Les investissements monstres des géants des hydrocarbures toujours loin de préparer un monde à 1,5°C

«Chevron, Eni, Shell et TotalEnergies ont approuvé un investissement qui ne sera nécessaire que si la demande de pétrole et de gaz augmente au point de pousser les températures au-delà de 2,5°C», pointe Carbon Tracker. (Hussein Faleh /AFP)


Au lieu de réduire drastiquement leur production de pétrole et de gaz, les producteurs d’énergie font l’inverse et continuent à miser sur des projets incompatibles avec l’accord de Paris, selon un rapport de Carbon Tracker publié ce jeudi.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs



Dans les écoles américaines, les chrétiens conservateurs mènent la guerre des livres


ÉGYPTE : AVANT LA COP 27, COMMENT LES AUTORITÉS REDORENT LEUR IMAGE


Des ONG dénoncent un important projet gazier de TotalEnergies en Afrique du Sud


LES MÉDIAS FACE AUX RAFFINEURS : « UN MOYEN D’OPPOSER LES PAUVRES ENTRE EUX »

Arrêt sur images: Thomas Porcher, économiste


Des queues interminables devant les stations-service, des grévistes jugés « irresponsables », une situation qui a des allures de « prise d’otage » : voilà la grammaire médiatique à l’œuvre dans les grands médias depuis une quinzaine de jours pour qualifier le mouvement de grève en cours dans les raffineries françaises, chez les géants Esso-Exxon, et bien sûr Total. Cette façon de déprécier ce mouvement social est finalement assez commune, voire franchement caricaturale. Mais sommes-nous face à une grève comme les autres ? Dans un contexte de pénurie, d’inflation et de tensions géopolitiques, mais aussi face aux superprofits engrangés par les multinationales de l’énergie et l’impératif écologique qui semble gagner du terrain, est-ce que le patronat et les médias qui le relaient sont encore en position de force ?

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


Qatar/FIFA : Les revendications des travailleurs migrants en grève doivent être prises en compte


Femmes SDF : à la rencontre des « Invisibles »


Quand France Inter se fait porte-parole du gouvernement


Avec 41 journalistes actuellement détenus, l’Iran est aujourd’hui la troisième plus grande prison au monde pour la profession


« Des pratiques du passé » : Frontex réagit au rapport accablant ses dirigeants


« Parler gentiment a montré ses limites » : face à la crise écologique et climatique, des scientifiques racontent pourquoi ils entrent en rébellion


«Enseigner, ce n’est pas se taire», par Mickaëlle Paty, sœur de l’enseignant assassiné


Elle alerte contre le nouveau projet de Total en Afrique du Sud


Total Énergies visé par une plainte pour complicité de crimes de guerre en Ukraine

Visé par une plainte, Total Énergies est accusé d’avoir continué à exploiter un gisement en Russie et permis de fabriquer du carburant utilisé par des avions russes dans le conflit en Ukraine. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP


Deux associations ont porté plainte à Paris pour complicité de crimes de guerre contre le groupe français Total Énergies, accusé d’avoir continué à exploiter un gisement en Russie et permis de fabriquer du carburant utilisé par des avions russes dans le conflit en Ukraine. C’est ce qu’a appris vendredi l’AFP de source proche du dossier.

Lire ICI

Guerre en Ukraine : 6 mois

Appartements détruits par des bombardements, à Kharkiv, en Ukraine, dimanche 13 mars 2022. ANDREW MARIENKO / AP


Guerre en Ukraine : six mois de conflit émaillés de crimes de guerre


Dans les zones ukrainiennes occupées, “les Russes nous laissde,ent le choix : la collaboration, la prison ou la mort”


Guerre en Ukraine : la difficile reconstruction psychologique des réfugiés arrivés en France, « tous traumatisés »


TotalEnergies en Russie : il faut cesser de fermer les yeux

En catimini, le gouvernement impose le gaz de schiste

– © Sanaga/Reporterre


Le gouvernement profite du projet de loi «pouvoir d’achat» pour accélérer la construction d’un port méthanier au Havre. Le but : importer du gaz naturel liquéfié. Un scandale, selon les associations environnementales.

Lire ICI