Mémoire d’un condamné CINE DROIT

Dimanche 11 février

Surnommé « le Dreyfus des ouvriers »
L’affaire Durand est un des cas les plus violents de la justice de classe que l’on puisse imaginer »,
a écrit Jean Jaurès.

Jules Durand, docker-charbonnier et syndicaliste du Havre, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. Surnommé « le Dreyfus des ouvriers », il sera innocenté en 1918 sous la pression d’une campagne internationale de soutien. Mais il finira ses jours à l’asile, rendu fou par l’injustice et les persécutions. Les auteurs de la machination et commanditaires des faux témoignages ne seront jamais jugés. « L’affaire Durand est un des cas les plus violents de la justice de classe que l’on puisse imaginer », a écrit Jean Jaurès. Ce documentaire en forme d’enquête dans les rues du Havre, auprès de « ceux qui auraient pu croiser le chemin de Jules Durand », est si exemplaire qu’il fait rêver d’une adaptation fictionnelle par Robert Guédiguian ou Ken Loach.

A 11 H AU MAJESTIC BASTILLE 2 bd Richard Lenoir TARIF 6.20€

Film documentaire Réalisé par Sylvestre Meinzer (2017)
En présence de la réalisatrice et de Bernard Teper,
co-animateur du Réseau Education Populaire (REP),
membre du comité de rédaction du journal Respublica
et du conseil scientifique d’ATTAC,

Débat « Penser l’anti-racisme » Samedi 10

Débat « Penser l’anti-racisme »
comment trouver des terrains communs
et de nouveaux outils ?

1ere étape d’un processus qui se déploiera sur plusieurs mois :
partager notre compréhension du paysage actuel
afin de dégager un consensus et des regards croisés

A 14h30 au Point Ephémère
200 quai de Valmy 75010
Métro Jaurès

Au programme :

  • Présentation de la problématique avec
    Boudjemaâ Dahmane, président de la section et
    Patrick Simon, socio-démographe à l’INED
  • travail en ateliers
  • restitution des ateliers et conclusion provisoire

DES LOIS et DES HOMMES CINE DROITS

C’était samedi 15 au Majestic avec la LDH… vous l’avez raté… toujours au cinéma

John O’Brien, un pêcheur de la petite île de Bo Finne en Irlande ne savait pas qu’il se lancerait dans une longue croisade quand il a initié avec l’aide d’un groupe d’insulaires, d’experts internationaux et d’ONG, une campagne européenne pour retrouver son droit ancestral de pêcher. Comment aurait-il pu mesurer l’ampleur de la tâche ? Filmé pendant 8 ans, le film raconte comment cet homme s’est lancé tel « David contre Goliath » au cœur de la nouvelle réforme de la pêche commune à Bruxelles pour comprendre et essayer de changer le système qui lui a tout enlevé. C’est l’histoire d’un homme, l’histoire d’une communauté, d’un pays et de toute l’Europe entière.

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/44722_1

Ordonnances « travail » : une réduction des droits aux couleurs du mépris social

VOIR la suite et TELECHARGER le tract UNITAIRE ICI
LIRE le communiqué de la LDH ICI

Manifestation contre la réforme du Droit du Travail
MARDI 12 SEPTEMBRE A 14h BASTILLE >>> NATION

Le code du travail dissuaderait les embauches?
FAUX !
Même l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) dit qu’il n’y a aucune
corrélation entre la baisse des protections des salariés et l’emploi. Selon une enquête del’INSEE, les patrons eux-mêmes estiment que ce sont les perspectives économiques qui comptent le plus pour embaucher.
Avec ma convention collective mes droits seront toujours plus favorables.
FAUX !
L’accord d’entreprise va devenir prioritaire dans la plupart des domaines même s’il est moins favorable que lecode du travail ou la convention collective (c’est déjà le cas pour les heures supplémentaires). Même sans accord, les petites entreprises pourront être dispensées d’appliquer en partie la convention collective.
Si mon contrat de travail est plus favorable qu’un accord d’entreprise, il continue à s’appliquer.
FAUX !
L’accord d’entreprise sera prioritaire et si je refuse qu’il s’applique à mon contrat cela constituera un motif de licenciement.
Mon patron pourra licencier, même de manière abusive, à moindre frais.
VRAI !
Si vous gagnez aux prud’hommes, les dommages-intérêts versés par votre patron seront plafonnés. Il sait donc exactement combien cela lui coûtera de vous virer, indépendamment du préjudice que vous auriez subi.
Si mon entreprise appartient à un groupe international qui fait des profits, je ne pourrai pas être licencié.
FAUX !
L’appréciation du motif économique sera limitée aux entreprises établies en France. Il sera facile
d’organiser une faillite par un simple jeu d’écriture comptable.
Avec le CDI, il n’y a pas de fin prévue au contrat de travail.
FAUX !
Le gouvernement veut généraliser le « CDI d’opération» dont la fin est programmée dès l’embauche une fois le projet terminé. Ce n’est tout simplement plus un CDI et c’est la précarité généralisée !
Un employeur devra obligatoirement conclure un accord avec les syndicats majoritaires dans l’entreprise pour réduire les droits prévus par la convention collective.
FAUX !
Il pourra organiser un référendum pour contourner les syndicats. Dans les petites entreprises, il pourra négocier avec n’importe quel salarié même s’il y a des syndicats. C’est la porte ouverte au chantage à l’emploi !
Pour me défendre je pourrai compte r sur les représentant/es du personnel, aller aux prud’hommes ou à l’inspection du travail.
DE MOINS EN MOINS !
Le nombre de représentant/es du personnel va diminuer avec la fusion des délégué/es du
personnel, du comité d’entreprise et du CHSCT et ils seront plus éloignés de mon lieu de travail. Le projet va dissuader le recours aux prud’hommes, déjà rendu plus compliqué par la loi Macron de 2015 (appliquée le 1er août 2016).
Par ailleurs, du fait des politiques d’austérité, le nombre d’inspecteurs/trices du travail continue à diminuer (-16% à Paris l’annéeprochaine !).
Il ne s’agit que de quelques exemples, la régression est totale !
Le gouvernement veut définitivement enterrer un code du travail assurant les protections collectives et droits supplémentaires à tous les salarié/es. Tout est fait pour renforcer le pouvoir des patrons.
Comme pour la loi Travail 1 qui a mené à l’utilisation du 49.3, le gouvernement sait que ses ordonnances sont impopulaires. Nous pouvons l’obliger à abandonner ses projets par notre mobilisation, dans l’unité. Cette mobilisation sera également un avertissement : nous serons vigilants pour les réformes à venir de l’assurance chômage et maladie.

MARDI 24 NUIT des DEBATS Libertés et technologies de l’information et de la communication

Protection de la vie privée et des libertés collectives face au numérique

19 mars- prochain ciné droits de l’homme

« Un Paese di Calabria » Projection-débat

Film de Shu Aiello et Catherine Catella,France/Italie/Suisse, 2015, 1h30, VOSTF

La Fédération de Paris de la Ligue des Droits de l’Homme et l’association « Autour du 1er mai » vous invitent à la projection du film « Un Paese di Calabria »

****
Le village de Riace au sud de l’Italie a longtemps subi un exode rural massif. Un jour, un bateau transportant deux cents kurdes échoue sur la plage.
Spontanément, les habitants leur viennent en aide. Petit à petit, migrants et villageois vont redonner vie au village.
Le film nous immerge au cœur de cette vie avec ses traditions archaïques et sa modernité.

Ainsi, alors que dans les pays de l’Union Européenne, l’accueil des migrants est présenté comme une charge impossible à assumer, dans ce village pauvre de nombreux migrants de toutes origines sont accueillis et semblent s’intégrer sans difficultés particulières.

DÉBAT
La projection sera suivie d’un débat, sur le thème Droit d’asile, droit d’accueillir,
en présence de

  • Shu Aiello, réalisatrice
  • Catherine Teule, Vice-présidente de l’Association européenne pour la défense des droits de l’Homme (AEDH).


LIEU
Cinéma Majestic-Bastille
2 bd Richard Lenoir

Paris, 75011 France + Google Map

Séance 11h , Tarif 6 euros

 

Lundi 20 soirée conviviale- dernière réunion de section

Nous vous rappelons que la réunion de section se tiendra comme prévu

le lundi 20 à 19h30
à l’AGECA 177 rue de Charonne 75011
métro Alexandre-Dumas.

Nous proposons pour cette dernière réunion d’avant les congés d’été, d’organiser une soirée conviviale avec boissons, nourritures salées/sucrées façon auberge espagnole ; les boissons seront prises en charge par la section.

Nous proposons l’OJ suivant :

– bilan des actions menées par notre section au cours de l’année et perspectives

– bilan des actions menées par la LDH nationale et perspectives

– préparation de la rentrée de septembre

Venez nombreux !
Cordialement. Boudjemaâ Dahmane, Président

Mercredi 01 juin Assemblée autour d’un débat sur la démocratie.

mercredi 1er juin de 18h à 20 h Place de la République

La commission Droits de l’Homme et Démocratiecommission_visu_01 (section 10/11)
participera à
l’Assemblée qui sera organisée autour d’un débat sur la démocratie.

Une prise de parole d’universitaires de 15 minutes sera suivie d’un débat avec l’assemblée.
* Dans quelle impasse nos institutions démocratiques se trouvent elles ?
* Quelles solutions pour réinvestir l’idée de démocratie, rendre réelle l’idée d’un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ?

Venez répondre collectivement à ces questions.
Seront accueillit pour lancer le débat le philosophe Croate Srećko Horvat ainsi que le chercheur en sciences politiques Loic Blondiaux, et peut être Rosanvalon

La commission europe interviendra égalemment, comme la commission économie politique

samedi 28 Debout pour les droits de l'Homme et du Citoyen !

Droits de l’Homme et démocratie – Débat Violences policières (voir l’évènement) (voir l’invitationcommission_visu_01)

Violences policières : exigeons la transparence

Quel usage font nos policiers et gendarmes de la force publique dont ils sont dépositaires ? La plus grande opacité règne sur le sujet. Nous ne savons pas combien de personnes sont blessées ou tuées lors d’opérations des forces de sécurité. Nous ne savons pas quelles armes sont utilisées, ni à quelle fréquence. (ACAT)

Campagne « Violences policières : brisons le silence /informez vous/signez la pétition

Intervenants :
Alain Esmery, membre du bureau National et Fédéral de la Ligue des Droits de l’Homme,
Madame Masquelier, de la FCPE du Lycée Voltaire
Boudjemaâ Dahmane, Président de la section 10/11e de la LDH.
Un membre de l’ ACAT

Lundi 23 mai -Réunion de section MENACES SUR LA DEMOCRATIE

L’ÉTAT D’URGENCE AU PROFIT DU MAINTIEN DE L’ORDRE SOCIAL

MENACES SUR LA DEMOCRATIE

Nous vous proposons à partir d’une analyse de la situation présente :

– accumulation de lois et de mesures liberticides (prolongation de l’état d’urgence, réforme de la loi pénale, loi travail et 49.3, violences policières…)
– et mobilisations qui s’ensuivent
de débattre du rôle et des actions de la LDH au niveau de notre section et au niveau national. D’ores et déjà nous joignons à ce mail le dernier communiqué émanant du siège de la Ligue ; nous aurons animé une commission Nuit Debout Droits de l’Homme/Démocratie et participé aux collectifs 10e et 11e contre la loi travail.
+ Points divers

Nous comptons sur votre présence.

Lundi 23 mai à 19h30
à l’AGECA, 177 rue de Charonne
75011 (metro Alexandre Dumas)