Ciné-débat, Paris-Stalingrad, Majestic Bastille, 10 octobre

en partenariat avec la LDH, Amnesty Int., L’OIP et Autour du 1er mai


En présence de la réalisatrice Hind Meddeb,
et d’ Agathe Nadimie, créatrice de Les Midis du Mie (Collectif solidaire avec les mineurs isolés étrangers) »

Ce film est un portrait de Paris vu par Souleymane, 18 ans, réfugié du Darfour. Arrivé en France après un périple traumatisant de cinq longues années, la  » ville lumière  » dont il avait rêvé, loin de répondre à ses attentes, lui inflige de nouvelles épreuves. À la dureté des situations, répond sa poésie douce- amère.

LE DIMANCHE 10 OCTOBRE à 11H AU MAJESTIC BASTILLE

En suivant Souleymane, le film retrace le parcours des migrants dans Paris : les campements de rue, les interminables files d’attente devant les administrations, les descentes de police et la mobilisation des habitants du quartier pour venir en aide aux réfugiés. La caméra témoigne d’une métamorphose d’une ville et nous montre l’émergence de nouvelles frontières intérieures : des kilomètres de grillages pour rendre inaccessibles les allées sous le pont du métro aérien, des pierres pour empêcher les migrants de s’allonger, des rondes de vigiles pour les déloger.

« Section Paris 10/11

Fédération de Paris de la Ligue des Droits de l’HommeLigue des Droits de l’Homme

Des propositions de la section Paris 10-11

– le 28 mai : Pour rejoindre cette réunion : dans votre moteur de recherche, composez https://cast.gns11.fr

– le 30 mai : Un Ecran, Des Droits Projection du film « Douce France » à 11h au Majestic Bastille en présence du réalisateur Geoffrey Couanon et de Dominique Picard présidente de CARMA, le projet de transition écologique à partir du triangle de Gonesse.

Amina, Sami et Jennyfer sont lycéens en banlieue parisienne, dans le 93. Avec leur classe, ils se lancent dans une enquête inattendue sur un gigantesque projet de parc de loisirs qui implique d’urbaniser les terres agricoles proches de chez eux. Mais a-t-on le pouvoir d’agir sur son territoire quand on a 17 ans ? Drôles et intrépides, ces jeunes citoyens nous emmènent à la rencontre d’habitants de leur quartier, de promoteurs immobiliers, d’agriculteurs et même d’élus de l’Assemblée Nationale.
Une quête réjouissante qui bouscule les idées reçues et ravive notre lien à la terre !

– le 31 mai : l’émission de notre section sur Aligre FM (93.1) de 18h à 19h animée par Bruno Guironnet du bureau de la section  » Agriculture urbaine : quels possibles ? » avec Florian Nouvel, du jardin partagé Truillot, Flaminia Paddeu, docteure en géographie, maîtresse de conférences à Paris 13 et chercheuse au laboratoire Pléïade, et Dominique Picard, présidentede l’association CARMA, le projet de transition écologique à partir du triangle de Gonesse.

« Violences policières et désinformation », débat, Paris 14, 19 juin

Slim Ben Achour, avocat engagé pour l’égalité et la non-discrimination

David Dufresne, écrivain, réalisateur et journaliste observateur des doctrines de maintien de l’ordre

débattront

Mercredi 19 juin 2019 de 20h00 à 22h00

 « Violences policières et désinformation »

 

à l’invitation de la section  LDH Paris 14-6. 

aux Grands Voisins (salle la Pouponnière)

74 avenue Denfert-Rochereau 75014 Paris

Métro : Denfert-Rochereau – Bus : 38, 68, 88

 

Nous observons depuis quelques années un durcissement inquiétant de la doctrine du maintien de l’ordre et une généralisation de la violence policière.

Initialement cantonnée aux quartiers populaires, territoires souvent ignorés par les médias, cette violence touche à présent des couches sociales de plus en plus nombreuses, au gré des mouvements sociaux successifs, des cortèges de manifestants aux domiciles des militants en passant par leurs lieux de travail.

Au-delà du contingent de mutilations qui accompagne désormais chaque mobilisation, on ne compte plus les actes mineurs d’insultes, de violences ou d’humiliations gratuites qui sont caractéristiques d’une police qui s’affranchit toujours plus des règles de l’État de droit.

Cette dérive d’une police en rupture de République apparaît facilitée par un gouvernement qui fait le déni de cette violence et par une couverture médiatique souvent prompte à relayer la version des forces de l’ordre.

Slim Ben Achour ainsi que David Dufresne, partageront leurs visions complémentaires sur ce sujet lors de ce débat ouvert à tous.

La réunion se terminera par un pot amical.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

https://www.streetpress.com/sujet/1558444107-documentaire-gilets-jaunes-une-repression-etat

https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-10-fevrier-2017

Manifestation à Rennes en faveur de Théo, un jeune travailleur de 22 ans qui a dû être opéré après son arrestation le 2 février 2017

À noter aussi 

* Projection-débat : le jeudi 27 juin à 20h projection du film « Le bon grain et l’ivraie » (2018, 94 min.) sur la vie des demandeurs d’asile à hauteur d’enfants, suivie d’une rencontre avec la réalisatrice Manuela Frésil, Cinéma Les 7 Parnassiens, 98 Bd du Montparnasse, 75014 Paris. Métro : lignes 4,6,12,13. Bus : 58, 68, 82, 91

Contact :   paris.14.6@ldh-france.org – www.ldh-paris-14-6.org

https://www.facebook.com/LDHPARIS146

Victor Basch, journée d’études, Paris 11 mai

,
(organisée par le  Centre Victor Basch,  EA 3552, Université Paris  Sorbonne)
VICTOR  BASCH  : ESTHÉTIQUE ET SCIENCE DE L’ART
Maison de la Recherche, 28 rue Serpente,   Salle D 035
,
En 1944,  il soutint en 1897 une étonnante thèse intitulée
Essai critique sur l’esthétique de Kant.  Bien au -delà de ce que le titre annonçait, on y trouvait la plus vaste introduction aux esthétiques européennes du XIXe  siècle, méconnu
es en France, et la tentative de fonder philosophiquement une esthétique expérimentale
et scientifique. C’est seulement en 1919 qu’il devint Professeur d’esthétique et de science de l’art, à la Sorbonne, et ce fut le premier cours de ce genre dans l’Université française
.

 

programme complet  cliquer ici

Cette journée sera dédiée à la mémoire de Jacqueline Lichtenstein, fondatrice du Centre Victor Basch.

 

 

ciné-droits « Le Silence des Autres », Paris Majestic Bastille, 14 avril, 11h

Prochaine séance des ciné droits  du Majestic Bastille,

à l’invitation de la section Paris 10-11

et de la Fédération de Paris 

  « Le Silence des Autres« , film documentaire de Almudena Carracedo et Robert Bahar (Espagne, 2018, 1h35 min., VOSTF)
dans le cadre de nos ciné-droits de l’Homme au cinéma Majestic Bastille 2 Bd Richard-Lenoir.
Projection suivie d’une rencontre avec Elena Gaju, avocate aux barreaux de Paris et de Barcelone.
 Les réalisateurs ont mené une enquête de 6 années et suivi l’action de citoyens rescapés du franquisme pour rompre le « pacte de l’oubli » et soulever la chape de plomb qui pèse toujours sur l’Espagne.

Ciné débat, « POLICE ILLEGITIME VIOLENCE », Paris 12 Commune d’Aligre, 13 février

« POLICE ILLEGITIME VIOLENCE », Documentaire de Marc Ball 

Pour la première fois en France, des adolescents ont porté plainte collectivement pour violences volontaires contre une brigade de police dans le 12ème arrondissement de Paris.

Le procès a révélé la notion d’ « indésirable », présente dans les mains courantes. Une catégorie qui questionne la mission même de la police.

De Paris  12ème jusqu’à la cité Champagne à Argenteuil, citoyens, éducateurs, avocats mais aussi policiers, cherchent une issue, dans le droit, le dialogue ou  dans les mobilisations.

Tous dénoncent le recours systématique à une violence qu’ils considèrent comme illégitime. En suivant leur combat, ce film lève le voile sur les mécanismes de cette violence et les silences qui l’entourent.

Projection suivie d’un débat en présence et avec la participation du
réalisateur  Marc Ball et de la productrice Song Pham
Coproduction Talweg production et France 3 Paris Ile de France Avec le soutien de Public Sénat, du CNC, du Fonds Images de la Diversité – Commissariat général à l’égalité des territoires, de la Procirep-Angoa et de la Fondation Un Monde par tous.

Ciné débat, Fahavalo, Madagascar 1947, Majestic Bastille 17 février

Les Ecrans de Paris et La fédération de Paris, avec la section Paris 10-11 

vous proposent la projection suivi de d’un débat  de :

Fahavalo, Madagascar 1947,film de Marie-Clémence Andriamonta-Paes,

 

 

Depuis 30 ans, elle et César Paes recueillent des éléments de la culture orale malgache. Son film nous fait rencontrer les derniers témoins de l’insurrection menée, à partir du 27 mars 1947, par les indépendantistes contre l’Etat colonial français. Des femmes et des hommes se souviennent de cette période qui ensanglanta la partie orientale de l’île. L’historien Alain Ruscio, qui dirige l’ »Encyclopédie de la colonisation française » publiée par les Indes savantes, nous retrace le déroulement de cet épisode parmi les plus sombres de notre histoire coloniale.

 

Au Majestic Bastille, le dimanche 17 février, 11h.