BIENVENUE

********************************************************

La LDH tient des permanences juridiques et d’accompagnement en droit des étrangers, logement, accès au droit… :

–à l’espace Martin Luther King 27 bd Louis Blanc: les mardis de 18 à 19 h et hors vacances  tel:0467725909

—à  la MOSSON (attention, changement de lieu) : Maison pour tous LEO LAGRANGE , arrêt « Halles de la Paillade » les jeudis de 14h30 à 17h

 

Actualités Coronavirus

– Les Maisons Pour Tous étant fermées, les permanences à la MPT Léo Lagrange  sont suspendues jusqu’à nouvel avis .
– Reprise des permanences à l’espace Martin Luther King, 27 bd Louis Blanc: les mardis de 15 à 17 h

*******************

Conférence-débat

« L’affaire Jules Durand » – Un crime judiciaire

Ligue des Droits de l’Homme, Amis du Monde Diplomatique, CGT, SAF, SM, UCL et La Carmagnole

vous convient à une rencontre-débat-dédicace avec Marc HEDRICH, magistrat, auteur de

« l’Affaire Jules Durand : Quand une erreur judiciaire devient crime »

Le Jeudi 22 octobre 18h30 à la Carmagnole 10 rue Haguenot Tram3 arrêt Plan Cabanes


Compagnie Générale Transatlantique contre Confédération Générale du Travail  :

Le Havre 1910, histoire d’une machination judiciaire, destin tragique et méconnu de Jules Durand, le « Dreyfus ouvrier »


Jules Durand – surnommé alors « le Dreyfus ouvrier » – est devenu fou et s’est éteint, réhabilité mais solitaire, à l’asile de Rouen en 1926.
Il avait été condamné à mort par la cour d’assises du Havre fin 1910, suite à la machination montée contre lui par la Compagnie Générale Transatlantique. Celle-ci ne lui pardonnait pas le succès de la grève des charbonniers qu’il avait lancé et qui avait été massivement suivie. Considéré à tort lors de son procès comme responsable d’une rixe mortelle sur le port, la Cour de Cassation l’avait totalement réhabilité en juin 1918.


Port du masque obligatoire à l’entrée, gel à disposition, réserver dans la limite de 40 places disponibles

https://www.helloasso.com/associations/la-carmagnole-2/evenements/l-affaire-jules-durand-un-crime-judiciaire

LIBERTÉ POUR SALAH HAMOURI

PALESTINE : LIBERTÉ POUR SALAH HAMOURI

action à Nîmes samedi 11 juillet 2020

Appel co-piloté par la LDH du Gard et soutenu par la LDH Montpellier

Mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes. Il a été conduit au centre d’interrogatoire de la Moskobiyeh, à Jérusalem. Le motif de son arrestation ne lui pas été communiqué. Déjà en août 2017, Salah Hamouri avait été arrêté quelques jours avant un voyage prévu en France pour y retrouver sa femme et son fils et il avait alors purgé treize mois de détention administrative, sans peine ni jugement ni la moindre accusation prouvée. Cela suffit amplement ! Son comité de soutien, sa famille, ses amis et collègues en appellent solennellement aux autorités françaises pour qu’elles agissent immédiatement et fortement pour obtenir la libération immédiate et sans conditions de notre concitoyen qui a droit à la liberté de circulation.
Même si nous espérons qu’il sera libéré à la prochaine audience, le 7 juillet, nous connaissons l’acharnement des autorités israéliennes contre notre compatriote Salah, représentatif de l’ensemble des prisonniers et prisonnières palestiniens, qu’il défend au sein de l’association palestinienne ADDAMEER. Les chiffres de mai 2020 font état de 4600 prisonniers, dont 373 en détention administrative, 170 enfants dont 20 ont moins de 16 ans, 39 femmes, 7 membres du Conseil législatif palestinien. (chiffres Addameer).
Pour informer la population, pour faire pression sur les autorités, nous organisons à Nîmes un rassemblement et vous espérons nombreuses et nombreux.
Le CA de l’AFPS Nîmes

1er Mai 2020 à Montpellier

Le 1er mai, la section de Montpellier de la LDH a tenu à manifester son attachement à ses valeurs, et notamment celles des libertés publiques.

Ainsi des affiches ont été collées sur les emplacements autorisés, avec les slogans que l’on peut découvrir sur ces photos, nous avons aussi marqué de notre présence et soutien, le droit des étrangers vivant en France, par un rassemblement devant la CIMADE et RESF (en respectant les règles du confinement, distances, masques…) le 1er mai à 11h.

 

 

Des militants ont apposé des slogans à leurs fenêtres, sur leurs vélos…

 

Nous resterons mobilisés afin que l’état d’urgence sanitaire ne soit pas l’occasion pour nos gouvernants de perpétuer des atteintes à de nombreux droits gagnés par des décennies de luttes sociales.

|1| |2|