LES 3 ET 4 JUILLET 2021, À L’OCCASION DU CONGRÈS DU RN À PERPIGNAN, ENSEMBLE DISONS NON À L’EXTRÊME DROITE !

APPEL DES ORGANISATIONS DES PYRÉNÉES-ORIENTALES

Les samedi 3 et dimanche 4 juillet 2021, à Perpignan, le congrès du Rassemblement national (RN) désignera son ou sa candidate officielle à l’élection présidentielle de 2022. Cet événement est d’une importance considérable, puisqu’il exprimera la volonté de l’extrême droit d’accéder au pouvoir ne France, éventualité qu’il n’est désormais plus possible d’écarter.

A Perpignan et dans toutes les Pyrénées-Orientales, nos organisations luttent depuis des décennies contre la montée du racisme et du fascisme. Nos engagements militants, au-delà de leur diversité, ont notamment en commun le rejet de toute forme de discrimination, qu’elle soit raciste, sexiste, religieuse, homophobe, etc. Or, le RN, même s’il tente de puis quelques années de lisser son image affin d’étendre son électorat, reste le parti de la haine de toutes celles et tous ceux qui n’incarnent pas une identité nationale fantasmée et paranoïaque. Son obsession sécuritaire est incompatible avec la liberté de manifester et de s’exprimer, déjà gravement mise à mal depuis plusieurs années. L’extrême droite est le pire ennemi des droits sociaux et culturels et des libertés démocratiques, pour toutes et tous !

En tenant son congrès national à Perpignan, le RN montre qu’il veut faire de cette ville, dont il a pu s’emparer lors des dernières municipales, un laboratoire et un tremplin pour le pouvoir central. Nous devons en faire un haut lieu de la résistance à la montée de l’extrême droite dans ce pays.

Les associations, collectifs, syndicats,mouvements et partis politiques des Pyrénées-Orientales soussignés demandent solennellement à toutes les personnes, toutes les organisations, tous les collectifs et toutes les coordinations, en France comme ailleurs, convaincus que l’extrême droite représente un danger mortel et que sa progression n’a rien d’inéluctable, de signer et diffuser cet appel à manifestation. 

Fédérons dès maintenant nos énergies pour dire non à l’extrême droite !

Rejoignez-nous à Perpignan les samedi 3 et dimanche 4 juillet 2021 !
Signataires à ce jour : AFPS, Agaureps-Prométhée, APEX, Association des Pieds-Noirs progressistes, ASTI, CGT, CNT, EELV, Collectif droits des femmes, Femmes solidaires, FSU, GDS, Génération.s, JC, LDH, LDH Languedoc-Roussillon, Legal team G.J., LFI, MRAP, Planing familial, NPA, PCF, PG, PS, Solidaires, USR-CGT, VISA 66

Ci-dessous appel au format PDF

DES CONTRIBUTIONS VONT ÊTRE DÉPOSÉES AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL

Communiqué de la Coordination nationale #StopLoiSecuriteGlobale, dont la LDH est membre

Lors de la conférence de presse qui s’est déroulée ce jeudi 15 avril, place Edouard Herriot à Paris, près de l’Assemblée nationale où la proposition de loi Sécurité globale a, sans surprise, été entérinée par les députés, la coordination #StopLoiSecuritéGlobale a annoncé que plusieurs de ses organisations membres allaient déposer des contributions au Conseil constitutionnel. Alors que les parlementaires ont été sourds à nos alertes, il est donc notre devoir de saisir les Sages.

Aussi, le Syndicat de la magistrature, le Syndicat des avocats de France, la Quadrature du net, Droit au logement et la Ligue des droits de l’Homme vont déposer une contribution auprès du Conseil constitutionnel, tout comme, chacun de leur côté, Amnesty international et les syndicats de journalistes SNJ, SNJ CGT et SGJ FO.

La coordination #StopLoiSecuritéGlobale soutient l’initiative des coordinations régionales qui vont effectuer, de leur côté, une saisine citoyenne du Conseil constitutionnel, afin de lui demander le respect de nos droits fondamentaux. Il est possible de rejoindre cette saisine citoyenne en adressant un mail à SAISINECITOYENNELSG@LEBIB.ORG D’ores et déjà, de nombreuses villes se sont jointes à cette saisine citoyenne (nous détaillerons le nombre lors d’une prochaine communication).

La coordination #StopLoiSecuritéGlobale s ’alarme du durcissement du texte sorti du Sénat, tout particulièrement de la criminalisation « en cas d’introduction dans un local professionnel, commercial, agricole ou industriel ». Ce nouvel article introduit par un sénateur LR vise, ni plus, ni moins, à réprimer pénalement l’occupation de leur lieu de travail par les salariés, de leur fac par les étudiants, de leur lycée par les lycéens, de leur école par les parents d’élèves et les enseignants… Et aussi à porter atteinte à l’exercice de la profession de journaliste. Il s’agit clairement d’une nouvelle atteinte à la liberté de manifester, à la liberté d’informer et d’être informé et au droit de grève.

Mobilisé-e depuis novembre contre la proposition de loi Sécurité globale, la coordination #StopLoiSecuriteGlobale qui regroupe syndicats, sociétés, collectifs, associations de journalistes et de réalisateur-rices, confédérations syndicales, associations, organisa ions de défense de droits humains, comités de victimes de violences policières, de collectifs de quartiers populaires, d’exilé-es, de sans-papiers, de blessés, de Gilets jaunes considère que ce texte est non seulement liberticide et qu’il porte également atteinte à la séparation des pouvoirs. En ce sens, la proposition de loi Sécurité globale doit être censurée par le Conseil constitutionnel.

Paris, le 15 avril 2021

Perpignan: près de 300 personnes contre le nouveau logo du maire RN

C’est le premier faux pas d’Aliot maire d’extrême-droite RN (ex-FN) de Perpignan. Désavoué par l’ensemble des forces politiques du département sur son logo apologétique de St Jean Baptiste, tournant le dos à la Catalogne. Désavoué également par une majorité de citoyens qui ne comprend pas cette référence religieuse affirmée par Aliot dans le cadre de notre République laïque. Autre problème au niveau de la méthode puisque ce projet de logo si contesté n’a pas été présenté, encore moins discuté et voté au Conseil municipal de Perpignan.

Publié par AFP le 10-04-2021

Près de 300 personnes contre le nouveau logo du maire RN

Près de 300 personnes ont défilé à Perpignan, à l’appel de mouvements catalanistes, pour s’opposer au nouveau logo de la ville choisi par la municipalité de Louis Aliot (RN), ont constaté des journalistes de l’AFP.

Sur le nouveau logo, le slogan « Perpignan la Catalane » a notamment été remplacé par « Perpignan la rayonnante » avec une représentation de Saint Jean-Baptiste sur un blason aux couleurs catalanes bordé d’un liseret bleu-blanc-rouge.

« Aliot est en train de rogner insidieusement ce qui reste de catalanité à Perpignan », a assuré Jaume Pol, président du parti catalaniste Unitat catalana.

« Il avait déjà fait un petit pas en mettant en permanence sur les remparts du Castillet (monument médiéval emblématique de la ville) le drapeau français comme une marque de prise de position. Les Catalans n’ont rien à attendre de la politique d’Aliot. Il fallait et il faut réagir », a-t-il martelé.

Lancée par le collectif « Oui au pays catalan », la manifestation a réuni l’ensemble des mouvements associatifs catalans mais aussi quelques responsables politiques, comme la vice-présidente de la Région Occitanie Agnès Langevine, ancienne adversaire de M. Aliot aux municipales.

« +Perpignan la Catalane+ n’était qu’un symbole, a ajouté Francesc Bitlloch, délégué de l’Association nationale catalane (ANC) dans les Pyrénées-Orientales.

« Mais en touchant le symbole c’est signe qu’ils ne vont pas s’arrêter là, ils vont également s’attaquer à tout le reste, à la langue. Ils vont continuer à arracher les racines, voir quels sont les limites, tester. Cela va leur servir ailleurs. Perpignan est un vrai laboratoire pour l’extrême droite », a-t-il lancé.

Le maire RN Louis Aliot, élu en 2020, avait défendu le nouveau logo, présenté juste avant Pâques et qui avait fait polémique localement, affirmant que la catalinité était « très liée à la religion » pour justifier la représentation d’un Saint.

Et avec l’ajout des couleurs tricolores, il voulait que le logo « fasse référence à la République française ». Il avait aussi estimé que « Perpignan la Catalane » était « réducteur ».

AFP© 2021 AFP Mise à jour 10.04.2021 à 21:00