6èmes Rencontres du livre et du Citoyen « Cause toujours! Pour la liberté d’expression »

Les 19 et 20 Février 2022, au Relais de la côte de Beauté à Saint Georges de Didonne, la section de la Ligue des Droits d e l’Homme du Pays Royannais organise ses 6èmes Rencontres du livre et du Citoyen sur ce sujet complexe qu’est le Droit à la liberté d’expression , son application, ses contraintes, au fil de l’histoire ou actuellement, dans le domaine de la culture, du politique, des médias … deux jours de réflexion à travers des tables rondes, des rencontres d’auteurs, des expositions, des tables de libraires et d’éditeurs et autres supports .

 Plusieurs actions auront lieu en Pays Royannais en amont de ces Rencontres :

– à partir du 1er Février :lectures par Les Diseurs de Mots dans plusieurs médiathèques ou librairies

  • Mardi 1er Février, 17h30 : Librairie Lignes d’Horizons à SAUJON
  • Jeudi 10 Février, 18h : Médiathèque La Tremblade
  • jeudi 17 Février : Médiathèque Meschers

– jeudi 3 février à 19h : Centre socio-culturel Marne Yeuse : Conférence populaire

– à partir du 15 Février expositions à la galerie du Relais à St Georges de Didonne (dessins Hani Abbas ; Cartooning for peace : Dessine moi le Droit ; Les censurés de la littérature ; Décryptons l’info ;  travaux d’enfants du Pays royannais sur le thème de la Liberté.

Venez écouter les » Diseurs de Mots »!

L’association les « Diseurs des mots », se propose de lire publiquement des extraits de livres, en rapport avec la Liberté d’Expression, thème de nos rencontres du 19 et 20 février au Créa. Certains des auteurs seront nos invités durant ce week-end-là !

Mardi 1/02/22 à la librairie Ligne d’Horizon à Saujon 17H30
Jeudi 10/02/22 à la Médiathèque de la Tremblade 18H
Jeudi 17/02/22 à la Médiathèque de Meschers 18H


Les textes lus son extraits de :
Jean-Yves Mollier, Interdiction de publier
Valérie Manteau, Le sillon
Ahmet Altan, Je ne reverrai plus le monde
Olivier Goujon, Ces cons de journalistes
Sophie Eustache, Bâtonner
Don Wislow, Cartel


Venez nombreux les écouter ! Et un grand merci à eux !

Vœux LDH Pays royannais

Journée Internationale des Migrants

Le Samedi 18 Décembre 2021 à 15 h. 00 à Royan

L’ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture et de la Peine de mort) & la LDH (Ligue des Droits de l’Homme) vous invitent à un Rassemblement au carrefour des Droits de l’Homme (Face à la Librairie de la Presse)

Ensemble construisons une société plus juste

Soirée autour de la culture et du milieu carcéral

Soirée autour de la culture et du milieu carcéral

            Relais à Saint Georges de Didonne

Mercredi 9 Juin à partir de 18h

Romain Dutter a relaté son expérience de coordinateur culturel au centre pénitentiaire de Fresnes dans la BD Symphonie carcérale, petites et grandes histoires des concerts en prison, réalisée avec le dessinateur Bouqé (Éd. Steinkis, 2018). Il propose aussi une réflexion sur la pertinence de la musique, de la culture, du travail social plus largement, de tous ces projets mis en place à destination des publics dits « empêchés », « éloignés » de la culture.

Le film d’Emmanuel Courcol est projeté dans le cadre des avants-premières Télérama.

10° Anniversaire du début du soulèvement syrien APPEL à RASSEMBLEMENT pour la SYRIE

Plateforme contre les discriminations

Suite aux annonces du Président de la République, la Défenseure des droits (DDD) a été chargée de mettre en œuvre une plateforme de lutte contre les discriminations (joignable par téléphone et discussions instantanées en ligne), destinée à simplifier le signalement des discriminations et à permettre l’accompagnement et l’écoute des victimes, et ce dans tous les domaines: emploi, logement, éducation, santé, sport, contrôles d’identité́…

La plateforme, officiellement lancée le vendredi 12 février, peut être contactée par téléphone via:

Un numéro de téléphone à quatre chiffres: le 3928

Un site internet/,https://www.antidiscriminations.fr/ doté d’un tchat


Disponible du lundi au vendredi (9h-18h),
Un accès spécifique pour les personnes sourdes et malentendantes.


RENCONTRES ANNULÉES

2021 Les 6èmes rencontres du Livre et du Citoyen
sont ajournées, Covid oblige

Rassemblement et prise de parole contre la loi Sécurité Globale, 23 Janvier 2021 à Royan.

Rassemblement et prise de parole contre la loi Sécurité Globale, 23 Janvier 2021 à Royan.

« Depuis plusieurs années nous vivons de façon quasi permanente en État d’urgence.
Déjà en 1991 au moment de la guerre du Golfe apparaissait le plan Vigipirate, régulièrement réactualisé depuis et intensifié en 2015 à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo.
A un État d’urgence contre le terrorisme s’ajoute depuis 2020 l’État d’urgence sanitaire.

Une situation d’exception est donc devenue la norme avec toutes les conséquences que nous connaissons :

– projets et propositions de loi adoptés en procédure accélérée
– décisions prises sans contrôle judiciaire
– dégradation du débat démocratique
– toujours plus de pouvoir concentré dans les mains de l’exécutif.

La France fait figure d’exception parmi nos voisins européens.

Dans ce contexte anxiogène, il est facile, et pratique, pour les pouvoirs publics d’entretenir et de cultiver les peurs.
Le vocabulaire guerrier utilisé par le président de la République au début de la pandémie a bien joué ce rôle.
Les termes « guerre, mobilisation générale, ennemi » ont fait peser d’emblée sur le pays une chape de peur et de méfiance généralisée.

Dans une société déjà fragilisée par la crise sociale et le poids des inégalités, une société muselée par les peurs: du terrorisme, de l’étranger, de la maladie et de la précarité, faire de  l’autre  une source d’insécurité permanente permet de désolidariser, d’isoler et de séparer.

C’est une méthode qui a fait ses preuves et qui permet, à terme, d’accroître le contrôle de l’État.

Sous prétexte de protéger la population, il devient facile alors de proposer une offre sécuritaire qui emporte l’adhésion.

Depuis 1 an les pouvoirs publics s’engagent dans une voie toujours plus répressive et optent pour des moyens accrus de surveillance sans concertation avec la société civile et sans égard pour les droits fondamentaux.

Le plus bel exemple est ce projet de Loi de Sécurité Globale qui nous rassemble aujourd’hui et dont plusieurs articles sont inquiétants.

Déjà voté par l’Assemblée nationale le 24/11, il doit encore être examiné par les Sénateurs fin janvier.
Il prévoit, entre autres :
– l’interdiction de diffuser des images de policiers
– le transfert de compétences aux policiers municipaux et aux agents de sécurité privée
– l’utilisation de drones pour surveiller la population

On y voit également apparaître la possibilité nouvelle de sanctionner des intentions. Jusqu’à présent le droit français sanctionnait les actes.

Ce n’est par hasard que cette loi a suscité l’inquiétude de nombreux défenseurs des droits dont le conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, dénonçant une atteinte au droit à la vie privée et à la liberté d’information.

MAIS cette loi n’est qu’une infime partie de l’iceberg sécuritaire du gouvernement.


On peut y ajouter :
– le projet de loi confortant les valeurs de la République qui risque de porter durement atteinte à la vie associative et créer de nouveau un sentiment de méfiance à l’égard d’une partie de la population.

– et surtout le feu vert donné le 4/01 par le Conseil d’État au fichage, par la police et la gendarmerie des opinions politiques, appartenances syndicales, convictions philosophiques et religieuses.

Tout cela au nom de la « Sauvegarde de l’ordre public » comme l’arrestation, lors de la manifestation parisienne du 16 janvier dernier, de conducteurs de camions musicaux pour « agression sonore » et saisie des camions au prétexte que « le style de musique qui allait être joué ne correspondait pas au style habituel des manifestations «, d’après la Préfecture de Paris.

Nous ne pouvons pas accepter ces textes uniquement répressifs, jamais équilibrés par un volet éducatif ou social.
Nous ne pouvons pas admettre que les Droits des uns soient moins importants que les droits des autres.
Nous nous battons pour défendre les droits de tous, pas pour en enlever à certains.
Nous ne pouvons pas renoncer à nos libertés fondamentales, celles de la France des Droits de l’homme, au profit d’une illusoire sécurité.

Et, contrairement à ce que beaucoup pensent qui disent ne rien craindre parce qu’ils n’ont rien à se reprocher, nous sommes tous concernés.

Et c’est ensemble que nous réussirons à préserver ces biens communs.

LOI SECURITE GLOBALE RASSEMBLEMENT

RASSEMBLEMENT CONTRE LA LOI . « SECURITE GLOBALE »

La section LDH du pays royannais appelle à un

Samedi 23 janvier 2021 à 11h30

Place Charles de Gaulle – Royan

Soyons vigilants sur le respect des gestes sanitaires

6èmes Rencontres du livre et du Citoyen « Cause toujours! Pour la liberté d’expression »

Les 19 et 20 Février 2022, au Relais de la côte de Beauté à Saint Georges de Didonne, la section de la Ligue des Droits d e l’Homme du Pays Royannais organise ses 6èmes Rencontres du livre et du Citoyen sur ce sujet complexe qu’est le Droit à la liberté d’expression , son application, ses contraintes, au fil de l’histoire ou actuellement, dans le domaine de la culture, du politique, des médias … deux jours de réflexion à travers des tables rondes, des rencontres d’auteurs, des expositions, des tables de libraires et d’éditeurs et autres supports .

 Plusieurs actions auront lieu en Pays Royannais en amont de ces Rencontres :

– à partir du 1er Février :lectures par Les Diseurs de Mots dans plusieurs médiathèques ou librairies

  • Mardi 1er Février, 17h30 : Librairie Lignes d’Horizons à SAUJON
  • Jeudi 10 Février, 18h : Médiathèque La Tremblade
  • jeudi 17 Février : Médiathèque Meschers

– jeudi 3 février à 19h : Centre socio-culturel Marne Yeuse : Conférence populaire

– à partir du 15 Février expositions à la galerie du Relais à St Georges de Didonne (dessins Hani Abbas ; Cartooning for peace : Dessine moi le Droit ; Les censurés de la littérature ; Décryptons l’info ;  travaux d’enfants du Pays royannais sur le thème de la Liberté.

Venez écouter les » Diseurs de Mots »!

L’association les « Diseurs des mots », se propose de lire publiquement des extraits de livres, en rapport avec la Liberté d’Expression, thème de nos rencontres du 19 et 20 février au Créa. Certains des auteurs seront nos invités durant ce week-end-là !

Mardi 1/02/22 à la librairie Ligne d’Horizon à Saujon 17H30
Jeudi 10/02/22 à la Médiathèque de la Tremblade 18H
Jeudi 17/02/22 à la Médiathèque de Meschers 18H


Les textes lus son extraits de :
Jean-Yves Mollier, Interdiction de publier
Valérie Manteau, Le sillon
Ahmet Altan, Je ne reverrai plus le monde
Olivier Goujon, Ces cons de journalistes
Sophie Eustache, Bâtonner
Don Wislow, Cartel


Venez nombreux les écouter ! Et un grand merci à eux !

Journée Internationale des Migrants

Le Samedi 18 Décembre 2021 à 15 h. 00 à Royan

L’ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture et de la Peine de mort) & la LDH (Ligue des Droits de l’Homme) vous invitent à un Rassemblement au carrefour des Droits de l’Homme (Face à la Librairie de la Presse)

Ensemble construisons une société plus juste

Soirée autour de la culture et du milieu carcéral

Soirée autour de la culture et du milieu carcéral

            Relais à Saint Georges de Didonne

Mercredi 9 Juin à partir de 18h

Romain Dutter a relaté son expérience de coordinateur culturel au centre pénitentiaire de Fresnes dans la BD Symphonie carcérale, petites et grandes histoires des concerts en prison, réalisée avec le dessinateur Bouqé (Éd. Steinkis, 2018). Il propose aussi une réflexion sur la pertinence de la musique, de la culture, du travail social plus largement, de tous ces projets mis en place à destination des publics dits « empêchés », « éloignés » de la culture.

Le film d’Emmanuel Courcol est projeté dans le cadre des avants-premières Télérama.

Plateforme contre les discriminations

Suite aux annonces du Président de la République, la Défenseure des droits (DDD) a été chargée de mettre en œuvre une plateforme de lutte contre les discriminations (joignable par téléphone et discussions instantanées en ligne), destinée à simplifier le signalement des discriminations et à permettre l’accompagnement et l’écoute des victimes, et ce dans tous les domaines: emploi, logement, éducation, santé, sport, contrôles d’identité́…

La plateforme, officiellement lancée le vendredi 12 février, peut être contactée par téléphone via:

Un numéro de téléphone à quatre chiffres: le 3928

Un site internet/,https://www.antidiscriminations.fr/ doté d’un tchat


Disponible du lundi au vendredi (9h-18h),
Un accès spécifique pour les personnes sourdes et malentendantes.


Rassemblement et prise de parole contre la loi Sécurité Globale, 23 Janvier 2021 à Royan.

Rassemblement et prise de parole contre la loi Sécurité Globale, 23 Janvier 2021 à Royan.

« Depuis plusieurs années nous vivons de façon quasi permanente en État d’urgence.
Déjà en 1991 au moment de la guerre du Golfe apparaissait le plan Vigipirate, régulièrement réactualisé depuis et intensifié en 2015 à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo.
A un État d’urgence contre le terrorisme s’ajoute depuis 2020 l’État d’urgence sanitaire.

Une situation d’exception est donc devenue la norme avec toutes les conséquences que nous connaissons :

– projets et propositions de loi adoptés en procédure accélérée
– décisions prises sans contrôle judiciaire
– dégradation du débat démocratique
– toujours plus de pouvoir concentré dans les mains de l’exécutif.

La France fait figure d’exception parmi nos voisins européens.

Dans ce contexte anxiogène, il est facile, et pratique, pour les pouvoirs publics d’entretenir et de cultiver les peurs.
Le vocabulaire guerrier utilisé par le président de la République au début de la pandémie a bien joué ce rôle.
Les termes « guerre, mobilisation générale, ennemi » ont fait peser d’emblée sur le pays une chape de peur et de méfiance généralisée.

Dans une société déjà fragilisée par la crise sociale et le poids des inégalités, une société muselée par les peurs: du terrorisme, de l’étranger, de la maladie et de la précarité, faire de  l’autre  une source d’insécurité permanente permet de désolidariser, d’isoler et de séparer.

C’est une méthode qui a fait ses preuves et qui permet, à terme, d’accroître le contrôle de l’État.

Sous prétexte de protéger la population, il devient facile alors de proposer une offre sécuritaire qui emporte l’adhésion.

Depuis 1 an les pouvoirs publics s’engagent dans une voie toujours plus répressive et optent pour des moyens accrus de surveillance sans concertation avec la société civile et sans égard pour les droits fondamentaux.

Le plus bel exemple est ce projet de Loi de Sécurité Globale qui nous rassemble aujourd’hui et dont plusieurs articles sont inquiétants.

Déjà voté par l’Assemblée nationale le 24/11, il doit encore être examiné par les Sénateurs fin janvier.
Il prévoit, entre autres :
– l’interdiction de diffuser des images de policiers
– le transfert de compétences aux policiers municipaux et aux agents de sécurité privée
– l’utilisation de drones pour surveiller la population

On y voit également apparaître la possibilité nouvelle de sanctionner des intentions. Jusqu’à présent le droit français sanctionnait les actes.

Ce n’est par hasard que cette loi a suscité l’inquiétude de nombreux défenseurs des droits dont le conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, dénonçant une atteinte au droit à la vie privée et à la liberté d’information.

MAIS cette loi n’est qu’une infime partie de l’iceberg sécuritaire du gouvernement.


On peut y ajouter :
– le projet de loi confortant les valeurs de la République qui risque de porter durement atteinte à la vie associative et créer de nouveau un sentiment de méfiance à l’égard d’une partie de la population.

– et surtout le feu vert donné le 4/01 par le Conseil d’État au fichage, par la police et la gendarmerie des opinions politiques, appartenances syndicales, convictions philosophiques et religieuses.

Tout cela au nom de la « Sauvegarde de l’ordre public » comme l’arrestation, lors de la manifestation parisienne du 16 janvier dernier, de conducteurs de camions musicaux pour « agression sonore » et saisie des camions au prétexte que « le style de musique qui allait être joué ne correspondait pas au style habituel des manifestations «, d’après la Préfecture de Paris.

Nous ne pouvons pas accepter ces textes uniquement répressifs, jamais équilibrés par un volet éducatif ou social.
Nous ne pouvons pas admettre que les Droits des uns soient moins importants que les droits des autres.
Nous nous battons pour défendre les droits de tous, pas pour en enlever à certains.
Nous ne pouvons pas renoncer à nos libertés fondamentales, celles de la France des Droits de l’homme, au profit d’une illusoire sécurité.

Et, contrairement à ce que beaucoup pensent qui disent ne rien craindre parce qu’ils n’ont rien à se reprocher, nous sommes tous concernés.

Et c’est ensemble que nous réussirons à préserver ces biens communs.

LOI SECURITE GLOBALE RASSEMBLEMENT

RASSEMBLEMENT CONTRE LA LOI . « SECURITE GLOBALE »

La section LDH du pays royannais appelle à un

Samedi 23 janvier 2021 à 11h30

Place Charles de Gaulle – Royan

Soyons vigilants sur le respect des gestes sanitaires

|1| |2| |3| |15|