section Paris 10/11 : réunion publique

mardi 16 février à 19h : Le Collectif Solidarité et Libertés 10e – Sortons de l’état d’urgence dont fait partie la section LDH Paris 10/11 (membres: ACORT, ATF, ATTAC, Union locale CGT 10e, EE-LV, Ensemble nous sommes le 10e, Ensemble!, LDH 10e/11e, NPA, PCF, PCOF, PG, Ville Mains Jardins) organise une réunion publique : État d’urgence, Déchéance de la nationalité, Pour nous, c’est toujours non ! avec Marion LAGAILLARDE, secrétaire nationale du Syndicat de la magistrature, et Michel TUBIANA, ancien président de la Ligue des droits de l’Homme. Au Point Éphémère, 200 quai de Valmy Paris 10 (Mº Jaurès et Louis-Blanc).

 

section Paris 12 : état d’urgence

16 février 2016mardi 16 février à 20h : la section de Paris 12 nous invite à la réunion publique organisée par l’Observatoire de l’état d’urgence de Paris 12e sur « L’état d’urgence : danger pour les libertés ?! ». Avec Jean-Pierre Dubois, ancien président de la LDH, professeur de droit, constitutionnaliste, et Edwy Plenel, rédacteur en chef du journal en ligne Médiapart. Au café associatif « la Commune », 3 rue d’Aligre, Paris 12.

la section Paris 15 reçoit Pierre Joxe le 8 mars

mardi 8 mars à 19h30 : la section LDH de Paris 15 aura le grand honneur d’accueillir avec le Foyer protestant de Grenelle et dans ses locaux (17 Rue de l’Avre, 75015), Pierre Joxe, ancien ministre, ancien premier président de la Cour des Comptes, membre du Conseil Constitutionnel, devenu avocat des enfants en 2010. Il nous parlera dans cette soirée-débat de la justice des mineurs, du projet de loi dont l’ examen en conseil des ministres a déjà été repoussé à deux reprises, et qui devrait, selon la Garde des Sceaux, y être présenté début 2016. Nous l’ interrogerons également sur son expérience dans ce domaine, son combat pour la défense des enfants dont les familles n’ont pas de ressources, la dénonciation dans ses ouvrages du démantèlement de l’ordonnance de 1945, ses espoirs dans les dispositions du projet ?

La République donne de la voix : Concert pour l’égalité

Pour la première fois en France, le FN est arrivé en tête d’un scrutin électoral. Alors que les sondages laissaient entrevoir un résultat élevé pour le parti d’extrême-droite, plus de la moitié des électeurs ne se sont pas déplacés aux urnes. Ces résultats traduisent la décrédibilisation du pouvoir politique et l’écart qui se creuse entre la population et les institutions.

Les jeunes ont toutefois montré qu’ils n’étaient pas résignés. En se mobilisant au lendemain des élections européennes, ils ont affirmé que le Front National ne pouvait être leur porte voix. Ils ont toujours combattu les idées d’extrême droite et d’exclusion, notamment lors du vote du mariage pour toutes et tous et en défendant les jeunes dont la scolarité a été interrompue par une expulsion.

En rejoignant le festival étudiant contre le racisme, et répondant à l’appel de l’UNEF, la Ligue des droits de l’Homme souhaite continuer le combat contre les idées d’extrême-droite et rassembler toutes celles et ceux qui veulent porter les valeurs d’égalité et de solidarité.

Pour rejoindre l’évènement Facebook, c’est ici : https://www.facebook.com/events/394067037401343/

Le site de l’évènement : http://www.rdv26.com/

Où ? Place de la République (M° République, L 3, 5, 8, 9 & 11)

Quand ? Jeudi 26 Mai à partir de 18h

<br />

CEUTA douce prison, projection suivie de débat

Projection-débat du film Ceuta, douce prison,


réalisé par Jonathan Millet et Loïc H. Rechi

Le jeudi 6 février à 20h

Au cinéma La Clef

34 rue Daubenton, 75005 Paris

M° – Censier Daubenton – Ligne 7

Film soutenu par la LDH : http://www.ldh-france.org/La-LDH-soutient-le-film-Ceuta.html

En présence de Catherine Teule, coresponsable du groupe de travail LDH « Etrangers & Immigrés »

et de l’un des réalisateurs du film, Loïc Rechi

Tarif préférentiel pour les adhérents de la Ligue des droits de l’Homme de 6,50 euros, avec le code « LDH »

Ceuta, douce prison suit les trajectoires de cinq migrants dans l’enclave espagnole de Ceuta, au nord du Maroc. Ils ont tout quitté pour tenter leur chance en Europe et se retrouvent enfermés dans une prison à ciel ouvert, aux portes du vieux continent. Ils vivent partagés entre l’espoir d’obtenir un « laissez-passer » et la crainte d’être expulsés vers leur pays.

La Ligue des droits de l’Homme sur les ondes de Radio libertaire

La Fédération de Paris a décidé de démarrer son programme 2014 sur Radio Libertaire, 89.4 fm, en mettant les poètes à l’honneur.

Elle a choisi pour thème de l’émission « Des Gens et des Droits » programmée le vendredi 3 janvier de 19h à 21h : « Les Poètes dans la cité ».

Le langage est à la fois un outil courant de la communication et la forme la plus haute de la spécificité humaine. C’est aussi un matériau dont les poètes se saisissent pour dire la beauté, la complexité du monde, les chagrins, les rêves et les aspirations des hommes.

Olivia Elias, poète d’origine palestinienne et ligueuse parisienne, dialoguera avec Philippe Tancelin et Béatrice Golkar-Velten. Le premier – poète, philosophe et universitaire – est directeur de la collection « Les poètes des cinq continents » de l’Harmattan ainsi que du CICEP (Centre international de création d’espace poétiques) lié à l’Université de Paris 8. La seconde, également poète, est spécialiste de l’esthétique dans la littérature d’Herman Hesse et traductrice de poésie allemande.

Au programme : lecture de textes de poètes de diverses origines et échanges autour de questions fondamentales telles que « Peut-on se passer de la poésie ? », « Quel rôle jouent les poètes dans notre société ? » et « Quelles voies empruntent-ils pour jouer ce rôle ? »

Radio Libertaire stocke maintenant ses émissions en MP3 sur son site, à l’adresse : http://media.radio-libertaire.org/php/grille.php. Elles peuvent être téléchargées pendant une semaine.
Sur le site notre émission s’intitule : « L’invité du vendredi ».

<br />

La maison à la tourelle, projection-débat

La Maison à la tourelle de la réalisatrice Eva Neymann

projection-débat :mercredi 20 novembre

20h, à l’Espace Saint-Michel,

en présence de Gilles Manceron, historien, et de la réalisatrice Eva Neymann.

La LDH soutient le film « La maison à la tourelle » de la réalisatrice Eva NeymannLa réalisatrice ukrainienne Eva Neymann s’est inspirée de la biographie de l’écrivain russe Frédéric Gorenstein, dont le père a été assassiné lors des purges staliniennes. Le film retrace l’histoire d’un petit garçon de huit ans pendant la guerre. Orphelin de père, il voyage avec sa mère dans un train bondé pour retrouver son grand-père et sa maison. La jeune femme meurt du typhus et l’enfant, seul, réussit à reprendre un train pour rentrer chez lui, à Samara, dans le sud-est de l’Ukraine.

Il reçoit parfois un peu d’aide, d’un médecin qui veut le garder à l’hôpital pour le soigner, d’un homme qui le prend dans le train avec sa femme et son fils et le nourrit. Mais la misère effroyable de la guerre, le froid et la faim produisent surtout de l’égoïsme et de la cruauté. Le garçon ne s’en plaint jamais. Il ne pleure pas non plus. Il poursuit obstinément son but, trimballant dans ce chaos les misérables bagages et la robe de sa mère. Sur sa couchette, il rêve de ses caresses et d’une maison avec une tourelle, où habite avec son grand-père une petite-fille qui serait son amie.

L’essentiel est que le film sidère : par ce visage lumineux d’enfant, aux expressions à peine perceptibles, et dont la silhouette empaquetée chemine tout au long du récit. Il sidère aussi par d’admirables images en noir et blanc. La gare grouillante de loqueteux, les queues interminables au guichet et à la poste, l’hôpital avec ses couloirs lugubres, sa salle commune et ses nurses terrifiantes, comme vues à hauteur d’enfant. Les wagons qui brinqueballent à travers les plaines, avec leurs voyageurs misérables, et qui ne peuvent pas ne pas évoquer d’autres convois, pires encore. Et enfin la toundra qui défile au long du train, les paysages russes couverts de neige, en nuages autour des arbres couverts de corbeaux ; ou la jolie maison ancienne avec sa tourelle, fine comme une dentelle et aussi blanche que la neige. Quelques portraits aussi, comme celui d’une mégère trop bien nourrie et avide, qui s’empare de l’argent de l’enfant et se moque de son malheur dans un éclat de rire qui confine à la folie. On est transporté à la fois dans l’histoire, dans le monde des contes russes et dans l’intimité pudique d’un petit garçon.

Rien là de didactique, juste un beau film mystérieux : on ne voit que ce que voit l’enfant, sans pathos ni explication, sans jugement moral. Sans non plus de propos historique ou politique. Au spectateur de réfléchir sur l’histoire de l’URSS pendant la Deuxième guerre mondiale, sur la guerre et la paix ou sur les droits de l’enfant.


Fiction, Ukraine, 2012
Durée : 80 mm
Réalisation : Eva Neymann
Production : 1+1 Production
Distribution : A3 Distribution

L’enfermement des étranger-e-s en Europe et au-delà : Quels horizons ?

Rencontre internationale
organisée par Migreurop et l’Observatoire de l’Enfermement des Etrangers

Dans le cadre de la campagne Open Access NowMigreurop et l’Observatoire de l’enfermement des étrangers organisent à Paris le vendredi 6 décembre prochain, de 9h à 13h30, une rencontre internationale intitulée « L’enfermement des étranger-e-s en Europe et au-delà : Quels horizons ? »

Pour y assister, il suffit de vous inscrire. Pour cela, merci de remplir le bulletin d’inscription ci-joint et de le renvoyer obligatoirement à oaconference6dec@gmail.com avant le 3 décembre 2013.

En espérant vous y voir nombreux et n’hésitez pas à diffuser cette invitation et le programme dans vos réseaux.

Alessandra Capodanno et Laure Blondel

VENDREDI 6 DECEMBRE 2013

De 9 heures à 13 heures 30

CISP Maurice Ravel

6 avenue Maurice Ravel

75012 PARIS

Métro : Porte Dorée (ligne 8) ou Porte de Vincennes (ligne 1)

Depuis une dizaine d’années, au sein de l’Union Européenne (UE) et à ses frontières (méridionales et orientales), le nombre de centres de détention pour migrant-e-s ne cesse d’augmenter. L’enfermement de ceux et celles que l’on considère comme « indésirables » est devenu un outil privilégié de la « gestion » de l’immigration et de l’asile. Sur le seul territoire de l’UE, chaque année, près de 600 000 étranger-e-s sont privé-e-s non seulement de liberté, mais aussi, souvent, de l’accès à des conseils juridiques, à des soins, au droit de vivre avec leur famille… Ces violations des droits restent largement cachées : tout est fait pour que ces lieux, et les personnes qui y sont enfermées, soient tenus à l’écart de tout regard extérieur qui pourrait porter des critiques sur ces dispositifs.

La campagne « Open Access Now », menée depuis 2011 par les réseaux Migreurop et Alternatives Européennes, poursuit sa mobilisation pour un accès inconditionnel de la société civile et des journalistes à ces lieux.

C’est dans ce cadre que Migreurop, en lien avec l’Observatoire de l’Enfermement des Étrangers (France), vous convie, le 6 décembre prochain, à une rencontre internationale intitulée « L’enfermement des étrangers en Europe et au-delà : Quels horizons ? ». Il s’agira de faire le point sur les nouveaux enjeux de l’enfermement des étranger-e-s dans des pays ciblés de l’Europe et du pourtour méditerranéen, ainsi qu’un bilan critique des mobilisations de la société civile afin de permettre la construction et/ou le renforcement de liens entre ces dernières.

L’opacité qui entoure ces lieux d’enfermement et les difficultés – pour les associations, les chercheurs, les proches des détenus et tout citoyen – d’accéder aux informations concernant ces dispositifs, entravent les contacts avec les personnes enfermées, la mise en œuvre d’actions de soutien et toute initiative de plaidoyer, revendication et sensibilisation sur le sujet.

De ce constat est née, au sein du réseau Migreurop, l’idée de travailler à la mise en place d’une base de données et la création d’une « Cartographie dynamique de l’enfermement des étranger-e-s », qui visent à promouvoir l’accès pour le plus grand nombre de personnes, aux informations concernant la détention administrative et ses conséquences sur la vie et les droits des personnes migrantes.

La rencontre du 6 décembre 2013 sera l’occasion de lancer ce projet ambitieux et participatif : la version beta du site web closethecamps.org sera présentée en début de matinée.

Inscription obligatoire. : oaconference6dec@gmail.com – 0033 (0)1 53278781

Colloque « Migrant -e- s : de la réalité à la loi ? »

La Fédération de Paris de la Ligue des droits de l’Homme est ravie de vous inviter à participer au colloque qu’elle organise avec ses partenaires (CGT, CIMADE, etc.) sur la réalité vécue par les migrants. Ce colloque auquel tous les parlementaires ont été invités a pour but de faire connaître la réalité des situations vécues et voir quelles sont les évolutions législatives à favoriser.

Programme du colloque :

  • Présentation, par Nicolas JOUNIN (sociologue, Université Paris 8), qui animera le colloque
  • Introduction : les effets désastreux de la multiplicité des titres de séjour. Présentation générale et témoignages individuels, par Annette HURAUX (La Cimade) et Lamine SIDIBE (FASTI)
  • Film (6 mn) « La régularisation infernale » de Sylvain Pioutaz et Anaïs Dombret
  • Interventions sur les thèmes :
    • – La carte « salarié »: les blocages du Code du travail, l’intervention de l’employeur, la fatalité du travail au noir, par Benoît CLEMENT (Union Syndicale Solidaires) et Marilyne POULAIN (CGT Paris)
    • Les mineurs devenus majeurs (jeunes majeurs): jeunes sans famille proche, déscolarisation forcée, étudiants, désengagement de l’Etat, par Clotilde MAILLARD (RESF) et Brigitte CERF (FSU Paris)
    • Les familles: encouragement au travail au noir, exploitation, femmes se retrouvant seules (divorce, séparation, décès), familles exclues du bénéfice de la circulaire du 28 novembre 2012, par Jean-Michel DELARBE (LDH) et Fernanda MARRUCCHELLI (FASTI).
    • Le titre de séjour pour soins: traitement au pays existant mais non disponible, renouvellement du titre de séjour, accompagnants de malade, par Laura PETERSELL (La Cimade)
  • Présentation de nos propositions, par Patrick Picard (CGT Paris)
  • Echanges avec les parlementaires présents: comment rapprocher la loi de la réalité ?
  • Discussion avec l’ensemble de l’assistance

Quand ? Mardi 12 novembre 2013 à 20h

Où ? Salle Oslo au FIAP Jean Monnet, 30 rue Cabanis, Paris XIVème (M° St Jacques ou Glacière, ligne 6)

En raison d’un nombre de place limité, vous êtes priés de vous inscrire à l’adresse suivante avant le 8 Novembre : larealitelaloi@gmail.com

Colloque « Migrant-e-s de la réalité à la loi »,Organisé par Autremonde, La Cimade Ile-de-France, Droits devant !!, FASTI, FSU Paris, LDH Paris, MRAP, RESF, UD CGT Paris, Union Syndicale Solidaires.

Programme Invitation-colloque-12-novembre-2013

<br />