J-9 : les Rencontres du livre et du citoyen à St Georges de Didonne (10-11-12 fév)

Voilà février ! Comme tous les deux ans, auront lieu les Rencontres du livre et du citoyen. La 4ème édition veut faire « Viv(r)e la Démocratie« . Quoi de moins actuel comme débat à proximité de l’élection présidentielle et des législatives ? Pourtant, il ne s’agit pas que de cela, la démocratie ne se limite pas au bulletin de vote. D’ailleurs, l’abstention grandissante nous dit que cette démocratie représentative s’essouffle. Le politique a mauvaise presse et emporterait tous les idéaux démocratiques dans sa dérive? Triste perspective. Le « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Voilà un idéal démocratique selon Abraham Lincoln. Entre les premiers pas de la démocratie en Grèce et aujourd’hui, chez nous, le monde a bougé. Il continue. Pourquoi figer la démocratie ? La démocratie est avant tout un processus. Notre démocratie est-elle en bonne santé ? Fatiguée ? Elle nous déçoit ? Nous rêvons d’autres choses ? Chiche ! Parlons-en ! Faisons vivre la démocratie ! Autour du thème général de la Démocratie, seront donc abordés le concept même de la démocratie, la place du citoyen, ses relations avec le(s) pouvoir(s), les médias, l’évolution de ses droits, l’individu/le collectif. Nous avons réuni des écrivains, philosophes, professeurs de droit, mais aussi des poètes, dessinateurs, romanciers pour explorer toutes les initiatives et pistes, et débattre ensemble pour que VIV(r)E la démocratie !

Rencontres2017

LE B.A.BA DES RENCONTRES

Sur deux jours, en accès libre, de 10 h à 19h, une succession de tables-rondes, de cafés-rencontres autour d’une grande librairie, de stands d’éditeurs, d’expositions et d’un espace restauration.

Avant les Rencontres : vendredi 27 janvier – 19h – Royan

C’est parti pour la 4ème édition des Rencontres du livre et du citoyen… Nous vous accueillerons samedi 11 et dimanche 12 février au Relais de la Côte de Beauté, à Saint Georges de Didonne.

Nous vous dévoilerons bientôt le programme mais d’ici là, nous vous donnons rendez-vous « avant les Rencontres », ce vendredi 27 janvier, au centre socio culturel de Royan (à 19h) …

LDH2016-affiche-avantlesrencontres

Honte à eux !

Depuis cinq ans, Alep-Est se fait écraser sous les bombes des d’Al-Assad, suivies par celles de Poutine depuis Octobre 2015.

Nos appels, nos rassemblements n’ont eu aucun impact.

Nous avons aussi échoué à entraîner la mobilisation nécessaire pour donner du poids à nos valeurs.

Certains candidats à l’élection présidentielle de mai 2017 soutiennent que les Russes et Al-Assad sont LA solution pour détruire l’Etat islamique. Que la communauté internationale parle avec la Russie, c’est une nécessité. La vérité, c’est que les bombes détruisent les populations civiles, les écoles, les hôpitaux, etc, ce qui est un assassinat de masse. Elles visent aussi tout ce qui pourrait représenter une alternative modérée au régime.

Nous condamnons nos responsables politiques qui s’accommodent voire approuvent ces assassinats de masse, ces crimes de guerre.

A Alep, les bombardements ne sont pas aveugles, ils sont ciblés et les morts ne sont pas des dommages collatéraux.

Nous continuerons à parler d’Alep, des autres bains de sang, à Deraa, à Homs,à Idleb, dans la Ghouta, perpétrés par Al-Assad, Poutine et leurs alliés (Iran, Hezbollah,…). Nous continuerons à parler des flots de réfugiés qui fuient ces frappes puis viennent s’échouer sur les plages de notre Méditerranée. Nous continuerons à alerter sur les usines à terroristes que créent les bombes russes. Nous continuerons à nous battre pour raconter ce qui se passe vraiment en Syrie.

Après le Rwanda, la Yougoslavie, la Guerre en Irak de 2003, une fois de plus, l’horreur et l’inacceptable se déroulent sous nos yeux. Et nos dirigeants ne font rien. Honte à eux !

LA CRISE ACTUELLE N'EST PAS UNE CRISE DES RÉFUGIÉS MAIS UNE CRISE DE L'ACCUEIL DES RÉFUGIÉS EN FRANCE ET EN EUROPE

A l’heure où certains se servent des malheurs du monde pour de bas calculs politiques, jouent sur les peurs, en brouillant la réalité, bafouent les droits de l’Homme (celui de demander asile), la section LDH du pays Royannais réaffirme son soutien et sa solidarité envers toutes celles et tous ceux, citoyens du monde, qui donnent un sens au droit d’asile, et servent la cause de l’humanité.

Elle tient aussi à témoigner à toutes celles et ceux qui ont fui des pays dévastés par la guerre, les catastrophes, soumis à des dictatures, que beaucoup de citoyens français souhaitent les accueillir, comme ils ont pu l’être, pour certains et en d’autres temps, quand ils ont dû aussi fuir des guerres.

La crise actuelle n’est pas une crise des réfugiés mais une crise de l’accueil des réfugiés, dans nos communes, en France et en Europe.

Nos pays ne sont pas menacés par une vague d »immigration massive » comme certains veulent le faire croire. Soyons précis face à ceux qui ne le sont pas.

L’an dernier, la France a accordé l’asile à 19 506 personnes. Soit l’équivalent d’à peine 0,03% de sa population. Un chiffre quasi stable depuis des années.

Depuis septembre 2015, à peine 5000 personnes ont été relocalisées (1600 en France) sur les 160 000 qui doivent l’être à l’échelle européenne d’ici 2017 (30 000 en France).

4000 personnes ont péri en Méditerranée en 2016, plus de 12 000 depuis le naufrage de Lampedusa en octobre 2013 .

A Royan, en proposant il y a quelques jours une charte « ma commune sans migrants », deux élus d’extrême droite refusent l’installation de centres d’orientation et d’accueil mis en place par l’Etat pour répondre aux situations indignes et inhumaines des bidonvilles de Calais ou de Paris. Ils refusent également la création de places pour des demandeurs d’asile (CADA), écrasant ainsi du pied un droit fondamental.

Depuis plusieurs mois, des personnes, hommes, femmes, enfants, ont trouvé refuge en pays royannais, à Corme-Ecluse, à Étaules, à Meschers. Venant de Syrie, d’Irak, du Soudan, d’Afghanistan, d’Iran. Certains ont été amenés en bus pour désengorger les camps de Calais, de Grande-Synthe ou de Paris. D’autres sont venus de Grèce, dans le cadre du plan dit de relocalisation européen. Des bénévoles se sont mobilisés auprès d’eux ainsi que des professionnels en charge de leur hébergement et de leur accompagnement. Ces témoignages sont la véritable expression de notre humanité.

Dans notre région, beaucoup de citoyens sont prêts à apporter leur soutien à l’accueil des exilés.

Certains élus préfèrent n’entendre que ceux qui crient et vocifèrent.

Il n’y a pas de débat à avoir sur le droit d’asile. C’est un principe fondamental, un droit inscrit par la Convention de Genève, au lendemain de la seconde guerre mondiale, à l’époque où l’on comprenait qu’il fallait savoir accueillir l’autre.

Notre pays a trop longtemps fermé les yeux sur tous les pays beaucoup moins riches et stables que le nôtre, qui accueillent l’essentiel des mouvements de migrations provoqués par des catastrophes naturelles et des conflits.

Le débat d’aujourd’hui porte sur notre capacité à accueillir dignement ces personnes.

En Europe même, d’autres pays assument cet accueil à des niveaux sans commune mesure à celui de la France. Ramenons donc ces questions à de justes proportions. Revenons aux enjeux fondamentaux des droits de l’Homme.

La Ligue des droits de l’Homme réaffirme que le droit d’asile est un droit fondamental, inconditionnel, et que l’accueil et l’hospitalité sont des devoirs.

Nous appelons donc à combattre les discours qui refusent à des hommes, des femmes et des enfants leurs droits élémentaires d’êtres humains, et à s’inspirer des valeurs républicaines d’égalité et de fraternité pour agir.

Samedi 19 mars à Royan : rassemblement pour la Syrie

RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE SYRIEN

Samedi 19 mars 2016

15 h à Royan
Carrefour des Droits de l’ Homme – place Charles de Gaulle

À l’appel d’ACAT, LDH, ATTAC, SOLIDARITÉ SAINTONGE SYRIE

Merci de venir avec un rameau d’olivier, ou tout autre signe de paix, pour une action symbolique autour du Carrefour des Droits de l’Homme.

——————————–
Pas d’impunité pour les responsables de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre.
Nous exigeons le libre accès des secours et l’arrêt de toute attaque contre les civils.
Nous soutenons le projet du peuple syrien d’une Syrie libre et démocratique.

——————————-

A noter également d’ici là, deux RV sur Saintes, à l’initiative de la LDH de Saintes et de Solidarité Saintonge Syrie :

Mercredi 16 Mars à 18h, à la Musardière (Rue Alsace-Lorraine-Saintes)

Rencontre poétique, avec Omar Youssef Souleimane, poète

 Jeudi 17 Mars, à 20h30 (Salle Saintonge – Saintes)

Rencontre-débat,avec Hala Kodmani : La situation en Syrie. 5 ans de guerre, pourquoi ? La paix, c’est pour quand ?

14 – 18 mars : une semaine pour la Syrie à Saintes

Une Semaine pour la Syrie à Saintes

14 – 18 Mars

Organisée par

sectionde Saintes de la Ligue des Droits de l’Homme,

association Solidarité Saintonge-Syrie

association Souria Houria (Syrie Libre)

 

Programme détaillé

1 – Du Lundi 14 au Jeudi 17 Mars.
Rencontres au Lycée Bellevue de Saintes,

avec Omar Youssef Souleimane (Poète réfugié politique), Hazar Bakbachi -Henriot (plasticienne), Hala Kodmani (journaliste), Rana Haj Ibrahim (journaliste, réfugiée politique).

Sont concernées : 12 classes, de la Seconde à la Terminale, avec 12 professeurs (5 professeurs d’Histoire-Géographie), 4 professeurs de Lettres, 2 professeurs d‘Arts plastiques, 1 professeur de Philo.

Pendant deux semaines, exposition au Centre de Documentation :

« Regard sur la Syrie »

  • Le patrimoine syrien dans la guerre
  • – des syriens nous parlent (textes, dessins, ….)

2 – Mercredi 16 MarsRassemblement à 16 h, Place de l’Echevinage, dans les rues piétonnes de Saintes,

en soutien à la population syrienne, en lutte pour ses libertés depuis 5 ans.

Prises de parole – distribution de tracts

 

3 – Mercredi 16 Mars, à 18h, à la Musardière (Rue Alsace-Lorraine-Saintes)

Rencontre poétique, avec Omar Youssef Souleimane, poète

Lecture de poèmes – échanges avec le poète.

 

4 – Jeudi 17 Mars, à 20h30 (Salle Saintonge – Saintes)

Rencontre-débat,a vec Hala Kodmani

La situation en Syrie. 5 ans de guerre, pourquoi ? La paix, c’est pour quand ?

 

 

Syrie_Saintes

DERNIÈRE MINUTE : M Quentin ne viendra finalement pas

M Didier Quentin, député-maire de Royan, nous a informé qu’il ne pourrait finalement pas être là à la réunion publique du vendredi 26 février au Palais des Congrès, réunion sur le thème de l’état d’urgence.

Mais rassurez-vous, M Tubiana, président d’honneur de la Ligue des Droits de l’Homme sera lui fidèle au poste pour une soirée d’échanges et de débat avec tou.te.s les citoyen.ne.es présent.e.s.

http://www.ldh-france.org/section/royan/2016/02/16/26-fevrier-2016-a-royan-debat-sur-letat-durgence/

26 février 2016 à Royan : débat sur l'état d'urgence

26fev

Tout a été vite ! Dans les heures, dans les jours qui suivirent les attentats de novembre 2015, le gouvernement décrète l’état d’urgence, vieil outil législatif obsolète puisque datant d’avant notre Constitution de 1958. L’état décide donc de modifier cette Constitution et d’y incorporer cette notion d’état d’urgence. Mais pas seulement ! Toute une série de lois et de projets d’exceptions suivent (1) : déchéance de nationalité, perquisition administrative, assignation à domicile, contrôle des manifestations, pouvoir de police renforcé, etc …

On veut nous faire croire que la lutte contre le terrorisme ne peut se satisfaire de notre droit commun et que le recours à l’exception serait la meilleure des réponses. Notre société s’est radicalisée et réclamerait de plus en plus de mesures sécuritaires, quitte à les rendre permanentes en droit, quitte à perdre des pans de libertés fondamentales.

Agir dans l’émotion, sous le coup d’une certaine peur populaire, c’est le choix du gouvernement mais pas seulement ; la politique mauvaise conseillère, la course aux élections pousse à légiférer aussi en réponse aux idées d’extrême droite. Mais de basses réponses n’endiguerons pas ce problème, nous le savons.

Sur les près de 3000 perquisitions et 500 assignations à résidence, une poignée à peine ont débouché sur des mises en examen pour des faits liés au terrorisme. Et pourtant, l’état veut prolonger l’état d’urgence et nous promet une énième loi antiterroriste. Quelques mois à peine après la précédente, ayant suivie les attentats de janvier 2015. Jusqu’où la surenchère ?

Le pouvoir judiciaire (garant de nos libertés individuelles) s’efface au profit du pouvoir administratif. Dans le même temps, ce que l’on constate, c’est toujours plus d’arbitraire.

La LDH du pays royannais vous invite à venir débattre de ces sujets avec Michel Tubiana, avocat, président d’honneur de la LDH, qui nous alertera sur les menaces qui pèsent sur notre démocratie et nos libertés, et Didier Quentin, député, appelé à se prononcer sur ces projets de loi (révision de la constitution, prolongation de l’état d’urgence, réforme pénale).

Lors du 1er vote du projet de loi de révision de la Constitution à l’Assemblée nationale, jeudi 10 février, les députés de la Charente Maritime ont voté contre (D.Bussereau, O. Falorni, D. Quentin, S.Tallard) ou se sont abstenus (C.Quéré).