Action réussie à la cinémathèque de Perpignan pour dénoncer la saison France-Israël, soutien du criminel de guerre Nétanyahou

La cinémathèque Jean Vigo, lieu d’art et de culture, devrait être une plaque sensible. Pas un cocon tiède et feutré où peuvent s’endormir confortablement les bonnes consciences complices. Les responsables de l’Institut Jean Vigo s’en défendent mais ils ont pourtant bien invité des cinémathèques israéliennes dans le cadre de la « Saison 2018 France Israël ». Malgré nos mises en gardes,  ils sont tombés dans le piège tendu par le criminel de guerre Nétanyahou.

Nous avons tenté de les convaincre de renoncer à prendre part à la Saison France-Israël 2018.  Nous leur avons dit que le « Collectif 66 Paix et Justice en Palestine » est favorable aux échanges avec des artistes et des cinéastes israéliens mais dans un cadre indépendant et signifiant clairement et publiquement son opposition à la politique coloniale de l’état israélien.

Mais la Saison France-Israël 2018 a été maintenue à Perpignan et le 26 novembre, l’Institut Jean Vigo a organisé la première rencontre dans ce cadre.

Le collectif 66 Palestine a tenu le même jour à 18h un rassemblement de protestation devant la cinémathèque, après plusieurs distributions à l’entrée de la salle de cinéma les semaines précédentes. Sous un crachin glacial et de violentes bourrasques , nous avons scandé nos mots d’ordre  solidaires de la Palestine. Un dessin géant de street-art a été mis en place ainsi que des drapeaux et des banderoles. Nous avions confectionné des dizaines de béquilles que nous avons  tenu en hommage à tous les jeunes palestiniens  mutilés durant les marches de Gaza.

Plus d’une trentaine de militants représentant les organisations du Collectif y ont participé. Nous avons été beaucoup  plus nombreux que ceux qui sont rentrés à la projection prévue pour cette soiré que nous appelions à boycotter. Quelques-uns ont même fait demi-tour. Et Savi Gabizon était finalement absent pour présenter son film.

fleche2  Lire la suite sur le site AFPS-66

  

La LICRA s’attaque à une association antiraciste !

Communiqué de la FASTI

(Fédération des Associations de Solidarité avec les Travailleur-euse-s Immigrés)

La LDH-66 soutien la FASTI et l’ASTI-66

La LICRA s’attaque à une association antiraciste !

La FASTI s’indigne du communiqué publié hier par la Licra appelant la Mairie de Paris à renoncer à financer notre projet d’accompagnement juridique de couturiers sans papiers du quartier de la Goutte d’Or. Nous regrettons que, face à cette pression extérieure, la Mairie de Paris ait décidé de reporter l’examen de la délibération.

La FASTI et le Mouvement des Asti sont présents sur le terrain, depuis plus de 50 ans, à travers de nombreuses actions de solidarité concrète avec les personnes étrangères : permanences juridiques, cours de français, accompagnement à la scolarité, groupes de discussions, mobilisations, actions de sensibilisation etc…

Aujourd’hui comme hier, ces actions s’inscrivent dans un positionnement résolument antiraciste, anticolonial, anticapitaliste et féministe. La FASTI a toujours lutté contre les politiques de l’Etat dès lors qu’elles organisent l’inégalité entre les personnes. La revendication d’égalité réelle entre toutes et tous est au fondement de la création de la FASTI et anime aujourd’hui encore les 57 associations et 2 000 bénévoles qui accueillent et accompagnent plus de 25 000 personnes étrangères chaque année.

Aux côtés du mouvement social associatif et syndical et des premier-e-s concerné-e-s, la FASTI est engagée au quotidien pour la solidarité, l’égalité réelle des droits entre tout-tes, la liberté de circulation et d’installation et contre les discriminations racistes.

Dans un contexte où les Etats ferment leurs frontières et leurs ports et laissent mourir les migrant-e-s en Méditerranée et aux frontières de l’Europe, que tout le monde s’alarme de la montée des nationalismes et de l’extrême droite, que des crimes policiers restent impunis, qu’une véritable chasse aux sans-papiers est organisée, que le colonialisme continue à faire des ravages dans les territoires d’Outre-Mer, en Palestine et ailleurs, la LICRA ne trouve rien de mieux à faire pour dépenser son énergie que de s’en prendre au combat de la FASTI.

Ce choix confirme que la LICRA a choisi son camp : certainement pas celui de l’antiracisme et encore moins de la liberté d’expression.

Le 13 novembre 2018

Contacts : 01 58 53 58 53 / coordination@fasti.org

Lire l’info sur le site LeParisien

fleche2 Lire la réponse de l’UJFP (Union juive française pour la Paix) organisation solidaire de la FASTI : La LICRA et ses attaques contre le mouvement de solidarité avec la Palestine

fleche2  fiche_d_information_licra_– (1) (au format PDF) de l’Agence France Palestine sur la LICRA et ses attaques conte le mouvement solidaire de la Palestine

fleche2  Lire le communiqué national de la LDH

Les massacres continuent toujours à Gaza

Nos amis de l’AFPS-66 nous transmette l’information sur la terrible répression des mobilisations quotidiennes de la marche du retour de la jeunesse de Gaza. Les crimes de l’armée israélienne continue en toute impunité. Aucune émotion du côté du gouvernement  ou des élus de la majorité à l’assemblée. Voir le site de l‘AFPS-66.

D’autre part la Flotille pour la Liberté, partie de Norvège en mai en direction de la bande de Gaza, en passant par Palerme, avec 13 000 euros de matériel médical dont a tant besoin la population gazaouie, a été attaquée en pleine eau internationale par les forces de l’armée israélienne, le 29 juillet pour le Al Awda et le 3 août pour le Freedom. Un véritable acte de piraterie. 

Il y avait deux français à bord: Sarah Katz, de l’Union Juive Française pour la Paix et Pascal Maurieras, militant de la CGT. Le gouvernement français n’a pas daigné réagir pour dénoncer l’attaque et défendre ses ressortissants français.

Sarah Katz est la  fille de celui qui était le ‘Docteur Laffitte’ dans la Résistance, juif communiste né en Roumanie où une bonne partie de sa famille a disparu.

Voir le compte rendu sur le site de l’UJFP et l’article et la déclaration de la CGT

Voir la vidéo : la 2ème flotille pro-Gaza attaquée