En Birmanie, près de neuf mois après le coup d’Etat, la répression continue.

Malgré une répression terrible la résistance de la population à la junte militaire continue. Les Etats Unis, la Chine et la Russie ont tout fait pour que l’ONU ne prenne aucune position contre la junte criminelle.

Publié sur franceinter.fr le 14 octobre 2021

Le spectre de la guerre civile en Birmanie

En Birmanie, près de neuf mois après le coup d’Etat, la répression continue. Elle s’est même intensifiée ces dernières semaines. L’ONU redoute une vaste offensive de l’armée au pouvoir contre ses opposants.

Dimanche, dans un village de la commune de Kaw-Thaung, dans le sud de la Birmanie, des soldats font irruption dans un atelier de caoutchouc qu’ils soupçonnent d’héberger des opposants. Ils ouvrent le feu. Un enfant de 11 ans, qui aidait son père artisan, est tué d’une balle à l’estomac. Le père est grièvement blessé.

Ce drame est rapporté par l’Association d’assistance aux prisonniers politiques, une ONG qui dresse un bilan quotidien de la répression. Et pas un jour ne passe sans qu’une tragédie de ce type ne soit consignée sur son site internet.

Le bilan du jeudi 14 octobre 2021 s’établit à 1170 morts et 7240 arrestations depuis février. Des chiffres certainement sous-estimés. 

Au printemps, les manifestations contre la junte au pouvoir étaient massives. Elles se sont raréfiées. Trop dangereux.

Dans les grandes villes, des petits groupes tentent encore de protester. Ils sont 5, 10, 30… ils se fixent rendez-vous sur les réseaux sociaux, comme Telegram, et déploient à la hâte une affiche en tissu qui dénonce les crimes de la junte. Le rassemblement dure quelques minutes.

De son côté, l’armée multiplie les raids. Elle est particulièrement en alerte depuis que le gouvernement d’opposition, sans doute exilé en Thaïlande, lui a déclaré officiellement la guerre le mois dernier. 

La junte déploie des troupes dans plusieurs Etats

Le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU s’en est ému la semaine dernière : dans plusieurs Etats, Internet a d’abord été coupé. Puis des centaines de soldats ont été déployés avec des armes lourdes.

La junte veut manifestement en découdre avec les armées locales qui contestent son pouvoir.

C’est une des particularités de la Birmanie. Il y a une multitude d’ethnies et beaucoup de mouvements indépendantistes en guerre contre le pouvoir central, notamment aux frontières avec la Thaïlande, la Chine ou l’Inde. 

C’est le cas des ethnies Chins et Kachins dans le nord de la Birmanie. Là-bas, des guérillas se rebellent contre l’armée. Elles se procurent des armes, tuent de nombreux soldats, elles commettent aussi des actes de sabotage, en coupant par exemple les communications militaires. 

La junte redoute que ces combattants s’unissent et mènent des actions communes avec la mouvance armée de l’opposition, baptisée « Force de défense populaire », qui appelle tous les Birmans à la rejoindre. 

C’est pour cette raison que le régime putschiste mène actuellement autant d’opérations contre des civils, des petits groupes, parfois des villages entiers soupçonnés de soutenir la résistance. 

Les affrontements se multiplient, et deux camps fourbissent leurs armes. Il y a aujourd’hui un risque important de guerre civile en Birmanie, à l’abri des regards qui plus est, car aucun journaliste étranger ne peut accéder au pays (le Prix Bayeux des correspondants de guerre a couronné pour la première fois samedi 9 octobre un lauréat qui veut rester anonyme, un photographe birman qui a couvert la mobilisation contre le régime).

Face à la crise, la communauté internationale est comme souvent impuissante.

La junte birmane peut compter sur des soutiens de poids, dont bien sûr la Chine et la Russie. 

L’ASEAN met la pression sur la junte

Les grandes puissances ne parviennent pas à s’entendre.

On en a eu la preuve en septembre lors de l’Assemblée générale de l’ONU. Les Etats-Unis, la Chine et la Russie ont trouvé un accord pour que personne ne puisse prendre la parole au nom de la Birmanie, ni un représentant du gouvernement tombé en février, ni un responsable de la junte. 

Une action concrète pourrait venir de l’ASEAN, qui regroupe 10 pays d’Asie du sud-est. Ses membres discutent d’une possible exclusion du chef de la junte birmane, Min Aung Hlaing. Ils n’apprécient pas que leur envoyé spécial ne puisse pas rencontrer Aung San Suu Kyi, accusée de sédition et de corruption. L’ex-dirigeante témoignera pour la première fois à son procès à la fin du mois. 

En avril, l’ASEAN a présenté un plan en 5 points pour résoudre la crise et faciliter notamment l’arrivée de l’aide humanitaire.  

La junte ne montre pour le moment aucun signe de bonne volonté, et semble donc choisir la manière forte pour imposer son autorité.

Birmanie : malgré la répression de la junte militaire la désobéissance civile continue

Plus de 50 morts depuis le début du coup d’état, des centaines de personnes emprisonnées, des journalistes inculpés. L’ONU paraît impuissante face à la répression tandis que la Russie et la Chine se refusant à condamner la junte paralysent le Conseil de sécurité. Et malgré tout cela la désobéissance civile continue.

La Birmanie a vécu sa journée de répression la plus meurtrière depuis le coup d’État

Publié sur france24.com le 3 mars 2021

Une trentaine de manifestants prodémocratie ont été tués et plusieurs blessés, mercredi, par les forces de sécurité birmanes, qui continuent à tirer à balles réelles, alors que la communauté internationale reste dans l’incapacité d’interrompre la spirale de violence meurtrière provoquée par le coup d’État militaire.

Au moins 38 manifestants prodémocratie ont été tués, mercredi 3 mars, par les forces de sécurité qui poursuivent leur répression meurtrière contre les opposants au coup d’État en Birmanie, selon l’émissaire de l’ONU pour ce pays, la Suissesse Christine Schraner Burgener. « Nous avons maintenant plus de 50 morts depuis le début du coup d’État, et de multiples blessés », a-t-elle ajouté, qualifiant la journée de mercredi de journée « la plus sanglante » depuis le 1er février. 

Selon la Monywa Gazette, en fin de matinée, au moins cinq personnes – quatre hommes et une femme – ont été abattues lors d’un rassemblement contre le coup d’État dans la ville de Monywa (centre).

À 130 kilomètres de là, à Mandalay, deux protestataires sont décédés après avoir été touchés par des tirs à la tête et à la poitrine, d’après un médecin s’exprimant sous couvert de l’anonymat par peur des représailles.

Dans l’ancienne capitale Rangoun, trois personnes ont été tuées par la police, selon des témoins cités par Reuters.

Gaz lacrymogènes, munitions en caoutchouc et balles réelles

Deux personnes ont été tuées dans la ville minière de Hpakant (nord), selon un habitant cité par Reuters. À Myingyan (centre), un homme de 20 ans a été tué et 17 personnes blessées, d’après des secouristes.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient le jeune manifestant couvert de sang transporté loin des barricades par ses amis. Sur d’autres, on entendait une série de détonations, tandis que des contestataires scandaient : « Notre révolte doit réussir. »

« Les forces de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes, des munitions en caoutchouc et des balles réelles », selon un secouriste.

Coupures d’Internet, renforcement de l’arsenal répressif, vagues d’interpellations, recours à la force létale : la junte n’a cessé d’intensifier sa répression depuis le coup d’État qui a renversé le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi, le 1er février.

La journée de dimanche avait déjà été particulièrement meurtrière, avec au moins 18 morts dans les rangs des manifestants, d’après les Nations unies.

Malgré cela, des protestataires continuent à descendre dans les rues pour demander le départ des généraux putschistes et la libération des centaines de détenus emprisonnés ces dernières semaines.

Près de la pagode Sule, dans le centre de Rangoun, la capitale économique, un sit-in a été organisé, les manifestants déposant à terre les couvercles de poubelles qui leur servent de boucliers de fortune.

« Ne faites rien contre la police et l’armée. S’ils viennent nous chasser violemment, continuez à manifester pacifiquement », a crié un jeune homme dans un mégaphone.

« Nous restons unis », ont répondu en retour les contestataires.

Six journalistes inculpés

La répression se poursuit aussi sur le terrain judiciaire.

L’ex-président de la République, Win Myint, déjà inculpé pour ne pas avoir respecté des restrictions liées au coronavirus, est désormais accusé d’avoir enfreint la Constitution, a indiqué à l’AFP l’avocat Khin Maung Zaw. Aung San Suu Kyi, toujours détenue au secret, est elle visée par quatre chefs dont « incitation aux troubles publics ».

Six journalistes birmans, dont Thein Zaw, un photographe de l’agence américaine Associated Press (AP), ont été inculpés. Ils sont poursuivis pour avoir « causé la peur dans la population, répandu de fausses informations (…) ou incité des employés du gouvernement à la désobéissance », d’après leur avocate.

D’après un texte récemment amendé par la junte pour tenter de mettre un terme à la campagne de désobéissance civile lancée dans les heures qui ont suivi le coup d’État, ils encourent jusqu’à trois ans de détention.

Les six hommes sont détenus dans la tristement célèbre prison d’Insein de Rangoun, où de nombreux prisonniers politiques ont effectué de lourdes peines sous les dictatures précédentes.

« Les journalistes indépendants doivent être autorisés à rapporter les informations librement et en toute sécurité sans crainte de représailles », a réagi Ian Philips, vice-président des informations internationales chez AP, demandant la libération immédiate de Thein Zaw.

Imbroglio à l’ONU

L’armée fait toujours la sourde oreille aux condamnations internationales.

La « France appelle à mettre immédiatement un terme à la répression en Birmanie, à libérer les personnes détenues et à respecter le choix démocratique du peuple birman » dans les urnes, a affirmé mercredi le président français Emmanuel Macron dans un tweet. « Nous sommes à vos côtés », a-t-il écrit.

Même l’ambassadeur birman aux Nations unies, Kyaw Moe Tun, a rompu de manière spectaculaire avec les généraux putschistes la semaine dernière en appelant à « mettre fin au coup d’État ».

Depuis, la junte lui a désigné un remplaçant aux Nations unies, tandis que Kyaw Moe Tun assure toujours représenter le pays, un imbroglio juridique qui devra être tranché par l’ONU.

Les entretiens vont se poursuivre à l’international. Le Royaume-Uni a demandé une nouvelle réunion du Conseil de sécurité vendredi. Début février, ses 15 membres avaient publié une déclaration commune qui exprimait leur préoccupation sans toutefois condamner le coup d’État, Pékin et Moscou, alliés traditionnels de l’armée birmane, s’opposant à une telle formulation.

Les derniers soulèvements populaires de 1988 et de 2007 ont été réprimés dans le sang par les militaires.

L’armée, qui conteste le résultat des élections de novembre remportées massivement par le parti d’Aung San Suu Kyi, a promis la tenue d’un nouveau scrutin. Sollicitée, elle n’a pas répondu aux multiples requêtes de l’AFP pour commenter ces évènements.

Avec AFP et Reuters