Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs : Manifestons partout ensemble SAMEDI 1er FEVRIER

Les féministes espagnoles organisent une manifestation à Madrid le 1er février

La LDH sera présente avec banderole et drapeaux pour les soutenir à 14h00– jusqu’à l’Ambassade d’Espagne avenue Marceau

Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs !

<br />

20 décembre 2013, le gouvernement espagnol Rajoy veut annuler la loi autorisant l’avortement, rappelant les sombres heures du franquisme.

Il revient sur la loi obtenue en 2010 qui légalisait l’avortement jusqu’à 14 semaines d’aménorrhée (22 pour raison médicale) au mépris des recommandations des textes internationaux de l’Organisation Mondiale de la Santé et de l’Organisation des Nations Unies.
Renouant avec des pratiques qui dénient la liberté de choix aux femmes au mépris des droits humains fondamentaux, il annonce clairement son projet de société : maintenir les femmes dans un statut social étroit et de soumission…

Nous appelons à  manifester pour :

– Lutter pour une Europe où toutes les femmes pourraient disposer librement de leur corps sans contrainte étatique et religieuse, et qui intègre ces droits à la Charte européenne des droits fondamentaux ;
– Soutenir le combat des femmes espagnoles pour conserver l’acquis qu’elles ont gagné de haute lutte.

Non à l’ordre moral qui veut gérer nos vies,
Oui à nos droits, tous nos droits et à la liberté de choix d’avoir un enfant ou non

<br />

Cine-Droits de l’Homme

« Être là ». Que devient la dignité humaine en prison ? Pour tâcher de répondre à la question, le film documentaire de Régis Sauder nous apporte de précieux éléments. « … ce n’est pas un film sur la folie, mais un film sur la dignité de l’homme souffrant et sur celui ou celle qui lui tend la main et l’accompagne. C’est un film sur l’entraide» (Régis Sauder).

Ce documentaire est extrêmement « utile » non seulement parce qu’il montre ce volet de la psychiatrie en prison rarement vu, mais aussi parce qu’il nous fait ressentir, comme rarement au cinéma, la question de la dignité de la condition humaine.

<br />

Venez nous retrouver pour une projection de ce film citoyen qui sera suivi d’un débat avec Gislhaine Rivet, secrétaire Générale Adjointe de la LDH et responsable du groupe de travail Santé-Bioéthique.

Quand ? Le dimanche 9 Décembre à 10h30

Où ? Cinéma Majestic Bastille, 2/4 Boulevard Richard Lenoir 75 011 Paris, Métro Bastille (ligne 1, 5 8 )

Contre la loi Psychiatrie- Rassemblement au Sénat

Psychiatrie : massivement pour un retrait du projet de loi

Appel à rassemblement devant le Sénat,  le 10 mai 2011 de 16h à 19h

Le 10 mai prochain sera discuté au Sénat le projet de loi « relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet d’une prise en charge psychiatrique et aux modalités de prise en charge ».

Après une mobilisation importante lors de son passage à l’Assemblée nationale, insatisfaits et indignés par ses principes fondateurs, nous confirmerons notre véto citoyen pour imposer son retrait.

Refusant unanimement ce projet de loi sécuritaire portant atteinte aux droits des citoyens et aux garants démocratiques d’un Etat de droit, nous appelons à un moratoire sur toute loi de psychiatrie et sur tout plan gouvernemental de santé mentale :

– afin d’instaurer une délibération publique et démocratique puisque question sanitaire, question sociale et question des libertés se rejoignent ici ;

– afin de prendre le temps d’élaborer une loi cadre pour une psychiatrie d’accueil et d’hospitalité.

Nous appelons à un rassemblement national devant le Sénat le mardi 10 mai 2011 de 16h à 19h, square Poulenc – Paris 6ème ainsi qu’aux initiatives locales dans les régions.

Engagée depuis maintenant plus de deux ans, cette mobilisation sera une étape de plus dans notre mouvement rassemblant professionnels de la psychiatrie, patients, familles et proches, élus et citoyens.

Organisations signataires :

Ligue des droits de l’Homme, Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire, Collectif « Mais c’est un Homme », Collectif « Non à la Politique de la Peur », Advocacy France, CRPA, Coordination nationale des hôpitaux de proximité et des maternités, Europe Écologie Les Verts, Fédération des Alternatives Sociales et Écologiques, Mouvement du 2 avril La santé en danger, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche, Parti Communiste Français, SNPES/PJJ/FSU, Sud santé sociaux, Syndicat de la Magistrature, Syndicat de la Médecine Générale, Union Syndicale de la Psychiatrie.

Organisation :

16h : point presse

17h – 19h : Forum citoyen avec invitation des sénateurs et de personnalités à des prises de parole et à débat.



Débat « La santé : question de droits » Paris 15e

Une initiative de la section Paris 15, le jeudi 4 novembre à 19h30 : « La santé : question de droits » – 22, rue de la Saïda 75015 Paris (métro : Porte de Versailles, tramway). Maison des Associations du 15e

Débat avec Gislhaine Rivet (responsable du groupe de travail santé et bioéthique de la LDH)
Où l’on débattra des conséquences de la loi portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé, aux territoires – dite loi Bachelot.


Mobilisation nationale pour la défense du droit à l’avortement

Pour la défense du droit à l’avortement

A l’initiative de l’ANCIC, de la CADAC, dont est membre la LDH, et du Planning Familial

MANIFESTATION NATIONALE


LE 6 NOVEMBRE 2010 A PARIS

14 HEURES – PLACE D’ITALIE

pour défendre le droit des femmes

à disposer de leur corps.

L’avortement est menacé.


La fermeture massive des centres d’interruption volontaire de grossesse menace ce droit que les femmes ont obtenu de haute lutte.

La loi Bachelot enterre l’hôpital public et l’avortement avec.


Oui à la liberté d’avorter !

Non au démantèlement de l’hôpital public !


Non à la déshumanisation des soins !

Pour en savoir plus :  mobilisationavortementnov2010.over-blog.com

La psychiatrie au service d’une société sécuritaire et normative

La psychiatrie au service d’une société sécuritaire et normative.

Zoom sur le projet de loi.

avec Roland GORI, psychanalyste,

La « nouvelle psychiatrie » s’inscrit dans une civilisation de l’urgence qui impose ses valeurs et ses normes. Les industries de la santé contribuent à la fabrication de cette approche.

Rencontre organisée par la section Paris 19 de la LDH

Samedi 20 novembre de 14h30 à 16h30

à la Péniche Antipode, Face au 55 Quai de la Seine

75019 Paris, France – Métro Jaurès ou Stalingrad

Le politique fait du malade psychique ou du précaire social un criminel en puissance ou au moins un individu à risque, « exemplaire » de la grande famille des « populations à risque ».

La folie est représentée comme un état de dangerosité et d’exception et le soin un marché concurrentiel.

Ce projet est davantage une démarche sécuritaire que sanitaire.

Alors que le secteur de la psychiatrie publique a été laissé en déshérence, le projet de loi relatif aux droits et à la protection des personnes qui font l’objet de soins psychiatriques et à leurs modalités de prises en charge constitue une régression manifeste de l’accompagnement des patients.

Il réorganise le soin psychique autour du soin sans consentement « avec un pouvoir accru du préfet et du directeur d’ hôpital » au détriment du juge civil. Il prétend  légaliser un état donné, perverti des pratiques psychiatriques.



avec Roland GORI, psychanalyste,

l’un des initiateurs de l’Appel des Appels

www.appeldesappels.org

Zoom sur le projet de loi de mai 2010 relatif aux soins psychiatriques une démarche davantage sécuritaire que sanitaire

Territoires d’Outre-Mer, « Une république à la marge ? »

La section Paris 14/6 de la LDH vous invite à une réunion d’information sur le thème Territoires d’Outre-Mer, « Une république à la marge ? », mercredi 20 octobre 2010 de 20h à 22h, à la Maison des Associations du 14e, 22, rue Deparcieux 75014 Paris

Nicole Launey, membre du collectif MOM (Migrants Outre-Mer) et responsable du groupe de travail « DOM et COM » de la LDH fera le point sur l’état des droits dans les territoires d’Outre-Mer (santé, éducation, droit au séjour, lieux de privation de liberté…et notamment sur la situation des demandes de regroupement familial après le séisme en Haïti).

Venez nombreux !

Le Printemps des services publics

Le Printemps des services publics

Rotonde Stalingrad, Paris 19°,  29 MAI 2010 de 11h30-18h30

Dans une ambiance festive et musicale, une présentation des services publics et des dangers qui les guettent, hôpitaux, santé, police, justice, éducation, avec débats, expositions,  et stands tenus par la vingtaine d’organisations syndicales et associatives qui soutiennent et animent cette manifestation.

CONCERT EN PLEIN AIR avec TARACE BOULBA, PAVE, TRUCATROIS, KEEPER OF KA, SCHNAPS, GUILLAUME TOUSEUL, KOURY… JEUX-DEBATS – EXPOSITIONS-ANIMATIONS

GRANDE FÊTE DU PRINTEMPS DES SERVICES PUBLICS

Rentabilité et modernité. En leur nom, les services publics sont progressivement détruits : éducation, hôpitaux, Poste, justice de proximité… Mais ce qui est rentable pour toutes et tous, ce qui est moderne et encore plus d’actualité avec la crise sociale, ce sont les services publics qui doivent être développés, démocratisés, renforcés ! Créons ensemble des convergences nécessaires, démontrons l’actualité des services publics, construisons, en commun, ce nouveau printemps des Services Publics.

Les inégalités d’accès aux soins

© B. Chaix, Unité Inserm 707

Double influence du niveau d’instruction individuel et du niveau d’instruction du quartier sur la pression artérielle systolique. © B. Chaix, Unité Inserm 707

Débat avec Edouard COUTY, ancien directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (Dhos), professeur à Sciences Po, mercredi 7 avril 2010 à 20h, Maison des associations du 3e arrondissement, 5 rue Perré, 75003 PARIS (Métro République).

Les inégalités sociales et territoriales d’accès aux soins produisent de graves injustices.

La crise de l’hôpital public, l’accumulation des forfaits, des déremboursements, les dépassements d’honoraires, les déserts médicaux et plus récemment encore les franchises médicales, participent de mettre à bas le principe républicain d’égalité et d’accès aux soins pour tous.

Aujourd’hui, près de 15 % de la population renonce à se soigner pour des raisons financières.

Des millions de personnes sont dépourvues de complémentaire santé, les femmes et les jeunes sont les plus touchés. Malgré la CMU, les améliorations restent insuffisantes.

Face à ce constat, c’est toute la politique de santé publique de notre pays qui est en cause et qui doit être revisitée afin d’assurer un réel accès aux soins.