BIENVENUE

********************************************************

La LDH tient des permanences juridiques et d’accompagnement en droit des étrangers, logement, accès au droit… :

–à l’espace Martin Luther King 27 bd Louis Blanc: les mardis de 18 à 19 h et hors vacances  tel:0467725909

—à  la MOSSON (attention, changement de lieu) : Maison pour tous LEO LAGRANGE , arrêt « Halles de la Paillade » les jeudis de 14h30 à 17h

 

Actualités Coronavirus

– Les Maisons Pour Tous étant fermées, les permanences à la MPT Léo Lagrange  sont suspendues jusqu’à nouvel avis .
– Reprise des permanences à l’espace Martin Luther King, 27 bd Louis Blanc: les mardis de 15 à 17 h

*******************

Manifestation – Danger Loi Sécurité Globale

Retrouvons nous à Montpellier le samedi 30 janvier 2021 à 11 h devant la Préfecture, pour cette nouvelle manifestation contre la loi sécurité globale.En jaune, en noir, en arc en ciel, en rose, en rouge, étudiant·es, travailleur·ses, chômeur·ses, teufeur·ses, précaires, etc. Soyons toutes et tous présent·es et solidaires !Venez avec vos plus belles pancartes et vos plus beaux slogans !Ne laissons pas l’autoritarisme et la terreur gagner. Il est plus que nécessaire de maintenir le rapport de force pour pousser le gouvernement dans ses retranchements, et qu’il retire sa loi liberticide. Nous devons continuer plus que jamais ! Ce 30 janvier, soyons uni·es dans la rue dans un objectif : le retrait de la loi sécurité globale ! Port du masque et respect des gestes barrières.

Rassemblement de soutien à SOULEYMANE

 
Souleymane, jeune guinéen boulanger à Fabrègues, est menacé d’expulsion
rassemblement de soutien : samedi 30 janvier à 10h, place de la Mairie
 
Souleymane, réfugié guinéen de 24 ans travaille depuis plus d’un an dans la boulangerie solidaire « Pain et Partage » de Fabrègues.
 
Victime de violences familiales, il quitte en 2018 son pays, traverse le Sahara, survit difficilement pendant un an au Maroc, traverse la Méditerranée sur une embarcation pneumatique, remonte l’Espagne et arrive à Montpellier en décembre 2019.
 
Sa demande d’asile a été rejetée. Après l’avoir dans un premier temps autorisé à travailler et malgré son actuel CDI dans la boulangerie, la Préfecture vient de lui refuser une carte de séjour au titre de salarié. Il est maintenant sous le coup d’une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) : il ne peut donc plus travailler légalement et il risque, à tout moment, une expulsion.
 
Pourtant, il remplit toutes conditions pour être régularisé et pouvoir continuer à vivre et travailler en France : Il est titulaire d’un CDI. Il travaille pour un employeur qui n’arrive pas à trouver de candidats à l’embauche. Il a appris le français qu’il parle maintenant parfaitement. Il est tenace faisant le trajet entre Montpellier et Fabrègues pour aller travailler chaque nuit, au début en vélo, puis en scooter. Il fait partie des héros du quotidien qui ont maintenu la France debout et l’ont approvisionnée pendant les 2 mois du premier confinement. Avec le soutien de son employeur, il veut entreprendre maintenant une formation qualifiante au CAP de boulangerie. Il participe à la vie culturelle ayant rejoint le groupe montpelliérain de percussions Mas Oukatann.
 
A initiative de quelques citoyens fabréguois, un Comité de Soutien à Souleymane s’est constitué. Cela renforce l’aide que lui apportaient déjà la Ligue des Droits de l’Homme et la Cimade
 
Toutes les preuves de l’intégration réussie de Souleymane ont aussi incité de nombreux élus de la République, députés, sénateurs et Maires, à soutenir auprès de la Préfecture sa demande de régularisation.
 
Au cours de ces dernières semaines, deux rassemblements de soutien ont déjà réuni à Fabrègues des centaines de citoyens.
 
Nouveau rassemblement de soutien à Souleymane
samedi 30 janvier à 10h
parking de la Mairie de Fabrègues (rue Paul Doumer)
 

 
Comité de soutien à Souleymane : soutiensouleymane@yahoo.com
 
une pétition de soutien est en ligne :
cliquer ici

« Sécurité globale », mais Libertés minimales !

Mobilisons-nous massivement avant le 17 novembre contre cette proposition de loi liberticide.L’ensemble des éléments de ce kit de mobilisation est disponible en téléchargement ici.

Une fois de plus, le Parlement examine une proposition de loi présentée par des députés de la majorité gouvernementale « relative à la sécurité globale » qui s’inscrit dans le sillage sécuritaire des abondantes réformes des dernières années et des recours successifs à l’état d’urgence. Alors que cette proposition de loi porte lourdement atteinte à des libertés et droits fondamentaux, elle est l’objet d’une procédure accélérée qui évince, de fait, le rôle législatif des parlementaires. Elle sera votée le 17 novembre prochain à l’Assemblée nationale. 

La LDH invite à une large mobilisation citoyenne pour le rejet de cette proposition de loi liberticide. Plusieurs outils sont à votre disposition, n’hésitez pas à les utiliser et les partager  :

Conflans : l’horreur de l’obscurantisme

Communiqué LDH

Vendredi à Conflans-Sainte-Honorine, un enseignant a été sauvagement assassiné pour avoir mené pleinement sa mission d’éducation.

 Ce crime insupportable visait à frapper le droit à la caricature, la liberté d’expression, la laïcité. Face à l’obscurantisme et au terrorisme, l’unité est notre force, comme la mobilisation de toutes et tous pour défendre et réaffirmer nos valeurs fondamentales de démocratie, de liberté et d’égalité.

La LDH exprime sa solidarité avec sa famille, ses proches et tous les personnels de l’Education nationale.

Paris, le 17 octobre 2020

Conférence-débat

« L’affaire Jules Durand » – Un crime judiciaire

Ligue des Droits de l’Homme, Amis du Monde Diplomatique, CGT, SAF, SM, UCL et La Carmagnole

vous convient à une rencontre-débat-dédicace avec Marc HEDRICH, magistrat, auteur de

« l’Affaire Jules Durand : Quand une erreur judiciaire devient crime »

Le Jeudi 22 octobre 18h30 à la Carmagnole 10 rue Haguenot Tram3 arrêt Plan Cabanes


Compagnie Générale Transatlantique contre Confédération Générale du Travail  :

Le Havre 1910, histoire d’une machination judiciaire, destin tragique et méconnu de Jules Durand, le « Dreyfus ouvrier »


Jules Durand – surnommé alors « le Dreyfus ouvrier » – est devenu fou et s’est éteint, réhabilité mais solitaire, à l’asile de Rouen en 1926.
Il avait été condamné à mort par la cour d’assises du Havre fin 1910, suite à la machination montée contre lui par la Compagnie Générale Transatlantique. Celle-ci ne lui pardonnait pas le succès de la grève des charbonniers qu’il avait lancé et qui avait été massivement suivie. Considéré à tort lors de son procès comme responsable d’une rixe mortelle sur le port, la Cour de Cassation l’avait totalement réhabilité en juin 1918.


Port du masque obligatoire à l’entrée, gel à disposition, réserver dans la limite de 40 places disponibles

https://www.helloasso.com/associations/la-carmagnole-2/evenements/l-affaire-jules-durand-un-crime-judiciaire

|1| |2|