Observer l’action de la police et de la gendarmerie est un droit ! Pétition en soutien à Camille Halut

Camille Halut, membre d’un Observatoire des libertés publiques – la Legal Team de la LDH Montpellier – est aujourd’hui poursuivie pénalement pour son activité en matière de défense des droits fondamentaux.

Texte complet et pétition sur  https://www.ldh-france.org/observer-laction-de-la-police-et-de-la-gendarmerie-est-un-droit-soutien-a-camille-halut/

Débats à la Clopinière

Dans le cadre du festival de la Clopinière, fête écologique et militante organisée par l’association la clef des champs la LDH a tenu un stand et pu participé aux 2 temps de débats sur les droits des femmes et les gilets jaunes.

Stand à la clopiniere

Si On Causait… des Droits de l’Enfant à ceux de l’Homme

Le vendredi 20 septembre 2019, dans le cadre de l’exposition « les porteurs d’espoirs » à la maison de quartier la Liberté, une soirée d’échange sur les droits de l’enfant sera organisée par la LDH.

Rendez-vous à 18h30 à la maison de quartier la Liberté
17 rue Laënnec 85000 La Roche sur Yon

Exposition les porteurs d’espoir à la maison de quartier la Liberté

Du 16 au 26 septembre, à la maison de quartier la Liberté, venez découvrir ou redécouvrir l’histoire de la LDH, des 70 ans de la déclaration Universelle des Droits de l’Homme, et des 170 ans de l’abolition de l’esclavage.

Un rappel historique de 120 ans d’actions de la LDH pour inviter à la mobilisation au service de la défense des droits et des libertés aujourd’hui.

Maison de quartier la Liberté
17 rue Laënnec
85000 La Roche sur Yon
Du lundi au vendredi 9h-12h, 14h-17h sauf mercredi après-midi.

Non au changement de fonctionnement de la carte d’allocation des demandeurs d’asile !

Pétition de la Ligue des droits de l’Homme

Le 2 août, l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) a officiellement annoncé un changement de fonctionnement de la carte bancaire qui est donnée aux demandeurs d’asile, afin de percevoir leur allocation.

« A partir du 5 septembre, la carte de retrait d’espèces remise aux bénéficiaires de l’Allocation de demandeur d’asile (ADA), deviendra une carte de paiement. Elle permettra gratuitement 25 paiements, dans la limite de son solde. Au delà, il sera décompté 0,50 € par opération. »  https://www.facebook.com/OfiiFr/posts/617690321972003

Pour rappel, contrairement à beaucoup de fausses informations qui peuvent circuler, le montant de l’allocation perçue est largement inférieur au RSA, qui est de 560€/mois.
L’ADA pour une personne seule hébergée : 204€/mois
L’ADA pour une personne seule non hébergée : 426€/mois
Cette allocation est perçue uniquement pendant les quelques mois de la procédure, période pendant laquelle ils n’ont pas le droit de travailler.
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F33314

Nous demandons à l’Ofii, et à la Direction générale des étrangers en France, d’annuler cette réforme pour les raisons suivantes :

– 25 paiements par mois est beaucoup trop juste, cela revient à un seul achat par jour (hors dimanche). Il est difficile de voir autre chose qu’un énième moyen de compliquer encore un peu plus la vie des demandeurs d’asile et de restreindre leurs droits fondamentaux. Même si les commerces sont majoritairement équipés de terminaux de paiement (TPE), certains exigent un montant minimum d’achat. Les épiceries sociales et solidaires, les brocantes, les marchés, n’en sont que rarement équipés.

– Près de la moitié des demandeurs d’asile ne se voient proposer aucune solution d’hébergement. Certains n’ont d’autres solutions que l’hébergement d’urgence, dont certains demandent un paiement symbolique. D’autres ne peuvent accéder qu’à des colocations avec paiement en liquide. Cette mesure risque donc de favoriser encore plus la précarisation des demandeurs d’asile non hébergés.

L’argument invoqué par l’Ofii, dans un mail adressé quelques jours plus tôt aux gestionnaires de centres d’hébergement, était qu’il fallait limiter les retraits, qui présentent un coût pour l’Ofii.

L’argument financier semble d’autant plus discutable que ce changement de fonctionnement va lui-même engendrer des coûts importants :
– l’impression de guides d’explication, dans plusieurs langues ;
– les gestionnaires de centre d’hébergements, qui font payer une caution à leurs résidents, vont devoir s’équiper de terminaux de paiement (TPE) ;
– actuellement la carte permet 5 retraits maximum, en argent liquide.
L’argument semble discutable, la plupart des banques ne font pas payer les frais de retraits. De plus, les paiement par carte engendrent une commission interbancaire d’un montant de 0,2%. Cette commission est payé par le commerçant à la banque émettrice de la carte.
Dans le dernier rapport annuel de l’Ofii, consultable ici : http://www.ofii.fr/IMG/pdf/RAA%20OFII%202018-BD.pdf  ; page 18 il est indiqué que les montants d’ADA versés correspondent à 34,8 M€ mensuels, et 417 M€ annuel.
Cela reviendrait à dire que les frais de fonctionnement de la carte ADA devraient être basculés sur les commerçants, qui vont donc reverser 69 600€ chaque mois, ou 834 000 € chaque année, à la banque qui gère cette carte ?

Pour toutes ces raisons, nous demandons à l’Ofii d’annuler ce changement de fonctionnement et d’enclencher une réflexion plus pragmatique, avec les demandeurs d’asile eux-même et les structures qui les accompagnent.

Signer la pétition

 

Lutter contre l’homophobie et la transphobie : une ardente nécessité

Depuis 1990, le 17 mai est officiellement journée internationale de lutte contre les LGBT-phobies. Celle-ci commémore la suppression par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) de l’homosexualité de la liste des maladies mentales.

Le 18 mai dernier, place Napoléon, un village associatif informait, écoutait et partageait les valeurs qui lui étaient propres, à savoir le même droit partout et pour tous. « Notre section participait pleinement à ce combat pour assurer l’égalité et l’effectivité des droits de chacune et de chacun, quelle que soit son orientation sexuelle. Nous poursuivions nos actions d’éducation populaire en intervenant en priorité auprès des jeunes, car c’est dès le plus jeune âge que les discriminations, insultes et violences les déstabilisent. Il s’agissait d’une action de prévention », expliquent Michelle Biret présidente et Michel Biret, trésorier de la ligue des droits de l’homme.

Mais si l’action se voulait pacifiste, l’intrusion de jeunes étudiants a modifié la donne. Ils sont passés en justice il y a quelques jours et la ligue des droits de l’homme (LDH) souhaite maintenant sortir du silence.

« L’intrusion de ces jeunes dans notre village nous montre la nécessité de notre engagement. C’est important de continuer à le maintenir même si certains nous disent : nous sommes racistes, en quoi ça vous dérange ? Nous avons toujours défendu le droit à l’expression et à des argumentations contraires aux nôtres, mais aucune cause ne justifie l’intimidation par la violence. Ces jeunes évoquent à plusieurs reprises leur pacifisme. Aussi parlons-nous, écoutons-nous, avançons-nous ensemble dans le respect des convictions de chacun et dans la recherche de la paix. Je suis prête à les rencontrer et argumenter avec eux. Ils ont le droit de défendre leurs valeurs s’ils demandent l’autorisation de manifester. Ils auraient pu faire une contre-manifestation, mais dans le respect de tout le monde ».

La LDH plus que jamais prône le vivre et grandir ensemble. Cinq ans après la loi ouvrant le mariage pour tous, les agressions LGBT-phobes restent courantes. Les dispositions prises par le gouvernement et l’action de la délégation interministérielle ne semblent pas avoir encore atteint leur objectif.

De nombreux champs pour l’égalité et l’effectivité des droits restent à conquérir. « Il est difficile de déposer plainte, première étape à la mise en œuvre de cette effectivité. Si les dispositifs mis en place étaient efficaces, les associations n’auraient plus à revendiquer et à lutter contre l’homophobie et la transphobie. Ce 18 mai illustre parfaitement le besoin de mobilisation pour informer le grand public de ce que vivent les personnes discriminées : être invisibles, insultés, exclus, attaqués ».

Pourtant les membres de la LDH gardent un souvenir d’un partenariat efficace, riche en échanges et témoignages. « Nous constatons que des opinions, fondées sur le rejet de l’autre, conduisent à des discours haineux, à des actes violents à l’encontre des personnes, pour faire peur, intimider et tenter d’imposer une seule vision de la société. Les victimes sont diverses : roms, femmes, étrangers, gens du voyage, SDF, juifs, gay, lesbiennes, trans, mais les messages, les actions, les exclusions émanent d’une même idéologie ».

photo extraite du site www.mavillesolidaire.fr/

Les années passées, les associations avaient bien sûr été victimes d’injures, mais cette année trois militants du village ont reçu des violences physiques. « Nous tenons à réaffirmer notre soutien aux associations qui oeuvrent contre toutes les formes de discrimination, et à remercier ceux qui nous ont soutenus à l’occasion du rassemblement place Napoléon ».

l’OIT a 100 ans

https://www.ilo.org/100/fr/

L’Organisation internationale du travail a 100 ans. Créée pour faire avancer la justice sociale, elle n’a pas rempli toutes ses promesses et est sans cesse remis en question par les pouvoirs économiques (travail 7/7, 24/24, limitation des indemnités prud’homale en cas de licenciement abusif,…).

L’Organisation Internationale du Travail est la seule organisation dépendant de l’ONU qui n’est pas constituée que par les gouvernements, mais aussi par des représentants des travailleurs et des employeurs. C’est une organisation tri-partite.  Son préambule dit ceci ( Version  intégrale ici)

Attendu qu’une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale (…)

Attendu que la non-adoption par une nation quelconque d’un régime de travail réellement humain fait obstacle aux efforts des autres nations désireuses d’améliorer le sort des travailleurs dans leurs propres pays;

Les Hautes Parties Contractantes, mues par des sentiments de justice et d’humanité aussi bien que par le désir d’assurer une paix mondiale durable, et en vue d’atteindre les buts énoncés dans ce préambule, approuvent la présente Constitution de l’Organisation Internationale du Travail.

L’objectif de l’Organisation Internationale du Travail était donc explicitement d’éviter le dumping social.

Dans « Justice Sociale et Paix Universelle », le premier directeur de l’OIT (1920-1932), Albert Thomas, un socialiste Français, utilise déjà le mot dumping ! Pour autant, l’injustice sociale n’est pas directement responsable de la guerre, explique Albert Thomas.

Une nation de haut progrès social se sentant menacée dans son existence par les basses conditions de travail de ses voisins, n’a jamais proclamé la croisade pour imposer de meilleures conditions de travail à d’autres classes ouvrières durement exploitées (….). Il est des gouvernements qui cherchent dans la guerre la diversion aux dangers qui, intérieurement, les menacent.  Mais la démocratie politique, qui doit être la sauvegarde des peuples contre les entrainements guerriers, n’est pas capable de participer à la gestion des affaires publiques en pleine conscience, en pleine clarté. (…) Si la démocratie est la condition de la paix, la justice sociale est la condition de la démocratie.  Albert Thomas, premier directeur du BIT (1920-1932).

Ce texte, écrit en 1924, n’a rien perdu de son actualité.

L’OIT avait alors estimé que la hausse des dérogations au repos hebdomadaire dans l’Hexagone obéissait à des « préoccupations économiques » sans prendre en compte l' »impact » social pour les salariés.

(Extrait d’une émission de France Culture https://www.franceculture.fr/emissions/grand-reportage/grand-reportage-du-vendredi-21-juin-2019)

Mobilisation contre le CETA

Manifestation contre le CETA

Une cinquantaine de personnes se sont mobilisées le 10 juillet à la Roche-sur-Yon pour exiger la non ratification par les élus vendéens du CETA. Alors que 72 organisations de la société civile appellent à ne pas ratifier ce traité de libre-échange, les parlementaires de la République En Marche ont l’intention de voter en faveur de ce traité qui s’appliquerait de manière définitive avec la mise en place d’une justice parallèle que sont les tribunaux arbitraux. Après une prise de parole, les manifestants se sont rendus place Napoléon.

Seuls les multinationales pourront saisir ce tribunal à partir du moment où elles estiment qu’une législation est contraire à leurs intérêts.

Cet accord est climaticide et malgré les promesses du « véto climatique », cet élément ne sera pas contraignant. Ainsi les importations de pétrole issus de sables bitumineux ont augmenté depuis l’application provisoire du CETA. L’agriculture paysanne est aussi une nouvelle fois menacée par le mode productiviste de l’agro industrie canadienne.

Les organisations continent de mobiliser en appelant les citoyens à utiliser l’outil d’interpellation des parlementaires :

https://www.collectifstoptafta.org/ceta/article/urgence-ceta-demandez-a-vos-parlementaires-de-ne-pas-ratifier-le-ceta

manifestation anti-CETA La Roche sur Yon

Appel à rassemblement contre le CETA

72 organisations françaises demandent aux parlementaires de voter contre la ratification du CETA, ATTAC Vendée appelle à manifester à la Roche-sur-Yon le mercredi 10 juillet à 18 h place de la Vendée.

manifestation contre le CETA

Quelques jours après l’annonce d’un accord politique sur la finalisation des négociations commerciales entre l’UE et le Mercosur et à la veille de la présentation en Conseil des Ministres du projet de loi de ratification du CETA, défenseurs de l’environnement et des droits humains, professionnels des filières d’élevage, associations de consommateurs et syndicats de travailleurs, représentant 72 organisations, écrivent aux Députés et aux Sénateurs français pour leur demander solennellement de ne pas ratifier l’accord de commerce et d’investissement entre l’UE et le Canada.
Cet accord qui présente des risques largement documentés sur le plan économique, social, démocratique et écologique doit être examiné à l’Assemblée Nationale, dès le 10 juillet en Commission Affaires étrangères et le 17 juillet en séance plénière.
Dans ce courrier, il est rappeler les dangers de cet accord notamment parce qu’il permet d’entériner le tribunal arbitral inclus dans l’accord. Une porte ouverte pour les multinationales transatlantiques d’attaquer les législations européennes ou locales si elles jugent celles-ci contraire à leurs intérêts. De plus, cet accord est jugé climaticide par la Commission Nationale Consultative des droits de l’homme.

Plus d’informations sur les organisations signataires sur https://www.ldh-france.org/72-organisations-dont-la-ldh-ecrivent-aux-deputes-et-aux-senateurs-pour-leur-demander-de-ne-pas-ratifier-le-ceta/

Des violences homophobes lors de la journée pour la lutte contre l’homophobie et la transphobie

Dans le cadre de la Journée Mondiale de Lutte contre l’Homophobie et la Transphobie, le Centre LGBT de Vendée proposait un village associatif sur la Place Napoléon samedi 18 mai. La Ligue des droits de l’homme y tenait un stand en compagnie d’AIDES, David et Jonathan, Trans Interaction, Amnesty International, Le Planning Familial et L’Autre Cercle.

Depuis le début de journée, ce fut de beaux moments militants où l’engagement de tous contre l’homophobie a pu être mis en valeur.

Malheureusement, ce moment positif a été tristement terni par un groupe de jeunes adultes venus pour saccager une partie des équipements du village associatif LGBT, et scander leurs slogans homophobes, n’hésitant pas à bousculer les militants présents.

Nous souhaitons un bon rétablissement à nos deux ligueurs qui tenait le stand LDH au moment des faits et qui ont été agressés physiquement. Un dépôt de plainte a été fait ce dimanche.

Le procureur de la République a ouvert une enquête sur les faits « pour en déterminer la nature juridique puis en identifier le ou les auteurs et décider de la réponse judiciaire la plus adaptée. ».

Plus d’information sur cette journée sont disponibles sous https://www.facebook.com/centrelgbtvendee/ et sur http://centre-lgbt-de-vendee.org/

Journée Mondiale de Lutte contre l’Homophobie et la Transphobie

|1| |2| |3| |7|