« Sécurité globale », mais Libertés minimales !

Mobilisons-nous massivement avant le 17 novembre contre cette proposition de loi liberticide.L’ensemble des éléments de ce kit de mobilisation est disponible en téléchargement ici.

Une fois de plus, le Parlement examine une proposition de loi présentée par des députés de la majorité gouvernementale « relative à la sécurité globale » qui s’inscrit dans le sillage sécuritaire des abondantes réformes des dernières années et des recours successifs à l’état d’urgence. Alors que cette proposition de loi porte lourdement atteinte à des libertés et droits fondamentaux, elle est l’objet d’une procédure accélérée qui évince, de fait, le rôle législatif des parlementaires. Elle sera votée le 17 novembre prochain à l’Assemblée nationale. 

La LDH invite à une large mobilisation citoyenne pour le rejet de cette proposition de loi liberticide. Plusieurs outils sont à votre disposition, n’hésitez pas à les utiliser et les partager  :

Conférence-débat

« L’affaire Jules Durand » – Un crime judiciaire

Ligue des Droits de l’Homme, Amis du Monde Diplomatique, CGT, SAF, SM, UCL et La Carmagnole

vous convient à une rencontre-débat-dédicace avec Marc HEDRICH, magistrat, auteur de

« l’Affaire Jules Durand : Quand une erreur judiciaire devient crime »

Le Jeudi 22 octobre 18h30 à la Carmagnole 10 rue Haguenot Tram3 arrêt Plan Cabanes


Compagnie Générale Transatlantique contre Confédération Générale du Travail  :

Le Havre 1910, histoire d’une machination judiciaire, destin tragique et méconnu de Jules Durand, le « Dreyfus ouvrier »


Jules Durand – surnommé alors « le Dreyfus ouvrier » – est devenu fou et s’est éteint, réhabilité mais solitaire, à l’asile de Rouen en 1926.
Il avait été condamné à mort par la cour d’assises du Havre fin 1910, suite à la machination montée contre lui par la Compagnie Générale Transatlantique. Celle-ci ne lui pardonnait pas le succès de la grève des charbonniers qu’il avait lancé et qui avait été massivement suivie. Considéré à tort lors de son procès comme responsable d’une rixe mortelle sur le port, la Cour de Cassation l’avait totalement réhabilité en juin 1918.


Port du masque obligatoire à l’entrée, gel à disposition, réserver dans la limite de 40 places disponibles

https://www.helloasso.com/associations/la-carmagnole-2/evenements/l-affaire-jules-durand-un-crime-judiciaire