Accueil

Ligue des droits de l’Homme

Conflans, Andrésy, Chanteloup, Maurecourt
Maison de quartier de Fin d’Oise
25 av. Gallieni 78700 Conflans Ste Honorine
06 76 98 91 02 (Boite vocale) ldhconflans@ldh-france.org

écrire à la section         Bulletin d’adhésion         Guide du lanceur d’alerte    

 

30 janvier – nous ne céderons pas!

Nous manifesterons le 30 janvier 2016

Communiqué du collectif « Nous ne céderons pas ! »

 nousnecederonspas

Café des droits le 22/1/16

22ème café des droits 22 janvier 2016 au Terminus (gare d’Andrésy):

-« l’Urgence, dans tous ses états? »

19 associations pour sauver la Prev.

19 associations signataires pour soutenir la PREV dans les Yvelines

Communiqué de presse 19-12-2015 PSY VF-0001

La jungle Tibétaine

20151127_0002xUn reportage émouvant sur la situation inhumaine vécue par les migrants Tibétains demandeurs d’asile.

Partagez cette vidéo le plus possible.


 

 

 

 

 

Café des droits à Conflans

Jeudi 17 décembre de 17h30 à 18h30

Café des Droits pour la première fois

au CAFE DE LA GARE, Place Coutisson (Gare Conflans Centre)

sujet proposé: Jeunes, Espoir ou Danger?

cafécoutisson

 

Communiqué de Presse, 4 décembre 2015

Collectif Prévention Spécialisée des Yvelines

le communiqué en pdf

Le 27 novembre 2015 le Président du Conseil Départemental, Pierre Bédier a annoncé le report du débat et du vote sur le financement de la Prévention Spécialisée dans les Yvelines. Ce sera probablement le 18 décembre.Communique Prévention Spécialisée 4-12-2015 logos-0001

Madame Arenou, 2ème vice-Présidente et Maire de Chanteloup-les-Vignes a été chargée d’une mission d’étude pour réexaminer le projet initial.

Il envisageait de supprimer l’action éducative des éducateurs de rue sur 12 villes du département : Ablis, Achères, Aubergenville, Carrières-sous-Poissy, la Celle-Saint-Cloud, Conflans-Sainte-Honorine, Magny-les-Hameaux, Rambouillet, Saint-Cyr-l’Ecole, Saint-Germain-en-Laye, Verneuil-sur-Seine, Versailles.

Achères, ne figure plus sur cette liste. Elle est remise en territoire prioritaire. Elle sera l’objet d’un appel à projet. Nous en sommes satisfaits.

Si la décision se confirmait pour les autres villes, plus de 3500 adolescents et adolescentes ne seraient plus accompagnés individuellement, sans compter le cortège de conséquences désastreuses de cet abandon sur les parents, les fratries, les groupes de pairs, sur la cohésion sociale, sur le travail partenarial, sur le renforcement prévisible des logiques sécuritaires.

Le report, annoncé le 27 novembre, témoigne de la montée des oppositions contre cette décision néfaste d’abandon.

Madame Christine Boutin a rendu la sienne publique.

Des Maires/Conseillers Départementaux discutent âprement pour le maintien des éducateurs de rue sur leur commune.

Les professionnels se mobilisent avec la société civile sur chaque territoire et à l’échelle départementale. Des organisations syndicales soutiennent les mobilisations contre cette décision.

Les partis de Gauche, non représentés au Conseil Départemental, expriment leur complet désaccord avec ce projet.

Bref, la brutalité de cette décision et son caractère incohérent sont de plus en plus dénoncées.

A l’heure où l’horreur s’est abattue sur Paris, sur Saint-Denis, sur la France, dix mois après les tragiques attentats de janvier, à l’heure ou l’insécurité sociale s’accroît, nous devons, plus que jamais, réaffirmer notre « devoir de Fraternité » envers la jeunesse. Ce devoir de Fraternité porte un nom : Éducation.

D’ici le 18 décembre :

  • Nous amplifierons la mobilisation localement et sur le département par de multiples initiatives.
  • Nous alerterons, dans le cadre des appels à projet qui vont paraître sur les risques, d’une réorganisation des interventions de la Prévention Spécialisée, qui priveraient les jeunes et leurs familles de la présence quotidienne des éducateurs sur leurs lieux de vie.
  • Nous interviendrons auprès des élus, auprès de Madame Arenou, auprès du Président Bédier pour faire entendre qu’il y a un état d’urgence sur notre département, celui de l’Éducation dans les quartiers populaires.

Dès à présent nous appelons les jeunes, leurs familles, les professionnels de la Prévention Spécialisée et leurs partenaires, les acteurs de la société civile, les organisations syndicales et politiques, les élus à venir nombreux, le 18 décembre, au Conseil Départemental pour dire d’une même voix, dans le cadre des lois de notre République, que l’Éducation et la Prévention Spécialisée ne sont pas des choix. Encore moins des choix budgétaires alors que le budget départemental de la Prévention Spécialisée représente moins de 1% du budget global du Conseil Départemental.

L’Éducation est une obligation absolue

La Prévention Spécialisée est une impérieuse exigence

Nous n’y renoncerons jamais.

 

  • Premiers signataires: Attac 78, ATD Quart Monde Yvelines, CEMEA IdF (Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Education Actives), CES (Confluence Energies Solidarités), CGT Yvelines, CNLAPS (Comité National des Acteurs de la Prévention Spécialisée), Eclaireurs et Eclaireuses de France IdF, EELV Yvelines, FCPE Yvelines, LDH fédération des Yvelines, MJC fédération des Yvelines, ONES (Organisation Nationale des Educateurs Spécialisés), PCF des Yvelines, PG des Yvelines, PS fédération des Yvelines, SUD santé-sociaux 78

 

ETAT d’URGENCE EDUCATION

Oui à un avenir avec la Jeunesse des quartiers populaires
Oui à la Prévention Spécialisée
Alerte, Etat d’Urgence pour l’Education

Le Conseil Départemental des Yvelines veut interrompre, le 31 décembre 2015, le financement de l’action éducative de la Prévention Spécialisée (éducateurs de rue) dans 13 villes du département dont Conflans. A l’heure où l’horreur s’est abattue sur Paris, sur la France, cette décision est scandaleuse, incohérente, imbécile. Elle va entraîner l’arrêt brutal de plus de 3000 accompagnements de jeunes (plus de 300 à Conflans). C’est un abandon de la jeunesse des quartiers populaires.

Ne les laissons pas faire.

Etat d’Urgence pour l’Education dans les quartiers populaires.

L’Education n’est pas un choix, encore moins budgétaire.

C’est une obligation absolue,
notre devoir de Fraternité envers la jeunesse.

Dossier éducation spécialisée

Signer la pétition en ligne

13 novembre 2015, Communiqués

Communiqué de la section LDH Conflans Andrésy Chanteloup, Maurecourt.

L’abominable horreur de la haine et du goût de la mort a encore assassiné à Paris. Ils ont fait un carnage de guerre. Ce ne sont pas seulement Paris et la France qui sont meurtries, c’est l’Humanité qui saigne. Nous devons y faire face, Ensemble.
Il va y avoir la fermeté de l’Etat. Elle est inévitable. Elle est nécessaire. Elle est légitime. Elle doit être limitée dans le temps, mesurée et s’exercer dans le strict respect du droit, sans aucune désignation et stigmatisation de qui que ce soit.12239675_10153113439825443_6281160671046359580_n
Il va y falloir aussi notre volonté commune, indéfectible pour défendre notre démocratie, pour faire société tous ensemble, pour contribuer, sans jamais renoncer, à construire l’Humanité, « cette Humanité qui n’existe pas encore ou si peu » disait Jaurès.

 

Communiqué National de la LDH: « Ils ne gagneront pas « 

L’assassinat de plus de 120 personnes à Paris dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015 restera comme un des pires outrages infligé aux habitants de ce pays. Ces actes provoquent horreur et révolte.
C’est d’abord aux victimes et à leurs familles que la LDH pense en toute solidarité et avec émotion.
Parce que notre démocratie a le droit et le devoir de se défendre, l’adoption de mesures exceptionnelles peut répondre à l’urgence du moment.
Ces mesures qui s’ajoutent aux possibilités déjà très larges ouvertes par la législation antiterroriste ne peuvent être appliquées que pour une période limitée et doivent l’être sans aucune stigmatisation. C’est ensemble, tous ensemble, que nous devons répondre à l’immense défi qui nous est lancé. C’est par une réaction citoyenne que nous devons réaffirmer notre volonté de vivre ensemble et de protéger notre démocratie et nos libertés parce que nous refusons la peur et parce que les assassins ne gagneront pas.

Communiqué Prev en danger!

Collectif de Soutien à la Prévention Spécialisée
collectifpreventionspecialisee78700@gmail.com

Signer la pétition en ligne 

cliquer sur le texte pour l’agrandir.

 

 

Communiqué Réfugiés

Réfugiés hébergés dans l’ancienne Maison de retraite de Triel :

Nous condamnons l’occupation par des activistes racistes « identitaires »

La Maison de retraite de Triel a fermé au mois de juillet 2015. Elle ne répondait plus aux normes d’une Maison de retraite. L’ARS n’a pas souhaité la réhabiliter pour cet usage. Ses pensionnaires sont depuis été relogés dans l’EHPAD de Sartrouville.
Le « collectif de soutien aux réfugiés et sans-abris » de Conflans et environs en a demandé la réquisition immédiate, début octobre, dès qu’il a appris, l’existence de ces locaux, inadaptés pour une Maison de retraite, mais immédiatement habitables. La Préfecture a ordonnée la réquisition à la mi-octobre. Des réfugiés expulsés du Lycée Jean Quarré à Paris y sont hébergés depuis le 23 octobre.

Le 6 novembre 2015, vers 22h, cinq individus ont agressé et poursuivi un réfugié près de la gare de Triel. Effrayé, il s’est enfuit en courant jusqu’à la Maison de retraite.

Le samedi 7 novembre au matin, alors que se déroulait à Conflans une manifestation de soutien aux réfugiés et sans-abris réunissant plus de 300 personnes, une vingtaine de nervis du « bloc identitaire » ont occupé, pendant plusieurs heures, le toit de l’ancienne Maison de retraite, affectée par la Préfecture à l’hébergement des réfugiés.

Ils ont déployé des banderoles réclamant le départ des « clandestins », en terrorisant les réfugiés. La police est rapidement arrivée sur les lieux et s’est déployée autour du bâtiment. Au terme de cette occupation scandaleuse qui a duré quatre heures, 19 « identitaires » ont été interpellés et placés en garde à vue.

Les soussignés condamnent avec la plus extrême fermeté ces agissements.
Elles demandent que leurs auteurs et, comme l’indique des sources, leurs complices locaux soient poursuivis pour actes racistes et haineux.

Nous refusons la concurrence des misères qui distille, qu’au nom des pauvres d’ici il faudrait rejeter le réfugié, l’étranger de là-bas. Nous savons que ce sont les mêmes qui ne cessent de stigmatiser les pauvres d’ici et de les désigner comme des populations dangereuses.

Nous affirmons notre indéfectible Fraternité avec tous les réfugiés et sans-abris.

Nous appelons les habitants de Triel et des communes environnantes à manifester leurs solidarités avec tous les réfugiés et sans-abris du territoire par tous les moyens appropriés, en lien avec les multiples associations qui y contribuent.

Nous serons très attentifs et agissants, concernant les conditions de protection, de vie quotidienne et d’accompagnement des réfugiés hébergés à Triel afin que tous les acteurs institutionnels qui en ont la charge accomplissent leurs missions en déployant tous les moyens qui sont nécessaires.

Au titre de l’article 1er de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme faire « accueil et hospitalité » aux réfugiés et sans-abris est notre « devoir de Fraternité » pour qu’ils soient nos égaux en droits.

Nous n’y renoncerons jamais

Signataires : Les sections LDH de Conflans, de Poissy, de Verneuil, Attac 78 Nord, Solidaires 78, UD CGT 78, Confluence-Écologie-Solidarité (CES), Construisons Ensemble un Andrésy Solidaire (CEAS), Bureau d’Accueil et d’Accompagnement des Migrants (BAAM), NPA 78, EELV groupe Conflans, Comité Confluences du Parti de Gauche, PS (sections de la Confluence), Parti Communiste (sections locales Achères, Conflans, Poissy, les Mureaux).

|1| |9| |10| |11| |12| |13| |20|