Outre-mer : Le système scolaire critiqué par la Cour des comptes

Coûts supérieurs, résultats inférieurs, temps d’enseignement réduit, conditions difficiles… Un rapport de la Cour des comptes, publié le 10 décembre, pointe les défaillances du système scolaire dans les cinq académies d’Outre-mer (Martinique, Guadeloupe, La Réunion, Guyane et Mayotte).

Réalisée pour la Commission des finances du Sénat, cette enquête souligne les spécificités des académies ultramarines : éloignement de la métropole, climat, relief ou configuration archipélagique, équipements collectifs défectueux, taux de pauvreté et de chômage importants, etc.

Des écarts considérables avec la métropole

« L’enseignement est dispensé dans des conditions plus difficiles qu’en métropole », note le rapport, avec un « taux faible de remplacement des absences des enseignants », et un « temps d’enseignement plus court », « bien que le ministère ne dispose pas de décompte précis ».

Il pointe que les taux d’accès au brevet et au bac « se sont améliorés », mais que « les évaluations de niveau montrent des écarts considérables ». 21,5 % des élèves entrant en 6e à La Réunion ont une maîtrise insuffisante ou fragile du français, 25 % à la Martinique, 28,7 % à la Guadeloupe, 44,2 % en Guyane et 75,4 % à Mayotte, contre 13,3 % au niveau national.

Le dispositif d’éducation prioritaire en cause

La Cour constate pourtant un coût annuel par élève ultramarin « supérieur d’environ 30 % à la moyenne nationale », en raison des « surrémunérations » des fonctionnaires en outre-mer, et de l’extension du dispositif d’éducation prioritaire « à environ la moitié du territoire à la Martinique et à La Réunion et à la quasi-totalité de Mayotte et de la Guyane ».

Pourtant, « les moyens de l’éducation nationale ne sont pas ajustés aux besoins », note-t-elle. L’éducation prioritaire « ne semble plus l’outil approprié », notamment à Mayotte et en Guyane où « de lourdes contraintes (manque de formateurs, distances, rotation des enseignants, etc.) annihilent ses aspects positifs ». La Cour souhaite laisser plus de marge aux recteurs. Elle appelle aussi le ministère, « comme il s’y emploie pour les concours dérogatoires d’enseignants à Mayotte aujourd’hui et en Guyane demain, à assouplir les règles de recrutement ».

Via rédaction 20 Minutes – Actualités

20 Désamn : Abolition de l’esclavage #LaRéunion

Bientôt le 20 Désamn #LaRéunion

La Fondation pour la mémoire de l’esclavage : Une démocratie forte ne craint pas le débat : elle le cultive. Elle n’a pas peur de regarder les blessures de son passé : elle se renforce en le faisant. » Le Conseil Scientifique de la FME affirme l’importance de la recherche sur l’esclavage colonial et ses héritages. A lire

Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage

2 décembre

L’esclavage n’est pas simplement un vestige du passé. L’esclavage n’est pas seulement un vestige du passé, mais une réalité tristement actuelle. Selon l’Organisation internationale du Travail (OIT), il y a actuellement plus de 40 millions de victimes du travail forcé dans le monde. L’esclavage moderne est un terme recouvrant plusieurs pratiques telles que le travail forcé, la servitude pour dettes, le mariage forcé et la traite d’êtres humains. Elle implique des situations d’exploitation qu’une personne ne peut refuser ou quitter en raison de menaces, de violence, de contraintes et/ou d’abus de pouvoir.L’OIT a adopté un nouveau protocole juridiquement contraignant destiné à renforcer les efforts mondiaux visant à éliminer le travail forcé, qui est entré en vigueur en novembre 2016.

Campagne « 50 pour la liberté » Nous avons la chance de faire l’Histoire.

Le Protocole de l’Organisation internationale du Travail (OIT) sur le travail forcé peut redonner l’espoir et la liberté aux millions de personnes victimes de l’esclavage moderne.Mais il doit d’abord être ratifié par les différents pays du monde.

Notre objectif est de convaincre au moins 50 pays à ratifier le protocole sur le travail forcé.

 » ÉCRITS POUR LA FRATERNITE » . Participez.

Actuellement diffusé par le Rectorat de la Réunion auprès des établissements scolaires de notre Île, le concours de la LDH : » ÉCRITS POUR LA FRATERNITE » . Participez.

CONCOURS «ÉCRITS POUR LA FRATERNITÉ »

Edition 2020-2021

Le concours est organisé par la Ligue des Droits de l’Homme.

Il s’adresse aux :

1) Grandes sections, CP, CE1

2) Ce2, cm1, cm2

3) 6e, 5e

4) 4e, 3e

5) Lycées et formations professionnelles

6) Classes et établissements spécialisés

7) structures complémentaires de l’éducation nationale

centre de loisirs, conseil municipal de jeunes, etc.

Thème : D’après un proverbe africain cité par St Exupéry :

« Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants », il s’agit de réaliser des œuvres qui peuvent être des textes (en prose ou en vers, scènes de théâtre, textes de chanson), des vidéos, des audios, des œuvres plastiques et graphiques, et des combinaisons de différentes formes d’expression.

Les œuvres multimédias (vidéos et sons) ne doivent pas dépasser une durée de trois minutes. N’hésitez pas à illustrer vos poèmes, scènes de théâtre, chansons et autres textes littéraires.

Récompenses : A la Réunion, un jury sera réuni et les meilleures œuvres seront récompensées et envoyées au niveau national. Dans chaque catégorie, les œuvres individuelles et collectives seront primées séparément. Les œuvres écrites, graphiques, plastiques, vidéographiques et musicales seront primées de façon confondue.

Calendrier :

Avant le 20 décembre 2020 : Les établissements qui ont l’intention de participer doivent s’inscrire, par mail, auprès de la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion : 

saintdenis-reunion@ldh-france.org

Avant le 1er avril 2021 : Envoi des œuvres des élèves (individuelles ou collectives) en joignant la fiche de participation qui sera renvoyée lors de l’inscription.

Entre le 2 et le 14 avril 22021 : Réunion du jury local.
Avant le 23 avril 2021 : Envoi au jury national des deux meilleures œuvres (individuelles et collectives) de chaque catégorie.

Tous autres détails sur : www.ldh-france.org/nous-nheritons-pas-de-la-terre-de-nos-ancetres-nous-lempruntons-a-nos-enfants

Avec le concours de : 

                                            

CONCOURS « ÉCRITS POUR LA FRATERNITÉ » Edition 2020-2021

Le concours est organisé par la Ligue des Droits de l’Homme.

  • Il s’adresse aux :
  • 1) Grandes sections, CP, CE1
  • 2) Ce2, cm1, cm2
  • 3) 6e, 5e
  • 4) 4e, 3e
  • 5) Lycées et formations professionnelles
  • 6) Classes et établissements spécialisés
  • 7) structures complémentaires de l’éducation nationale
  • centre de loisirs, conseil municipal de jeunes, etc.

Thème : D’après proverbe africain cité par St Exupéry :

« Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants », il s’agit de réaliser des œuvres qui peuvent être des textes (en prose ou en vers, scènes de théâtre, textes de chanson), des vidéos, des audios, des œuvres plastiques et graphiques, et des combinaisons de différentes formes d’expression.

Les œuvres multimédias (vidéos et sons) ne doivent pas dépasser une durée de trois minutes. N’hésitez pas à illustrer vos poèmes, scènes de théâtre, chansons et autres textes littéraires.

Récompenses : A la Réunion, un jury sera réuni et les meilleures œuvres seront récompensées et envoyées au niveau national. Dans chaque catégorie, les œuvres individuelles et collectives seront primées séparément. Les œuvres écrites, graphiques, plastiques, vidéographiques et musicales seront primées de façon confondue.

Calendrier :

Avant le 20 décembre 2020 : Les établissements qui ont l’intention de participer doivent s’inscrire, par mail, auprès de la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion : 

saintdenis-reunion@ldh-france.org

Avant le 1er avril 2021 : Envoi des œuvres des élèves (individuelles ou collectives) en joignant la fiche de participation qui sera renvoyée lors de l’inscription.

Entre le 2 et le 14 avril 22021 : Réunion du jury local.
Avant le 23 avril 2021 : Envoi au jury national des deux meilleures œuvres (individuelles et collectives) de chaque catégorie.

Tous autres détails sur : www.ldh-france.org/nous-nheritons-pas-de-la-terre-de-nos-ancetres-nous-lempruntons-a-nos-enfants

Avec le concours de :

                                        

Lettre aux Enseignants

Les propositions éducatives de la LDH à la Réunion

A MESDAMES ET MESSIEURS LES CHEFS D’ETABLISSEMENTS SCOLAIRES

A l’attention des Enseignants

Objet : Propositions d’actions éducatives en partenariat

Madame, Monsieur, le chef d’établissement,

Nous avons l’honneur de porter à votre connaissance les propositions d’actions éducatives présentées par la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion pour l’année scolaire 2020-2021. 

1) Interventions éducatives ponctuelles ou « LDH en résidence ».

Dans la continuité de ses actions antérieures, la Ligue propose des interventions éducatives ponctuelles, sur des sujet tels que : histoire et philosophie des droits de l’Homme, lutte contre les discriminations, démocratie et citoyenneté, etc.

Une nouvelle forme de présence éducative intitulée « LDH en résidence » vous est proposée. Il s’agit d’un programme annuel d’interventions éducatives dans un établissement sur différentes thématiques possibles (Eco-citoyenneté, valeurs de la République et droits de l’Homme, débats philosophiques, etc.).

2) Concours « Ecrits pour la Fraternité »

Ce concours organisé chaque année par la LDH appelle cette année, à la responsabilité environnemental avec ce thème : « Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants ».  Il s’adresse à tous les élèves sans distinction d’âge, en individuel ou en groupe. Les œuvres, individuelles ou collectives, peuvent prendre plusieurs formes : textes en prose ou en vers, scènes de théâtre, textes de chanson, chansons en musique, œuvres vidéographiques, objets et œuvres graphiques, qui sont réparties en plusieurs catégories d’âges ou d’établissements. L’engagement de votre établissement doit nous être signalé par mél avant le 20 décembre et les œuvres nous parvenir à notre adresse locale avant le 1er avril 2021 (avec votre fiche de participation, voir les précisions ici : www.ldh-france.org/nous-nheritons-pas-de-la-terre-de-nos-ancetres-nous-lempruntons-a-nos-enfants)

3) Journée des droits de l’enfant (20 novembre, 30ème anniversaire de la CIDE)

Il s’agit d’une journée éducative et récréative en liaison avec divers établissements scolaires volontaires, sur le thème du concours Ecrits pour la Fraternité, avec différents ateliers. La journée se tiendra, cette année, à Saint-Louis au MADOI, le 20 novembre 2020. Votre engagement doit nous parvenir avant le 30 octobre.

4) Journée de la laïcité (9 décembre) et anniversaire de la DUDH (10 décembre)

Comme chaque année, nous souhaitons également organiser une journée autour du thème de la laïcité avec l’intervention d’élèves des écoles, que nous proposons de tenir à Saint-Pierre, cette année.

5) Kozemsemb : action nouvelle, ayant obtenue le soutien de la DILCRAH, destinée à lutter contre les stéréotypes de genre, les discriminations et les violences faites aux femmes et LGTB+, et appelant à l’expression des jeunes sur ce sujet, notamment à travers une page Facebook, des groupes de paroles et de l’affichage public.

Nous sommes à votre disposition pour la mise en œuvre de ces propositions, dans la limite de nos capacités d’intervention. Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, le chef d’établissement, l’expression de notre considération respectueuse.

Isnelle GOULJAR, Vice-Présidente

Responsable du Groupe Education, Culture, Droits de l’enfant

Avec le soutien de :

Propositions d’actions éducatives LDH : RDV ce 04/09/2020 avec Mme la Rectrice

Les propositions d’actions éducatives présentées par la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion pour l’année scolaire 2020-2021 sont destinées à être mises en œuvre dans le cadre de conventions de partenariat avec les établissements d’enseignements. Voici ces propositions.

1) Interventions éducatives ponctuelles et « LDH en résidence ».

Dans la continuité de ses actions antérieures, la Ligue propose des interventions éducatives ponctuelles sur des sujet tels que : histoire et philosophie des droits de l’Homme, la lutte contre les discrimination, démocratie et citoyenneté.La LDH souhaite proposer une nouvelle forme de présence éducative intitulée « LDH en résidence ». Il s’agit d’établir avec les établissements scolaires volontaires, sur la base d’une convention annuelle, comportant un programme d’interventions éducatives sur différentes thématiques possibles (Eco-citoyenneté, valeurs de la République et droits de l’Homme ; débats philosophiques, etc.).

2) Concours « Ecrits pour la Fraternité »

Ce concours de poèmes initié par la LDH au niveau national aura pour thème, cette année, la responsabilité environnemental avec ce thème : « Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants ». Il sera lancé courant septembre 2019 pour se terminer en mars 2020. Il s’adresse à tous les élèves sans distinction d’âge, en individuel ou en groupe.

3) Journée des droits de l’enfant

(20 novembre, 30ème anniversaire de la CIDE)Il s’agit d’une journée éducative et récréative en liaison avec divers établissements scolaires volontaires, que nous pensons organiser cette année à Saint-Louis. Cette année la date du vendredi 20 novembre a été retenue.

4) Journée de la laïcité (9 décembre)

et anniversaire de la DUDH (10 décembre) Comme chaque année, la LDH à la Réunion organisera une journée autour du thème de la laïcité avec l’intervention d’élèves des écoles, sur le Parvis des droits de l’Homme à Saint-Denis.

5) Kozemsemb

Action nouvelle destinée à lutter contre les stéréotypes de genre, les discriminations et les violences faites aux femmes et LGTB+ appelant à l’expression des jeunes notamment à travers une page Facebook, des groupes de paroles et de l’affichage public.

L’équipe de la LDH à la Réunion est à disposition des Chefs d’établissements pour échanger sur ces propositions d’actions éducatives et leur mise en œuvre, dans la limite de ses capacités d’intervention.

Dossiers pédagogiques TAPORI

ATD Quart Monde France
Avis aux enseignants: le dossier pédagogique Tapori est arrivé ! Une palette d’outils à utiliser tout au long de l’année pour sensibiliser les 7-13 ans à la prochaine #JournéeMondialeDuRefusDeLaMisère dédiée à la justice sociale & environnementale (17 octobre)
https://atd-quartmonde.fr/…/2…/07/DossierPedagogique2020.pdf

#JournéeMondialedurefusdelaMisère
30 ans après la Convention internationale des droits de l’enfant, 3 millions d’enfants vivent encore sous le seuil de #pauvreté en France. Le #17octobre, engagez-vous pour faire respecter les droits des enfants ! La #LDH dit #StopPauvreté !

C’est la rentrée ! Participez

Voici les initiatives en cours de la Ligue auxquelles vous êtes invité.e.s à participer :

– Matinée d’accueil et de formation des nouveaux adhérents le 29/08, suivi d’un repas. Participation aux groupes de travail.

– Rencontre inter-associative avec nos partenaires sur inscription uniquement, le 29/08, 14-18H00.

Campagne  « Nos droits et libertés, parlons-en, faisons-les vivre ».

Action judiciaire contre Brigitte Bardot à la suite de ces propos racistes visant les Réunionnais, audience du 3/09 13H45, TGI de Saint-Denis.

– Actions éducatives en partenariat avec les Etablissements scolaires (courriel pour prochain rendez-vous avec Mme la Rectrice et à divers établissements correspondants).

– Concours pour la Fraternité en direction des établissements scolaires sur le thème : « Nous n’héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants. » (proverbe africain cité par Saint-Exupéry dans Terres des Hommes)

– Actions citoyennes en vue d’organiser des rencontres populaires et des rencontres inter-associatives au niveau des communes (courriel adressé aux maires et rendez-vous en cours)

– Conférences publiques sur la transmission des stéréotypes racistes chez les enfants et sur la maltraitance des enfants, en cours de programmation pour Octobre.

– Journée des droits de l’enfant (20 novembre) : vraisemblablement à Saint-Louis cette année.

– Journée de la Laïcité (9 décembre) : vraisemblablement à Saint-Pierre cette année avec le concours d’établissements scolaires.

– « KOZENSEMB » : action nouvelle destinée à lutter contre les stéréotypes de genre, les discriminations et les violences faites aux femmes et LGTB+.

– Autres initiatives en partenariat : Journée mondiale du refus de la misère dédiée à la justice sociale & environnementale (17 octobre) ; journée pour l’élimination des violences faites aux femmes (25 novembre), 20 décembre.

Pour le bureau de la LDH à la Réunion

Dominique Rivière, président            Reine-Claude Grondin, secrétaire 

CLAIRE HÉDON, NOUVELLE DÉFENSEURE DES DROITS, succédant à Jacques TOUBON


Ancienne Présidente d’ATD Quart Monde, elle revendique de venir de la société civile et du milieu associatif. Ses déclarations sur France Inter : https://www.franceinter.fr/…/l-invite-de-7h50-24-juillet-20…
« En tant que présidente d’ATD Quart Monde, je sais que la pauvreté c’est pas simplement un manque de revenus financiers, c’est aussi un problème de non-accès aux droits. J’ai une réelle connaissance de ces difficultés qu’ont les personnes au quotidien pour accéder à leurs droits. »

« C’est important de montrer pourquoi cette institution [le Défenseur des droits] est proche des gens », au-delà des grands rapports publiés, explique Claire Hédon. « La réalité du non-accès au droit, c’est une atteinte à notre démocratie. Si on a des droits et qu’on ne peut pas y accéder, c’est totalement décourageant ! Ça mine la cohésion sociale, et la confiance qu’on a dans les services publics. »

Elle souhaite également un meilleur suivi de ce qui se passe (ou non) après la publication des rapports du Défenseur des droits. « Une des choses que je souhaiterais faire, c’est un suivi des avis, sur les deux dernières années : qu’est-ce qui a été suivi, qu’est-ce qui ne l’a pas été, et pourquoi. Tout ce travail doit être fait pour que ces recommandations soient appliquées. » Elle souhaite également « qu’on traite toutes les réclamations », c’est « indispensable ».

Claire Hédon cite également un exemple de problème d’accès au droit pendant le confinement. « Ce qui s’est passé avec les EHPAD : fermeture totale, on a empêché les proches de voir leurs personnes âgées : on le comprend en termes sanitaires, mais est-ce qu’on n’est pas allé trop loin ? Certaines sont mortes seules, sans leurs proches… Il y a une réflexion à mener sur la limite d’atteinte aux libertés quand il y a une crise comme celle-là. »

Autre dossier sur lequel son prédécesseur était très actif, surtout ces deux dernières années : celui des violences policières. Claire Hédon commence par tempérer : « Il y a un vrai problème, chez certains, de violences. Je n’aime pas le terme général qui voudrait accuser l’ensemble de la police. Il y a tout un travail à faire de formation des forces de sécurité, de réflexion au sein de la police pour changer certaines pratiques. »

https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/claire-hedon

Violences sur Enfants : Rapport UNESCO


Aujourd’hui, 1 enfant sur 2 à travers le monde continue d’être victime d’actes de violence physique, sexuelle ou psychologique.
Nous devons, de toute urgence, veiller à ce que tous les enfants soient en sécurité : https://on.unesco.org/3ej1h05
https://www.who.int/fr/news-room/detail/18-06-2020-countries-failing-to-prevent-violence-against-children-agencies-warn

Le Rapport de situation sur la prévention de la violence à l’encontre des enfants dans le monde appelle les pouvoirs publics à agir davantage et signale que la COVID-19 a des conséquences dramatiques.

Chaque année, un enfant sur deux dans le monde – soit environ un milliard d’enfants – est victime d’actes de violence physique, sexuelle ou psychologique qui entraînent des traumatismes, des handicaps voire le décès, parce que les pays ne parviennent à appliquer les stratégies établies pour les protéger. 

Ces informations ressortent d’un nouveau rapport publié aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’UNICEF, l’UNESCO, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies chargée de la question de la violence contre les enfants et le Partenariat pour l’élimination de la violence. 

Selon le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, « les enfants ne doivent être victimes de violence sous aucun prétexte. Nous disposons d’outils fondés sur des bases factuelles pour prévenir cette violence et nous appelons tous les pays à les utiliser. Il est essentiel de préserver la santé et le bien-être des enfants pour préserver la santé et bien-être de tous, aujourd’hui et à l’avenir ». 

Le Rapport de situation 2020 sur la prévention de la violence à l’encontre des enfants dans le monde est le premier rapport de ce type. Il rend compte des progrès accomplis dans 155 pays par rapport au cadre « INSPIRE », une série de sept stratégies pour prévenir et combattre la violence à l’encontre des enfants. Il signale que tous les pays doivent absolument intensifier leurs efforts pour appliquer ces stratégies. Si la quasi-totalité des pays (88 %) disposent de lois pour protéger les enfants de la violence, moins de la moitié des pays (47 %) ont indiqué que ces lois étaient appliquées avec fermeté. 

Le rapport comprend les toutes premières estimations mondiales des homicides parmi les enfants de moins de 18 ans. Les estimations précédentes étaient basées sur des données qui englobaient les enfants de 18 ans et de 19 ans. Il ressort de ces nouvelles estimations qu’en 2017, 40 000 enfants environ ont été victimes d’un homicide. 

« La violence à l’encontre des enfants a toujours été omniprésente, et la situation pourrait maintenant sensiblement s’aggraver. En raison du confinement, de la fermeture des établissements scolaires et de la restriction des déplacements, beaucoup trop d’enfants ont dû rester avec les personnes qui les maltraitent et n’ont pas pu aller à l’école, où ils auraient été normalement à l’abri. Il faut d’urgence faire davantage d’efforts pour protéger les enfants pendant cette période et après, y compris en considérant les travailleurs sociaux comme essentiels et en renforçant les services d’aide téléphonique à l’enfance », dit Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF.  

Les progrès sont généralement inégaux

Parmi les stratégies INSPIRE, c’est la scolarisation qui a progressé le plus, 54 % des pays indiquant qu’un nombre suffisant d’enfants qui en avaient besoin étaient scolarisés. Entre 32 % et 37 % des pays considéraient que les victimes de violence avaient accès à des services d’appui, tandis que 26 % des pays disposaient de programmes d’appui aux parents et aux personnes ayant la charge des enfants, 21 % des pays disposaient de programmes destinés à modifier les normes néfastes et 15 % des pays avaient fait des modifications pour offrir aux enfants un environnement physique sûr.

Bien que la majorité des pays (83 %) disposent de données nationales sur la violence à l’encontre des enfants, 21 % d’entre eux seulement s’en servent pour établir des valeurs de référence et des cibles nationales afin de prévenir et de combattre cette violence.

Environ 80 % des pays disposent de plans d’action et de politiques à l’échelle nationale mais un cinquième d’entre eux seulement ont des plans intégralement financés ou des cibles mesurables. Il est probable que le manque de financement et de professionnels contribue à cette situation et explique la lenteur de la mise en œuvre.

Conséquences de la riposte à la COVID-19 sur les enfants

« Avec la pandémie de COVID-19 et la fermeture des établissements scolaires qu’elle a entraînée, nous avons constaté une recrudescence de la violence et de la haine en ligne, y compris du harcèlement. Maintenant que les établissements scolaires commencent à rouvrir, les enfants expriment leur crainte de retourner à l’école. Nous sommes collectivement responsables de veiller à ce que tous les enfants soient en sécurité à l’école. Nous devons réfléchir et agir collectivement pour mettre un terme à la violence en milieu scolaire et dans nos sociétés en général », dit Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO.

Les mesures de confinement et la fermeture des établissements scolaires ont limité les sources habituelles de soutien aux familles et aux personnes (amis, famille élargie, professionnels). Ainsi, les victimes ont encore moins la possibilité de gérer les crises et la réorganisation de leur vie quotidienne. On a observé une forte augmentation du nombre d’appels aux centres d’aide téléphonique aux enfants maltraités et aux victimes de violence du partenaire intime.

Et les communautés en ligne sont devenues essentielles pour que de nombreux enfants continuent à apprendre, à jouer et à bénéficier de soutien, mais on a observé une recrudescence des comportements néfastes en ligne, dont le cyberharcèlement, les conduites à risque et l’exploitation sexuelle.

« Pendant la finalisation de ce rapport, les mesures de confinement et la perturbation des services de protection de l’enfance, déjà limités, ont exacerbé la vulnérabilité des enfants face aux différentes formes de violence », dit Najat Maalla M’jid, Représentante spéciale du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies chargée de la question de la violence contre les enfants. Et d’ajouter : « Pour répondre à cette crise, il est indispensable de mettre en place un cadre d’action multisectoriel unifié et axé sur les droits de l’enfant. À cet égard, les gouvernements, les donateurs bilatéraux et multilatéraux, la société civile, le secteur privé et les enfants, dont l’opinion doit être entendue et réellement prise en compte, doivent se mobiliser pour que les enfants soient protégés comme il se doit et puissent tous s’épanouir et livrer pleinement leur potentiel ».

Agir plus vite pour protéger les enfants

L’OMS et ses partenaires continueront à collaborer avec les pays pour mettre totalement en œuvre les stratégies INSPIRE en renforçant la coordination, en élaborant et en appliquant des plans d’action nationaux, en privilégiant la collecte de données et en renforçant les cadres législatifs. Une action à l’échelle mondiale s’impose pour que tous les pays puissent bénéficier du soutien financier et technique nécessaire. Le suivi et l’évaluation sont indispensables pour déterminer dans quelle mesure ces efforts de prévention profitent effectivement à tous ceux qui en ont besoin. 

« Il est impératif, il est judicieux et il est possible de mettre un terme à la violence à l’encontre des enfants. Il est temps de financer intégralement des plans d’action nationaux complets qui garantiront la sécurité des enfants dans leur foyer, à l’école, en ligne et dans leur entourage. Nous pouvons et nous devons créer un monde dans lequel chaque enfant puisse s’épanouir sans être victime de violence puis être en bonne santé et mener une vie prospère à l’âge adulte », dit le Dr Howard Taylor, du Partenariat pour l’élimination de la violence.

Note du rédacteur :

Les données utilisées pour établir le rapport ont été compilées à l’issue d’une enquête menée de 2018 à 2019, à laquelle ont répondu plus de 1000 décideurs de 155 pays. Les stratégies INSPIRE, lancées en 2016, consistent à mettre en œuvre et appliquer les lois, à modifier les normes et les valeurs pour rendre la violence inacceptable, à créer des environnements physiques sûrs pour les enfants, à fournir un appui aux parents et aux personnes ayant la charge des enfants, à renforcer les revenus et la sécurité et la stabilité économiques, à améliorer les services de lutte et d’appui aux victimes et à offrir aux enfants une éducation et des savoir-faire pratiques.

Liens

Pour télécharger le rapport (en anglais seulement) et le résumé d’orientation (en anglais, en espagnol, en français ou en russe), allez à l’adresse https://who.canto.global/b/SSHOR et utilisez le mot de passe 490759.

Pour assister au lancement qui aura lieu le jeudi 18 juin, de 15 heures à 16 h 30 (HNEC), inscrivez-vous à l’adresse https://bit.ly/2ApZXKa. Après l’inscription, vous recevrez un courriel de confirmation qui vous indiquera comment accéder à l’événement. L’interprétation sera assurée dans les six langues des Nations Unies.

L’Organisation mondiale de la Santé assure un rôle de chef de file mondial dans le domaine de la santé publique au sein du système des Nations Unies. Fondée en 1948, l’OMS compte 194 États Membres dans six Régions et plus de 150 bureaux. Sa mission consiste à promouvoir la santé, à préserver la sécurité mondiale et à servir les populations vulnérables. Pour la période 2019-2023, elle a comme objectifs qu’un milliard de personnes supplémentaires bénéficient de la couverture sanitaire universelle, qu’un milliard de personnes supplémentaires soient mieux protégées face aux situations d’urgence sanitaire et qu’un milliard de personnes supplémentaires bénéficient d’un meilleur état de santé et d’un plus grand bien être.

Pour plus d’informations sur l’OMS, consultez son site Web à l’adresse www.who.int et suivez l’OMS sur Twitter et Facebook.

L’UNICEF intervient dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Il est présent dans plus de 190 pays et territoires, pour chaque enfant, où qu’il se trouve et pour construire un monde meilleur pour tous. Pour plus d’informations sur l’UNICEF et sur son action en faveur des enfants, consultez son site Web à l’adresse https://www.unicef.org/ et suivez l’UNICEF sur Twitter et Facebook.

La Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question de la violence à l’encontre des enfants est une défenseure mondiale indépendante, chargée de promouvoir la prévention et l’élimination de toutes les formes de violence à l’égard des enfants. Elle assure des fonctions de médiation et de facilitation des activités dans toutes les régions et dans tous les milieux et domaines où les enfants sont susceptibles d’être victimes de violence. Elle mobilise les soutiens politiques pour attirer à nouveau l’attention sur les effets néfastes de la violence à l’encontre des enfants, en coopération avec les gouvernements, les organisations de la société civile et les enfants pour favoriser des changements comportementaux et sociaux afin de mettre un terme à la violence à l’égard des enfants d’ici à 2030. Pour plus d’informations, allez à l’adresse https://violenceagainstchildren.un.org/ et suivez la Représentante sur TwitterFacebook et Instagram.

Le Partenariat pour l’élimination de la violence est un partenariat public-privé créé par le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies en 2016. Il compte plus de 420 partenaires et sert de plateforme mondiale pour la sensibilisation, l’action fondée sur des bases factuelles et les investissements destinés à mettre un terme à toutes les formes de violence à l’encontre des enfants. Le Partenariat intervient en faveur de la sécurité des enfants au foyer, en ligne et en milieu scolaire.

L’UNESCO est l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. Elle cherche à instaurer la paix par la coopération internationale en matière d’éducation, de science et de culture. Les programmes de l’UNESCO contribuent à la réalisation des objectifs de développement durable définis dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2015.