Lettre au conseil départemental des Alpes-Maritimes – Quel est le coût des mineurs isolés ?

Nice, le 15 février 2017

La Ligue des Droits de l’Homme – section de Nice – Maison des associations – 12ter Pl Garibaldi 06300 Nice

à

Monsieur le directeur général des services du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes

Secrétariat du DGS – Centre Administratif Départemental – 147 Bd du Mercantour BP 3007 –  06201 Nice cedex 3

Objet : tribune libre – Nice Matin du 9 février 2017.

Monsieur,

la veille du délibéré concernant M. Cédric Herrou , vous avez publié dans le quotidien Nice Matin une tribune libre sous le titre : « Oui, le conseil départemental remplit sa mission en faveur des mineurs étrangers ».

Nous observons tout d’abord que vous sous-entendez que M. Hérrou dénigrerait le travail des salariés du CD, ce que, pour notre part, nous n’avons jamais lu ou entendu.

Plusieurs affirmations de votre tribune libre sont contestables. En particulier, il est surprenant que vous laissiez entendre que la voie d’entrée normale dans le dispositif de protection de l’enfance est de s’adresser en priorité aux services de police ou de gendarmerie, alors même que, en application de la loi du 14 mars 2016 sur la protection de l’enfant et son décret d’application du 24 juin 2016 (article R 221-11 CASF), c’est précisément la mission du CD d’organiser l’accueil et l’évaluation des mineurs non accompagnés.

Nous avons aussi relevé que vous évaluez le coût de la gestion des mineurs étrangers isolés à 10 millions d’euros par an. Ce montant est avancé depuis plusieurs années par le CD06, sans que l’on ait pu obtenir d’éclaircissements. Dans un article (non signé) intitulé sans aucune ambiguïté : « Le coup de gueule d’Eric Ciotti face à l’afflux de mineurs étrangers », paru le 23/01/2016 dans le quotidien Nice Matin, il était déjà fait allusion à ce montant de 10 M€/an. Nous avions sollicité la rédaction de Nice Matin afin qu’elle obtienne des précisions (mail du 25/01/201), démarche restée sans réponse. Nous observons que ce montant de 10 M€ est avancé aussi bien pour l’accueil de 1.265 MEI en 2015 (NM 23/01/2016) que pour celui de 213 mineurs début 2017 (votre tribune libre). Aussi, nous souhaiterions savoir sur la base de quels éléments comptables vérifiables, extraits soit de votre système de comptabilité analytique, soit d’une éventuelle comptabilité par activité qui aurait isolé les coûts imputables aux mineurs étrangers, vous fondez cette affirmation. L’observation du fonctionnement du centre d’accueil de MNA ouvert au CIV montre que celui-ci fonctionne avec un sous effectif d’encadrement évident, des activités en principe obligatoires d’animation, d’enseignement, de soutien psychologique et d’évaluation sont malheureusement réduites à leur plus simple expression, faute de moyens humains. Il serait donc erroné de raisonner à partir de coûts standard qui incluraient ces prestations qui ne sont que très partiellement servies aux MNA placés sous votre responsabilité.

Dans l’attente, nous vous prions d’agréer, monsieur le directeur général, l’expression de notre considération distinguée.

Swanie Potot

Présidente de la section de Nice

Roya’s borders park – Un parc à thème dans la vallée de la Roya ?

caminata-nocturna

Roya’s borders park – Un parc à thème dans la vallée de la Roya ?

« Au Parque EcoAlberto dans l’État mexicain d’Hidalgo, les visiteurs peuvent franchir de façon fictive la frontière avec les Etats-Unis. La visite dure 3 heures durant lesquelles ils marchent et courent dans une ambiance faite d’aboiements rauques, de menaces de gardes-frontières et autres éléments marquants vécus par les émigrés clandestins » (1)  – Philosophie Magazine, Sven Ortoli « Les lois des parcs d’attraction » Novembre 2016.

Le conseil départemental des Alpes-Maritimes, qui vient de créer un parc à thème « Vésubia Mountain park » dans la vallée de la Vésubie, (2) pourrait aussi créer un parc à thème « Roya’s borders park » .

En s’inspirant du modèle mexicain (1), la brochure publicitaire de Roya’s borders park pourrait proposer à l’intention des comités d’entreprises l’attraction suivante :  « Dans la peau d’un érythréen »

« Faites vivre à vos salariés une soirée inoubliable dans la vallée de la Roya. En partant de la frontière italienne, nos passeurs leur feront vivre un palpitant simulacre de franchissement de la frontière en empruntant la voie de chemin de fer sur cinq kilomètres ; au passage du TER, ils devront bien se plaquer contre les parois du tunnel et à la sortie les gendarmes tenteront de les appréhender. Mission de vos salariés : ramper dans la boue sur 100 mètres, puis courir le long du ravin sur 500 mètres, afin de se cacher sous un talus prévu à cet effet. Si les gendarmes les interpellent, ils les reconduiront aussitôt à leur point de départ (principe du jeu de l’oie). Chaque salarié qui aura échappé aux gendarmes se verra attribuer un certificat de passage de la frontière qui le distinguera de ses collègues moins astucieux. Toutefois, l’objectif de la randonnée est d’améliorer l’esprit d’équipe et d’entraide au sein de votre entreprise, tout en permettant à vos salariés de passer une soirée agréable dans un cadre champêtre enchanteur.

Bien entendu, tout est factice : les passeurs sont salariés du parc, le tunnel est en carton, le train en contreplaqué, les gendarmes sont des figurants ; vous le savez bien, on n’a jamais vu l’hombre d’un d’un érythréen  la vallée de la Roya, ce merveilleux havre de paix, particulièrement adapté aux randonnées entre amis et où il fait bon vivre.

A la fin du périple, un chocolat chaud est servi à tous les participants. Groupes de 15 personnes maximum. Prix : 35 € par personne»

xxx

(1) Ce n’est pas un article du Gorafi !

Pour accéder site mexicain « El Ecolaberto » , cliquez ici :  http://www.ecoalberto.com.mx/atracciones.php

Voir « l’attraction » « caminata nocturna »

Traduction de l’espagnol :

« La randonnée nocturne est un concept totalement différent et unique qui inclut un simulacre de franchissement de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. El Alberto était jusqu’à il y a peu de temps une communauté oubliée, avec beaucoup d’analphabètes et c’est pour cette raison que plus de 70 % de la population émigrait aux Etats-Unis à la recherche d’un futur meilleur. A l’origine, le concept de randonnée nocturne a été créé pour les jeunes paysans de la communauté, afin qu’ils ne risquent pas leurs vies en cherchant « une vie meilleure dans un autre pays » (vivre le fameux rêve américain) en leur suggérant des perspectives et en les motivant afin qu’ils envisagent de nouveaux projets productifs.

Le périple démarre au niveau de l’église catholique de la communauté ou le groupe participe à une séance de motivation, en mettant l’accent sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un simple entraînement, mais d’une activité dont l’objectif est de conscientiser la population et de procurer des emplois à nos villageois. Pendant le parcours, on met en exergue les valeurs d’unité, de solidarité, de confiance en soi, en éliminant tout biais qui pourrait être un obstacle pour atteindre l’objectif que chaque participant s’est fixé.

La tombée du jour entraîne une plénitude bienveillante grâce au contact avec la flore et la faune. A la fin de la traversée, une grande surprise les attend en l’honneur de nos ancêtres et des membres de la communauté lesquels, en cherchant ce rêve américain, ont pris de l’avance dans leur chemin vers la vie éternelle. »

« NB : la randonnée et la retraite au flambeau ont lieu seulement les samedis et pour un groupe d’au moins 25 personnes (prix 250 pesos par personne ) »

xxx

(2) avec un plan d’investissement de 65 millions d’euros, alors que, paraît-il, il n’y a plus un euro pour accueillir, dans le département des Alpes-Maritimes, les mineurs isolés étrangers.