Les mineurs isolés étrangers

La Ligue des droits de l’Homme avait déjà organisé un débat d’interpellation des candidats aux législatives sur la question des mineurs étrangers isolés. Elle vous invite de nouveau pour traiter le thème mais cette fois ci avec des représentants d’associations.

Participeront à cette réunion d’information publique :

  • Anita BOUIX, ADJIE (accompagnement et défense des jeunes isolés étrangers)
  • Sylvie BROX, RESF (réseau éducation sans frontière)
  • Fanélie CONTE-CARREY, députée de la 15e circonscription de Paris
  • Françoise DUMONT, Vice-Présidente de la Ligue des droits de l’Homme
  • Clémence LORMIER, ADJIE
  • Camille VILAIN, travailleuse sociale
  • Bruno VINAY, avocat et membre du GISTI
Venez poser vos questions et nous retrouver.

Où ? Eglise réformée, 44 Boulevard des Batignolles, Paris 17e (M° Rome ou Clichy)

Quand ? Mardi 26 février à 18h30

Procès de l’enfermement des enfants étrangers

« Procès de l’enfermement des enfants étrangers »

Le 14 mai à Paris de 9 h à 18 h – Institut catholique – Auditorium Paul Ricoeur , 21 rue d’Assas 75006 Paris (plan). A l’initiative du GISTI

La France respecte-t-elle ses engagements internationaux lorsqu’elle prive de liberté des enfants pour le seul fait de leur migration ?

En France, des enfants étrangers (de zéro à dix-huit ans) sont privés de liberté pour raison de migration « irrégulière » :

· dans les « zones d’attente » aux frontières lorsqu’ils débarquent « sans disposer des documents requis » qu’ils soient seuls ou accompagnés ou « le temps strictement nécessaire à l’examen du caractère manifestement infondé de leur demande d’asile » ;

· dans les « centres de rétention administrative » lorsqu’ils sont enfermés avec leur famille, voire seuls lorsqu’un examen radiologique prétend prouver qu’ils sont majeurs.

Et pourtant la convention européenne des droits de l’Homme et la convention internationale des droits de l’enfant imposent aux États parties de respecter le droit à la liberté de m’enfant et de ne pas lui infliger un traitement humiliant ou dégradant.

La France respecte-elle les droits fondamentaux de l’enfant ? Accorde-t-elle aux enfants ainsi privés de leiberté le droit de se défendre équitablement ? Ne privilégie-t-elle pas les règles de contrôle de l’immigratioh par rapport au devoir de protection ?

Un tribunal en jugera.


Ce tribunal d’opinion est organisé par Assistance nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (ANAFE), Association pour la défense des mineurs isolés (ADMIE), la CIMADE, DEI – France (Défense des Enfants International), GISTI, Hors la rue, INFOMIE, Ligue des droits de l’Homme, RESF, SNPES PJJ (FSU), SNUIPP, Syndicat de la magistrature.


Avec le soutien de : l’Association d’accueil aux médecins et personnels de santé réfugiés en France (APSR), l’Association pour la promotion de la citoyenneté et des jeunes (APCEJ), le CCFD-Terre Solidaire, l’Ecole de formation psycho-pédagogique (EFPP-Paris), le Secours Catholique, UNICEF-France, le groupe des Verts du parlement européen.

Le tribunal sera placé sous la présidence de Paulo Sérgio Pinheiro, ancien expert indépendant du secrétaire général de l’ONU pour l’étude sur la violence contre les enfants, membre de la commission interaméricaine des droits de l’Homme.

Les juges :

· Claire Brisset, ancienne défenseure des enfants, médiatrice à la Ville de Paris

· Roland Kessous, avocat général honoraire à la cour de cassation ;

Le procureur :

· Serge Portelli, vice-président au TGI de Paris et membre du Syndicat de la magistrature ;

L’avocat de la défense :

· Claude Goasguen, avocat, député de Paris, maire du 16ème arrondissement de Paris (sous réserve) ;

Les avocats de parties civiles :

· Brigitte Jeannot, avocat à Nancy,

· Sylvain Laspalles, avocat à Toulouse

· Hélène Flautre, députée européenne.


Le tribunal entendra des témoins et des experts décrivant le vécu et la représentation que les enfants se font de l’enfermement.

L’entrée est gratuite, pour s’inscrire : tribunal.enfermement.enfants@gmail.com

« Graines de citoyen », deuxième édition

Une initiative de la section LDH Paris 18, du mercredi 17 au dimanche 21 novembre


Initiée en 2009 à l’occasion des 20 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), par la section Paris 18 de la LDH, l’opération « Graines de citoyen » sera reconduite en 2010 à l’initiative de plusieurs dizaines d’associations d’éducation populaire, culturelles, sportives, de quartier, en lien avec plusieurs établissements scolaires et bibliothèques municipales du 18e. Cette opération vise non seulement à informer les jeunes sur leurs droits, mais à rappeler le contenu de ce texte majeur des Nations Unies, ratifié par de nombreux pays, dont la France et qui demeure pour autant insuffisamment connu du grand public et des jeunes eux-mêmes. Pour cette nouvelle édition deux thèmes seront particulièrement mis en avant « Enfants : acteurs de leur citoyenneté » et « Egalité / discriminations » à travers des animations, des débats, des projections, des représentations théâtrales, de contes, d’expositions, des temps sportifs qui viendront se succéder durant toute cette période pour un temps de convergence, le samedi 20 novembre dans la salle des fêtes de la mairie. Soyez au rendez-vous !


Pour en savoir plus cliquez ici

Le Printemps des services publics

Le Printemps des services publics

Rotonde Stalingrad, Paris 19°,  29 MAI 2010 de 11h30-18h30

Dans une ambiance festive et musicale, une présentation des services publics et des dangers qui les guettent, hôpitaux, santé, police, justice, éducation, avec débats, expositions,  et stands tenus par la vingtaine d’organisations syndicales et associatives qui soutiennent et animent cette manifestation.

CONCERT EN PLEIN AIR avec TARACE BOULBA, PAVE, TRUCATROIS, KEEPER OF KA, SCHNAPS, GUILLAUME TOUSEUL, KOURY… JEUX-DEBATS – EXPOSITIONS-ANIMATIONS

GRANDE FÊTE DU PRINTEMPS DES SERVICES PUBLICS

Rentabilité et modernité. En leur nom, les services publics sont progressivement détruits : éducation, hôpitaux, Poste, justice de proximité… Mais ce qui est rentable pour toutes et tous, ce qui est moderne et encore plus d’actualité avec la crise sociale, ce sont les services publics qui doivent être développés, démocratisés, renforcés ! Créons ensemble des convergences nécessaires, démontrons l’actualité des services publics, construisons, en commun, ce nouveau printemps des Services Publics.

Emprisonner les mineurs : une bonne réponse ?

<br />

</p>

Avec Nathalie DOLLE, journaliste, auteur de « Faut-il emprisonner les mineurs » (Larousse, Coll. à dire vrai, 2010), et Bertrand ROTHE, auteur de « Lebrac, 3 mois de prison ».

Le moral d’une société peut se mesurer à la façon dont elle perçoit sa jeunesse et traite ses jeunes déviants. À l’interrogation : « comment apprendre à vivre en respectant les règles de société ? », la réponse ne sera sans doute jamais : en étant exclu. Pourtant notre pays, qui se vit comme livré à l’insécurité, vient de faire construire 7 Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs, une première depuis la seconde guerre mondiale. On ne constate pas d’inflation pénale pour l’instant, mais l’histoire démontre que jamais une prison n’est longtemps restée vide.

et
Bertrand ROTHE, Agrégé d’économie et titulaire d’un CAP de cuisine, enseignant à l’IUT de Sarcelles, auteur de « Lebrac, 3 mois de prison » (Le Seuil, 2009)
Un siècle après la « Guerre des boutons », que deviendraient Grand Gibus, Petit Gibus, La Crique et leur meneur Lebrac, face aux juges et policiers d’aujourd’hui ? Pour concevoir son ouvrage, l’auteur a demandé à des professionnels, juges, policiers, éducateurs, de relire l’œuvre de Pergaud et de revoir le film d’Yves Robert à la lumière de leur pratique.

Débat organisé par la section Paris 10/11 de la Ligue des droits de l’Homme, mercredi 7 avril à 19h30 à l’AGECA, 177, rue de Charonne, Paris 11e (M°A.Dumas ou Charonne)


Pour plus d’informations :
http://ldh-paris10-11.site.voila.fr/