Interpellation des candidats aux élections législatives 2017

La section LDH Paris 5/13 a interpellé les candidats notamment autour de la question l’égalité Femmes / Hommes :

1) Que proposerez-vous pour assurer une réelle égalité entre les femmes et les hommes en matière d’accès à l’emploi, de déroulement de carrière, de rémunération ?

  • réponse de La France Insoumise de la 9ème circonscription de Paris :

« L‘Avenir en Commun dédit à l’égalité réelle une section entière composée de plusieurs propositions dont le futur commissariat à l’Egalité  sera chargé du contrôle et de l’application.

« Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

– Étendre à toutes les entreprises l’obligation d’adopter un plan ou un accord d’entreprise contre les inégalités de salaires et de carrière entre hommes et femmes, aujourd’hui limitée aux entreprises de plus de 50 salariés

– Augmenter les sanctions financières et pénales contre les entreprises qui ne respectent pas cette égalité, pouvant aller jusqu’à l’interdiction d’accès aux marchés publics

– Revaloriser les métiers occupés majoritairement par des femmes (qualifications, grilles salariales…) et agir pour l’égal accès à toutes les formations et à tous les métiers »

(Réf.: L’URGENCE SOCIALE – Réprimer les inégalités femmes-hommes dans les entreprises – L’AEC)

Et plus précisément :

« Afin  de  permettre  l’égalité  professionnelle  entre  les  femmes  et  les  hommes,  nous proposons les mesures suivantes :

– Étendre  à  toutes  les  entreprises  l’obligation  d’adopter  un  plan  contre  les  inégalités de salaires et de carrière entre femmes et hommes, avec obligation de résultat.

– En cas de non-respect de ce plan, supprimer les subventions, les aides publiques et l’accès aux marchés publics, et augmenter les sanctions financières et pénales.

– Revaloriser les métiers occupés majoritairement par des femmes.

– Supprimer  le  travail  partiel  contraint  et  sanctionner  les  entreprises  qui  n’embauchent  qu’à  temps partiel  :  le  CDI  à  temps  complet  doit  être  la  règle,  l’emploi statutaire la norme.Nos propositions : égaux donc féministes12

– Obliger les entreprises à observer un pourcentage égal femmes-hommes en formation et un plan de rattrapage.

– Mettre  fin  au  quotient  conjugal,  système  favorisant  les  inégalités  salariales  entre les femmes et les hommes, en accordant un droit d’option aux couples qui souhaitent le conserver.

– Instaurer des congés parentaux de durée identique entre les parents. »

(Réf.: Égalité femmes – hommes : abolir le patriarcat – Le #23 des « Livrets de la France insoumise » aborde le thème de l’égalité femmes-hommes. Il a été préparé par un groupe de travail animé par Delphine Beauvois, auteure de livres pour la jeunesse et Pablo Seban, comédien. Il a été rendu public à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars 2017.) »

  • réponse de Europe Ecologie – Les Verts de la 9ème circonscription de Paris :

« Nous proposons une priorité à la lutte contre la précarité des femmes : une attention particulière sera portée à l’augmentation du Smic et à la lutte contre les temps partiels subis et le recours abusif à ces contrats.

Les entreprises seront tenues pour responsables de l’inégalité des salaires entre femmes et hommes. La liste des entreprises ne respectant pas leurs obligations en matière d’égalité professionnelle et à ce titre, ne bénéficiant pas des marchés publics, sera rendue publique et mise à jour chaque année. »

  • réponse de Ma Voix de la 2ème circonscription de Paris :

« Si cette question fait l’objet d’un projet ou d’une proposition de loi, les Français⋅e⋅s qui le souhaiteront pourront voter « oui », « non » ou « abstention » sur le texte proposé. Les député⋅e⋅s du collectif #MaVoix reflèteront ce vote dans les mêmes proportions au sein de l’Assemblée. La position des députés #MaVoix sera donc diverse sur cette question, comme le sera celle des Français⋅e⋅s. »

2) Quelles mesures concrètes comptez-vous prendre pour mieux concilier la vie privée et professionnelle des hommes comme des femmes ?

  • réponse de La France Insoumise de la 9ème circonscription de Paris :

« « Favoriser des congés parentaux de durée identique entre les parents

Des services publics de la petite enfance et de la perte d’autonomie permettent aux  femmes  d’être  autonomes  dans  leurs  choix  de  vie.  Nous  proposons  pour  cela de :

– Créer un service public unique d’accueil de la petite enfance et ouvrir 500 000 places en crèche et modes de garde adaptés dans les cinq ans.

– Mettre en place un vaste plan de formation et de recrutement des professionnel·le·s de la petite enfance.

– Attribuer des moyens nécessaires à la protection maternelle et infantile afin d’assurer le suivi des familles et enfants avant et après la naissance.

– Défendre un service public pour le 3e et le 4e âge réparti sur l’ensemble du territoire en considérant que la perte d’autonomie doit relever de la sécurité sociale et que cette tâche est actuellement principalement à la charge des femmes. »

(Réf.: Égalité femmes – hommes : abolir le patriarcat – Le #23 des « Livrets de la France insoumise » aborde le thème par un groupe de travail animé par Delphine Beauvois, auteure de livres pour la jeunesse et Pablo Seban, comédien. ) »

  • réponse de Europe Ecologie – Les Verts de la 9ème circonscription de Paris :

« Nous souhaitons instaurer des congés de parentalité réellement au profit d’un congé prénatal et postnatal pour la mère complété d’un congé accueil de l’enfant réparti entre chaque parent ; le congé parental sera transformé en un crédit temps de trois ans indemnisé à 80% à utiliser jusqu’à la majorité de l’enfant et réparti à part égales entre les parents. Ces congés devront être comptabilisés dans le calcul des retraites de manière rétroactive. »

  • réponse de Ma Voix de la 2ème circonscription de Paris :

« Si cette question fait l’objet d’un projet ou d’une proposition de loi, les Français⋅e⋅s qui le souhaiteront pourront voter « oui », « non » ou « abstention » sur le texte proposé. Les député⋅e⋅s du collectif #MaVoix reflèteront ce vote dans les mêmes proportions au sein de l’Assemblée. La position des députés #MaVoix sera donc diverse sur cette question, comme le sera celle des Français⋅e⋅s. »

3) Comment envisagez-vous de lutter contre le sexisme, les violences sexuelles et conjugales, et plus généralement les atteintes à la liberté des femmes de choisir leur vie?

  • réponse de La France Insoumise de la 9ème circonscription de Paris :

« 1. Contre le sexisme, « nous allons agir sur les représentations, pour atteindre enfin l’égalité des droits.Nous proposons les mesures suivantes :

– Voter une loi contre le sexisme.

– Donner, dans le cadre du mariage, le même statut aux noms de jeune fille et de jeune homme.

– Mettre  en  œuvre  une  politique  résolue  de  féminisation  des  titres  et  des  textes officiels.

– Supprimer la catégorisation masculin/féminin dans tous les documents officiels.

– Garantir l’égalité entre le sport féminin et masculin, y compris en matière de diffusion à la télévision.

L’État et, plus particulièrement, l’Éducation nationale doivent par ailleurs être exemplaires dans la promotion d’une culture de l’égalité. Pour cela, il nous faut donc :

– Garantir que tout gouvernement soit paritaire et que les ministères régaliens ne  soient pas  réservés  aux  hommes.  Nous  prendrons  également  des  dispositions  afin  que  les exécutifs  de  nos  institutions  soient  présidés  autant  par  des  hommes que par des femmes.

– Donner  une  formation  spécifique  conséquente  à  l’approche  genrée  aux enseignant·e·s,  aux  travailleur·euse·s  sociaux,  aux  acteur·trice·s  de  la  formation professionnelle et aux fonctionnaires.

– Soutenir  les  recherches  sur  les  pratiques  pédagogiques,  et  développer  une  culture et une pédagogie de l’égalité.

– Mener des politiques pour déconstruire les représentations sexuées des métiers.

– Renforcer  l’éducation  sexuelle  à  l’école  en  donnant  des  moyens  suffisants  à  l’Éducation nationale et à ses partenaires associatifs.Enfin,  pour  une  6e  République  égalitaire,  nous  garantirons  la  mise  en  place  d’une  Assemblée  constituante  strictement  paritaire.  Nous  inscrirons  dans  la  Constitution l’égalité de conditions entre les femmes et les hommes dans les institutions politiques, administratives, économiques, syndicales et associatives.

2. Contre les violences, nous proposons les mesures suivantes :

« – Instaurer   une   véritable   loi-cadre   en   lien   avec   les   associations   du   mouvement féministe.

– Renforcer la politique de logements prioritaires et d’hébergements d’urgence pour les femmes en danger et garantir des mesures d’urgence telles que la mise à l’écart du domicile du conjoint violent.

– Organiser  des  campagnes  d’information  et  de  sensibilisation  permanentes dans les services publics et les médias.

– Assurer  une  formation  spécifique  et  obligatoire  en  matière  de  prévention  pour tou·te·s les professionnel·le·s concerné·e·s (santé, police, justice, éducation nationale, services  sociaux)  et  mettre  en  place  une  antenne  spécialisée  dans  la  réception  de plaintes  pour  violences  sexistes  et  sexuelles  dans  tous  les commissariats.

– Mettre  en  œuvre  un  plan  de  lutte  contre  les  violences  sexistes  et  sexuelles  au travail  :  formation  des  salarié·e·s,  durcissement  des  sanctions  à  l’égard  des employeur·se·s,  formations  des  syndicats,  de  la  médecine  du  travail,  du  personnel encadrant, des inspecteur·trices·s du travail, des représentant·e·s aux prud’hommes, de la justice, etc.

– Octroyer le statut de réfugiée pour toute femme demandant l’asile parce que victime  de violences  sexistes,  sexuelles,  lesbophobes  ou  persécutées  en  raison de leur action pour les droits des femmes.

– Interdire  les  déqualifications  des  violences  sexuelles  et  refuser  la  médiation  pénale en cas de violences sexuelles.

– Adopter une loi en vafeur de l’autonomie des femmes étrangères.

– Abolir le principe de prescription pour les crimes à caractère sexuel.

– Développer un plan de lutte contre le harcèlement de rue et dans les transports.

– Mettre  en  œuvre  une  politique  réelle  de  lutte  contre  les  violences  liées  à  la prostitution  :  suppression  de  toutes  formes  de  répression  à  l’encontre  des personnes  prostituées,  attribution  de  papiers  à  toutes  les  victimes  de  la  traite  et développement  de  véritables  moyens  financiers  pour  aider  les  femmes  prostituées, avec des budgets suffisants, notamment pour financer les parcours de sortie du système prostitutionnel.

– Reconnaître le droit à la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes. »

(Réf.: Égalité femmes – hommes : abolir le patriarcat – Le #23 des « Livrets de la France insoumise » aborde le thème par un groupe de travail animé par Delphine Beauvois, auteure de livres pour la jeunesse et Pablo Seban, comédien. ) »

  • réponse de Europe Ecologie – Les Verts de la 9ème circonscription de Paris :

« Renforcement du Haut Conseil à l’égalité femmes-hommes, une loi-cadre contre les violences faites aux femmes à la hauteur de l’enjeu, axée autour de la prévention (campagnes nationales bisannuelles) de la formation obligatoire (des élu.e.s, des services de santé, des éducateur.trice.s et psychologues, de la police et de la justice) de l’accompagnement et de l’écoute de toutes les victimes.

Fin de l’impunité (allongement des délais de prescription, juges et tribunaux spécialisés dans les violences faites aux femmes, etc.).

Nous souhaitons mettre en place une politique publique à part entière dotée d’un budget multiplié par dix et la création d’un ministère de plein exercice avec pour mission de défendre et de faire appliquer les droits acquis et de fixer et faire appliquer la politique publique d’égalité. »

  • réponse de Ma Voix de la 2ème circonscription de Paris :

« Si cette question fait l’objet d’un projet ou d’une proposition de loi, les Français⋅e⋅s qui le souhaiteront pourront voter « oui », « non » ou « abstention » sur le texte proposé. Les député⋅e⋅s du collectif #MaVoix reflèteront ce vote dans les mêmes proportions au sein de l’Assemblée. La position des députés #MaVoix sera donc diverse sur cette question, comme le sera celle des Français⋅e⋅s. »

4) Quelles mesures concrètes proposerez-vous pour empêcher définitivement tout frein à l’application effective de la loi de 2001 sur l’interruption volontaire de grossesse, pour rendre la contraception et l’éducation sexuelles réellement accessibles à tous ?

  • réponse de La France Insoumise de la 9ème circonscription de Paris :

« Liste de mesures concrètes :

« – Constitutionnaliser le droit à l’intégrité physique, incluant l’interdiction de marchandisation du corps humain et la garantie du droit à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse.

– Redonner des moyens aux associations locales d’accueil, d’écoute, d’hébergement et d’accompagnement des femmes (les plannings familiaux notamment).

– Garantir une prise en charge digne pendant la grossesse et l’accouchement.

– Imposer un plan de lutte et de prévention contre les maladies sexuellement transmissibles(MST) et promouvoir des politiques de santé sexuelle et reproductive émancipatrice pour les personnes.

– Reconnaître le droit à la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes.

– Permettre un accès à la contraception et à l’avortement garanti dans les faits(remboursement intégral de tous les moyens de contraception, ouverture d’un centre IVG dans chaque hôpital, remise des pilules d’urgence par les infirmières des établissements scolaires, possibilité de choisir le mode d’IVG, etc.).

– Organiser des campagnes nationales « Sexualité, Contraception, Avortement ».• Mener le combat au niveau européen pour que l’ensemble des pays de l’Union européenne (UE) reconnaissent le droit à l’avortement. »

< ![endif]–>

(Réf.: Égalité femmes – hommes : abolir le patriarcat – Le #23 des « Livrets de la France insoumise » aborde le thème par un groupe de travail animé par Delphine Beauvois, auteure de livres pour la jeunesse et Pablo Seban, comédien. ) »

  • réponse de Europe Ecologie – Les Verts de la 9ème circonscription de Paris :

« Les écologistes proposent « pass contraception » pour tous les jeunes.

Soutenir la création de centres de prévention jeunesse (accès gratuit et anonymat réservé) pour favoriser l’écoute sur les questions liées à la sexualité.

Réactiver un « préventeur » santé-sécurité-environnement dans les collèges et lycées. »

  • réponse de Ma Voix de la 2ème circonscription de Paris :

« Si cette question fait l’objet d’un projet ou d’une proposition de loi, les Français⋅e⋅s qui le souhaiteront pourront voter « oui », « non » ou « abstention » sur le texte proposé. Les député⋅e⋅s du collectif #MaVoix reflèteront ce vote dans les mêmes proportions au sein de l’Assemblée. La position des députés #MaVoix sera donc diverse sur cette question, comme le sera celle des Français⋅e⋅s. »