Manifestation intersyndicale en musique à Perpignan: nous ne paierons pas leur crise!

Comme pour répondre à l’arrêté du préfet qui a interdit toute manifestation musicale (en raison d’une pollution sonore!), le front intersyndical CGT/FSU/Solidaires a organisé une manifestation musicale (animée par les intermittents de la culture) et revendicative le jeudi 4 février à Perpignan, dans le cadre d’une journée nationale de grève et de mobilisation pour les salaires, l’emploi, la défense des services publics et de la protection sociale menacés de démantèlement. Les organisations syndicales manifestaient aussi pour les libertés et droits menacés par les lois liberticides dont la loi sécurité globale. La coordination-66 Stop sécurité globale était présente avec distribution de tracts et intervention en fin de manifestation.

Perpignan : 400 personnes défilent en musique pour un « monde d’après » plus solidaire

Publié dans l’Indépendant le 04/02/2021 

Ce jeudi 4 février 2021, environ 400 personnes (380 selon la préfecture, 500 selon les organisateurs) ont défilé dans les rues de Perpignan à l’appel des syndicats CGT, Sud et FSU. Pour « dire stop aux politiques d’austérité » qui se poursuivent malgré la crise sanitaire. 

Faire converger les luttes qui se sont succédé dans les rues tout au long du mois de janvier. Tel était l’objectif de la manifestation, qui s’est tenue ce jeudi, en fin de matinée, entre le Castillet et le théâtre de l’Archipel, via la place Bardou-Job, le cours Escarguel et l’avenue Leclerc. 

Cheminots, postiers, enseignants, salariés de l’énergie, du médico-social, retraités… : le cortège était effectivement bigarré. D’autant que de nouveaux corps de métiers ont rejoint la contestation. 

Autoroutes et forêts, même combat ?

Des salariés des autoroutes du sud de la France (ASF) ont notamment rallié le mouvement. « Dans certains services, ils nous ont mis au chômage partiel, alors qu’ils font des bénéfices, s’énerve l’un d’entre eux. C’est vrai que le trafic des véhicules légers baisse, mais celui des poids lourds, qui représente le gros du chiffre d’affaires, se maintient. Sans compter qu’avec les réductions d’effectif que nous avons subies, les conditions de travail se sont dégradées. »

Un couple de militants atypiques, Valérie, administrative de l’Office national des forêts syndiquée chez Sud, et son compagnon Michel, retraité de l’ONF adhérent à la CGT, était également de la partie. Et malgré leur divergence syndicale, Valérie et Michel sont d’accord sur l’essentiel : « En 25 ans, l’ONF a perdu 50 % des effectifs… Et ce sont les missions d’intérêt général, comme la protection des forêts contre les incendies ou la prévention des avalanches, qui en pâtissent le plus. »    

Intermittents : « On veut travailler »

Toujours fidèles au poste, les intermittents se sont mobilisés pour animer le défilé. « Nous sommes inquiets, confie l’auteur-compositeur-interprète perpignanais Monsieur Jacques. Nos aides se termineront en août et on ne peut pas travailler pour faire les heures nécessaires à la prolongation de nos droits. On demande soit qu’on rallonge nos droits, soit qu’on nous laisse travailler en rouvrant les lieux de culture. Plus globalement, je pense que si les grosses entreprises qui ont profité de la crise étaient plus solidaires, il y aurait moins de problèmes. »

Ce n’est pas le secrétaire départemental de la CGT, Julien Berthélémy, qui dira le contraire. « La crise sanitaire et sociale touche inégalement la population française, martèle-t-il. Les retraités perdent du pouvoir d’achat. Les étudiants manifestent leur détresse. Et pourtant, le gouvernement continue de démanteler notre système de protection sociale et nos services publics, tout en versant des milliards aux entreprises sans contreparties contraignantes. »

Un monde d’après qui ressemble un peu trop à celui d’avant. Du moins aux yeux des manifestants.

Arnaud Andreu

Manifestation départementale vendredi 14 décembre à 10h – parvis de la gare SNCF à Perpignan

Appel de la CGT

Solidaires des Gilets jaunes, exigeons une autre répartition des richesses !

PARCE QU’IL Y A UN POGNON DE DINGUE EN FRANCE ET QU’IL NOUS APPARTIENT !!

Après l’allocution de macron, lire la déclaration nationale de la CGT

Vendredi 14 décembre, à l’occasion de la réunion de la Commission Nationale de la Négociation Collective, la CGT appelle les salariés, les retraités, les précaires, les privés d’emploi à se mobiliser pour exiger l’augmentation du SMIC, des pensions et des minimas sociaux. 

NOUS EXIGEONS UNE AUTRE REPARTITION DES RICHESSES

fleche2 Parce que mon travail, mes diplômes, mes qualifications mon ancienneté doivent être reconnues,
 J’agis pour une augmentation de salaire, du point d’indice des fonctionnaires (qui n’a pas été revalorisé depuis 10 ans) pour un SMIC à 1 800 € et pour que mon travail soit revalorisé à sa juste valeur pour vivre dignement.
 J’agis pour obtenir enfin l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

fleche2 Parce que je n’ai pas choisi d’être privé d’emploi,
 J’agis pour une indemnisation pour tous les chômeurs (seuls 4 sur 10 le sont actuellement), son augmentation, pour un passage aux 32 heures et pour la création d’emplois indispensables au développement humain durable.

fleche2 Parce que j’ai travaillé toute ma vie pour une retraite digne de ce nom,
 J’agis pour l’augmentation des pensions, pour un droit à la retraite à 60 ans à taux plein, son indexation sur les salaires avec un départ anticipé selon la pénibilité des métiers et un taux de remplacement de 75 % minimum et pas une pension en dessous du SMIC.

La CGT 66, plus que jamais solidaire de la mobilisation légitime des « gilets jaunes », appelle l’ensemble des salariés à faire grandir le rapport de force par la généralisation de la grève.
Tous ensemble en MANIFESTATION DEPARTEMENTALE
VENDREDI 14 DECEMBRE à 10H
DEVANT L’ANCIENNE GARE SNCF de PERPIGNAN

fleche2 Après l’allocution de macron, lire la déclaration nationale de la CGT

Samedi 1er décembre – 10H devant l’Hôpital Joffre – Agissons tous ensemble Salaires, Emplois Justice Sociale !

APPEL DE LA CGT-66

Agissons tous ensemble Salaires, Emplois Justice Sociale !

Des salariés actifs et retraités, des citoyens expriment une colère légitime pour avoir les moyens de vivre dignement, pour plus de justice sociale. Cette colère, la CGT la comprend et la porte au quotidien depuis plusieurs mois et au travers de nombreuses journées d’action et de grèves.

Alors que la France est le 5ème pays producteur de richesses dans le monde, le chômage, la précarité qui se généralise, plongent dans le désarroi de plus en plus de familles, de citoyens.
La préoccupation d’une partie grandissante de la population est de boucler les fins de mois. *

Ça ne peut plus durer.
Emmanuel Macron, plus que jamais président des riches, ignore et méprise les aspirations d’une grande majorité de nos concitoyens.

La CGT dont le rôle prioritaire est la défense des intérêts de ceux qui souffrent, exige de
répondre d’urgence aux attentes sociales par :
           • Une hausse du SMIC à 1800€ avec répercussion sur l’ensemble des grilles de salaires.
           • Une augmentation des pensions et des minima sociaux.
           • La prise en charge des transports par les employeurs.
           • Une TVA à 5,5% pour les produits de première nécessité, notamment le gaz et
l’électricité.
           • Une fiscalité juste avec en premier lieu le rétablissement de l’impôt sur la fortune.

Ces revendications sont urgentes et légitimes.
Donnons-leur de la force en étant tous unis.

Nous sommes dans le même camp et ce n’est pas la couleur de nos gilets qui doit nous diviser.
Le 1er décembre, la CGT appelle tous les citoyens, les salariés actifs, les privés d’emploi, les
retraités, à la mobilisation pour exiger des réponses immédiates et concrètes de la part du
gouvernement et du patronat.

RV Samedi 1er décembre
10H devant l’Hôpital Joffre (centre hospitalier)