MOBILISATION GÉNÉRALE DU 13 AU 20 MARS POUR NOS LIBERTÉS !

Communiqué de la coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale
Vers une grande semaine d’actions contre la loi Sécurité globale et pour la restauration de nos libertés

Après que la proposition de loi « Sécurité globale » a été adoptée le 24 novembre dernier par l’Assemblée nationale, le texte est arrivé en commission de lois au Sénat ce mercredi 3 mars 2021. 256 amendements ont été déposés par la chambre haute.

Les débats en séance plénière se tiendront les 16, 17 et 18 mars. La Coordination nationale #StoploiSécuritéglobale appelle à se mobiliser partout en France dès le 13 mars pour mettre en échec ce texte et la logique liberticide qui l’accompagne.

Face à la colère citoyenne qui s’exprime depuis le 8 novembre à travers des centaines de manifestations partout en France, le gouvernement a tenté de trouver des échappatoires au sujet de l’article 24, et les rapporteurs de la proposition de loi au Sénat ont indiqué qu’ils réécriraient totalement cet article.

Cependant, le sénateur Loïc Hervé (UDI Haute-Savoie), corapporteur, s’est publiquement inquiété ce mardi 2 mars des dispositions de l’article 21 qui permet aux autorités de rendre public l’enregistrement des caméras-piétons : “La police va devenir une agence de presse.”

Malgré la pression de la rue et les alertes de la Défenseure des droits, de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH), de cinq rapporteurs spéciaux des Nations Unies ou encore de la commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, l’Assemblée nationale a voté la proposition de loi « Sécurité globale ». Usant de démagogie, la majorité présidentielle fait glisser la France vers une société de la surveillance généralisée en toute connaissance de cause.

Les sénateurs, quel que soit leur bord politique, ont une responsabilité déterminante : montrer qu’au-delà des calculs politiciens et de la surenchère sécuritaire permanente qui a présidé à l’élaboration de ce texte, ils restent attachés aux libertés publiques inscrites dans la Constitution et aux droits humains internationalement reconnus.

Face à cette menace, la Coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale appelle les défenseurs des libertés publiques à se mobiliser avec force contre ces textes liberticides, qui s’empilent dans le calendrier parlementaire. Elle invite la population à se rassembler :

• du samedi 13 mars au vendredi 19 mars, partout où cela sera possible en régions ;
• mardi 16 mars, jour de l’arrivée de la proposition de loi « Sécurité globale » en séance, devant le Sénat à Paris et devant les préfectures et sous-préfectures en régions (détails à venir)
• samedi 20 mars, lors des marches des collectifs de familles et victimes de violences policières, notamment celle qui se déroulera à Paris de la place Edmond-Rostand vers Bastille.

La proposition de loi « Sécurité Globale », représente une atteinte gravissime à l’Etat de droit et aux libertés fondamentales. Son article 24 cherche à dissuader tout citoyen de filmer l’action de la police, ce qui entraverait la liberté d’informer et d’être informé et invisibiliserait davantage les violences policières.

L’ensemble de la loi élargit de manière indiscriminée les pouvoirs de surveillance de la police, en généralisant l’usage des drones et de caméras-piétons, dispositifs pouvant être reliés à des logiciels de reconnaissance faciale qui annihilent toute notion de vie privée dans l’espace public. Ce texte, avec le projet de loi « Confortant les principes de la République », les décrets élargissant le fichage politique ou les récentes attaques contre les libertés académiques, est le symbole d’une évolution d’un Etat de droit vers un Etat de police, dans lequel le citoyen est considéré comme une menace.

Enfin, le Schéma national de maintien de l’ordre (SNMO) du 16 septembre, dont la coordination demande sa suppression, assimile les journalistes à des manifestants.

La France glisse doucement mais sûrement vers un état illibéral, autoritaire et policier, alors que le monde entier est confronté à une pandémie. Nos libertés, si chèrement acquises, fondent comment neige au soleil depuis de nombreux mois. La société civile toute entière doit prendre conscience que le jour d’après que nous espérions plus solidaire se transforme finalement en cauchemar d’après.

Créée le 8 novembre 2020, la Coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale est déterminée à s’opposer à tous ces textes liberticides sur lesquels les parlementaires légifèrent en service commandé par le gouvernement pour restreindre nos libertés.

La coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale fédère des syndicats, sociétés, collectifs, associations de journalistes, de réalisateurs/trices et photographes, confédérations syndicales, associations, organisations de défense de droits humains, comités de victimes de violences policières, de collectifs de quartiers populaires, d’exilé·es et de Gilets jaunes.

Paris, le 4 mars 2021

la Coordination nationale comprend 47 organisations dont la LDH

BIEN VIVRE EN VALLESPIR : LE PONT DE TROP! STOP!

Les associations signataires contestent l’utilité publique de ce projet Et considèrent qu’il s’agit :

D’UN PROJET OBSOLÈTE: (enquête publique : plus de 10 ans d’âge !) un projet surdimensionné et périmé compte-tenu des nouveaux enjeux économiques et climatiques.

D’UN PROJET INADAPTÉ au mode de vie du 21ème siècle et à une transition écologique incontournable. Tout cela au détriment d’un paysage qui perdrait énormément de sa richesse intrinsèque, patrimoniale (avec le Mas Lapouillède), de son attrait touristique, de son potentiel agricole. En outre, ce projet ne règlerait en rien le problème de la circulation à l’entrée de Céret. Cela risque au contraire d’aggraver la circulation sur la D 618 qui est très étroite.

D’UN PROJET DESTRUCTEUR : Le projet détruira un grand nombre de terres agricoles. Cette richesse agricole est précieuse pour l’avenir de Céret. cette artificialisation contribuera au ruissellement des eaux de pluie en cas de pluies torrentielles, augmentant l’effet de cru.

D’UN PROJET FRAGILISANT LE CŒUR DE VILLE DE CÉRET

Le centre ville de Céret, ses services, ses commerces risquent d’être affectés par ce changement, (de nombreux commerces ferment en ce moment) : Les solutions sont à trouver dans un équilibre entre le cœur de ville et les zones périphériques.

D’UN PROJET NUISIBLE POUR LA BIODIVERSITÉ La construction du pont va se faire au détriment d’une zone de rivière magnifique et sauvage, d’une campagne traditionnellement cultivée, d’une Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique classée Natura 2000 abritant de nombreuses espèces protégées. Sans compter les impacts collatéraux sur l’environnement qui restent à évaluer.

En conséquence, les organisations signataires demandent l’abandon de ce projet et l’affectation des ressources nécessaires à des solutions compatibles avec notre environnement et les besoins de nos concitoyens.

Rassemblement à 10h30 devant le Conseil Départemental, quai Sadi Carnot, « mobilisation contre un 4ème pont à Céret », organisée par Bien Vivre en Vallespir.

LISTE DES PREMIERS SIGNATAIRES DE CET APPEL COMMUN :

 ALBÈRES TERRES VIVANTES, ADEPTE 66 (Association pour la dépollution du territoire),  AMAP des cerisiers à Céret, L’ ASSOCIATION DES USAGERS DE L’EAU DES PYRÉNÉES ORIENTALES,  ALTERNATIBA 66, ATTAC 66, le CIVAM BIO 66,  COLLECTIF ANTI OGM 66, CAP 66,  La CONFÉDÉRATION PAYSANNE,  Le COLLECTIF CITOYEN POUR LE CLIMAT 66,  Le Groupe Local EELV Vallespir Albères Aspres Côte Vermeille, FRÊNE 66,  Le groupe local FRANCE INSOUMISE de Céret, PG66  La LIGUE DES DROITS DE L’HOMME 66  Le Pacte pour la TRANSITION ÉCOLOGIQUE du BOULOU,  SOLIDAIRES 66, VALLESPIR TERRES VIVANTES, BIEN VIVRE EN VALLESPIR

Vous pouvez consulter l’intégralité de ce projet sur le blog de l’association : https://www.bienvivreenvallespir.com/

STOP aux violences faites aux femmes ! Rassemblement mercredi 25 novembre à 18h place de la Victoire à Perpignan

STOP aux violences faites aux femmes ! Communiqué du Collectif Droits des Femmes 66

En France en 2020 les femmes subissent des violences sexuelles, psychologiques, économiques, administratives, domestiques, physiques, gynécologiques, des viols (notamment conjugaux), des mariages forcés, des mutilations, des agressions sexuelles, du harcèlement sexuel, des coups, des viols, des meurtres. Rien n’est épargné à la moitié de la population dans le silence assourdissant des portes closes des instances gouvernementales.

Lannée dernière, en Occitanie 17 de nos habitantes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint dont 5 dans notre seul département. 17 femmes qui étaient nos amies, nos sœurs, nos mères, nos filles, nos voisines, nos collègues. 17 femmes que nous croisions chaque jour et que nous ne croiserons plus. Nous ne les oublierons pas.

Qui sera la suivante?
Elles ont rejoint les autres femmes tuées en France en 2019 : les 145 femmes  tuées par leur conjoint ou ex-conjoint.

 Combien d’entre nous, combien de nos proches doivent mourir pour que le gouvernement se dresse contre les violences faites aux femmes allouant de vrais budgets, accompagnant réellement les professionnel·le·s de terrain et offrant enfin des solutions concrètes pour les femmes et enfants victimes ? Combien de corps devons-nous compter parmi les 230 000 femmes victimes chaque année pour être protégées dans notre foyer où les violences ont augmenté de près de 30 % cette année et sur notre lieu de travail où 10 viols ou tentatives de viols se produisent chaque jour ? Quelle réponse va apporter l’État aux 30% de femmes victimes de harcèlement sexuel au travail et aux 80 % victimes de sexisme presque quotidiennement ?

Aujourd’hui nous comptons nos mortes alors que le gouvernement compte l’argent qu’il va épargner en ouvrant à la concurrence le 3919, le numéro pour les femmes victimes de violences. Combien d’économies réalisées aux dépens de celles qui souffrent ? Combien d’euros mis de côté au détriment des enfants victimes ? Nous dénonçons cette soumission de cette mission d’intérêt général à la concurrence et à l’argent. Nous dénonçons la vente à perte de celles qui nous écoutent.


Mercredi 25 novembre à 18h, le Collectif Droits des Femmes 66 organise un rassemblement Place de la Victoire où nous crierons STOP aux violences!