Rassemblement contre l’installation d’un centre de logistique Amazon à Rivesaltes

Nous savons que ce projet sera destructeur d’emplois locaux comme il l’a déjà été ailleurs. Le collectif d’associations, dont la LDH-66 fait partie, à l’initiative d’Alternatiba, demande que la Communauté urbaine de Perpignan oppose un moratoire à l’installation d’Amazon dans les Pyrénées orientales. Contrairement à Aliot et à l’ex-maire Pujol nous pensons que l’arrivée d’Amazon n’est pas du tout une chance pour l’agglomération de Perpignan, mais plutôt une catastrophe pour le commerce et l’emploi.

Pyrénées-Orientales : Ils demandent un moratoire sur l’implantation d’Amazon à Rivesaltes

Publié sur l’Indépendant le 30/01/2021 à 19:36 , mis à jour à 19:52


Le collectif redoute que cette implantation engendre des suppressions d’emplois chez les professionnels locaux.

Le collectif de citoyen Alternatiba a manifesté ce samedi 30 janvier contre l’implantation du géant Amazon dans les Pyrénées-Orientales. Les militants craignent que ce projet d’installation détruise des emplois locaux. 

Une cinquantaine de personnes s’est mobilisée ce samedi 30 janvier devant le siège de la Communauté urbaine à Perpignan, pour manifester son opposition au projet d’installation d’Amazon dans la zone logistique de Rivesaltes. Le collectif, mené par l’association Alternatiba, mais aussi la CGT 66, redoute que cette implantation engendre des suppressions d’emplois chez les professionnels locaux. « Amazon, c’est un système qu’on ne voudrait pas se voir développer davantage. Ils sont en train de mailler tous les territoires pour entrer sur les marchés européen et français, c’est une offensive sans précédent« , assure Eric Le Balier, membre du comité. 

En protestant symboliquement devant l’Agglo, ces militants espèrent faire passer leur message aux élus qui se réunissent lundi en conseil communautaire. Éric Le Balier et ses camarades espère qu’ils prendront la décision d’un moratoire sur l’implantation d’Amazon dans les Pyrénées-Orientales. 

Diane Sabouraud

BIEN VIVRE EN VALLESPIR : LE PONT DE TROP! STOP!

Les associations signataires contestent l’utilité publique de ce projet Et considèrent qu’il s’agit :

D’UN PROJET OBSOLÈTE: (enquête publique : plus de 10 ans d’âge !) un projet surdimensionné et périmé compte-tenu des nouveaux enjeux économiques et climatiques.

D’UN PROJET INADAPTÉ au mode de vie du 21ème siècle et à une transition écologique incontournable. Tout cela au détriment d’un paysage qui perdrait énormément de sa richesse intrinsèque, patrimoniale (avec le Mas Lapouillède), de son attrait touristique, de son potentiel agricole. En outre, ce projet ne règlerait en rien le problème de la circulation à l’entrée de Céret. Cela risque au contraire d’aggraver la circulation sur la D 618 qui est très étroite.

D’UN PROJET DESTRUCTEUR : Le projet détruira un grand nombre de terres agricoles. Cette richesse agricole est précieuse pour l’avenir de Céret. cette artificialisation contribuera au ruissellement des eaux de pluie en cas de pluies torrentielles, augmentant l’effet de cru.

D’UN PROJET FRAGILISANT LE CŒUR DE VILLE DE CÉRET

Le centre ville de Céret, ses services, ses commerces risquent d’être affectés par ce changement, (de nombreux commerces ferment en ce moment) : Les solutions sont à trouver dans un équilibre entre le cœur de ville et les zones périphériques.

D’UN PROJET NUISIBLE POUR LA BIODIVERSITÉ La construction du pont va se faire au détriment d’une zone de rivière magnifique et sauvage, d’une campagne traditionnellement cultivée, d’une Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique classée Natura 2000 abritant de nombreuses espèces protégées. Sans compter les impacts collatéraux sur l’environnement qui restent à évaluer.

En conséquence, les organisations signataires demandent l’abandon de ce projet et l’affectation des ressources nécessaires à des solutions compatibles avec notre environnement et les besoins de nos concitoyens.

Rassemblement à 10h30 devant le Conseil Départemental, quai Sadi Carnot, « mobilisation contre un 4ème pont à Céret », organisée par Bien Vivre en Vallespir.

LISTE DES PREMIERS SIGNATAIRES DE CET APPEL COMMUN :

 ALBÈRES TERRES VIVANTES, ADEPTE 66 (Association pour la dépollution du territoire),  AMAP des cerisiers à Céret, L’ ASSOCIATION DES USAGERS DE L’EAU DES PYRÉNÉES ORIENTALES,  ALTERNATIBA 66, ATTAC 66, le CIVAM BIO 66,  COLLECTIF ANTI OGM 66, CAP 66,  La CONFÉDÉRATION PAYSANNE,  Le COLLECTIF CITOYEN POUR LE CLIMAT 66,  Le Groupe Local EELV Vallespir Albères Aspres Côte Vermeille, FRÊNE 66,  Le groupe local FRANCE INSOUMISE de Céret, PG66  La LIGUE DES DROITS DE L’HOMME 66  Le Pacte pour la TRANSITION ÉCOLOGIQUE du BOULOU,  SOLIDAIRES 66, VALLESPIR TERRES VIVANTES, BIEN VIVRE EN VALLESPIR

Vous pouvez consulter l’intégralité de ce projet sur le blog de l’association : https://www.bienvivreenvallespir.com/

Stop à l’expansion prédatrice d’Amazon !

Communiqué d’Alternatiba66 – le 20/12/20

L’association citoyenne dénonce l’absence de débat de fond et de délibération plénière du Conseil Communautaire de Perpignan sur le projet d’installation d’un entrepôt logistique du géant Amazon à Rivesaltes.

Pour les militants, la justification du projet par la création d’emplois ne serait qu’un trompe l’œil et ses conséquences sur l’économie locale pourraient au contraire s’avérer préjudiciables. Elle réclame un moratoire sur l’attribution de ce terrain de 5,5 ha.

A l’heure ou les commerces et les entreprises sont fragilisés par la crise sanitaire, et alors que le Conseil Communautaire finance une campagne de communication pour soutenir et valoriser le commerce de proximité, celui ci accepterait l’implantation d’une multinationale du e-commerce championne de la concurrence déloyale ?

Si il est vrai qu’Amazon réalise son plus gros chiffre d’affaire au moment de Noël, non, Amazon n’est pas le père Noël, contrairement à ce que semblent vouloir nous faire croire, les membres du bureau du conseil d’agglomération. Les projets d’expansion massive de la firme en France, feront disparaître le commerce de proximité. Premier secteur concerné, le commerce traditionnel qui emploie, pour le même chiffre d’affaire, environ 7 fois plus de personnes qu’Amazon. Des études des fédérations du commerce évaluent à 4,5 emplois perdus pour un emploi crée par la multinationale. La perte d’emploi résultant de cette implantation sera très importante. Mais d’ailleurs de quels emplois parle t-on ? Il est régulièrement dénoncé que le management d’Amazon ne respecte pas les conventions collectives et emploi majoritairement des travailleurs sous contrats précaires.

Une concurrence déloyale basée sur l’évitement fiscal

Une étude réalisée par l’association ATTAC dénonce les pratiques d’évitement fiscal de la firme et de fraude à la TVA résultant du développement de sa « marketplace ». L’association a estimé que 98 % des vendeurs étrangers sur la plateforme n’étaient pas immatriculés auprès des services fiscaux et n’acquittaient pas la TVA . L’activité « place de marché » d’Amazon est évaluée à 60 % du chiffre d’affaire. Une perte de recette conséquente pour l’État. Une distorsion de concurrence que pointait déjà l’année dernière, un rapport de l’Inspection Générale des Finances.

Par cette implantation massive sur le territoire et ces pratiques d’évitement fiscal, la firme obtiendra une position dominante qui se traduira à court terme par une situation de monopole sur le commerce de distribution.

Le non respect des règles auxquelles tous les citoyens et toutes les entreprises sont assujettis, est inacceptable. Les élus garants de ces règles ne peuvent tolérer l’implantation d’une firme qui s’y soustrait sciemment.

Puisqu’à ce jour « rien n’est signé », et que les conséquences sociales, fiscales et écologiques seront catastrophiques, nous demandons au Président de l’agglomération de suspendre ces formalités de cession et prononcer un moratoire sur la vente du terrain destiné à l’installation d’Amazon

Contacts presse pour Alternatiba66 :

Eric Le Balier 06 74 71 52 95

Claude Bascompte 06 81 20 12 35