Activités de la section de METZ

Pour connaître nos activités en 2019


Permettre l’accès aux droits :

Un certain nombre de droits existent. Ils sont écrits. Il y a des textes qui les établissent. Trop souvent les écarts entre ces droits et la réalité sont importants. Il est nécessaire de se battre pour faire vivre ces droits. Les permanences nous permettent d’entendre, d’observer ces décalages et nous mettons tout en œuvre pour les combattre.

Faire vivre les droits, c’est aussi intervenir en milieu scolaire. La formation est un maillon important dans le combat pour les droits.

Faire vivre les droits existants, les libertés, mais veiller à ce que le travail législatif ne les détricote pas.

Permanences téléphoniques et réception du public

Écouter, orienter, aider à établir un dossier…

Prédominance de dossiers d’étrangers sans papiers refoulés de l’OFPRA et de la Cour Nationale du Droit d’Asile.

Les interventions en milieu scolaire : Valeurs de la République:

La section assure une activité permanente de formation dans les établissements scolaires, pour l’essentiel axées sur les valeurs de la République : Citoyenneté, lutte contre les discriminations, connaissance de la laïcité.

Actions en milieu scolaire

  • Laïcité:

Le cas particulier de la Moselle, au sein des « départements concordataires » conduit à travailler en réseau avec les autre formations laïques : ligue de l’enseignement , FSU,.. Ce travail sur la laïcité se fait avec des partenaires alsaciens, et nous amène à agir au niveau local et national.

Les événements de janvier et novembre 2015 nous amènent à intensifier les actions de formation à la laïcité  en milieu scolaire. Un groupe d’associations s’est constitué pour former des bénévoles et intervenir en collège et lycées.

Nous avons toujours besoin de bénévoles pour conduire cette action. Vous êtes intéressés, nous organisons des formations,  faites-vous connaitre : ldh.metz@ldh-france.org

  • Anti-racisme

Les attentats ont fait surgir la peur. Celle-ci a ravivé, le soupçon, la peur de l’autre, de l’étranger, la xénophobie. L’étranger, on ne le connait pas, mais on sait toujours des choses sur lui. On en a une image construite sur des a priori, des récits.

L’étranger, c’est celui qui n’appartient pas au groupe. Il renvoie à la question d’appartenance.

Parce que les valeurs d’égalité, de fraternité sont essentielles pour nos associations, nous avons travaillé sur la thématique : « comment devient-on xénophobe, raciste ? ».

Nous proposons notre travail à des classes à partir de la quatrième en une séquence de deux heures. Les bénévoles qui interviennent ont été formés pour aborder ces problématiques. Notre action s’inscrit en complément de l’action de l’Education nationale dans la lutte contre le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme.

Les associations porteuses de ce projet sont : la Ligue des droits de l’Homme, la Ligue de l’enseignement-FOL57, les Pupilles de l’Enseignement Public, la Passerelle, et Couleurs Gaies.

Pour cette action aussi, nous avons  besoin de bénévoles. Vous êtes intéressés, nous organisons une formation pour se préparer à intervenir. 

Faites-vous connaitre : ldh.metz@ldh-france.org

Réseau de solidarité :

A l’initiative de la LDH et de Médecins du Monde, de la Fondation Abbé Pierre, des associations concernées par les actions de solidarité envers les plus démunis, dans le périmètre de l’agglomération messine, se sont constituées en Réseau de solidarité des associations messines

Le lien vers le site du réseau

Voter en prison

Voter est un droit, même quand on est en prison si on est pas déchu de ses droits civiques. Nous sommes engagés avec les équipes pédagogiques de la prison de Queuleu pour que le droit de vote des prisonniers soit respecté.

Action antiraciste

Nous avons décidé de nous unir à d’autres associations anti racistes et à tous les individus intéressés pour créer des outils de propagande anti raciste.

Groupe théâtre et musique

Cette activité est le fait d’un groupe de ligueurs africains, jouant des pièces ou chantant sur le thème des droits fondamentaux. Ils ont écrits ces textes en s’appuyant sur leur histoire, l’exil, les manquements au droit qu’ils ont subis et qui les ont contraints à l’exil.