Municipales: interpellation des candidats – mars 2014

Elections municipales des 23 et 30 mars 2014

Interpellation des candidat(e)s des 5ème et 13ème arrondissements

Comme elle l’a fait lors des élections municipales de 2001 et de 2008 la section Paris 5/13 a interpellé la plupart des candidat(e)s dans les 5ème et 13ème arrondissements.

Elle n’a pas sollicité les candidats du FN qui prônent une société inégalitaire fondée sur la discrimination et exacerbent les replis identitaires dans le sens du rejet de l’Autre.

Le questionnaire élaboré par ses membres porte sur des thèmes sur lesquels la LDH Paris 5/13 intervient activement (questionnaire) :

– les institutions et la démocratie locale : le droit de vote des résidents étrangers, le non cumul des mandats, les conseils de quartier et la vie associative
– le logement : la construction de logements sociaux, la prévention des expulsions, la création d’aires d’accueil des gens du voyage
– l’action sociale, l’enfance et la santé : l’accueil effectif des mineurs isolés étrangers, le parrainage des familles sans papiers et des jeunes majeurs scolarisés, le soutien aux structures qui agissent en matière d’information sur la contraception, et à celles qui pratiquent l’IVG
– sécurité et libertés : les pouvoirs de police du maire de Paris, les arrêtés anti-mendicité et le financement de la vidéo surveillance dans l’espace public.

La LDH a adressé un courrier et le questionnaire aux candidat(e)s suivants :

5ème arrondissement : Laurent AUDOUIN (EELV), Florence BERTHOUT (UMP UDI Modem),Marie-Christine LEMARDELEY (PS PC PRG), Martine MASSON-CHRETIEN (PG-Ensemble), Dominique TIBERI.

13ème arrondissement : Yves CONTASSOT (EELV), Jean-Claude COQUERET (PG-Ensemble), Jérôme COUMET (PS PC PRG), Edith GALLOIS (UMP UDI Modem), Eric MARTIN (MRC MUP), Aurane REIHANIAN (Paris libéré).

Elle remercie Laurent AUDOUIN (EELV), Yves CONTASSOT (EELV), Jean-Claude COQUERET (PG-Ensemble), Jérôme COUMET (PS PC PRG), Marie-Christine LEMARDELEY (PS PC PRG) et Eric MARTIN (MRC MUP) pour leurs réponses.

Comme elle s’y est engagée, elle met à disposition de toutes et de tous les réponses que vous trouverez ci-dessous.

Elle attend des futurs élus qu’ils prennent les mesures nécessaires pour :

– Faire vivre la démocratie locale en donnant aux conseils de quartier et aux associations les moyens de pouvoir agir,
– Construire une ville solidaire avec des services publics qui soient à la disposition de tous et auxquels tous doivent avoir accès,
– Assurer le logement de toutes les familles, y compris celles dont les moyens économiques sont les plus faibles
– Bannir l’exclusion en refusant de stigmatiser des catégories entières de population en raison de leur origine ou de leur religion, et en luttant contre toute forme de racisme et de discrimination.

La LDH laisse chacune et chacun s’approprier les réponses apportées. Elle appelle les citoyennes et les citoyens à faire vivre la démocratie en participant aux élections municipales des 23 et 30 mars prochains.

Paris, le 20 mars 2014.

Voici les réponses que nous avons obtenues des candidats  :

La réponse de Laurent Audouin (5e – Ecologie Les Verts)

La réponse de Marie-Christine Lemardeley (5e – Parti Socialiste)

La réponse de Yves Contassot (13e – EELV)

La réponse de Jean-Claude Coqueret (13e –  Front de Gauche)

La réponse de Jérôme Coumet (13e- PS)

La réponse de Eric Martin (13e – Mouvement républicain citoyen)

Campagne Droit de vote 2014

Droit de vote pour tous les résidents étrangers dès 2014

Pour une République ouverte et fraternelle

Signez et faites signer la pétition sur www.droitdevote2014.org

Une pétition et un appel à la mobilisation citoyenne pour le droit de vote des étrangers aux élections locales dès 2014, initiés par plus de quarante organisations (associations, syndicats et partis politiques), dont la LDH

Tout le matériel (tract, affiches, pétitions à faire signer)

_____

Monsieur le Président de la République,

Nous vous demandons d’engager le processus de révision constitutionnelle permettant d’instaurer le droit de vote et d’éligibilité pour nos concitoyen(ne)s résident(e)s étranger(e)s aux élections locales, dès les municipales de 2014.

Cet impératif d’égalité et de démocratie est urgent !

Le suffrage universel a été une longue conquête dans l’histoire de la République.

Si, en 1793, lors de la Révolution, la première République en adopta le principe, il fut réellement mis en œuvre par la IIe République, après la Révolution de 1848. Mais le suffrage resta limité aux hommes jusqu’en 1944, lorsque fut enfin instauré, à la Libération, le droit de vote pour les femmes. Trente ans plus tard, en 1974, l’âge du droit de vote fut abaissé de 21 à 18 ans.

En 1998, les étranger(e)s citoyen(ne)s des pays de l’Union européenne résidant en France ont été admis(es) au vote et à l’éligibilité pour les élections municipales et au Parlement européen.

En mai 2000, l’Assemblée nationale vote une proposition de loi accordant le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales pour les étranger(e)s extracommunautaires, qui résident légalement sur le territoire depuis cinq ans au moins. Le Sénat, à son tour, le 8 décembre 2011, adopte cette même proposition. Il reste à mettre en œuvre la révision constitutionnelle nécessaire.

De nombreux(ses) responsables politiques de gauche, et aussi du centre et de droite, se sont exprimé(e)s en faveur de ce droit.

En 2012, lors des élections présidentielles et législatives, la nouvelle majorité a inscrit cette réforme dans son programme. Conformément à ses engagements dans sa déclaration de politique générale, le Premier ministre, en juillet puis en septembre, a promis qu’il y aurait un projet de loi en 2013.

Près de deux millions et demi d’étranger(e)s extracommunautaires vivent et travaillent dans des communes où elles/ils participent à la vie locale et paient des impôts. Nombre d’entre elles/eux sont responsables d’associations, délégué(e)s de parents d’élèves, délégué(e)s syndicaux(cales)…

La vie locale est un lieu essentiel de la vie démocratique et il n’existe aucune raison pour que toutes cel les et tous ceux qui résident sur ces territoires n’y participent pas de façon égale. Il est temps de franchir une nouvelle étape pour l’élargissement du suffrage universel, la démocratie, la cohésion sociale et pour l’égalité des droits.

Les promesses électorales faites depuis plus de trente ans, approuvées par les électeurs(trices) à au moins quatre reprises, depuis 1981, doivent maintenant être tenues.

Nous appelons à la mobilisation citoyenne pour que cette réforme, essentielle pour une République ouverte et fraternelle, soit mise en œuvre dès les élections municipales de 2014.

Signataires au 28 décembre 2012 :

Associations : Agir contre le racisme (ACR) – Nice, Aseca – Lettre de la citoyenneté, Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (Acort), Association de soutien aux étrangers du Val-de-Marne (Assouevam), Association des Marocains de France (AMF), Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Association Horizome, Association nationale des élus communistes et républicains (Anecr), Association Nedjma, Association pour une citoyenneté européenne de résidence (Acer), Atams, Attac France, Banlieues actives, Cedetim, Collectif « Avà Basta », Collectif « Diversi-T37 », Collectif national pour les droits des femmes (CNDF), Collectif pour l’avenir des foyers (Copaf), Collectif « Votation citoyenne », Conseil français de la citoyenneté de résidence (Cofracir), Fédération des élu(e)s verts et écologistes (Feve), Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Fondation Copernic, France terre d’asile (FTDA), Gauche citoyenne 94, Gisti, Ipam, Les diffuseurs humanistes, Les Indivisibles, Ligue de l’enseignement (LE), Ligue des droits de l’Homme (LDH), Mouvement citoyen des Tunisiens en France (MCTF), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), Mouvement de la paix, Mouvement Utopia, Réseau éducation sans frontières (RESF), Ruptures, Solidarité laïque, Sortir du colonialisme, SOS Racisme, TET-LLÄ, Union des Tunisiens pour l’action citoyenne (Utac), Vérité et justice pour l’Algérie, Visa.

Syndicats : Confédération française démocratique du travail (CFDT), CFDT Mutualité Île-de-France, Confédération générale du travail (CGT), CGT-Radio France, Syndicat national des journalistes CGT, Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL), Fédération syndicale unitaire (FSU), Snes-FSU, Snuclias-FSU, Syndicat des enseignants (SE-Unsa), Syndicat de la magistrature (SM), Union nationale des étudiants de France (Unef), Union nationale lycéenne (UNL), Union syndicale Solidaires.

Partis politiques : Europe écologie les Verts (EELV), Front de gauche (Convergences et alternative (CetA), Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), Gauche anticapitaliste (GA), Gauche unitaire (GU), Les Alternatifs, Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Parti communiste français (PCF), Parti de gauche (PG), République et socialisme (RetS)), Jeunes de l’Union démocratique bretonne (UDB Yaouank/UDB Jeunes), Jeunes écologistes, Jeunes radicaux de gauche (JRG), Mouvement des jeunes communistes de France (MJCF), Mouvement des jeunes socialistes (MJS), Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Parti radical de gauche (PRG).