En Argentine face au président d’extrême-droite qui impose un programme ultralibéral de destruction des droits démocratiques et sociaux la grève générale se prépare pour le 24 janvier

Publié le 29 décembre 2023 sur lemonde.fr avec AFP

Argentine : appel à la grève générale en janvier contre le programme de réforme ultralibéral du nouveau président

La principale centrale syndicale du pays a appelé à une mobilisation devant le Parlement le 24 janvier pour protester contre les premiers décrets et projets de loi de Javier Milei.

Manifestation contre le décret d’urgence du président argentin, Javier Milei, à La Matanza, dans la province de Buenos Aires, le 28 décembre 2023. LUIS ROBAYO / AFP

Pour la première fois en quarante ans de démocratie en Argentine un président doit faire face à une grève générale un mois et demi seulement après son arrivée au pouvoir.

Hector Daer, secrétaire général de la CGT − principale centrale syndicale d’Argentine, qui revendique 7 millions d’affiliés − a annoncé, jeudi 28 décembre en conférence de presse, une grève générale pour protester contre les premiers décrets et projets de loi de la présidence ultralibérale du nouveau président, Javier Milei.

Une mobilisation est également prévue devant le Parlement, qui examinera alors les projets de loi dérégulateurs « qui vont à l’encontre de toute la société » et concentrent « tous les pouvoirs publics » sur le président, a déclaré M. Daer. Cette mobilisation, a poursuivi le dirigeant syndical, vise en particulier un « décret de nécessité et d’urgence » publié le 20 décembre par le gouvernement, ouvrant la voie à une dérégulation massive de l’économie, mais au « caractère illégal et inconstitutionnel ».

« Ce décret s’en prend aux droits individuels des travailleurs, aux droits collectifs, à un système de santé universel et solidaire, et à un nombre incalculable de sujets qui constituent notre pays », a insisté M. Daer. « En moins d’une semaine, ils transforment l’Argentine et nous ramènent à l’Argentine pastorale », a-t-il dénoncé.

« Loi omnibus »

Javier Milei, ultralibéral et « anarcho-capitaliste », comme il se décrit lui-même, a depuis son investiture, le 10 décembre, publié un décret de dérégulation de l’économie à travers l’abrogation de quelque 300 normes. Un décret techniquement en vigueur à partir de vendredi, mais sous réserve d’approbation par le Parlement.

Il a aussi poursuivi son élan « libéral » en déposant mercredi au Parlement un ensemble détaillé de projets ou de modifications de lois qui affectent une multitude de domaines de la sphère publique et privée. Sont concernés, pêle-mêle, aussi bien le fiscal que l’électoral, la journée de travail, le calcul des retraites, le contrôle et les sanctions concernant les manifestations, ou l’instauration d’un « divorce express ».

Ce vaste train de réformes, dit « loi omnibus », doit lui aussi être examiné par le Parlement, et les avis juridiques divergent quant au temps effectif − des mois, voire des années selon certains − qu’il faudrait pour examiner les quelque 600 articles.

Une autre interrogation porte sur l’issue même du processus parlementaire en ce qui concerne certaines dispositions polémiques, avec un Parlement sans majorité absolue dans aucune des deux chambres. Et où le parti de Javier Milei, la Libertad Avanza, n’est que la troisième force − même s’il peut compter avec l’appui du bloc de centre droit, le deuxième par son importance.

Manifestations et recours en justice

La mobilisation n’a toutefois pas attendu, avec trois manifestations en un peu plus d’une semaine à Buenos Aires, et plusieurs recours en justice déposés contre le décret d’urgence du 20 décembre. Dont certains par la CGT elle-même, mercredi.

Sont d’ores et déjà effectives, et avec un effet immédiat sur le porte-monnaie des Argentins, une première série de mesures d’austérité, annoncées aux premiers jours de la présidence Milei. En particulier la dévaluation de plus de 50 % du peso, la devise nationale, et la baisse dès le début de janvier de subventions aux transports et à l’énergie, se traduisant en une hausse immédiate de tarifs vouée à affecter le quotidien de plusieurs millions d’Argentins.

L’objectif pour le gouvernement est la réduction drastique du déficit budgétaire chronique de l’Argentine, engluée dans une inflation à 160 % sur un an.

Le Monde avec AFP

24 DÉCEMBRE 2024 – TRIBUNE COLLECTIVE “LOI IMMIGRATION : AYONS LE COURAGE D’OPPOSER À LA RESTRICTION DES LIBERTÉS, UN VÉRITABLE SURSAUT CITOYEN”, PUBLIÉE DANS LIBÉRATION

26.12.2023

Plus de 150 organisations, dont la LDH, appellent à une mobilisation citoyenne pour dénoncer la loi qui remet en cause des principes républicains fondamentaux

LIRE LA TRIBUNE SUR LIBÉRATION

Le 19 décembre dernier, le Sénat et l’Assemblée nationale ont adopté à la majorité le projet de loi immigration. Cette adoption va dans le sens d’une remise en question sans précédent des valeurs républicaines. Instauration de quotas migratoires, conditionnement d’aides sociales à cinq ans de séjour régulier, conditionnalité de l’aide publique au développement, durcissement des conditions d’accès à la nationalité, mise en place d’une caution pour les étudiants étrangers sont autant de lignes rouges qui sont franchies. Ironie du sort, le texte va jusqu’à conditionner l’obtention d’un titre de séjour au respect des principes républicains à l’heure où nous nous nous en éloignons.

Au-delà de s’en prendre drastiquement au droit des étrangers, cette loi vient compliquer encore davantage le travail mené par les salariés et les bénévoles de nombreuses associations et structures de l’économie sociale et solidaire qui interviennent en aide aux plus démunis. Ainsi, la loi prévoit des restrictions à l’hébergement d’urgence pour les personnes qui sont visées par une obligation de quitter le territoire, entravant plus encore la tâche pour les structures qui luttent contre la précarité. Ce n’est pas aux associations de cautionner la préférence nationale !

Les acteurs de terrain ont toujours été force de proposition pour renforcer l’intégration des immigrés, enjeu majeur pour une société à réconcilier et rendu plus difficile par la loi votée. Au lieu de se saisir de leur expertise pour apporter des solutions concrètes et utiles, les parlementaires ont fait le choix de céder aux sirènes d’une extrême droite – qui se gargarise aujourd’hui d’une «victoire idéologique» – quitte à remettre en cause des principes républicains fondamentaux.

L’immigration irrigue et enrichit la France

La situation n’est plus soutenable. Là où nous devrions combattre la xénophobie et le populisme, là où nous devrions donner à voir que l’immigration irrigue et enrichit la France, là où nous devrions chercher à réconcilier les Françaises et les Français, cette loi n’ajoute que de la division. Elle s’inscrit dans un contexte global où chaque jour nous tirons la sonnette d’alarme sur le déclin de nos libertés et sur le renoncement à nos principes fondamentaux.

Plus que jamais, il devient urgent de réinvestir le politique et d’opposer des solutions concrètes aux discours réactionnaires. Les associations offrent cette possibilité de traduire en actes des valeurs politiques mais elles ne sont pas seules. Partout autour de nous, il existe des espaces où se mobiliser. Alors, soyons intransigeants et surtout, ne nous résignons pas à perdre la bataille culturelle.

Le drame de cette loi est qu’elle continue à ajouter de la division et de l’autoritarisme là où nous devrions travailler au rassemblement et à la consolidation de notre démocratie. Ayons le courage d’opposer à la restriction des libertés, un véritable sursaut citoyen. Ayons le courage que la majorité des parlementaires n’a pas eu en ce 19 décembre.

Signataires : Le Mouvement associatif, Claire Thoury, présidente ; ATD Quart Monde, Marie-Aleth Grard, présidente ; Citoyens & Justice, Marielle Thuau, présidente ; CNAJEP, Arnaud Tiercelin, coprésident ; Coordination SUD, Olivier Bruyeron, président ; Emmaüs France, Antoine Sueur, président ; ESS France, Jérôme Saddier, président ; Féderation des acteurs de solidarité, Pascal Brice, président ; France terre d’asile, Najat Vallaud Belkacem, présidente ; La Cimade, Henri Masson, président ; Le Mouvement des Régies, Jacques Limouzin, président ; Ligue des Droits de l’Homme, Patrick Baudouin, président ; Médecins du Monde, Florence Rigal, présidente ; Réseau national des juniors associations, Stéphane Alexandre, coprésident ; UNAT, Michelle Demessine, présidente ; UNIOPSS, Daniel Goldberg, président. 

LA LISTE DE TOUS LES SIGNATAIRES.