels et militants algériens, rejoint par des écrivains, magistrats, artistes du monde entier, dénonce une « politique répressive » envers un mouvement pacifique et responsable.

Un collectif d’intellectuels et militants algériens, rejoint par des écrivains, magistrats, artistes du monde entier, dénonce une « politique répressive » envers un mouvement pacifique et responsable.

Le soulèvement pacifique du peuple algérien, en action depuis février 2019 pour la conquête de ses libertés démocratiques, a su faire preuve de sagesse et d’un sens élevé des responsabilités en recommandant aux manifestants de renoncer aux marches, jusque-là suivies massivement, pour éviter la propagation de l’épidémie due au coronavirus. Né pour construire un meilleur avenir pour le pays, il a ainsi agi en cohérence avec ses objectifs de libertés et de droits humains, soucieux des intérêts supérieurs du pays.

Les acteurs et les actrices de ce soulèvement savent que, pour atteindre leurs objectifs, il faut continuer à se mobiliser pacifiquement pour écarter un système politique qui, derrière une façade civile et des élections manipulées, organise l’emprise du commandement militaire sur la vie politique, économique et sociale.

Luttes de pouvoir parmi les dirigeants

Au lieu de suivre la voie de la sagesse et le sens élevé des responsabilités montrés par les acteurs du soulèvement et de répondre à leurs aspirations légitimes, les dirigeants algériens, toujours préoccupés par leurs luttes internes de pouvoir, échafaudent des feuilles de route remplies de promesses visant la sauvegarde de leurs propres intérêts.

Pour répondre aux aspirations populaires exprimées depuis février 2019, la voie est dans l’ouverture des scènes politique et médiatique, débarrassées de la surveillance des services de sécurité. Elle est dans l’engagement, par le dialogue et la négociation avec les acteurs du Hirak, d’une véritable transition démocratique pouvant assurer un Etat de droit garant des libertés individuelles et collectives.

Cette réorientation politique des dirigeants algériens doit passer par la libération immédiate de tous les détenus politiques ou d’opinion aujourd’hui incarcérés par des juges soumis, avec des incriminations qui n’ont rien à voir avec leur combat pour les droits humains et les libertés démocratiques.

Deux journalistes condamnés

La condamnation à deux ans de prison ferme de Khaled Drareni ce 15 septembre 2020, de même que celle d’Abdelkrim Zeghileche, lundi 24 août, sont l’ultime démonstration de cette justice aux ordres. Les peines reçues par ces deux journalistes, punis pour avoir exercé avec honnêteté, responsabilité et engagement leur travail d’information, sont les plus lourdes prononcées contre des journalistes depuis l’indépendance de l’Algérie.

Le combat du peuple algérien pour la conquête de ses droits légitimes mérite la solidarité agissante de toutes les femmes et de tous les hommes épris de justice et de liberté. Nous manifestons notre solidarité à ce combat et dénonçons la politique répressive menée par le pouvoir algérien envers le Hirak pacifique et responsable, qui est un espoir de libération et d’émancipation citoyennes ; exigeons la libération immédiate et sans condition de tous les journalistes et de tous les détenus politiques et d’opinion ; alertons les différentes organisations internationales pour exiger de l’Etat algérien le respect de tous les traités et conventions de défense des droits humains ratifiés par l’Algérie ; appelons solennellement le chef de l’Etat algérien à faire respecter, effectivement, les droits et libertés des citoyennes et des citoyens établis par les conventions internationales et dûment ratifiées par l’Algérie.

Premiers signataires : Houcine Abassi, ancien secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Prix Nobel de la Paix 2015 (Tunisie) ; Gilbert Achcar, professeur d’université, essayiste (Liban); Pierre Audin, fondation Josette et Maurice Audin (Algérie, France) ; Etienne Balibar, philosophe (France); Madjid Benchikh, professeur émérite, ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger (Algérie) ; Abdessattar Ben Moussa, ancien bâtonnier et président honoraire de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH), Prix Nobel de la paix 2015 (Tunisie) ; Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières (France) ; Khadija Cherif, sociologue, militante féministe (Tunisie) ; Noam Chomsky, écrivain, professeur émérite (Etats-Unis) ; Emmanuel Decaux, professeur émérite, ancien président du Comité des Nations unies contre les disparitions forcées (France) ; Bahey Eldin Hassan, directeur du Cairo Institute for Human Right studies (Egypte) ; Ramin Jahanbegloo, philosophe, vice-directeur du Centre Mahatma-Gandhi pour la paix, Jindal Global University India (Iran) ; Kamel Jendoubi, militant des droits humains, expert auprès du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme pour le Yémen (Tunisie) ; Elias Khoury, romancier (Liban) ; Abdellatif Laâbi, poète (Maroc) ; Ahmed Mahiou, ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger et ancien juge ad hoc à la Cour internationale de justice (Algérie) ; Achille Mbembe, professeur d’histoire et de sciences politiques à l’Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud (Cameroun) ; Farouk Mardam-Bey, historien, éditeur (Syrie); Gustave Massiah, membre du conseil du Forum social mondial (France) ; Nabila Smaïl, avocate (Algérie) ; Gianni Tognoni, secrétaire général du Tribunal permanent des peuples (Italie).

Pour se joindre à cet appel : acda.dz@gmail.com

Liste des signataires de l’appel pour la solidarité avec le peuple algérien et les détenus du Hirak

Des journalistes empêchés de travailler pendant la manifestation des Gilets jaunes le 14 septembre 2020

Publié sur reporterre.net le 14 septembre 2020

Des journalistes empêchés de travailler pendant la manifestation des Gilets jaunes

Samedi 12 septembre 2020, des milliers de Gilets jaunes ont manifesté dans les rues de plusieurs grandes villes françaises pour marquer la reprise du mouvement social. Au cours de la journée, des affrontements ont éclaté avec les forces de l’ordre et plus de 300 personnes ont été interpellées.

De nombreuses atteintes à la liberté de la presse ont alors été observées. Plusieurs journalistes ont été empêchés de travailler. Les équipes de Taranis News ont été immobilisées pendant deux heures.

Un reporter de QG, le média lancé par Aude Lancelin, a été interpellé alors qu’il filmait le gazage d’un marché et placé en garde à vue pendant vingt-quatre heures.

Le journaliste a continué de filmer alors qu’il se trouvait au commissariat :

Voici les images des gardés à vue parmi eux Le reporter Adrien Adcazz de @LibreQg Média filmés Grâce à un portable qui a réussi à passer les fouilles. »il y avait un blessé grave à la tête qui demande un médecin qui n’est jamais venu. » des conditions très difficiles. Hier #Paris pic.twitter.com/hN66l1AJ5m

— Le Général 💎 (@LE_GENERAL_OF) September 14, 2020

Un autre photojournaliste, Julien Moreau, a aussi été arrêté alors qu’il se rendait à la manifestation sur les Champs-Élysées. Il a ensuite été placé en garde à vue durant plus de quinze heures au commissariat du XVIIIe arrondissement à Paris. Il a finalement écopé d’un rappel à la loi et a vu son matériel (casque, jambières, masque à gaz) détruit.

Communiqué de presse du 13 septembre 2020 concernant m’a mise en GAV ce samedi 12 septembre. pic.twitter.com/8QZEGHfvOc

— Julien Moreau | REPORTER 🇨🇵 (@JulienMoreauJM) September 13, 2020

De son côté, Kaveh, un photographe, a passé la nuit en cellule, d’après le collectif La Meute dont il fait partie. Le journaliste de Là-bas si j’y suisTaha Bouhafs a également été frappé par un policier lors d’un contrôle.

Des journalistes indépendants et le collectif Reporters en colère se sont insurgés du manque de réaction du milieu journalistique face à ces violences.

Israël: deux mois de manifestations citoyennes contre la corruption, la politique sanitaire et économique de Netanyahou

Israël : jusqu’où peuvent aller les manifestations anti-Netanyahou ?

Publié le 2 septembre 2020 sur Mediapart-le blog le cri des peuples

Les manifestations n’ont pas encore établi de lien entre les malversations de Netanyahou et la corruption systémique de la politique israélienne, dont l’occupation des territoires palestiniens constitue le cœur.

Par Jonathan Cook, le 2 août 2020

Source : https://www.jonathan-cook.net/2020-08-02/can-the-anti-netanyahu-protests-grow-into-a-larger-movement/

Traduction : lecridespeuples.fr

Israël est en proie à de violentes manifestations qui, selon les observateurs locaux, pourraient déboucher sur une guerre civile ouverte, un développement que le Premier ministre Benjamin Netanyahou semble encourager.

Thousands of protesters chant slogans and hold signs during a protest against Israel’s Prime Minister Benjamin Netanyahu outside his residence in Jerusalem, Saturday, Aug 1, 2020. Protesters demanded that the embattled Israeli leader to resign as he faces a trial on corruption charges and grapples with a deepening coronavirus crisis. (AP Photo/Oded Balilty)

Depuis des semaines, Jérusalem et Tel-Aviv ont été le théâtre de grandes manifestations bruyantes devant les résidences officielles de M. Netanyahou et de son ministre de la Sécurité publique, Amir Ohana.

Samedi soir, environ 13 000 personnes ont traversé Jérusalem en criant « N’importe qui sauf Bibi », le surnom de Netanyahu. Leurs appels ont été repris par des dizaines de milliers d’autres manifestants à travers le pays.

Le taux de participation n’a cessé d’augmenter, malgré les attaques contre les manifestants de la part de la police et des loyalistes de Netanyahou. A l’étranger, les premières manifestations d’expatriés israéliens ont également été signalées.

Les manifestations, qui se tiennent au mépris des règles de distanciation physique, sont sans précédent selon les normes israéliennes. Ils ont comblé le fossé politique béant entre une petite circonscription d’activistes anti-occupation – appelés de manière péjorative « gauchistes » en Israël – et le public juif israélien beaucoup plus large qui s’identifie politiquement comme étant au centre et à droite.

Pour la première fois, une partie des partisans naturels de Netanyahou est dans la rue contre lui.

Contrairement aux manifestations précédentes, comme un grand mouvement pour la justice sociale qui a occupé les rues en 2011 pour s’opposer à la hausse du coût de la vie, ces manifestations n’ont pas totalement évité les questions politiques.

La cible de la colère et de la frustration est clairement personnelle à ce stade, centrée sur la figure de Netanyahou, qui est maintenant le premier ministre israélien étant resté en poste le plus longtemps. Les manifestants l’ont rebaptisé « ministre du crime » d’Israël (jeu de mots entre Prime Minister / Crime Minister).

Mais ce qui alimente également les manifestations, c’est une atmosphère plus large de désenchantement, alors que les doutes grandissent sur la compétence de l’État pour faire face aux multiples crises qui se déroulent en Israël. Le virus a causé une misère sociale et économique incalculable pour beaucoup, avec jusqu’à un cinquième de la population active au chômage. Les partisans de Netanyahou dans les classes moyennes inférieures ont été les plus durement touchés.

Étant depuis longtemps entré dans la deuxième vague de l’épidémie, Israël a un taux d’infection par habitant qui dépasse même celui des États-Unis [au 3 août, Israël compte officiellement 74 102 cas (dont 47 551 actifs), et 546 décès, avec plus de 1 000 nouveaux cas détectés par jour ; ces chiffres n’incluent pas les territoires palestiniens, où il y a officiellement 12 541 cas et 84 décès]. L’ombre d’un nouveau confinement au cœur d’une mauvaise gestion du virus par le gouvernement a sapé la prétention de Netanyahou d’être « M. Sécurité ».

Les violences policières suscitent également des inquiétudes. Ces violences ont été mises en évidence par le meurtre en mai d’un Palestinien autiste, Eyad Hallaq, à Jérusalem.

Les répressions policières contre les manifestations, utilisant des escadrons anti-émeute, des agents d’infiltration, des policiers à cheval et des canons à eau, n’ont pas seulement souligné l’autoritarisme croissant de Netanyahou. On a également le sentiment que la police est prête à utiliser un niveau de violence contre les Israéliens dissidents qui était autrefois réservé aux Palestiniens.

Après avoir manipulé son rival de droite, l’ancien général militaire Benny Gantz, pour qu’il le rejoigne dans un gouvernement d’unité en avril, Netanyahou a effectivement écrasé toute opposition politique significative.

L’accord a brisé le parti « Bleu et Blanc » de Gantz, nombre de ses députés refusant d’entrer au gouvernement, et a largement discrédité l’ancien général.

Netanyahou se préparerait pour une nouvelle élection cet hiver, la quatrième en deux ans, à la fois pour profiter du désarroi de ses adversaires et pour éviter d’honorer un accord de rotation dans lequel Gantz devrait le remplacer à la fin de l’année prochaine.

Selon les médias israéliens, Netanyahou pourrait trouver un prétexte pour imposer de nouvelles élections en retardant davantage l’approbation du budget national, alors qu’Israël est confronté à sa pire crise financière depuis des décennies.

Et, bien sûr, éclipsant tout cela, il y a la question des accusations de corruption contre Netanyahou. Non seulement est-il le premier Premier ministre en exercice en Israël à être poursuivi en justice, mais il utilise son rôle et la pandémie à son avantage, notamment en retardant les audiences du tribunal.

Dans une période de crise profonde et d’incertitude, de nombreux Israéliens se demandent quelles politiques sont mises en œuvre pour le bien national et quelles autres ne visent qu’au bénéfice personnel de Netanyahou.

L’attention accordée par le gouvernement pendant des mois à l’annexion de pans du territoire palestinien en Cisjordanie a semblé constituer un geste visant à courtiser sa circonscription de colons, créant une dangereuse distraction qui a mis la lutte contre la pandémie au second plan.