SOS MEDITERRANEE : UNE MER DE HONTE (Non assistance des Etats face à la détresse des migrants)

NEWSLETTER – n°56 • 12 mai 2021

ÉDITO
Une mer de honte. Loin des radars, le drame évitable des naufrages en Méditerranée se poursuit et nous en sommes les premiers témoins.

Témoins du drame, lorsque nos équipes à bord de l’Ocean Viking, sillonnant désespérément la mer à la recherche de survivants, découvrent le 22 avril les restes d’une embarcation retournée et une douzaine de corps.

Témoins de la non-assistance des États, lorsque malgré les appels de détresse répétés de cette embarcation dès le 21 avril, aucun centre de coordination des secours maritimes n’a assumé sa responsabilité, aucune opération de recherche n’a été lancée par les marines nationales.

Témoins du silence mortel enfin. Pour ces 130 personnes disparues, point d’éditions spéciales, point de discours des dirigeant.e.s politiques, seule une homélie du pape qualifiant cette énième tragédie de « moment de la honte » et quelques communiqués.

Bénévoles, équipes en mer ou à terre, citoyen.ne.s mobilisé.e.s, nous ne nous résignons pas à cette indifférence et restons déterminé.e.s à agir.

Pour les 236 personnes secourues le 27 avril par nos équipes et les autres à venir, nous nous engageons à poursuivre notre action vitale de sauvetage en mer et notre interpellation des États européens.

Merci pour votre soutien en ces circonstances difficiles.

L’équipe de SOS MEDITERRANEE

Immigration : pour une solidarité radicale – Réunion publique Vendredi 15 juin 2018 à 18h30 – à Montpellier

Immigration : pour une solidarité radicale

Le projet de loi asile-Immigration est en débat au Parlement. Ce projet suscite une grande inquiétude du Défenseur des droits (1), de juristes, d’avocats, de nombreuses associations humanitaires et de citoyens.
Contre une politique migratoire inhumaine de recul des droits des personnes étrangères et parce que l’humanité de demain se construit avec l’accueil d’aujourd’hui

   (1) Jacques Toubon : « La manière dont les étrangers sont traités doit être conforme aux droits humains universels. Or, le demandeur d’asile est maltraité par ce projet de loi. »

 

Réunion publique

organisée par la LDH de Montpellier

Vendredi 15 juin 2018 à 18h30

Salle Pelloutier – Annexe de l’Hôtel de la Métropole (ex-Maison des syndicats) – Place ZEUS MONTPELLIER 

   avec

Christine Lazergesprésidente de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme

Malik Salemkourprésident national de la Ligue des Droits de l’Homme