podcast LFM95.5

Communautarisme, séparatisme, haine sur internet, un climat social qui amène une nouvelle fois responsables politiques et citoyens à s’interroger sur le maintien du vivre ensemble et de l’unité entre citoyens. Un «Vivre Ensemble» aussi ré interrogé à travers le prisme du reconfinement en cours depuis le 30 octobre dernier.

Hakima Aya recevait donc pour en parler Cécile Dumoulin, élue locale depuis 2002 à Mantes la Jolie, 8ème Vice présidente du département des Yvelines en charge des collèges ainsi que Christian Hoisnard, président de la fédération des Yvelines de La Ligue des Droits de l’Homme et Gérald Casson de la section LDH de Conflans Saint Honorine.

https://lfm-radio.com/podcasts/oep-2020-peur-de-tomber-malade-de-perdre-son-emploi-peur-du-terrorisme-violence-vs-vivre-ensemble-185

Hommage à Samuel Paty

Horreur et colère. Un crime odieux insupportable de haine. La raison et la solidarité de tous encore plus nécessaire face à l’obscurantisme assassin.
Malik Salemkour Président de la LDH

CONFLANS : L’HORREUR DE L’OBSCURANTISME

Communiqué LDH

Vendredi à Conflans-Sainte-Honorine, un enseignant a été sauvagement assassiné pour avoir mené pleinement sa mission d’éducation.

Ce crime insupportable visait à frapper le droit à la caricature, la liberté d’expression, la laïcité. Face à l’obscurantisme et au terrorisme, l’unité est notre force, comme la mobilisation de toutes et tous pour défendre et réaffirmer nos valeurs fondamentales de démocratie, de liberté et d’égalité.

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) exprime sa solidarité avec sa famille, ses proches et tous les personnels de l’Education nationale.

Paris, le 17 octobre 2020

La LDH se joint à l’appel commun à rassemblement organisé le 18 octobre 2020 à 15h, place de la République à Paris.

Rassemblement sur le parvis de la Préfecture à Cergy
à l’initiative des syndicats et des associations de Parents d’élèves.
Joignons nous à la marche blanche mardi 20 octobre 18h30 au collège







Intervention au Lycée International

Human Rights Team’s Events

March 29, 2018
Last week’s event was wonderful and full of energy. Despite a few technical difficulties, the event was interesting, with our guest speakers interacting with the public. We would like to thank the Ligue des Droits de l’Homme for coming and talking about Government surveillance to our audience. Even though not everyone being on stage, the whole team is behind these events.

Lire la suite

Non à l’abandon de la jeunesse à Vernouillet

15 mars 2016

Communiqué de presse

Non à l’abandon de la jeunesse à Vernouillet

 La désastreuse décision du Conseil Départemental, en décembre 2015, de se désengager de sa mission de Prévention Spécialisée dans 11 villes des Yvelines et de diminuer drastiquement le budget qui lui était alloué produit les effets délétères qui étaient dénoncés par les 19 signataires des communiqués de presses du collectif « Prévention Spécialisée des Yvelines » en novembre et décembre[1].

Après ceux de Mantes la Ville et de Plaisir, le Maire de Vernouillet, sans aucune concertation ni information refuse l’action éducative de la Prévention Spécialisée pour accompagner et soutenir les jeunes et les familles de la commune.

Cette véritable décision d’abandon est totalement scandaleuse :

Elle abandonne 70 adolescent(e)s accompagnés par l’équipe éducative de Prévention Spécialisée. Cet abandon s’accompagnera d’un cortège d’effets néfastes sur le soutien aux familles, sur la présence éducative auprès des groupes de pairs dont font partie les jeunes accompagnés, sur les coopérations partenariales …

  •  Elle s’opère alors que les associations de Prévention Spécialisée ont déjà répondu aux appels à projets du Conseil Départemental (intégrant Vernouillet) pour ce qui est maintenu de la Prévention Spécialisée sur les Yvelines. De ce fait, les appels à projets et les réponses sont caduques, déstabilisant toute la dynamique éducative de la Prévention Spécialisée sur les Yvelines.
  •  Elle entraîne la suppression de 7 postes éducatifs supplémentaires, alors que le Conseil Départemental a déjà joué la « grande faucheuse » en amputant considérablement les capacités d’action éducative de la Prévention Spécialisée dans les YvelinesDans un contexte local difficile, dans celui, national, issu des tragédies de janvier et novembre 2015 la décision du Maire de Vernouillet, Pascal Collado, prive les jeunes et les habitants de Vernouillet du filet de protection éducatif de la Prévention Spécialisée. Elle génère déjà inquiétude et angoisse. Elle est porteuse d’insécurité. Cette décision doit être immédiatement abrogée.
  • Signataires : LDH Section de Verneuil sur Seine, LDH Fédération des Yvelines, USD CGT Santé 78, CGT du Conseil Départemental 78, PCF Front de Gauche de Verneuil sur Seine, Parti de Gauche des Yvelines, Section PS de Vernouillet, Vernouillet et Avenir
  • Nous invitons les jeunes, leur famille et la population à participer à toute manifestation organisée contre cette décision.

[1]ATTAC 78, ATD Quart Monde des Yvelines, Fédération LDH Yvelines, CEMEA Ile de France, Confluence Ecologie Solidarité (CES), Fédération MJC Ile de France, Comité National des Acteurs de Prévention Spécialisée (CNLAPS), Collectif des associations citoyennes (CAC), CGT des Yvelines, FCPE des Yvelines, Eclaireurs et Eclaireuses de France des Yvelines, MRAP des Yvelines, Parti de Gauche 78, Parti Communiste 78, Parti Socialiste 78, Europe Ecologie les Verts 78, NPA 78, Sud Solidaires des Yvelines.

 

Communiqué de Presse, 4 décembre 2015

Collectif Prévention Spécialisée des Yvelines

le communiqué en pdf

Le 27 novembre 2015 le Président du Conseil Départemental, Pierre Bédier a annoncé le report du débat et du vote sur le financement de la Prévention Spécialisée dans les Yvelines. Ce sera probablement le 18 décembre.Communique Prévention Spécialisée 4-12-2015 logos-0001

Madame Arenou, 2ème vice-Présidente et Maire de Chanteloup-les-Vignes a été chargée d’une mission d’étude pour réexaminer le projet initial.

Il envisageait de supprimer l’action éducative des éducateurs de rue sur 12 villes du département : Ablis, Achères, Aubergenville, Carrières-sous-Poissy, la Celle-Saint-Cloud, Conflans-Sainte-Honorine, Magny-les-Hameaux, Rambouillet, Saint-Cyr-l’Ecole, Saint-Germain-en-Laye, Verneuil-sur-Seine, Versailles.

Achères, ne figure plus sur cette liste. Elle est remise en territoire prioritaire. Elle sera l’objet d’un appel à projet. Nous en sommes satisfaits.

Si la décision se confirmait pour les autres villes, plus de 3500 adolescents et adolescentes ne seraient plus accompagnés individuellement, sans compter le cortège de conséquences désastreuses de cet abandon sur les parents, les fratries, les groupes de pairs, sur la cohésion sociale, sur le travail partenarial, sur le renforcement prévisible des logiques sécuritaires.

Le report, annoncé le 27 novembre, témoigne de la montée des oppositions contre cette décision néfaste d’abandon.

Madame Christine Boutin a rendu la sienne publique.

Des Maires/Conseillers Départementaux discutent âprement pour le maintien des éducateurs de rue sur leur commune.

Les professionnels se mobilisent avec la société civile sur chaque territoire et à l’échelle départementale. Des organisations syndicales soutiennent les mobilisations contre cette décision.

Les partis de Gauche, non représentés au Conseil Départemental, expriment leur complet désaccord avec ce projet.

Bref, la brutalité de cette décision et son caractère incohérent sont de plus en plus dénoncées.

A l’heure où l’horreur s’est abattue sur Paris, sur Saint-Denis, sur la France, dix mois après les tragiques attentats de janvier, à l’heure ou l’insécurité sociale s’accroît, nous devons, plus que jamais, réaffirmer notre « devoir de Fraternité » envers la jeunesse. Ce devoir de Fraternité porte un nom : Éducation.

D’ici le 18 décembre :

  • Nous amplifierons la mobilisation localement et sur le département par de multiples initiatives.
  • Nous alerterons, dans le cadre des appels à projet qui vont paraître sur les risques, d’une réorganisation des interventions de la Prévention Spécialisée, qui priveraient les jeunes et leurs familles de la présence quotidienne des éducateurs sur leurs lieux de vie.
  • Nous interviendrons auprès des élus, auprès de Madame Arenou, auprès du Président Bédier pour faire entendre qu’il y a un état d’urgence sur notre département, celui de l’Éducation dans les quartiers populaires.

Dès à présent nous appelons les jeunes, leurs familles, les professionnels de la Prévention Spécialisée et leurs partenaires, les acteurs de la société civile, les organisations syndicales et politiques, les élus à venir nombreux, le 18 décembre, au Conseil Départemental pour dire d’une même voix, dans le cadre des lois de notre République, que l’Éducation et la Prévention Spécialisée ne sont pas des choix. Encore moins des choix budgétaires alors que le budget départemental de la Prévention Spécialisée représente moins de 1% du budget global du Conseil Départemental.

L’Éducation est une obligation absolue

La Prévention Spécialisée est une impérieuse exigence

Nous n’y renoncerons jamais.

 

  • Premiers signataires: Attac 78, ATD Quart Monde Yvelines, CEMEA IdF (Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Education Actives), CES (Confluence Energies Solidarités), CGT Yvelines, CNLAPS (Comité National des Acteurs de la Prévention Spécialisée), Eclaireurs et Eclaireuses de France IdF, EELV Yvelines, FCPE Yvelines, LDH fédération des Yvelines, MJC fédération des Yvelines, ONES (Organisation Nationale des Educateurs Spécialisés), PCF des Yvelines, PG des Yvelines, PS fédération des Yvelines, SUD santé-sociaux 78

 

ETAT d’URGENCE EDUCATION

Oui à un avenir avec la Jeunesse des quartiers populaires
Oui à la Prévention Spécialisée
Alerte, Etat d’Urgence pour l’Education

Le Conseil Départemental des Yvelines veut interrompre, le 31 décembre 2015, le financement de l’action éducative de la Prévention Spécialisée (éducateurs de rue) dans 13 villes du département dont Conflans. A l’heure où l’horreur s’est abattue sur Paris, sur la France, cette décision est scandaleuse, incohérente, imbécile. Elle va entraîner l’arrêt brutal de plus de 3000 accompagnements de jeunes (plus de 300 à Conflans). C’est un abandon de la jeunesse des quartiers populaires.

Ne les laissons pas faire.

Etat d’Urgence pour l’Education dans les quartiers populaires.

L’Education n’est pas un choix, encore moins budgétaire.

C’est une obligation absolue,
notre devoir de Fraternité envers la jeunesse.

Dossier éducation spécialisée

Signer la pétition en ligne