Le débat « Quelle police voulons-nous ? »

Quelle police voulons nous ?

Comment établir un lien de confiance avec une police qui devrait protéger avant de réprimer ?

Comment abolir des pratiques abusives et discriminatoires, comme les contrôles d’identité au faciès?

Comment contrôler les moyens d’exercice de la force publique pour éviter les dérives et les abus ?

organisé par le comité local du MRAP de Nanterre

le mardi 3 avril 2018, à 19h.30, à l’Agora de Nanterre

avec le soutien  d’Authenti-cité, de la Ligue des Droits de l’Homme (92), de l’Union locale de Nanterre de la CGT et d’Attac (92)

Venez nombreux

 


La fédération de la ligue des droits de l’Homme des Hauts de Seine a un nouveau président.

La fédération de la ligue des droits de l’Homme des Hauts de Seine  a un nouveau président.
A l’issue de l’assemblée générale annuelle qui s’est tenue  le 7 janvier 2016, Jean Claude Capaldi, responsable local de la section LDH d’ Asnières Colombes depuis 2012 succède à Habiba Bigdade à la présidence de la fédération des Hauts de Seine la Ligue des droits de l’Homme.

 

Ce début d’année est marqué par le débat sur l’état d’urgence et l’extension de la déchéance de la nationalité.

La Ligue des Droits de l’Homme ainsi que près de 80 organisations se sont regroupées au sein du collectif «  Nous ne cèderons pas » pour lancer une mobilisation citoyenne.

Ce collectif refuse le projet de déchéance de la nationalité, cette démocratie sous état d’urgence, une réforme constitutionnelle imposée sans débat, en exploitant l’effroi légitime suscité par les attentats.

Ce collectif n’accepte pas non plus la gouvernance de la peur, celle qui n’offre aucune sécurité mais qui assurément permet de violer nos principes les plus essentiels.

C’est un appel à tous ceux et celles qui partagent une autre idée de la France à le manifester avec une pétition en ligne : http://www.nousnecederonspas.org/

Quel vivre ensemble après le 13 novembre 2015 (LDH Nanterre U. – Coexister, 30 novembre, Nanterre)

Section Nanterre Université de la Ligue des droits de l’homme       

avec le soutien de l’association Coexister

QUEL VIVRE ENSEMBLE APRÈS LE 13 NOVEMBRE 2015 ?

LUNDI 30 NOVEMBRE 2015

DE 17H30 À 20H30 EN AMPHI D DU BÂTIMENT F

Quel vivre ensemble apres le 13 novembre

QUEL VIVRE ENSEMBLE APRÈS LE 13 NOVEMBRE 2015-1

 

Première Table ronde : Dans quel État sommes-nous ?

« Un État d’exception ? »    

Marc TOUILLIER, Charlotte GIRARD, Malik BOUMEDIENE

« Un État policier ? »          

Laurent BONELLI

« Un État de guerre ? »        

Jelena APARAC, Olivier de FROUVILLE

 

Seconde Table ronde : Dans quel état sommes-nous ?

« Le néant pour seul idéal : jeunesse et phénomène de radicalisation? »

Laurence CROIX

« Lutter contre les discriminations »

Abdellali HAJJAT, Jean-Pierre DUBOIS

« Fraterniser ? »                          

Ismael MEDJOUB (Association COEXISTER)

Citoyens fraternels, appel à mieux vivre ensemble dans le 92 , lancement le 5 novembre

lancement Cfraternels

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lancement Cfraternels 2

 

CP CFraternels 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CP CFraternels 1

Plessis Robinson : La mémoire des resistants ne doit pas etre bafouée

La fédération des Hauts de Seine de la Ligue des Droits de l’Homme s’associe aux associations de résistants pour dénoncer la décision municipale de rebaptiser la place de de la Résistance par le le nom de Charles Pasqua. et appelle au rassemblement ce samedi 24 octobre à 11H.

LA PLACE DE LA RESISTANCE NE DOIT PAS DEVENIR PLACE CHARLES PASQUA

Alors que cette année nous commémorons le 70e anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance (C.N.R.), regroupant Gaullistes, Communistes,

Socialistes et Radicaux, la décision municipale de débaptiser la place de la Résistance heurte profondément de très nombreux Robinsonnais.

Cette décision meurtrit les gens bien au-delà de tout clivage politique !

Pour permettre au Maire de rendre hommage à son « mentor », le conseil municipal a pris une décision qui va à l’encontre du devoir de mémoire qu’il faut continuer de perpétuer pour ces femmes et hommes qui se sont engagés dans la résistance au péril de leur vie.

 

C’est pourquoi à l’appel des principales associations de résistants et amis de la Résistance

ANACR Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance

FNDIRP Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes

ANFFMRFA Association Nationales des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française et de leurs Amis

de syndicalistes et de parti politiques,

un rassemblement républicain est organisé sur cette place de la Résistance

Samedi 24 octobre à 11H00

 Nous vous attendons nombreux et nombreuses pour dire :

« NON cette place de la Résistance NE doit PAS changer de nom ! »

Rappelons-nous : Le choix de la première municipalité du Plessis-Robinson issue de la Résistance a été d’honorer les résistantes et résistants locaux de tous bords et leurs actes de bravoures, en faisant déboucher l’avenue de la Résistance sur la place de la Résistance. Ne touchons pas à ce double symbole !

 

 

Tract Résistance vs Pasqua au Plessis

LA PLACE DE LA RESISTANCE NE DOIT PAS DEVENIR PLACE CHARLES PASQUA

 Alors que cette année nous commémorons le 70e anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance (C.N.R.), regroupant Gaullistes, Communistes,

Socialistes et Radicaux, la décision municipale de débaptiser la place de la Résistance heurte profondément de très nombreux Robinsonnais.

Cette décision meurtrit les gens bien au-delà de tout clivage politique !

Pour permettre au Maire de rendre hommage à son « mentor », le conseil municipal a pris une décision qui va à l’encontre du devoir de mémoire qu’il faut continuer de perpétuer pour ces femmes et hommes qui se sont engagés dans la résistance au péril de leur vie.

 

C’est pourquoi à l’appel des principales associations de résistants et amis de la Résistance

ANACR Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance

FNDIRP Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes

ANFFMRFA Association Nationales des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française et de leurs Amis

de syndicalistes et de parti politiques,

 

un rassemblement républicain est organisé sur cette place de la Résistance

 

Samedi 24 octobre à 11H00

 

Nous vous attendons nombreux et nombreuses pour dire :

« NON cette place de la Résistance NE doit PAS changer de nom ! »

Rappelons-nous : Le choix de la première municipalité du Plessis-Robinson issue de la Résistance a été d’honorer les résistantes et résistants locaux de tous bords et leurs actes de bravoures, en faisant déboucher l’avenue de la Résistance sur la place de la Résistance. Ne touchons pas à ce double symbole !

Pour une santé égalitaire et solidaire – Colloque Nanterre 14 novembre

 logo-ldh-nouveauDans le prolongement d’un stage LDH régional  »santé » en 2014, le Comité régional Ile-de-France a conçu un important colloque co-organisé avec la Macif (dans le cadre du partenariat LDH-Macif), avec le soutien de la Ville de Nanterre qui l’accueille dans le grand auditorium de la Maison de la Musique (en centre-ville, facilement accessible en RER A), samedi 14 novembre, de 9 à 18h.

Ce colloque est titré « Pour une santé égalitaire et solidaire ! » en reprenant l’intitulé du  »Manifeste des 123 » – signé par la LDH en décembre 2011- avec l’accord des concepteurs de ce livre-manifeste, toujours valide, dont deux auteurs interviendront dans le Colloque, Frédéric Pierru et André Grimaldi.

Ce colloque sera triplement dans l’actualité, en étant placé volontairement au cours du  »mois de l’économie sociale », au moment où le PLFSS et le PLF2016 seront en débat (et à mettre en regard des engagements de la Loi santé pour la réduction des inégalités), et en lien avec les débats autour de la Conférence climat (Cop21) compte-tenu des regards qui seront proposés en matinée sur les déterminants non-médicaux de la santé, particulièrement environnementaux…
Il est ouvert à tout public et le programme détaillé est téléchargeable ici.

Jean Ganeval, délégué régional LDH-Ile de France
Philippe Laville, élu au CR LDH-IDF et au CC, coordonnateur de la préparation du Colloque

 

POUR UNE SANTÉ EGALITAIRE ET SOLIDAIRE !

Exposés et débats avec des chercheurs, praticiens de santé, élus associatifs, mutualistes, politiques, syndicaux…
Sur chaque thème, un focus sur la situation à Nanterre, pour illustrer les études générales par des exemples concrets et encourager le développement des interventions citoyennes. Expositions
sur les perturbateurs endocriniens (Réseau Environnement Santéet Mutualité Francilienne), la crise sanitaire… Tables de publications des intervenants, projection de films, théâtre-forum (extrait de « A votre santé ! » par la Compagnie NAJE ( »Nous n’Abandonnerons Jamais l’Espoir »)…

De 9 à 13h – La santé en amont du soin

Quelles maladies pourraient être évitées ? Quels effets sur notre santé des conditions de travail et de vie (alimentation, habitat, transports, loisirs…) ? Quels effets des dégradations plus ou moins visibles de l’environnement (climat, invasion des produits chimiques et nano-particules…) ? Comment y remédier et lutter contre les inégalités ? Quelles contributions des géographes de la santé ?
Présentation de l’exemple d’une  »Evaluation d’Impact en Santé » : le projet urbain du quartier Nanterre Gare Université

De 14 à 18h – Inégalités sociales de santé et conditions de l’égalité d’accès à des soins de qualité pour tous

Quelles évolutions de la protection sociale avec les désengagements de la Sécurité Sociale et les grandes inégalités entre  »complémentaires » ? Quelles justes rémunérations des médecins, quelles causes des inégalités d’accès à des soins de qualité en consultations médicales, et en hôpitaux ?
Focus sur le centre de santé municipal et la défense de l’hôpital local.

========

Ont, à ce jour, confirmé leur participation aux table-rondes, suivies de débats avec le public : Habiba Bigdade(maire-adjointe à la santé à Nanterre),André Cicolella(président du Réseau Environnement Santé),Hélène Colombani(médecin directrice de la Santé de la Ville de Nanterre, secrétaire générale de la Fédération Nationale des Centres de Santé),Jean-Pierre Dubois (professeur de droit public, président d’honneur de la LDH), Laurent El Ghozi(chirurgien hospitalier, conseiller municipal délégué de Nanterre, président ESPT),Emmanuelle Fourneyron (BN LDH, co-responsable groupe de travail national LDH santé-bioéthique),Jacqueline Fraysse (cardiologue, députée), André Grimaldi (diabétologue, chef de service AP-HP, initiateur du Mouvement de défense de l’hôpital public, co-auteur du Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire), Patrick Jarry (maire de Nanterre), Tatiana Gründler (juriste, Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux CREDOF-Université Paris Ouest Nanterre),Martine Lalande (médecin généraliste à Gennevilliers, militante du COMEGAS, de l’Observatoire du Droit à la Santé des Etrangers,vice-présidente du Syndicat de la Médecine Générale), Françoise Lareur (Présidente Macif-Idf), Philippe Laville (CR-idf et CC LDH, co-responsable groupe de travail national LDH santé-bioéthique), Roger Lenglet (journaliste, philosophe, auteur de « Lobbying et santé« , « 24h sous influences : comment on nous tue jour après jour« , « Nanotoxiques » ; par visio-conférence), Danièle Lochak (juriste, prof. émérite Université Paris Ouest Nanterre, militante GISTI et LDH), Philippe Lorrain (médecin généraliste, co-rédacteur en chef de la revue « Pratiques » et de son dossier « Ces maladies que l’on pourrait éviter » de mai 2015),Patric Mourgère(Président de CPAM), Fabrice Nicolino (journaliste d’investigation, auteur notamment de  »Un empoisonnement universel »-sous réserve), Marie Pezé (docteur en psychologie, expert judiciaire, responsable du réseau national de consultations www.souffrance-et-travail.com),Frédéric Pierru (sociologue, chercheur CNRS, comité directeur Sciences-Po santé Paris, Haut Conseil de la Santé Publique, co-auteur du Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire…), Stéphane Rican (géographe de la santé, LADYSS-Université Paris Ouest Nanterre), Yorghos Remvikos(professeur de santé environnementale, OVSQ-Université Versailles St-Quentin), Nora Tréhel (présidente de la MUFIF, Union régionale Ile-de-France de la Mutualité française), Zoé Vaillant(géographe de la santé, LADYSS-Université Paris Ouest Nanterre)…

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Entrée libre et gratuite au Colloque mais sur pré-inscription impérative au plus tard le 12/11
en retournant le coupon ci-dessous par messagerie
colloque-sante-14-11-2015-nanterre@ldh-france.org

Nom, prénom : …………………………………………………………………………………………………………………………
profession-fonction
(facultatif) : ……………………………………………
Ville – département : ……………………………………………. Tel. / courriel : ……………………………………………..

Télécharger le programme du colloque.

La LDH 92 condamne les propos de M. Devedjian

logo-ldh-nouveau

Nanterre le 11/09/2015,

Communiqué

La Fédération de la Ligue des Droits de l’Homme des Hauts-de-Seine condamne fermement les propos tenus par Patrick Devedjian, Président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine sur les réfugiés, lors d’une conférence de presse à la Préfecture de région au cours de laquelle le préfet de région évoquait la situation des réfugiés syriens et irakiens en provenance d’outre-Rhin.

 

« Ils nous ont pris nos juifs, ils nous rendent des Arabes. » sont des propos inacceptables, qui d’une part, établissent une surenchère entre deux groupes d’individus et réduisent la vie des femmes, des hommes et des enfants qui ont vécu ou vivent des drames terribles, à une logique comptable nauséabonde déshumanisant les victimes de l’exode.

D’autre part la LDH 92 salue l’effort fait par l’Allemagne d’organiser l’accueil de réfugiés sur son territoire, le rappel de M. Devedjian aux heures sombres de son histoire est cynique.

La LDH 92 invite M. Devedjian dès à présent à mettre en musique ses regrets en finançant l’accueil de réfugiés dans toutes les villes du département à travers sa compétence principale qu’est l’action sociale.

Conférence débat à l’université : Université/ Laicité / Religions jeudi 16 avril

logo-ldh-nouveau

La Section de l’Université de Nanterre de la Ligue des droits de l’Homme
a le plaisir de vous convier à une conférence-débat sur le thème :

Université / Laïcité / Religions
Quelles spécificités ?

En présence de
Danièle Lochak, Professeure émérite à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense, membre de la Ligue des droits de l’Homme
Frédéric Dieu, Maître des requêtes au Conseil d’Etat,
Dominique Goussot, Président de la fédération des Hauts de Seine de la Libre pensée
un Membre de l’Observatoire de la laïcité (sous réserve)

Le jeudi 16 avril 2015,
de 17h15 à 19H15
Batiment F,
amphi D

Projection PATRIA OBSCURA au cinéma NORMANDY de Vaucresson

Le cinéma NORMANDY à  VAUCRESSON vous propose de découvrir le
le film PATRIA OBSCURA de Stéphane RAGOT soutenu par la Ligue des Droits de l ‘Homme.
*DIMANCHE 25/01/15 à  19H.*
En présence du réalisateur Stéphane Ragot.
En partenariat avec la librairie l’Ecriture de Vaucresson
CARTON - IAPAN - PATRIA OBSCURA previz
WIN_20141206_105307
« Est-ce que dire c’est trahir? »

Conscient que son métier de photographe l’amène à questionner les gens sur ce qu’ils sont, Stéphane Ragot décide de retourner la question sur lui-même et de s’interroger sur son histoire et celle de sa famille. « Je suis Français, dit-il. Je veux regarder en face l’histoire dont je suis l’héritier. Je veux interroger un récit familial et national qui ne va pas de soi. Je suis Français de souche comme on dit, de cette souche vantée par les nationalistes et méprisée par les humanistes. Je refuse l’orgueil que me promettent les uns et je refuse la honte que me prescrivent les autres. Le pacte est rompu. Je suis Français et je refuse de me résigner au repli, à la défense, même passive, surtout passive, d’une permanence figée et imaginaire de l’identité française. Je suis photographe et je veux faire un film qui porte mon refus. Je veux donner à voir mon histoire, affirmer ma place. Tenir debout face à la violence symbolique d’une identité nationale asservie. »

 

Ses grands-pères, morts depuis longtemps étaient tous deux militaires pourtant leur histoire est bien différente. Paul le parachutiste, a fait une belle carrière d’officier, a reçu la légion d’honneur des mains du général de Gaulle, ses filles se sont mariées à des Saint-Cyriens. Pierre le légionnaire a été boucher, et ses états de service, dans la Légion, sont peu élogieux, enfant illégitime il fut rejeté par sa mère. En remontant dans leur histoire marquée par les guerres, Stéphane Ragot accomplit un travail minutieux d’historien, il nous fait découvrir une histoire de la France où l’on rencontre aussi bien des défenseurs de l’empire colonial, des témoignages de la « grande guerre », des badauds du défilé du 14 juillet. Un des moments les plus touchants est celui où des sans papiers en marche pour leurs droits se recueillent dans la nécropole militaire Notre-Dame de Lorette, près d’Arras, où à coté des croix portant les noms de soldats français, des tombes musulmanes portent la même mention « mort pour la France ».

 

Partant de cette démarche individuelle de reconstitution de son histoire familiale, Stéphane Ragot fait émerger des questions liées à l’identité personnelle, familiale et nationale. Il nous montre la perversité de la question de l’identité nationale et de tout ce qui la sous-tend dans une France tellement diverse : « Inoculé par un pouvoir qui parie sur la division et la stigmatisation, je vois le venin de l’identité nationale, loin d’avoir disparu avec le ministère du même nom, s’immiscer dans les tissus d’un corps social déjà tétanisé par la peur de l’autre. Je rejette les termes d’un débat biaisé et je refuse d’abandonner aux puissants l’usage des mots, des images et des symboles. »

 

Citons enfin les propos très élogieux de Jean Baubérot qui nous invite à voir et faire voir ce film : « …Voilà une œuvre qui parle magnifiquement de la France d’hier et d’aujourd’hui entremêlées. […]Un film qui, par la justesse de son propos, par la beauté de ses images, par l’impressionnant travail de montage réalisé, procure un vrai bonheur, un bonheur grave capable de panser des blessures secrètes ou béantes, les blessures que chacun d’entre nous porte. »

 

En même temps que le film, parait Patria lucida un livre des photos et des textes du film ainsi qu’un beau texte de Pierre Bergounioux intitulé « Qui nous sommes » (180 pages, format 20×28 cm, éditions, 30 euros).

 

Patria obscura
Documentaire, 2014
Durée : 83 mn
Réalisation : Stéphane Ragot
Distribution : DHR

Conférence liberté d’expression- 21 janvier 2015- Nanterre Université

La section de la LDH Université Paris Ouest-Nanterre organise

Le Mercredi 21 janvier de 17h à 20 h

amphithéâtre D (Bâtiment F, campus de Nanterre)

une Conférence-débat sur

Liberté d’expression : quel avenir pour la démocratie post-Charlie?

confldhNU

Mot d’ouverture Florence Bellivier, co-directrice de l’UFR droit & sciences politiques et Serge Slama, président de la section LDH Paris Ouest Nanterre

Débat animé par Pascal Beauvais, professeur de droit, Univ. Paris Ouest-Nanterre, co-directeur de l’UFR droit & sciences politiques, membre de la CNCDH

Avec

Emmanuel Dockès, professeur de droit social, Univ Paris Ouest-Nanterre, IRERP

Stéphanie Hennette-Vauchez, professeure de droit public, Univ. Paris Ouest-Nanterre, CREDOF

Nicolas Hervieu, doctorant en droit public au CREDOF, chargé d’enseignements à l’Université Panthéon-Assas et collaborateur d’avocat aux Conseils

Thomas Hochmann, professeur de droit public à l’Université de Reims

Franck Johannès, Journaliste au Monde

Agnès Tricoire, avocat au barreau de Paris, déléguée de l’Observatoire de la liberté d’expression/ LDH

Camille Viennot, maitre de conférences en droit privé, Univ. Paris Ouest-Nanterre, CDPC

 

LDH Section Paris-Ouest Nanterre, bâtiment F, 200 avenue de la République 92001 NANTERRE CEDEX