BIENVENUE

********************************************************

La LDH tient des permanences juridiques et d’accompagnement en droit des étrangers, logement, accès au droit… :

–à l’espace Martin Luther King 27 bd Louis Blanc: les mardis de 18 à 19 h et hors vacances  tel:0467725909

—à  la MOSSON (attention, changement de lieu) : Maison pour tous LEO LAGRANGE , arrêt « Halles de la Paillade » les jeudis de 14h30 à 17h

 

CORONAVIRUS

Reprise des permanences à partir du JEUDI 12/11 à la MPT Léo Lagrange  ( de 14h30 à 17H ) uniquement sur RDV .
Pour prendre RV, il faut obligatoirement appeler la MPT au 0467403357

*******************

« Sécurité globale », mais Libertés minimales !

Mobilisons-nous massivement avant le 17 novembre contre cette proposition de loi liberticide.L’ensemble des éléments de ce kit de mobilisation est disponible en téléchargement ici.

Une fois de plus, le Parlement examine une proposition de loi présentée par des députés de la majorité gouvernementale « relative à la sécurité globale » qui s’inscrit dans le sillage sécuritaire des abondantes réformes des dernières années et des recours successifs à l’état d’urgence. Alors que cette proposition de loi porte lourdement atteinte à des libertés et droits fondamentaux, elle est l’objet d’une procédure accélérée qui évince, de fait, le rôle législatif des parlementaires. Elle sera votée le 17 novembre prochain à l’Assemblée nationale. 

La LDH invite à une large mobilisation citoyenne pour le rejet de cette proposition de loi liberticide. Plusieurs outils sont à votre disposition, n’hésitez pas à les utiliser et les partager  :

Conflans : l’horreur de l’obscurantisme

Communiqué LDH

Vendredi à Conflans-Sainte-Honorine, un enseignant a été sauvagement assassiné pour avoir mené pleinement sa mission d’éducation.

 Ce crime insupportable visait à frapper le droit à la caricature, la liberté d’expression, la laïcité. Face à l’obscurantisme et au terrorisme, l’unité est notre force, comme la mobilisation de toutes et tous pour défendre et réaffirmer nos valeurs fondamentales de démocratie, de liberté et d’égalité.

La LDH exprime sa solidarité avec sa famille, ses proches et tous les personnels de l’Education nationale.

Paris, le 17 octobre 2020

Conférence-débat

« L’affaire Jules Durand » – Un crime judiciaire

Ligue des Droits de l’Homme, Amis du Monde Diplomatique, CGT, SAF, SM, UCL et La Carmagnole

vous convient à une rencontre-débat-dédicace avec Marc HEDRICH, magistrat, auteur de

« l’Affaire Jules Durand : Quand une erreur judiciaire devient crime »

Le Jeudi 22 octobre 18h30 à la Carmagnole 10 rue Haguenot Tram3 arrêt Plan Cabanes


Compagnie Générale Transatlantique contre Confédération Générale du Travail  :

Le Havre 1910, histoire d’une machination judiciaire, destin tragique et méconnu de Jules Durand, le « Dreyfus ouvrier »


Jules Durand – surnommé alors « le Dreyfus ouvrier » – est devenu fou et s’est éteint, réhabilité mais solitaire, à l’asile de Rouen en 1926.
Il avait été condamné à mort par la cour d’assises du Havre fin 1910, suite à la machination montée contre lui par la Compagnie Générale Transatlantique. Celle-ci ne lui pardonnait pas le succès de la grève des charbonniers qu’il avait lancé et qui avait été massivement suivie. Considéré à tort lors de son procès comme responsable d’une rixe mortelle sur le port, la Cour de Cassation l’avait totalement réhabilité en juin 1918.


Port du masque obligatoire à l’entrée, gel à disposition, réserver dans la limite de 40 places disponibles

https://www.helloasso.com/associations/la-carmagnole-2/evenements/l-affaire-jules-durand-un-crime-judiciaire

LIBERTÉ POUR SALAH HAMOURI

PALESTINE : LIBERTÉ POUR SALAH HAMOURI

action à Nîmes samedi 11 juillet 2020

Appel co-piloté par la LDH du Gard et soutenu par la LDH Montpellier

Mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes. Il a été conduit au centre d’interrogatoire de la Moskobiyeh, à Jérusalem. Le motif de son arrestation ne lui pas été communiqué. Déjà en août 2017, Salah Hamouri avait été arrêté quelques jours avant un voyage prévu en France pour y retrouver sa femme et son fils et il avait alors purgé treize mois de détention administrative, sans peine ni jugement ni la moindre accusation prouvée. Cela suffit amplement ! Son comité de soutien, sa famille, ses amis et collègues en appellent solennellement aux autorités françaises pour qu’elles agissent immédiatement et fortement pour obtenir la libération immédiate et sans conditions de notre concitoyen qui a droit à la liberté de circulation.
Même si nous espérons qu’il sera libéré à la prochaine audience, le 7 juillet, nous connaissons l’acharnement des autorités israéliennes contre notre compatriote Salah, représentatif de l’ensemble des prisonniers et prisonnières palestiniens, qu’il défend au sein de l’association palestinienne ADDAMEER. Les chiffres de mai 2020 font état de 4600 prisonniers, dont 373 en détention administrative, 170 enfants dont 20 ont moins de 16 ans, 39 femmes, 7 membres du Conseil législatif palestinien. (chiffres Addameer).
Pour informer la population, pour faire pression sur les autorités, nous organisons à Nîmes un rassemblement et vous espérons nombreuses et nombreux.
Le CA de l’AFPS Nîmes

1er Mai 2020 à Montpellier

Le 1er mai, la section de Montpellier de la LDH a tenu à manifester son attachement à ses valeurs, et notamment celles des libertés publiques.

Ainsi des affiches ont été collées sur les emplacements autorisés, avec les slogans que l’on peut découvrir sur ces photos, nous avons aussi marqué de notre présence et soutien, le droit des étrangers vivant en France, par un rassemblement devant la CIMADE et RESF (en respectant les règles du confinement, distances, masques…) le 1er mai à 11h.

 

 

Des militants ont apposé des slogans à leurs fenêtres, sur leurs vélos…

 

Nous resterons mobilisés afin que l’état d’urgence sanitaire ne soit pas l’occasion pour nos gouvernants de perpétuer des atteintes à de nombreux droits gagnés par des décennies de luttes sociales.

Prenons la parole pour les libertés

Liberté de circulation et liberté de réunion restreintes, liberté d’expression réduite, menace de traçage par smartphone. Tout en respectant la sécurité sanitaire, prenons la parole pour défendre les libertés individuelles et politiques.
Proposées par la Ligue des droits de l’Homme, voici quatre ensembles d’affichettes à poser sur vos fenêtres et vos balcons ou, lors des déplacements autorisés, sur les panneaux d’affichage libre, dans les rues de Montpellier. (Cliquer sur le lien)

MAIS POUR RESTER CHEZ SOI, IL FAUT UN CHEZ SOI !

Pétition dont la LDH est signataire

CLIQUER ICI POUR SIGNER LA PÉTITION

Monsieur le Premier ministre,

Notre pays traverse une crise sanitaire sans précédent. Les Françaises et Français, confinés chez eux, adoptent progressivement les gestes barrière qui sauvent. Notre quotidien change, nos vies sont bouleversées, nous restons chez nous. Confinés mais chez nous.

Mais pour rester chez soi, il faut un chez soi.

Comment est-on confiné quand on est sans domicile ? Pour ceux qui vivent dans la rue, les plus fragiles d’entre nous, la vie est chaque jour un peu plus dure. Il y a urgence. Urgence à leur permettre d’accéder aux soins nécessaires pour ceux qui sont touchés par le CoVid-19. Urgence à débloquer des moyens supplémentaires pour les associations qui interviennent sur le terrain. Urgence à aider les collectivités locales qui organisent le confinement des personnes sans abri.

Autrement, les sans domicile fixe, les mineurs isolés, les familles et personnes exilées qui sont sur le territoire français risquent de faire partie des oubliés de la crise sanitaire.

Des solutions existent. Les représentants du secteur de l’hôtellerie se sont mis, par exemple, à la disposition du gouvernement pour offrir des solutions de relogement. Il faut agir vite, sinon le risque de mortalité chez les personnes sans abri risque de s’accélérer et cette crise sanitaire peut se transformer en désastre humanitaire.

Si nos vies doivent changer grâce à cette crise, c’est dans le sens d’une plus grande fraternité car cette crise sans précédent révèle les failles insupportables d’une société incapable de proposer à toute sa population un logement digne et durable.

Les paroles du président de la République ont marqué les esprits. Nous l’avons entendu. Il a parlé d’une guerre à mener contre un ennemi invisible. Une guerre… Il connaît suffisamment l’Histoire pour savoir que les guerres ont toujours donné naissance à de nouvelles formes de solidarité.

Si rien ne doit être comme avant cette crise, faisons-en sorte que nos actes changent dès maintenant. Ce n’est pas en détournant le regard que nous parviendrons à nous en sortir, c’est en surmontant collectivement les échecs de notre modèle de développement et en aidant ceux qui sont restés depuis trop longtemps au bord du chemin.

Ceux-là n’ont ni syndicat ni confédération pour les représenter, pas de revendications à vous adresser, pas de « charges » ni d’impôts à reporter. Ils sont pourtant touchés comme les autres et, plus fragiles encore, ils ont plus de risque que les autres d’être emportés.

Monsieur le Premier ministre, nous lançons cet appel au nom de ces centaines de milliers de femmes et d’hommes qui vivent à l’écart de notre société, que nos associations accompagnent chaque jour pour leur redonner espoir et que nous ne pouvons pas abandonner.

Faites vite, ils ont besoin de vous. Comme les autres, plus que les autres.

Merci.

Organisations signataires :

Droits d’urgence, Kâlî, Les Midis du MIE, Exils intra muros, EOLE, Éditions iX, Just Kids Project, Safe Migrants Nantes, AVEC Nantes, La Casa, La Gamelle de Jaurès, Jamais Sans Toit, Fondation Abbé Pierre, Ovale Citoyen, Thot, Droit à l’école, Paris d’Exil, BAAM, la TIMMY – Soutien aux Mineurs Exilés, Collectif des hébergeurs solidaires Nantes, Collectif P’tits Dej’ Solidaires, École Hors Les Murs Nantes, Collectif pour une Nation Refuge, mouvement Colibris, Centre Primo Levi, collectif Solidarité des mineurs non accompagnés Nantes, Les Petites Pierres, Utopia 56, La Cloche, Ligue des Droits de l’Homme de Paris, Watizat, Abri de Femmes, Domasile, Ligue des droits de l’Homme France, Collectif Wilson, ACAT, JRS France