Des violences homophobes lors de la journée pour la lutte contre l’homophobie et la transphobie

Dans le cadre de la Journée Mondiale de Lutte contre l’Homophobie et la Transphobie, le Centre LGBT de Vendée proposait un village associatif sur la Place Napoléon samedi 18 mai. La Ligue des droits de l’homme y tenait un stand en compagnie d’AIDES, David et Jonathan, Trans Interaction, Amnesty International, Le Planning Familial et L’Autre Cercle.

Depuis le début de journée, ce fut de beaux moments militants où l’engagement de tous contre l’homophobie a pu être mis en valeur.

Malheureusement, ce moment positif a été tristement terni par un groupe de jeunes adultes venus pour saccager une partie des équipements du village associatif LGBT, et scander leurs slogans homophobes, n’hésitant pas à bousculer les militants présents.

Nous souhaitons un bon rétablissement à nos deux ligueurs qui tenait le stand LDH au moment des faits et qui ont été agressés physiquement. Un dépôt de plainte a été fait ce dimanche.

Le procureur de la République a ouvert une enquête sur les faits « pour en déterminer la nature juridique puis en identifier le ou les auteurs et décider de la réponse judiciaire la plus adaptée. ».

Plus d’information sur cette journée sont disponibles sous https://www.facebook.com/centrelgbtvendee/ et sur http://centre-lgbt-de-vendee.org/

Journée Mondiale de Lutte contre l’Homophobie et la Transphobie

Concours national  » Les écrits pour la fraternité »

Dans le cadre du concours national «Les écrits pour la fraternité», les élèves de l’école du marais mouillé à Souil nous ont proposé de beaux textes sur l’égalité qu’ils ont pu mettre en musique.

La matinée du 3 mai a été consacré a la valorisation de ce travail en présence du Maire de Souil, du Député de Vendée, de l’Inspectrice, d’une DDEN, des Enseignants, des Parents et bien sûr des Enfants, à qui nous avons remis un petit cadeau ( un porte-clés licorne). Merci aussi à Fanny qui a piloté le projet.

 

Chaque année, depuis 1991, la Ligue des droits de l’Homme organise le concours national «Ecrits pour la fraternité». En proposant aux élèves des établissements scolaires de s’exprimer librement sur un thème lié aux droits de l’Homme, notre association souhaite apporter sa contribution à la formation de celles et ceux qui seront les citoyens de demain :

  •  contribuer à former de manière ludique les citoyens de demain.
  • Susciter la réflexion et l’expression chez les enfants et les jeunes sur un thème touchant à la fraternité, à la solidarité, en les invitant à créer des œuvres originales, personnelles ou collectives

Pour l’année 2018-2019, le thème est l’égalité:  L’égalité mes frères n’existe que dans les rêves mais je n’abdique pas pour autant (chanson Le bruit et l’odeur de Zebda).

Les écrits pour la fraternité – création des enfants de l’école du marais mouillé 2019

Enfants enfermés en France : mobilisons-nous !

Enfants enfermés en France : mobilisons-nous

Des centaines d’enfants étrangers sont enfermés chaque année dans des centres de rétention administrative, au mépris de leurs droits fondamentaux.

Pas moins de 208 enfants étrangers ont été enfermés dans des centres de rétention en France sans compter en Outre-mers, l’année dernière. Pour chacun d’entre eux, cela signifie être exposé à des violences et potentiellement souffrir de graves traumatismes. En ce moment même, avant d’être expulsés, des enfants continuent à être enfermés par des préfets. Cette pratique doit cesser.

#VousAvezLaClé pour les libérer !

pétition sur https://lp.unicef.fr/vous-avez-la-cle/

Campagne Unicef, soutenue par la Ligue des droits de l’Homme, la Cimade, France terre d’asile, Acat, Fasti, Anas, Défense des enfants international France, Anafé, Mrap, Centre Primo Levi, Hors la rue, Groupe SOS solidarités, Fédération des acteurs de la solidarité, Syndicat de la magistrature, SNMPMI, RESF, Clowns sans frontières, Secours catholique, Médecins du monde.

La défense du droit de manifester rassemble à La Roche sur Yon

La liberté de manifester sur la voie publique est, au-delà même de l’article 10 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, un droit essentiel; c’est même un véritable pilier de la société démocratique. Mais l’exercice  de ce droit est aujourd’hui menacé. (Henri Leclerc, président d’honneur de la LDH in Homme et Liberté n°185 mars 2019)

A l’appel de la LDH de La Roche sur Yon, plus d’une centaine de personne sont venus manifester pour la défense du droit de manifester.

Ce même jour, plus de 50 rassemblements ont été recensés partout en France https://www.ldh-france.org/liberte-de-manifester-abrogation-de-la-loi/

photo extraite du site www.mavillesolidaire.fr

photo extraite du site www.mavillesolidaire.fr

 

Un droit de manifester aux mains du pouvoir

Le Conseil constitutionnel vient de censurer l’interdiction administrative de manifester que le gouvernement a voulu imposer dans sa loi de circonstance, reprise de la droite sénatoriale. Cependant, il valide l’inspection visuelle, la fouille des bagages et des véhicules aux abords d’une manifestation dès lors que le procureur de la République l’aura autorisé. Le Conseil constitutionnel a aussi validé la sanction d’avoir son visage en partie dissimulé.

En validant deux dispositions qui permettent de retarder voire d’empêcher l’accès à une manifestation et de sanctionner pénalement toute personne dont la police jugera qu’elle dissimule « une partie de son visage », le Conseil constitutionnel cautionne une restriction sans précédent du droit de manifester et ouvre à un arbitraire dangereux.

Que reste-t-il d’une liberté lorsqu’elle est soumise au bon vouloir d’un magistrat qui n’est pas indépendant du pouvoir exécutif et que son exercice peut valoir d’être condamné et fiché ?

La LDH, qui à de nombreuses reprises s’est exprimée sur un mode de nomination des membres du Conseil constitutionnel ne pouvant qu’alimenter les doutes sur son indépendance, exprime sa plus profonde préoccupation devant ce nouveau recul des libertés.

  

La section de la Ligue des Droits de l’Homme de la Roche sur Yon appelle à la mobilisation contre le projet de loi qui menace la liberté de manifester le 13 avril prochain.

Le communiqué de presse est disponible ici : «  liberté de manifester » .

Pour rappel, la LDH comme 50 organisations a publié un communiqué commun le 7 mars dernier: « Pour la liberté de manifester » .

 

Il est dangereux de manifester à 74 ans sous le gouvernement de M. Edouard Philippe

Rien ne peut justifier qu’une femme de 74 ans se retrouve à l’hôpital avec de graves blessures parce qu’elle voulait exercer son droit de manifester.
La violence avec laquelle cette femme âgée a subi, à Nice, la charge des forces de l’ordre est une des conséquences des consignes délivrées par le ministre de l’Intérieur.
Que, de plus, la famille de Madame Legay ne puisse avoir toutes les informations utiles sur son état de santé interroge sur les raisons qui conduisent à cette situation.
La LDH assure Madame Legay et sa famille de toute sa solidarité et exige qu’une enquête soit menée en toute impartialité et en toute transparence.

Suite à ces faits, la LDH a participé à un rassemblement pour « la liberté de manifester » devant la préfecture de La Roche sur Yon à l’appel d’Attac Vendée.

Ci-joint l’extrait du journal Ouest France :

La Roche-sur-Yon. Un rassemblement pour « la liberté de manifester »
Lancé le jour-même, l’appel d’Attac Vendée a été entendu par une vingtaine de militants. Ce lundi 25 mars, ils manifestaient en soutien à la militante d’Attac blessée à Nice.
Ils étaient une petite vingtaine lundi 25 mars à 18 h, devant la préfecture de La Roche-sur-Yon. Des membres de l’organisation Attac, mais également des gilets jaunes et des militants, de la Ligue des droits de l’Homme et du Parti communiste. Tous ont répondu à l’appel du comité local d’Attac de Vendée, lancé dans l’après-midi pour dénoncer « la répression des rassemblements pacifiques » .
Une action, réalisée dans le plus grand calme, entreprise pour soutenir Geneviève Legay, porte-parole d’Attac dans les Alpes-Maritimes, grièvement blessée après une charge des forces de l’ordre samedi à Nice. « Nous avons peur que, plutôt que de résoudre cette crise, le gouvernement accentue la répression. On espère un vrai débat démocratique sur la liberté de manifester. Protester est un droit », a défendu Stéphane Thobie, président d’Attac Vendée.

Echanges citoyens pour toutes et tous

Le Collectif des Associations d’Éducation Populaire et Laïques lance une invitation à participer à des échanges citoyens le mercredi 13 mars de 17h30 à 20h, au Pôle Associatif, salle 11, Porte A,

Les organisateurs, membres de la Ligue de l’Enseignement, des Francas, des délégués départementaux de l’Éducation nationale (DDEN), de la FCPE, des Familles Laïques, de l’Observatoire de la Laïcité et de la Ligue des Droits de l’Homme animeront ce temps de réflexions et d’échanges proposés en quatre ateliers.
1/ la jeunesse,  2/ les inégalités, 3/ le vivre ensemble, 4/ l’économie sociale et solidaire et développement durable.

Après débats, une synthèse des propositions sera rédigée et envoyée aux instances nationales de chaque association et aux élus.
Ouvert à tous, nous vous accueillerons pour partager un temps fort que nous voulons au service de la démocratie.
Accès libre.

Contacts : onglets rouge « nous contacter » Section La-Roche-sur-Yon

Accéder à l’interview de Michelle Biré, présidente de la section La Roche-sur-Yon de la Ligue des Droits de l’Homme, et Dominique Monnery, président de la Ligue de l’Enseignement (Fédération des Œuvres Laïques) réalisé sur ce sujet par la radio Graphiti Urban Radio.

Le podcast est disponible ici : https://urban-radio.com/content/le-reseau-urbain-11-03-2019  (de 4min 50sec à 30min 28sec)

mise à jour 26/03/2019: ci-dessous  vous trouverez la restitution des débats.

CR Echanges Citoyens pour toutes et tous

 

 

promouvoir les droits des femmes

La nouvelle lettre de la section sur le thème de la promotion des droits des femmes est disponible :

On y traite du féminisme et droits des femmes, de la place des femmes dans le sport et de la précarité/pauvreté chez les femmes.

Vous pouvez la télécharger ici : Lettre-LDH-7 promouvoir le droit des femmes

Les anciens numéros sont disponibles dans l’onglet rouge « la lettre de la section LRY ».

Femmes en lutte… luttes de femmes

Le 8 mars, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes

A la Roche sur Yon, une animation est prévu le 9 mars place Napoléon de 12 h à 17 h avec un collectif d’associations et de syndicats qui se mobilise chaque année pour proposer un bilan et dégager les priorités concernant l’égalité d’accès aux droits pour toutes les femmes.

L’accueil sur notre stand permettra de présenter nos thèmes d’actions.

Village associatif, animation dans l’agora centrale
Débats – témoignages – échanges – réflexions
Bâtissons ensemble pour une véritable égalité des droits

tract 8 mars 2019

ça suffit ! : l’appel à l’union contre l’antisémitisme

Mardi 19 février, entre 300 et 400 personnes se sont réunis place Napoléon pour condamner la recrudescence des actes antisémites suite à l’appel transpartisan de partis politiques auquel s’est joint la LDH :

« Les actes antisémites se sont dramtiquement multipliés au cours de l’année 2018. Ca suffit!

L’antisémitisme n’est pas une opinion, mais un délit. Il est redevenu une incitation au meurtre. Ilan Halimi, les enfants de l’école Ozar Hatorah, les victimes de l’Hyper Cacher, Sarah Halimi, Mireille Knoll, tous ont été assassinés, parfois torturés, parce que Juifs. Ça suffit ! Nous sommes tous concernés. L’antisémitisme n’est pas l’affaire des Juifs. Il est l’affaire de la Nation toute entière. Nous portons dans le débat public des orientations différentes, mais nous avons en commun la République. Et jamais nous n’accepterons la banalisation de la haine. C’est pourquoi nous appelons l’ensemble des Français à se réunir dans toutes les villes de France pour dire ensemble : NON, l’antisémitisme, ce n’est pas la France ! » (extrait de l’appel)

Rassemblement contre l’antisémitisme

|1| |2| |3| |6|