Parrainage républicain RESF / FCPE – Avril 2016

<br /><br />
En avril 2016, la FCPE et RESF organisent un parrainage républicain pour des familles ou des mineurs isolés étrangers sans-papiers.
Depuis 2006 (la circulaire Sarkozy), Le RESF, la FCPE, ont demandé aux élu.e.s d’ouvrir à Paris leurs mairies pour organiser des parrainages républicains. La grande majorité des municipalités de gauche ont accepté. Dans d’autres villes, sur tout le territoire, d’autres parrainages sont organisés.
L’idée reprend la tradition, sans valeur légale, du « baptême républicain  » ou du « parrainage civil » , crée à la révolution Française, très pratiqué au XIXe siècle ,et au début du XXe, un peu tombé ensuite en désuétude. Il s’agissait à l’époque de faire entrer l’enfant dans la communauté citoyenne et de lui donner les premiers moyens, symboliquement, de participer aux valeurs républicaines et de combattre ainsi l’influence de l’église.

Pour nous, RESF et FCPE, il s’agit aujourd’hui de redonner du sens et du contenu à la conception républicaine d’accueil et d’asile qui a toujours été une valeur fondamentale de notre pays. Valeur si souvent proclamée et malheureusement aussi souvent foulée aux pieds: « la crise des migrants » actuelle en est la pire illustration…

Une cérémonie symbolique qui a un sens politique

Lors de ces cérémonies, l’équipe municipale, le maire accueillent dans notre mairie, dans notre cité, et finalement dans notre république, ces personnes « sans-papiers », leur conférant ainsi une citoyenneté qui leur est institutionnellement déniée.


Nos filleuls reçoivent un certificat de parrainage, signé du maire et des citoyens qui s’engagent conjointement à les accompagner et les protéger.

Accompagner, protéger… Le parrainage républicain n’est donc pas seulement une action symbolique. Que des hommes, des femmes, des enfants, des jeunes, exclus, stigmatisés, privés de leurs droits essentiels, au seul motif de leur situation administrative, soient reconnus comme citoyens à part entière par d’autres citoyens et par les élus, c’est aussi une affirmation politique: la façon dont elle traite les « étrangers » est l’un des marqueurs d’une société et de sa « santé » démocratique.

Accepter d’être marraine ou parrain, c’est donc un engagement individuel et collectif, qui redonne pleinement son sens à ce qui est si galvaudé: la citoyenneté partagée!.

La présence de nombreux citoyens lors de la cérémonie apporte la preuve et constitue le ciment d’une solidarité plus large. Cela  donne à l’évènement une dimension chaleureuse, festive et en souligne la portée politique.