A propos du livreur Uber Eats victime d’injure à caractère raciste.

La section Laval/Mayenne de la Ligue des Droits de l’Homme assure de son ferme et amical soutien le livreur Uber Eats d’origine guinéenne victime à Laval, le 14 mai dernier, d’injures à caractère raciste.

Rappel des faits: il était en livraison lorsque le client lui a envoyé le SMS suivant:

« dépêche toi esclave, je vais te donner  1 centime tu mérite que sa« 

La section Laval/Mayenne de la Ligue des Droits de l’Homme sera particulièrement attentive aux suites que les autorités judiciaires donneront à la plainte qu’il a déposée et à ce que la loi soit appliquée. Elle est très claire en la matière.

Aucun d’entre nous n’est à l’abri de comportements discriminatoires et racistes, qu’il en soit la victime ou qu’il se laisse aller à en être l’auteur.

Alarmée par le délit commis à l’encontre de Yaya Guirassy la Ligue des Droits de l’Homme invite les mayennaises et les mayennais à agir au quotidien contre toutes les formes de discrimination et de racisme. Elles blessent notre société, elles blessent et fragilisent la République.

Article 1 de la Constitution: « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion »

Ces principes essentiels font notre communauté de vie républicaine et a valeur pour toutes personnes vivant sur notre territoire. Le refus de tous les racismes est une exigence universelle portée dans les droits fondamentaux de l’Homme.

La LDH Laval interpelle les députés mayennais

Sous la plume de son président Alain Vignier la section de Laval de la LDH a interpellé les députés à propos d’une résolution en discussion à l’initiative du député Maillard.

un courrier au sujet de la proposition de résolution débattu à l’Assemblée le 3 décembre, ainsi que la lettre ouverte adressée à ce sujet le 18 juin dernier à tous les députés par le président de la LDH, celle de 39 organisations en date du 31 octobre au Président de l’Assemblée nationale et aux Présidents des groupes parlementaires, et la position de la Commission Nationale Consultative  des Droits de l’Homme.

 

lettre G Bannier résolution Maillard