Crimes environnementaux en Amazonie

Brésil: l’orpaillage illégal, venu du Suriname, menace des villages indigènes du Pará

Publié sur blogs.mediapart.fr 13 OCT. 2020PAR PINDORAMABAHIAFLANEUR

Dans les reculées terres indigènes Tumucumaque, dans l’est du Pará, l’orpaillage illégal est déjà une menace. Une large zone d’exploitation a été découverte il y a quelques semaines et sème la panique parmi les communautés habituées à suivre à distance l’avancée des crimes environnementaux, ailleurs au Brésil. Traduction, manuelle, d’un reportage de The Intercept Brasil (TIB).

Un territoire isolé à l’extrême nord du Brésil, où se trouve une base militaire et n’est accessible que par avion affrété. Même là-bas, sur les terres indigènes de Tumucumaque, au Pará, l’extraction de l’or est déjà une menace. La zone minière illégale, qui exploite l’or, a été découverte il y a quelques semaines au Suriname et sème la panique dans une communauté habituée à suivre à distance la progression des crimes environnementaux dans d’autres régions du pays.

« Nous pensions que [l’orpaillage illégal] n’arriverait pas jusqu’ici et nous constatons que cela arrive et que cela affecte des proches tant ici au Brésil qu’au Suriname. Ils pratiquent l’orpaillage, et nous pensons que c’est illégal, parce que la rivière est sale et que les gens sont armés, ils se cachent et maintenant ils ont apporté des quads et des tronçonneuses », m’a dit Mitore Cristiana Tiriyó Kaxuyana. Elle vit dans la mission Tiriyó, le plus grand village sur la terre indigène, avec 3 millions d’hectares occupés par environ 1.700 personnes des ethnies Tiriyó, Katxuyana et Txikyana.

En dépit d’être dans le pays voisin, l’exploitation minière est très proche de la frontière et dans une zone centrale des communautés. Sur les trente-quatre villages, installés sur les marges des rivières Paru de Oeste et Marapi, vingt-trois sont dans un rayon allant jusqu’à quarante kilomètres des zones illégales d’extraction minière. Pour aggraver les choses, les garimpeiros envahissent fréquemment le territoire brésilien pour chasser, selon les peuples autochtones.

Le récit figure dans une lettre du Conseil des chefs et dirigeants autochtones Tiriyó, Kaxuyana et Txikuyana (CCLTKT), datée du 1er octobre 2020. Dans le document, des images aériennes enregistrées par des peuples autochtones du Suriname le 30 septembre 2020 étaient jointes. Les photos montrent le camp de mineurs à côté d’une piste d’atterrissage. Il est également possible de voir le lit de la rivière en cours d’exploration, teinté d’une couleur sombre.

Les villages les plus proches, à seulement huit kilomètres de la mine, sont ceux de Turunkane et de Mesepituru, où vivent une dizaine de familles. Selon le chef ( » cacique « ) du village de Mesepituru, Zaqueu Tiriyó, les avions survolent fréquemment la région. « De votre village, vous pouvez même voir l’éclairage la nuit. Ils ont vu des structures de tentes, des moteurs, des débroussailleuses, de l’eau, dans le camp installé près de la piste d’atterrissage », a noté le CCLTKT dans la lettre.

Le mardi 6 octobre 2020, l’Organisation autochtone du Suriname, l’OIS, a accompagné une délégation du gouvernement surinamais sur le site. Selon l’OIS, deux hommes ont été arrêtés et emmenés dans la capitale Paramaribo pour faire leurs dépositions. La délégation est restée un peu plus d’une heure sur le site et n’a trouvé aucune preuve d’activité minière aurifère. L’armée brésilienne, en revanche, dit qu’elle s’est rendue sur le site et n’a trouvé aucun envahisseur, tandis que la Funai [dont le dernier président a été nommé par Bolsonaro] n’a pas répondu à notre équipe de reportage.

Mais pour Rodrigo Cambará, un fonctionnaire de l’Institut Chico Mendes pour la conservation de la biodiversité, l’ICMBio, avec une expérience dans la lutte contre l’exploitation minière en Amazonie, il ne fait aucun doute que quelqu’un extrait du minerai sur le site. « Cette couleur de l’eau du fleuve est typique de l’exploitation minière alluviale, où l’or est mélangé dans la zone, dans le sable au bord du fleuve », garantit Cambará, qui a déjà coordonné l’une des unités de conservation les plus problématiques du pays, la forêt nationale de Jamanxim, dans l’Etat du Pará.

Pour lui, les machines doivent être cachées quelque part plus haut sur la rivière, et les arrestations ne signifient pas que le problème est résolu. « Ces gars-là ne font pas un point sans un nœud. Nous arrivons souvent à ces endroits et n’avons que deux ou trois personnes, les autres ont fui. Ces deux ou trois sont là pour nous faire penser que l’opération a réussi et nous lâchent ».

Pour Mitore Kaxuyana, la plus grande crainte est la contamination de l’eau des villages par le mercure. « Cette rivière arrive sur notre territoire et peut contaminer la rivière Paru do Oeste, infectant nos proches qui sont plus au sud », m’a-t-il dit. La rivière qui apparaît sur les photos est la Mamia, qui naît sur la montagne du même nom, selon Aventino Nakai Kaxuyana Tiriyó, président de l’Association des peuples autochtones de Tiriyó, Kaxuyana et Txikuyana. « C’est la montagne qu’ils explorent et elle se trouve juste à la frontière des deux pays. Certainement, après avoir exploité tout l’or de l’autre côté, ils voudront exploiter ce côté-ci », poursuit-il.

La base militaire doit protéger la frontière
À moins de 2 km en ligne droite de la  » mission  » Tiriyó, où réside Mitore Kaxuyana, se trouvent une base de l’armée de l’air brésilienne (avec une piste d’atterrissage) et le Pelotão Especial de Fronteira (1° PEF) composé de 50 hommes. Le 1er PEF est à 30 km au nord-est de l’exploitation minière. Dans la lettre adressée aux autorités brésiliennes, les chefs demandent « l’envoi d’urgence de personnel militaire dans cette zone frontalière, avec la création d’un camp militaire pour le soutien et la protection des familles indigènes du village de Mesepituru ».

Le Commandement militaire du Nord (CMN) a indiqué que « l’armée avec des troupes du PEF a récemment patrouillé sur le site et qu’à l’époque la présence d’étrangers illicites et d’orpailleurs n’a pas été identifiée », notant que « la zone est entièrement située sur le territoire du Suriname, ce qui rend plus difficile l’obtention de données plus précises ». Toujours selon le CMN, il y aura une augmentation du nombre de militaires et « des liens seront établis avec les agences fédérales du pays voisin pour renforcer la sécurité dans la région ». L’ambassade du Suriname au Brésil n’a pas répondu à notre questionnement.

Pour Angela Kaxuyana, de la Coordination des organisations autochtones de l’Amazonie brésilienne (COAIB), l’armée met trop de temps à agir. « Ce qui nous rend le plus perplexe, c’est qu’il s’agit d’un territoire situé dans une zone frontalière, où il y a la présence d’un peloton de militaires, ce qui devrait au moins être un facteur intimidant pour les illicites dans la région. Mais ça n’en a pas l’air », se plaint-il.

La présence des forces armées à Tumucumaque est ancienne : elle remonte aux années 1960, lorsque les premiers contacts ont été établis avec les peuples de la région. La dictature voulait « civiliser » les indigènes – ce qui serait fait par les prêtres franciscains, toujours présents dans la mission – et les préparer à « s’intégrer dans la société brésilienne ». L’intégration se ferait via la  route BR-163, qui traverserait le nord du Pará jusqu’au Suriname. Les travaux ont cependant été stoppés à la hauteur de Santarém, sur les rives du fleuve Amazone.

En 2019, le projet de construction de la route a été relancé par le gouvernement de Jair Bolsonaro, afin de contenir une série de « menaces », comme une invasion improbable des Chinois par le Suriname. Aucune de ces menaces prévues, cependant, n’était celle de l’exploitation minière – la plus réelle de toutes, comme cela a maintenant été prouvé.

La paranoïa des invasions par le nord s’exprimait par la voix du général Maynard Marques de Santa Rosa, alors secrétaire spécial aux affaires stratégiques de la présidence de la République. Lors d’une réunion tenue en avril 2019 au siège de la Fédération de l’agriculture et de l’élevage du Pará, à Belém, Maynard Marques de Santa Rosa a accusé la Chine de promouvoir une politique d’immigration de masse vers le pays voisin, comme forme d’occupation de la frontière avec le Brésil. Une autre justification de la construction de la route serait la prétendue campagne mondialiste des ONG internationales pour l’occupation de l’Amazonie.

L’extension de la route fait partie d’un projet plus large, le « Barão de Rio Branco », qui comprend aussi la construction d’une centrale hydroélectrique à Oriximiná et d’un pont sur le fleuve Amazonas dans la ville d’Óbidos. Le chantier de tous ces travaux serait le nord du Pará, une superficie de 28 millions d’hectares de forêt pratiquement intacte, de la taille du Royaume-Uni, qui a 80% de son territoire protégé par des unités de conservation, des terres indigènes et des quilombolas. Le tracé prévu pour l’extension de la route BR-163 couperait quatre unités de conservation, six zones de quilombolas et deux terres indigènes – parmi lesquelles Tumutumaque. La route traverserait également la Réserve Nationale de Cuivre et associés, de 46.450 km2, riche en minéraux.

Jair Bolsonaro, qui s’est déjà qualifié d’ « orpailleur dans l’âme », a encouragé les activités illégales en Amazonie. En novembre de l’année dernière, il a reçu un groupe de prospecteurs devant le palais de Planalto et a promis qu’il interdirait l’incendie des machines saisies lors de l’inspection de l’Ibama. En février de cette année, le président a envoyé au Congrès un projet de loi autorisant l’exploitation minière sur les terres autochtones. Deux mois plus tard, trois fonctionnaires de l’Ibama – dont le coordinateur général de l’Inspection de l’environnement, Renê Luiz de Oliveira – ont été disculpés après une opération de l’agence contre les mineurs prospecteurs sur les terres indigènes du sud du Pará.

Nouvelle ruée vers l’or
L’orpaillage est une activité répandue au Suriname. Les estimations indiquent environ quatre mille champs miniers dans le pays, qui est légèrement plus grand que l’Etat du Ceará. Historiquement, cependant, les garimpos sont situés dans la région orientale, près de la frontière avec la Guyane française. Il y a deux raisons à cela. La première est qu’il y a la Greenstone Belt (ceinture de Pierre Verte), une formation géologique particulièrement favorable à la formation de l’or. Deuxièmement, cette partie du pays est plus facile d’accès, car elle possède des routes.

La partie sud, qui a une frontière avec le Brésil, n’est accessible que par avion via la piste d’atterrissage qui apparaît sur l’image aérienne capturée par les peuples autochtones – et qui a été ouverte par le gouvernement du Suriname dans les années 1960. L’exploitation minière qui y est ouverte est illégale, car elle se trouve à l’intérieur de la réserve naturelle de Sipaliwini, et était désactivée pendant environ quarante ans. C’est pourquoi, selon l’Organisation autochtone du Suriname (OIS), les peuples autochtones du pays voisin sont aussi surpris que les Brésiliens.

Derrière la réactivation de l’exploitation aurifère se cache la hausse du prix de l’or, qui rend à nouveau rentables les hauts lieux logistiques. « C’est une région beaucoup plus chère à explorer, car l’accès est très difficile, mais le prix élevé de l’or conduit à une reprise de zones qui n’étaient auparavant pas considérées comme intéressantes », explique Gustavo Geiser, un expert de la police fédérale à Santarém, qui lutte contre les délits environnementaux dans le nord du Pará.

La hausse du prix de l’or est le reflet de la pandémie. L’instabilité des marchés financiers conduit les investisseurs à rechercher des actifs plus sûrs – l’or en fait partie. À mesure que la demande augmentait, le prix augmentait. En douze mois, le prix a augmenté de plus de 25% et, en juillet, a battu un record : 10.000 R$ (1.900 US$) les 31 grammes. Selon une étude de l’Institut Escolhas, au cours des quatre premiers mois de 2020, la valeur des exportations brésiliennes d’or a augmenté de 14,9% par rapport à la même période en 2019 – sans parler de l’exploitation illégale, que personne ne peut estimer. Au cours de la même période, la déforestation résultant de l’extraction de l’or a augmenté de 13,4 % sur les terres autochtones de l’Amazonie brésilienne, par rapport à la même période l’année dernière. L’enquête est de l’ONG Greenpeace, basée sur les données de l’Institut national de recherche spatiale (INPE).

Alors que le crime environnemental se déroule de l’autre côté de la frontière, Gustavo Geiser dit que la police fédérale ne peut rien faire. Pour lui, c’est au gouvernement du Suriname de détruire l’exploitation minière, ce qui doit être fait le plus tôt possible. « Le coût initial de la recherche du filon d’or et de l’ouverture de l’exploitation aurifère est élevé, mais une fois établi, la tendance est de faciliter la tâche des criminels, de voir plus de monde, la logistique est structurée et de là il est de plus en plus difficile de s’en sortir ».

Le bilan est le même que celui de Décio Yokota, coordinateur exécutif adjoint d’Iepé, une ONG qui travaille avec les autochtones de Tumucumaque depuis plus de vingt ans. Il explique que l’extraction de l’or comporte généralement deux phases. La première est la recherche, lorsque les prospecteurs vérifient la quantité d’or qui peut se trouver à cet endroit. Si la mine est prometteuse, de plus en plus de gens viennent. « L’espoir est qu’ils partiront tout de suite, car ils ont découvert que cela n’en valait pas la peine. Mais, si cela commence à rapporter de l’argent, nous verrons rapidement cette affaire tourner », prévient-il.

La perspective est un cauchemar dans une région où la frontière est purement imaginaire. Les peuples autochtones, par exemple, voyagent continuellement entre les deux pays pour rendre visite à leurs proches, car les mêmes ethnies vivent des deux côtés de la frontière.

« La frontière ne fait aucune différence, en particulier pour les peuples autochtones isolés », explique Geiser, se référant aux peuples autochtones qui avaient peu ou pas de contact avec l’homme blanc. Selon les données de la Funai, il existe treize  enregistrements de ces peuples dans le nord du Pará, mais un seul d’entre eux a été confirmé et a son territoire délimité.

Pour Leonardo Lenin, de l’Observatoire des droits de l’homme des peuples autochtones isolés et de contact récent (OPI), ces groupes sont particulièrement vulnérables, soit en raison de leur sensibilité aux maladies, comme le covid-19, soit en raison de leur dépendance totale à la nature. Il craint que ces peuples ne soient dévastés par des projets comme le « Barão de Rio Branco ». Et Leonardo d’ajouter : « il y a un nouveau processus d’occupation de l’Amazonie et des personnes isolées sont sur les tracés en prévision. Comme c’est une région où les enregistrements de groupes isolés ne sont pas confirmés, la crainte est grande qu’ils soient ignorés par ces projets de développement ».

Fernanda Wenzel

Les députés votent le retour des néonicotinoïdes, poisons tueurs d’abeilles

Une majorité de députés à l’Assemblée nationale a accepté de voter le retour des néonicotinoïdes (pesticides) sous l’influence du lobby de l’agro-industrie française menacée par la concurrence internationale C’est une décision aux conséquences criminelles pour la biodiversité et la santé humaine, une décision qui répond favorablement aux injonctions du néolibéralisme ravageur. La LDH ne peut qu’alerter sur la gravité d’une telle décision politique. Les députés des PO suivants ont voté pour les
néonicotinoïdes : Catherine Pujol , Romain Grau, Sébastien Cazenove, Laurence Gayte.

L’Assemblée nationale a voté le retour des néonicotinoïdes

Publié sur reporterre.net le 6 octobre 2020

Sans surprise, les députés ont adopté le projet de loi permettant la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes, pour venir en aide aux producteurs de betteraves sucrières, confrontés au virus de la jaunisse. L’Assemblée nationale a voté en faveur du texte dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 octobre. Un vote solennel sur l’ensemble du projet de loi a également eu lieu mardi 6 octobre, là encore adopté — à 313 voix pour, 158 voix contre.

Les discussions ont été vives autour du projet de loi, obligeant le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand à rappeler à ses collègues d’écouter les orateurs et de cesser les conversations entre eux. « On se demande comment une telle aberration est une décision qu’il est possible d’assumer politiquement et moralement », s’est indignée Delphine Batho (Génération écologie), ne cachant pas « son émotion ».

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a « brillé par son absence »

« Vingt ans d’études scientifiques prouvent la dangerosité des néonicotinoïdes sur les abeilles, sur les sols, l’eau, la biodiversité et notre santé humaine, et ce pour des dizaines d’années », a déploré Mathilde Panot (La France insoumise). Elle a rappelé que Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique à l’origine de la loi interdisant les néonicotinoïdes en 2016, avait « brillé par son absence » lors des débats.

La question a même dépassé les clivages politiques. « Faut-il rappeler que les néonicotinoïdes sont 7.000 fois plus toxiques pour les abeilles que le DDT ? a déclaré Thierry Benoît (UDI et indépendants). Faut-il rappeler les 30 % de mortalité d’abeilles en France chaque année ? Faut-il rappeler que la production française de miel a été divisée par deux en 25 ans ? Faut-il rappeler que 80 % des insectes volants ont diminué en 25 ans ? Faut-il rappeler que 30 % de la population d’oiseaux a baissé en quinze ans ? Il y a là un vrai sujet. »

Cette réautorisation « pour la campagne 2021 et le cas échéant les deux campagnes suivantes tout au plus » se ferait par enrobage de semence — les graines de betteraves destinées aux semis sont enrobées de néonicotinoïdes pour les protéger des attaques — et non par pulvérisation. Douze autre pays européens bénéficient déjà d’une dérogation similaire, « en raison d’un danger qui ne peut être maîtrisé par d’autres moyens raisonnables ».

Les SUV, deuxième cause du réchauffement climatique en France, selon WWF

Les SUV ces 4/4 urbains encombrent de plus en plus rues et parking dans les villes, bien plus polluants, plus lourds et plus grands sont une véritable aberration. Ils représentent aujourd’hui 40% des ventes de véhicules neufs et produisent 20% de pollution CO2 en plus… Il faudrait faire tout l’inverse: véhicules légers, sobres, moins polluants et surtout développer les transports en communs.

Publié sur www.wwf.fr

SUV : À CONTRESENS DE L’HISTOIRE

Appelons les décideurs politiques et le secteur automobile à faire reculer les ventes des véhicules surdimensionnés et à proposer des solutions de mobilité plus légères, moins dommageables au climat et plus favorables à notre pouvoir d’achat.

Le SUV, un fléau pour le climat et le porte-monnaie

La voiture moyenne des Français est de plus en plus grosse, coûteuse et polluante. Face à l’urgence climatique, le triomphe du SUV apparaît comme un non sens. Ensemble, faisons le choix d’une mobilité légère.

Le boom de la démesure

« Si rien n’est fait pour inverser la tendance, les SUV pourraient représenter 2/3 des ventes en 2030.

Isabelle Autissier, Présidente du WWF France

SUV est l’acronyme de Sport utility vehicle, littéralement véhicule utilitaire à caractère sportif, en français. Un croisement entre 4×4 et berline, caractérisé par la carrosserie d’un tout-terrain mais destiné à un usage tout à fait ordinaire. Encore symbolique il y a à peine 10 ans, aujourd’hui, ce modèle encombrant est plébiscité dans le monde entier. Dans l’hexagone, les ventes de SUV ont été multipliées par 7 en dix ans et représentent aujourd’hui près de 40 % des ventes de voitures neuves. La tendance est donc à la démesure. 

Depuis 10 ans, nos voitures prennent 1 cm tous les deux ans et 10 kg par an. Nous sommes passés de 1,68 m de large en moyenne en 1996 à 1,78 m en 2016. Côté poids, en 50 ans les véhicules ont gagné 500 kilos. Et si l’on remonte encore un peu plus loin, on constate un alourdissement de plus de 62%. En 1960, nos voitures pesaient encore en moyenne 778 kg, contre plus de 1 262 kilos en 2017. 

En bref, un SUV par rapport à une voiture standard, c’est 200 kg, 25 cm de long et 10 cm de large en plus ! Quels bénéfices cette tendance à l’excès nous procure-t-elle au quotidien ?

Quand la voiture pèse sur le climat et le budget

408€ /an

Les projections montrent qu’en 2035, les SUV représenteront, pour les ménages modestes, un surcoût annuel de 408€ par an.

Un véhicule plus lourd pollue plus car il a besoin de plus de carburant pour déplacer sa masse. Un SUV consomme environ 15% de plus qu’une voiture standard. Ce surpoids combiné à une carrosserie souvent moins aérodynamique induit aussi un surplus de consommation. Du côté du climat, les SUV ont constitué, ces 10 dernières années, la 2ème source de croissance des émissions de CO2 françaises, derrière le secteur aérien. D’après nos projections, la progression des ventes de SUV, dans les prochaines années, est incompatible avec la réalisation des objectifs climatiques de la France pour 2030.

Le SUV pèse aussi sur le budget des ménages car son prix à l’achat est plus élevé que celui d’un véhicule classique. Les frais d’assurance d’un SUV et de ses pneus sont aussi souvent plus importants. La tendance du marché des véhicules neufs se répercute également sur le marché de l’occasion, que les SUV envahissent progressivement. Ainsi, même en seconde main, l’achat d’une voiture est de moins en moins accessible. En 2035, les SUV représenteront, pour les ménages modestes, un surcoût annuel de 408 € par an. Ces nouvelles dépenses contraintes représentent pour eux l’ensemble de leurs dépenses annuelles de santé.

Enfin, s’il procure un sentiment de sécurité parce que la position du conducteur est plus élevée que dans une voiture standard, être au volant d’un SUV s’avère en réalité plus dangereux pour soi… et pour les autres. Les chiffres en attestent. Un piéton a 2 fois plus de risques d’être tué en cas de collision avec un SUV par rapport à une voiture standard. Tandis qu’un conducteur a 10% de risques en plus d’avoir un accident à bord d’un SUV que d’une voiture classique.

Vers une mobilité plus légère

L’urgence climatique n’est plus à démontrer. Pourtant, le SUV roule à contresens.
C’est pourquoi nous appelons les décideurs politiques et le secteur automobile à faire reculer les ventes des véhicules surdimensionnés et à proposer des solutions de mobilité plus légères, moins dommageables au climat et plus favorables à notre pouvoir d’achat. Un premier pas consisterait à renforcer et refonder la fiscalité automobile autour d’un critère poids dans le cadre de l’examen en cours du projet de loi de finances au parlement.  
Plutôt que de pénaliser, demain, des consommateurs encombrés d’une voiture lourde et coûteuse, nous appelons les députés à prendre leurs responsabilités en instaurant un critère poids dans le dispositif de bonus-malus automobile
Le SUV est trop lourd. Il pèse sur le climat et le porte-monnaie des ménages. Le monde d’après a déjà commencé. Il tend vers la légèreté.