Pour un 20 Désamn d’émancipation

Déclaration de la LDH à La Réunion

A l’occasion du 20 Décembre 2020, alors que les contraintes sanitaires actuelles vont réduire les rassemblements et festivités traditionnelles, la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion appelle tous les Réunionnaises et Réunionnais, sans distinction d’origine, de culture ou de conviction religieuse ou philosophique, à retrouver le sens et la portée de la commémoration de l’Abolition de l’Esclavage dans notre Île, à savoir : l’esprit d’émancipation !  

Nous les appelons, en ce sens, à s’approprier davantage les outils d’une citoyenneté partagée pour faire vivre davantage à la Réunion nos libertés et droits humains fondamentaux.

Il apparait en effet nécessaire aujourd’hui que chacune et chacun puisse s’inscrire, sous diverses formes, dans les actions civiles collectives visant à promouvoir concrètement, dans notre société, les valeurs de liberté, d’émancipation et de fraternité humaine.

Il s’agit notamment de :

– Contribuer à la réhabilitation et à la valorisation de nos ascendances africaines et malgaches et de la figure de l’homme ou de la femme noire ;

– Combattre, dès le plus jeune âge et au-delà, les préjugés racistes et répondre de manière appropriée aux diverses idéologies du ressentiment et de la haine de l’autre ;

– Marquer, au-delà de nos frontières, une solidarité effective dans la lutte contre l’esclavage contemporain, alors que l’Organisation internationale du Travail (OIT),  estime  à plus de 40 millions dans le monde le nombre de personnes actuellement victimes du travail forcé ;

– Participer activement à lever les entraves à la liberté et à l’épanouissement que constituent le chômage et le mal logement dans notre Île.

– Réhabiliter et soutenir financièrement, à la hauteurs des besoins, l’éducation populaire laïque et la lutte contre l’illettrisme, et cela au niveau des écoles, des centres de vacances, et des divers quartiers et lieux d’apprentissage de la citoyenneté ;

Oui, pour être fidèles aujourd’hui aux luttes de nos anciens et à l’esprit de notre 20 DÉSAMN, il nous faut davantage mobiliser notre citoyenneté et nos ressources culturelles et intellectuelles locales, pour construire ensemble un développement plus humain et plus équitable à la Réunion.

Vive le 20 DÉSAMN !

La Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion

La Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion

97 avenue de Lattre de Tassigny – 97490 Ste-Clotilde – TEL : 0692 69 01 71
Courriel : saintdenis-reunion@ldh-france.org – Site : http://site.ldh-france.org/saintdenis-reunion/https://www.facebook.com/ldh.reunion

INTERVENTIONS ÉDUCATIVES de la LDH à la Réunion

INTERVENTIONS ÉDUCATIVES Laïcité, Égalité, Démocratie, lutte contre les discriminations, Droits humains : La Ligue des Droits de l’Homme intervient en milieu scolaire avec d’autres associations pour diverses actions éducatives .

Laïcité, le 9 décembre 2020 : Intervention de la LDH à la Réunion au Lycée LECOMTE DE LISLE, grâce au concours de M. FRANCES, professeur d’histoire et de géographie et de Mme CELDRAN, professeur documentaliste, avec Jacques PENITOT et Jean-François RIVOLO. Bravo aux jeunes citoyens pour leur participation ! Avec l’expo Laïcité de l’UFAL.

Journée LAÏCITE (ce 09/12/2020) au Collège de l’Etang Saint-Paul :Concert des élèves sous la direction de Mme Valérie GALDIN, avec la chanson « Je suis Françoise, je suis Charlie… ». Magnifique. Bravo les artistes ! Sous le patronage de la LDH à la Réunion.

Outre-mer : Le système scolaire critiqué par la Cour des comptes

Coûts supérieurs, résultats inférieurs, temps d’enseignement réduit, conditions difficiles… Un rapport de la Cour des comptes, publié le 10 décembre, pointe les défaillances du système scolaire dans les cinq académies d’Outre-mer (Martinique, Guadeloupe, La Réunion, Guyane et Mayotte).

Réalisée pour la Commission des finances du Sénat, cette enquête souligne les spécificités des académies ultramarines : éloignement de la métropole, climat, relief ou configuration archipélagique, équipements collectifs défectueux, taux de pauvreté et de chômage importants, etc.

Des écarts considérables avec la métropole

« L’enseignement est dispensé dans des conditions plus difficiles qu’en métropole », note le rapport, avec un « taux faible de remplacement des absences des enseignants », et un « temps d’enseignement plus court », « bien que le ministère ne dispose pas de décompte précis ».

Il pointe que les taux d’accès au brevet et au bac « se sont améliorés », mais que « les évaluations de niveau montrent des écarts considérables ». 21,5 % des élèves entrant en 6e à La Réunion ont une maîtrise insuffisante ou fragile du français, 25 % à la Martinique, 28,7 % à la Guadeloupe, 44,2 % en Guyane et 75,4 % à Mayotte, contre 13,3 % au niveau national.

Le dispositif d’éducation prioritaire en cause

La Cour constate pourtant un coût annuel par élève ultramarin « supérieur d’environ 30 % à la moyenne nationale », en raison des « surrémunérations » des fonctionnaires en outre-mer, et de l’extension du dispositif d’éducation prioritaire « à environ la moitié du territoire à la Martinique et à La Réunion et à la quasi-totalité de Mayotte et de la Guyane ».

Pourtant, « les moyens de l’éducation nationale ne sont pas ajustés aux besoins », note-t-elle. L’éducation prioritaire « ne semble plus l’outil approprié », notamment à Mayotte et en Guyane où « de lourdes contraintes (manque de formateurs, distances, rotation des enseignants, etc.) annihilent ses aspects positifs ». La Cour souhaite laisser plus de marge aux recteurs. Elle appelle aussi le ministère, « comme il s’y emploie pour les concours dérogatoires d’enseignants à Mayotte aujourd’hui et en Guyane demain, à assouplir les règles de recrutement ».

Via rédaction 20 Minutes – Actualités

« Les chemins de la Laïcité »

LDH à la Réunion

INVITATION« Les chemins de la Laïcité »La Ligue des droits de l’Homme à la Réunion a le plaisir de vous inviter à participer à une conférence-débat, à l’occasion de la journée nationale de la Laïcité :« Les chemins de la Laïcité »

Le mercredi 9 décembre à 17H30 Salle Polyvalente de la Mairie de Saint-Denis

Avec les interventions de :

  • Mme Reine-Claude GRONDIN, historienne,
  • M. Daniel CADET, Formateur,
  • et la présentation du livre de Nicolas CADENE

Rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité « En finir avec les idées fausses sur la Laïcité »

En parallèle, seront présentés différents panneaux de l’exposition « Laïcité, tout simplement » proposée par l’Union des Familles Laïques.

Sur inscription : En raison des contraintes sanitaires, nous vous demandons de bien vouloir confirmer votre participation en adressant un mél à notre adresse : saintdenis-reunion@ldh-france.org

KOZENSEMB

Pour lutter contre les stéréotypes, les discriminations et les violences de genre visant les femmes et les LGBT+ à la Réunion,

Ce 24 Octobre à 11 H 30, nous présentons le projet « KOZENSEMB », une initiative de jeunes réunionnais.e.s, soutenue par la LDH à la Réunion et par la DILCRAH, pour lutter contre les stéréotypes de genre, les discriminations et violences contre les Femmes et LGTB à la Réunion.

Le Logo

KOZENSEMB

Une initiative étudiante pour lutter contre les stéréotypes et violences de genre visant les femmes et les LGBT+ à la Réunion, soutenue par la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion et par la DILCRAH.

La Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion avec les jeunes porteurs du projet, lance officiellement l’initiative KOZENSEMB.

Kozensemb (composé des mots créoles « Koz » et « Met’ ensemb ») est une initiative de jeunes étudiants réunionnais.e.s.

Son objectif ? Faire entendre la voix des réunionnais et des réunionnaises, notamment des jeunes, qui souhaitent agir contre :

  • Les stéréotypes et préjugés visant les femmes, les hommes et les LGTB ;
  • Les discriminations et violences à l’égard des femmes et des personnes LGBT+ (Lesbienne, Gay, Bisexuel.le, Trans).

Comment réaliser cet objectif ? Nout’ tout ensemb nou lé capab ! Kozensemb dépend de votre participation. C’est à vous de décider de l’avenir de l’égalité des genres à La Réunion en tant que femme, homme, LGBT+, ici et maintenant.

Sur Facebook : La page KOZENSEMB est en ligne !  Exprimez-vous en affirmant qui vous êtes ou apportez votre soutien aux autres !


https://www.facebook.com/105509658009163/

Parce que la parole des victimes compte :  Témoignez !

Proposez des changements, partagez vos idées pour mettre fin aux discriminations et violences de genre à La Réunion !

En dehors de Facebook :  Vos expressions personnelles seront traduites et rendues plus visibles par différentes initiatives concrètes que nous déclinerons avec la participation du public au fil des mois.

– Groupes de parole ;

– Affichage public ;

– Evénements et interventions d’artistes, etc…

L’adresse mail : kozensemb@gmail.com est active.

Une initiative de jeunes réunionnais.e.s, soutenue par la Ligue des Droits de l’Homme à La Réunion

Avec Adrien Baret, un des porteurs du projet Kozensemb, âgé de 23 ans, originaire de Saint-Louis, actuellement, étudiant en Master 2 Droit du contentieux international à l’Université de Poitiers.

Pour lutter contre les stéréotypes de genre, pour mettre fin aux discriminations et violences visant les femmes et les LGBT à La Réunion.



Avec le concours de

 » ÉCRITS POUR LA FRATERNITE » . Participez.

Actuellement diffusé par le Rectorat de la Réunion auprès des établissements scolaires de notre Île, le concours de la LDH : » ÉCRITS POUR LA FRATERNITE » . Participez.

CONCOURS «ÉCRITS POUR LA FRATERNITÉ »

Edition 2020-2021

Le concours est organisé par la Ligue des Droits de l’Homme.

Il s’adresse aux :

1) Grandes sections, CP, CE1

2) Ce2, cm1, cm2

3) 6e, 5e

4) 4e, 3e

5) Lycées et formations professionnelles

6) Classes et établissements spécialisés

7) structures complémentaires de l’éducation nationale

centre de loisirs, conseil municipal de jeunes, etc.

Thème : D’après un proverbe africain cité par St Exupéry :

« Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants », il s’agit de réaliser des œuvres qui peuvent être des textes (en prose ou en vers, scènes de théâtre, textes de chanson), des vidéos, des audios, des œuvres plastiques et graphiques, et des combinaisons de différentes formes d’expression.

Les œuvres multimédias (vidéos et sons) ne doivent pas dépasser une durée de trois minutes. N’hésitez pas à illustrer vos poèmes, scènes de théâtre, chansons et autres textes littéraires.

Récompenses : A la Réunion, un jury sera réuni et les meilleures œuvres seront récompensées et envoyées au niveau national. Dans chaque catégorie, les œuvres individuelles et collectives seront primées séparément. Les œuvres écrites, graphiques, plastiques, vidéographiques et musicales seront primées de façon confondue.

Calendrier :

Avant le 20 décembre 2020 : Les établissements qui ont l’intention de participer doivent s’inscrire, par mail, auprès de la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion : 

saintdenis-reunion@ldh-france.org

Avant le 1er avril 2021 : Envoi des œuvres des élèves (individuelles ou collectives) en joignant la fiche de participation qui sera renvoyée lors de l’inscription.

Entre le 2 et le 14 avril 22021 : Réunion du jury local.
Avant le 23 avril 2021 : Envoi au jury national des deux meilleures œuvres (individuelles et collectives) de chaque catégorie.

Tous autres détails sur : www.ldh-france.org/nous-nheritons-pas-de-la-terre-de-nos-ancetres-nous-lempruntons-a-nos-enfants

Avec le concours de : 

                                            

HOMMAGE A SAMUEL PATY

HOMMAGE A SAMUEL PATY CONTRE LA BARBARIE ET L’OBSCURANTISME POUR LA LIBERTÉ D’EXPRESSION, LA LIBERTÉ PEDAGOGIQUE, POUR L’ENSEIGNEMENT LAÏC ET RÉPUBLICAIN

A Saint-Denis, parvis des droits de l’Homme et de la Laïcité

A Saint-Pierre, Place de la Laïcité, Bd Hubert de Lisle.

, Expression de la LDH à la Réunion ce 20/10/2020 lors des rassemblements organisés à la suite de l’assassinat de Samuel PATY, qui ont rassemblé 800 à 1000 personnes à Saint-Denis et quelques 400 personnes à Saint-Pierre.

Réunionnaises, Réunionnais,

A nom de nous tous, ici rassemblés, quelle que soit notre origine, notre culture, notre religion ou notre athéisme, quelles que soient nos opinions politiques ou nos convictions philosophiques, quelle que soit notre fonction, notre métier ou notre responsabilité particulière, au nom de tous, la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion salue la mémoire de cet enseignant décapité par la fureur sanglante de l’extrémisme islamiste, M. Samuel PATY.

Ce professeur d’histoire a fait son devoir et remplit sa mission éducative, en tentant d’éveiller, dans la conscience de nos jeunes concitoyens, les vertus de la liberté d’expression, de la Laïcité et les valeurs communes de la République.

Au nom de tous, nous pleurons sa mort et adressons nos condoléances aux siens.

Au nom de tous, nous voulons, affirmer notre détermination à ne pas céder à la terreur, à continuer à combattre l’obscurantisme, la haine de l’autre et les idéologies mortifères d’où qu’elles viennent.

Nous voulons de même affirmer notre volonté de défendre la Liberté d’expression et la liberté pédagogique des enseignants laïcs et républicains, artisans de notre vivre ensemble et fierté de notre république, à qui nous exprimons notre totale solidarité.

Quelle que soit la conception que l’on ait de la divinité, aucun Dieu ne saurait être affecté par des dessins, caricatures ou critiques visant telle ou telle religion.

Quelle que soit la conception que l’on a de la vie, que l’on soit athée, agnostique ou irréligieux, rien ne nous permet d’interdire à autrui de croire, de pratiquer son culte et de diffuser ses convictions religieuses.

Que l’on soit chrétien, musulman, hindouiste, tenant de telle ou telle autre religion, rien ne nous permet d’interdire à autrui d’exprimer publiquement son athéisme ou ses convictions philosophiques.

L’Histoire nous l’enseigne assez : toutes les cultures, religions et civilisations ont tenté de traduire les aspirations humaines vers l’amour, la liberté, l’égalité et la fraternité Mais   toutes les cultures et civilisations ont aussi, tour à tour, méconnu ses idéaux, pratiquant l’esclavage, la domination coloniale, ou les guerres de religions.

Hier, au 19ème siècle,  à BAUDELAIRE qui, venu chez nous à la Réunion, avait exprimé son « désir de vivre ensemble… au pays qui te ressemble », on interdisait encore, par exemple, de publier ce passage : « Saint Pierre a renié Jésus 3 fois… Il a bien fait ! ».

A l’évidence, une telle expression peut choquer.  Mais c’était la liberté de BAUDELAIRE et nous avons fait le progrès de cesser d’interdire ses poèmes. Le blasphème est par définition une notion propre aux adeptes d’un culte. Il n’y pas de blasphème pour ceux qui n’y appartiennent pas. La liberté d’expression c’est aussi la liberté de déplaire ou de choquer.

Aujourd’hui, dans notre pays, « la loi protège la foi aussi longtemps que la foi n’impose pas sa loi ». Croyants et incroyants sont logés à la même enseigne. Chacun a le droit de d’exprimer et de propager ses convictions et de critiquer celles des autres.

Nous attendons des uns et des autres le même engagement explicite en faveur de la liberté d’expression et de la Laïcité.  

Car la Laïcité, c’est la liberté pour tous et la neutralité de l’état républicain et de ses agents.

Oui, au nom de tous, aujourd’hui nous voulons réaffirmer notre détermination à défendre notre bien commun, la Laïcité, ciment de notre vivre ensemble.

Oui, la Laïcité est un progrès commun, dont l’ADN est la tolérance mutuelle. Nous pouvons promouvoir nos idées, nos convictions, combattre ce qui constitue, à nos yeux, une erreur. Mais nous voulons partager la VIE de nos frères et sœurs en humanité,  même dans l’erreur,  plutôt que de les tuer !

Nous voulons que la règle de Laïcité et les valeurs de tolérance, de liberté, d’égalité et de fraternité qui lui sont associées, soient enseignées à nos enfants, quelle que soit leur appartenance confessionnelle ou philosophique.

Nous voulons que les vertus et les règles de la liberté d’expression, sous toutes ses formes, soient enseignées à nos enfants et que les enseignants disposent de la liberté pédagogique pour assurer la transmission de notre héritage commun de principes et de valeurs partagés.

Nous faisons nôtre la pensée du grand philosophe AVICENNE : « L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence. Voilà l’équation ».

C’est bien en transmettant les savoirs, en développant dès le plus jeune âge l’esprit critique de nos enfants, en les amenant à comprendre que la réalité est bien plus complexe que les préjugés simplistes, que l’on combattra le mieux l’intolérance qui nait toujours de l’ignorance.

Alors ensemble, redisons-le une nouvelle fois :

Vive la Laïcité, Vive la liberté d’expression, Vive l’enseignement laïc et républicain.

Saint-Denis et Saint-Pierre, le 20/10/2020

LDH à la Réunion 97 avenue de Lattre de Tassigny – 97490 Ste-Clotilde –TEL : 0692 69 01 71

Courriel : saintdenis-reunion@ldh-france.org

LAÏCITÉ 2020

#LAÏCITE Vient de paraître « En finir avec les fausses idées sur la Laïcité » de Nicolas CADENE, Rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité.La laïcité, qu’est-ce que c’est ? Comment s’applique-t-elle ? Qu’est-ce qui est autorisé et interdit ? Qui est soumis à la neutralité et quand ? A-t-on le droit de manifester ses convictions dans l’espace public ? Dans l’entreprise ? D’ailleurs, d’où vient la laïcité ? Est-ce une exception française ?

Cet ouvrage grand public donne des réponses claires à 95 idées fausses qui suscitent nombre de crispations, de tensions et de confusion.Pour sortir des préjugés et garantir un débat serein, il paraît indispensable de se réapproprier point par point la laïcité telle que définie par le droit et telle qu’elle découle de notre histoire. Un livre pour déconstruire les confusions, les idées reçues et les fausses représentations.

Ce livre rappelle que s’il y aura toujours des débats d’idées sur la laïcité, il n’y a en droit qu’une seule laïcité qui s’applique. Nicolas Cadène la décline sur tous les grands sujets pratiques et d’actualité, en la rendant concrète, vivante, accessible et compréhensible par toutes et tous.

CONCOURS « ÉCRITS POUR LA FRATERNITÉ » Edition 2020-2021

Le concours est organisé par la Ligue des Droits de l’Homme.

  • Il s’adresse aux :
  • 1) Grandes sections, CP, CE1
  • 2) Ce2, cm1, cm2
  • 3) 6e, 5e
  • 4) 4e, 3e
  • 5) Lycées et formations professionnelles
  • 6) Classes et établissements spécialisés
  • 7) structures complémentaires de l’éducation nationale
  • centre de loisirs, conseil municipal de jeunes, etc.

Thème : D’après proverbe africain cité par St Exupéry :

« Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants », il s’agit de réaliser des œuvres qui peuvent être des textes (en prose ou en vers, scènes de théâtre, textes de chanson), des vidéos, des audios, des œuvres plastiques et graphiques, et des combinaisons de différentes formes d’expression.

Les œuvres multimédias (vidéos et sons) ne doivent pas dépasser une durée de trois minutes. N’hésitez pas à illustrer vos poèmes, scènes de théâtre, chansons et autres textes littéraires.

Récompenses : A la Réunion, un jury sera réuni et les meilleures œuvres seront récompensées et envoyées au niveau national. Dans chaque catégorie, les œuvres individuelles et collectives seront primées séparément. Les œuvres écrites, graphiques, plastiques, vidéographiques et musicales seront primées de façon confondue.

Calendrier :

Avant le 20 décembre 2020 : Les établissements qui ont l’intention de participer doivent s’inscrire, par mail, auprès de la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion : 

saintdenis-reunion@ldh-france.org

Avant le 1er avril 2021 : Envoi des œuvres des élèves (individuelles ou collectives) en joignant la fiche de participation qui sera renvoyée lors de l’inscription.

Entre le 2 et le 14 avril 22021 : Réunion du jury local.
Avant le 23 avril 2021 : Envoi au jury national des deux meilleures œuvres (individuelles et collectives) de chaque catégorie.

Tous autres détails sur : www.ldh-france.org/nous-nheritons-pas-de-la-terre-de-nos-ancetres-nous-lempruntons-a-nos-enfants

Avec le concours de :

                                        

Lettre aux Enseignants

Les propositions éducatives de la LDH à la Réunion

A MESDAMES ET MESSIEURS LES CHEFS D’ETABLISSEMENTS SCOLAIRES

A l’attention des Enseignants

Objet : Propositions d’actions éducatives en partenariat

Madame, Monsieur, le chef d’établissement,

Nous avons l’honneur de porter à votre connaissance les propositions d’actions éducatives présentées par la Ligue des Droits de l’Homme à la Réunion pour l’année scolaire 2020-2021. 

1) Interventions éducatives ponctuelles ou « LDH en résidence ».

Dans la continuité de ses actions antérieures, la Ligue propose des interventions éducatives ponctuelles, sur des sujet tels que : histoire et philosophie des droits de l’Homme, lutte contre les discriminations, démocratie et citoyenneté, etc.

Une nouvelle forme de présence éducative intitulée « LDH en résidence » vous est proposée. Il s’agit d’un programme annuel d’interventions éducatives dans un établissement sur différentes thématiques possibles (Eco-citoyenneté, valeurs de la République et droits de l’Homme, débats philosophiques, etc.).

2) Concours « Ecrits pour la Fraternité »

Ce concours organisé chaque année par la LDH appelle cette année, à la responsabilité environnemental avec ce thème : « Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants ».  Il s’adresse à tous les élèves sans distinction d’âge, en individuel ou en groupe. Les œuvres, individuelles ou collectives, peuvent prendre plusieurs formes : textes en prose ou en vers, scènes de théâtre, textes de chanson, chansons en musique, œuvres vidéographiques, objets et œuvres graphiques, qui sont réparties en plusieurs catégories d’âges ou d’établissements. L’engagement de votre établissement doit nous être signalé par mél avant le 20 décembre et les œuvres nous parvenir à notre adresse locale avant le 1er avril 2021 (avec votre fiche de participation, voir les précisions ici : www.ldh-france.org/nous-nheritons-pas-de-la-terre-de-nos-ancetres-nous-lempruntons-a-nos-enfants)

3) Journée des droits de l’enfant (20 novembre, 30ème anniversaire de la CIDE)

Il s’agit d’une journée éducative et récréative en liaison avec divers établissements scolaires volontaires, sur le thème du concours Ecrits pour la Fraternité, avec différents ateliers. La journée se tiendra, cette année, à Saint-Louis au MADOI, le 20 novembre 2020. Votre engagement doit nous parvenir avant le 30 octobre.

4) Journée de la laïcité (9 décembre) et anniversaire de la DUDH (10 décembre)

Comme chaque année, nous souhaitons également organiser une journée autour du thème de la laïcité avec l’intervention d’élèves des écoles, que nous proposons de tenir à Saint-Pierre, cette année.

5) Kozemsemb : action nouvelle, ayant obtenue le soutien de la DILCRAH, destinée à lutter contre les stéréotypes de genre, les discriminations et les violences faites aux femmes et LGTB+, et appelant à l’expression des jeunes sur ce sujet, notamment à travers une page Facebook, des groupes de paroles et de l’affichage public.

Nous sommes à votre disposition pour la mise en œuvre de ces propositions, dans la limite de nos capacités d’intervention. Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, le chef d’établissement, l’expression de notre considération respectueuse.

Isnelle GOULJAR, Vice-Présidente

Responsable du Groupe Education, Culture, Droits de l’enfant

Avec le soutien de :