INFORMATIONS


https://www.planning-familial.org/fr

https://fncidff.info/cidff-de-laube

https://www.aube.gouv.fr/Politiques-publiques/Droits-des-femmes-et-egalite-entre-les-femmes-et-les-hommes/Associations/Solidarite-Femmes-Aube

osezlefeminisme.fr


En  juin 2017, plus de 470 organisations, des très connues à des micro-collectifs dans des villages, lancent un appel public inter-associatif à Emmanuel Macron, Édouard Philippe et Gérard Collomb pour que le gouvernement change radicalement sa politique migratoire. Elles réclament l’organisation d’une conférence nationale d’urgence pour qu’émergent des politiques alternatives d’accueil.


En  juin 2017, plus de 470 organisations, des très connues à des micro-collectifs dans des villages, lancent un appel public inter-associatif à Emmanuel Macron, Édouard Philippe et Gérard Collomb pour que le gouvernement change radicalement sa politique migratoire. Elles réclament l’organisation d’une conférence nationale d’urgence pour qu’émergent des politiques alternatives d’accueil.

En juillet 2017, près de 260 associations et collectifs de solidarité et de défense des droits humains lancent l’organisation d’une Conférence nationale citoyenne sur l’accueil et les droits des personnes migrantes en France. Elles publient leur appel sur Mediapart et Bastamag le 25 juillet.

En novembre 2017, le processus des « Etats Généraux des Migrations » est lancé. Depuis plusieurs mois, des centaines d’acteurs locaux et nationaux en France présents sur le terrain aux côtés des migrants, demandent un changement radical de la politique migratoire française et européenne et la mise en place d’une véritable concertation de la société civile, associant l’ensemble des ministères, car il n’est pas normal que le ministère de l’Intérieur soit le seul en charge de cette question qui concerne aussi les ministères du Travail, de la Santé, du Logement,…

Le même mois, après 6 mois de nouvelle majorité gouvernementale, la Cimade constate une politique migratoire encore plus régressive, bafouant les droits fondamentaux des personnes migrantes et craint fortement que des annonces liées au projet de loi à venir augurent de durcissements considérables s’agissant de la politique migratoire qui entend être menée ces prochaines années en France.

En décembre suivant, àl’occasion de la journée mondiale des migrants, 433 organisations affirment qu’elles sont « fermement décidées à promouvoir un changement radical qui mette un terme à ces politiques migratoires aux conséquences humaines dramatiques ». Et qu’elles veulent « faire ressortir des revendications communes et des propositions concrètes pour une autre politique migratoire, respectueuse des droits fondamentaux ».

En mai 2018, est défini un socle commun pour une politique migratoire respectueuse des droits fondamentaux et de la dignité des personnes, dans le Manifeste des Assemblées Locales réunies pour la 1 ère session plénière des États Généraux des Migrations. Ceux-ci regroupent 106 assemblées locales en France métropolitaine et d’outre-mer. Ils appellent toutes et tous à les rejoindre pour promouvoir une politique migratoire fondée sur les droits fondamentaux et régie par les principes suivants :

  1. Un accueil digne des nouveaux arrivants
  2. Un respect du droit d’asile effectif, qui ne soit plus prétexte à une logique de tri
  3. Vers une égalité des droits entre Français·e·s et étranger·ère·s présent·e·s sur le territoire
  4. Une reconnaissance des initiatives citoyennes dans l’accueil et le soutien aux personnes étrangères
  5. Modification des règles concernant l’accès au territoire français et des politiques européennes et internationales
  6. Conditions de réalisation et de mise en œuvre d’une telle politique alternative

En janvier 2019, deux documents produits à partir des 106 cahiers de doléances rédigés par les Assemblées Locales des États Généraux des Migrations au printemps 2018, le cahier des faits inacceptables et le cahier des alternatives synthétisent des faits inacceptables identifiés dans plus de 70 départements, ainsi que des alternatives aux politiques actuelles élaborées par les 1500 collectifs et associations locales qui ont participé à cette consultation.

En mai 2019, les 1 600 organisations réunies dans la dynamique des États Généraux des Migrations ont interpellé tout au long du mois de mai les candidat·e·s français·e·s aux élections européennes, leur demandant de s’engager sur 12 propositions concrètes pour que les droits des personnes migrantes soient mieux respectés en Europe. Ces douze engagements ont été signés par 150 candidat·e·s.


La section LDH Troyes et Aube s’est inscrite avec le comité régional LDH Champagne Ardenne dans les actions initiées dans le cadre des Etats Généraux des Migrations.

Le 21 avril 2018, 2 ligueurs de la section participent à la 1ère assemblée locale à Reims.

Le 5 juin, 2 ligueurs aubois sont présents pour accueillir la Marche des Migrants à Chaumont.

Le 8 juin 2018, de nombreux ligueurs de la section au sein du collectif de veille, accompagnent la Marche des Migrants à Troyes et participent à la soirée d’accueil.

Le 30 mars 2019, 3 ligueurs aubois sont présents à Reims dans le cadre d’une journée sur le thème S’ENGAGER CONTRE L’INACCEPTABLE ET PROPOSER DES ALTERNATIVES, avec un spectacle théâtral Your position de Nathan Nicholovitch donné par la troupe l’Atelier aux dos tournés suivi d’un débat puis d’une conférence de Mme Catherine Wihtol de Wendel, docteur en science politique et directrice de recherches au CNRS, spécialiste des migrations internationales.

Le 18 décembre 2019, 2 ligueurs de la section participent à Reims à la Table ronde sur le thème « Bien accueillir les migrants dans ma commune, c’est possible ? »

Cette année, en raison du contexte sanitaire lié à la pandémie de Covid-19, la session nationale des États Généraux des Migrations est organisée par visioconférence, entre les 21 et 27 novembre 2020. Elle prend la forme de plusieurs temps d’échanges répartis tout au long de la semaine. Le 24, Maryvonne Blum, présidente, participe à la visioconférence du Groupe chantier « Pratiques préfectorales ».

La section ne souhaite pas en rester là et sa présence quotidienne sur le terrain la pousse à s’engager davantage encore pour un changement radical de la politique française et européenne en matière d’immigration au sein des États Généraux des Migrations.







Télécharger ici


 

03 25 73 15 25 

cidff.aube@gmail.com


Pour toute information juridique, appeler le 06 29 43 25 67, mardi de 10h30 à 12h30 et vendredi  de 13 à 15h.

En dehors de ces plages horaires, laissez nous votre téléphone, votre nom et la raison de votre appel, vous serez contacté(e) dans les plus brefs délais.

Autres situations :
– Hébergement d’urgence faite le 115.
– Violences conjugales 39 19 et 114

L’équipe du CIDFF Aube

IMPORTANT
Pour tous vos mails, toutes réponses et informations, veuillez écrire sur les boîtes mail communes : sports@la-chapelle-st-luc.eu
ou vieassociative@la-chapelle-st-luc.eu


 

Les écoutantes ne recoivent que sur rendez vous (03.25.73.26.26 ) du lundi au vendredi de 9H à 16H. 

Du gel, du savon sont à disposition, les personnes doivent venir avec un masque (les communes en ont distribué et l’association a un petit stock en dépannage, au cas où), les meubles sont désinfectés entre chaque RV.

Il nous tient à cœur d’être présentes physiquement comme le souhaitent beaucoup de femmes victimes de violence. Nous sommes donc là pour elles, avec toutes les mesures sanitaires préconisées.

SOLIDARITÉ FEMMES AUBE

5 rue du Palais de Justice

10000 TROYES

Tel. 0325732626

contact@solidaritefemmes-aube.fr

 


Les Restos du Cœur situés dans l’ancienne école maternelle, 19 bis rue Jean Moulin 10600 LA CHAPELLE SAINT-LUC vous informent de leur réouverture.

Le public est de nouveau accueilli le mardi et jeudi aux horaires habituels.

 

COVID-19 : à propos de la sédation profonde et continue

Article L. 1110-5-2 du code de la santé publique.

Lire ICI