Accueil

Vous trouverez sur notre site des informations sur les événements organisés à Paris, les activités auxquelles participent les militants, des documents pour mieux connaître et défendre vos droits.

Bonne visite et à bientôt !                                        cliquez ici 

 

Manifestation Place d’Italie , 16 novembre 2019 , observations LDH

Synthèse du déroulement de la journée Place d’Italie :

le rapport complet avec photographies et notes

 

 

Le matin, place d’Italie, les observateur.ices constatent un usage important et souvent inapproprié de gaz lacrymogènes1, ainsi que la présence de nombreuses unités de police non-spécialisées dans le maintien de l’ordre. Ces dernières, principalement issues des CSI, BAC et BRAV-M, sont organisées en petites unités dispersées sur la Place et dans les rues alentour.

Les manifestant·es ne pouvant se rassembler à un endroit précis, les différentes unités de force de l’ordre font régulièrement l’usage de charges ou de vagues de refoulement, de manière simultanée à différents endroits dans la place. Ces mouvements policiers ont pour effet de semer la confusion parmi les personnes présentes sur la place, ces dernières ne sachant pas où se réfugier.

À compter de 13h30, des rumeurs d’« annulation » de la manifestation commencent à circuler. Au même moment, des unités de CRS et de gendarmes mobiles arrivent sur la place. Les équipes d’observation présentes constatent alors un mouvement des forces de l’ordre vers les différentes avenues et rues entourant la place d’Italie. Rapidement, il apparaît que si des individus peuvent pénétrer dans la zone, il est en revanche impossible d’en sortir. À 13h48, les observateur.ices constatent qu’une nasse hermétique est mise en place autour de la place d’Italie. À 14h23, la préfecture annonce dans un tweet que le « préfet de Police a demandé l’annulation de la manifestation ». Peu après 15h, lors d’une conférence de presse, le Préfet de Police, indique qu’’il a « décidé d’interdire que cette manifestation se déroule » mais également de « fixer cette manifestation place d’Italie ».

Sur la place d’Italie, la situation est chaotique. Durant plusieurs heures, l’air est irrespirable, saturé de gaz lacrymogènes. De nombreuses grenades assourdissantes et de désencerclement sont utilisées ainsi que des canons à eau. De nombreuses explosions retentissent, parfois en continu, créant des mouvements de panique parmi la foule. Des manifestant·es et passant·e s, en panique, supplient, à de nombreuses reprises, les forces de l’ordre de les laisser sortir de la place.

La pratique de la nasse, l’utilisation massive des gaz lacrymogènes et les nombreux tirs notamment de grenades de désencerclement et de LBD entraînent un climat anxiogène et de nombreux mouvements de foule dus à la panique.

De très nombreuses personnes sont blessées sur la place. Selon le « Bilan provisoire des prises en charge » de la coordination de premier secours, celle-ci recensera la prise en charge de 94 personnes sur la place d’Italie2. On compte notamment une personne mutilée à l’œil et un journaliste blessé au visage. Plusieurs évacuations de blessé·es par les pompiers sont nécessaires, dont 13 immédiatement vers les urgences.

Les observateur.ice.s constatent de nombreuses personnes ayant perdu connaissance, d’autres couchées sur le trottoir (visiblement affectées par la diffusion du gaz lacrymogène) ainsi que des traces de sang sur la place.

Informé.e.s à 15h49 d’une ouverture de la nasse au niveau du Boulevard Vincent Auriol, les observateur.ices quittent la place peu après.

le rapport complet avec photographies et notes

https://www.ldh-france.org/wp-content/uploads/2020/01/Rapport-16-novembre-2019-La-strate%CC%81gie-de-la-nasse-contre-le-droit-de-manifester.pdf

Stop aux violences policières, Lycée Hélène Boucher, Paris 20

COMMUNIQUE COMMUN   Depuis quelques semaines et le début des mouvements sociaux actuels, les lycéens du lycée-collège Hélène BOUCHER à Paris 20ème organisent des « barrages filtrants » à l’entrée de leur établissement. La direction du lycée organise une forte répression contre les élèves bloqueurs : prise en photo, sanctions disciplinaires, appel systématique aux forces de police…. De ce fait, une escalade de la violence lors de ces interventions policières a été  constatée par les enseignants et les parents d’élèves.

 

Le vendredi 17 janvier 2020, de 8 h à 8 h 30, une intervention policière particulièrement musclée s’est déroulée devant la porte d’entrée du lycée. Les policiers ont voulu déloger de force les lycéens assis sur les poubelles et ils ont fait usage de violences et de jets de gaz lacrymogène à courte distance. Ces faits, attestés par les lycéens présents, sont en effet visibles sur les nombreuses vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux. Selon des témoignages recueillis, une jeune fille a reçu un jet de gaz lacrymogène quasiment à bout portant et un jeune homme a reçu des coups. Il est révoltant qu’un tel climat de violence soit entretenu devant un lycée, ce qui ne conduit qu’à exacerber les tensions et n’a aucun effet pédagogique sur les élèves.

 

La législation en vigueur dans notre pays impose que l’intervention des forces de l’ordre soit proportionnée et maîtrisée. Alors que les témoignages  de violences policières se multiplient désormais après chaque manifestation sur la voie publique, le maximum de retenue de la part des forces de police se trouvant face à de jeunes lycéens, qu’ils soient mineurs ou majeurs, est impératif.

Nous attirons l’attention du rectorat de Paris, de la direction du lycée, du corps enseignant, des parents d’élèves, et des élèves sur les risques encourus par l’appel systématique à la police dans le contexte actuel d’escalade de la répression policière. Les associations, collectifs et citoyens signataires de ce communiqué resteront vigilants pour qu’aucune violence policière ne soit commise à l’encontre des jeunes lycéens.

Paris, le 18 janvier 2020

Signataires : LDH Paris 20e,  ATTAC 19-20, LDH Paris 12e, ATTAC 12e, UL20 FCPE, FASTI, UL CGT 12e

 

« Droit(s) et culture » , rencontre – débat, Paris 18, 25 janvier matin

Proposition du  Comité régional d’Île-de-France de la Ligue des droits de l’Homme 

Etat des lieux autour du thème « Droit(s) et culture », en examinant notamment

la censure et la liberté d’expression,

Comme on le sait, le droit et la culture ont en commun d’être deux droits de l’homme, repris comme tels par la Constitution de 1958.

La manifestation se placera sous l’égide d’une citation :

« Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille aussi contre la guerre »

 (Sigmund Freud, correspondance à Albert Einstein, 1932).

* * *

Paris,   siège national de la LDH, 138 rue MARCADET 75018 ,   9H30 LE 25 JANVIER 

Introduction : les rapports entre droit(s) et culture,    par Emmanuel Leclercq

Emmanuel Leclercq est membre du Comité central de la Ligue des droits de l’homme, avocat au barreau de Paris et professeur associé de l’Université de Rouen.

Première partie : la sociologie de la culture et les publics

par Pascal Roland

Comment la sociologie peut-elle nous éclairer sur les publics et les non-publics de la culture en fonction du contexte sociétal ?

Pascal Roland est maître de conférences en sociologie à l’Université de Rouen depuis 1999, et chercheur au CETAPS. Son champ de recherche est la socio-anthropologie de l’art et de la culture, et plus particulièrement des pratiques chorégraphiques. Il s’intéresse principalement à la transformation des imaginaires sociaux et des pratiques corporelles.

Deuxième partie : les créateurs sont-ils libres ?

Un créateur confronté aux limites de la liberté d’expression 

par Patric Jean

Patric Jean, cinéaste, plasticien et écrivain, est un des meilleurs documentaristes de sa génération. Il a réalisé, entre autres films, les Enfants du Borinage (2000), la Raison du plus fort (2003), D’un mur à l’autre, de Berlin à Ceuta (2007), la Domination masculine (2009) et Icare, ou la Mesure des choses (qui sera diffusé cette année), et vient de publier la Loi des pères (Éd. du Rocher), qui traite de l’aveuglement de la justice quant à l’inceste et à la pédophilie.

Conclusion

Emmanuel Leclercq, évoquera la récente parution du « Guide pratique » édité par l’Observatoire de la liberté de création, créé en 2002 sous l’égide de la Ligue des droits de l’homme, et consacré à l’ Œuvre face à ses censeurs.

Le Manifeste  est présenté Ici .

 

Point de droit : à la fin d’une manifestation, faut il retirer tout signe ….

Paris 15 janvier 2020

L’Observatoire attire votre attention sur une pratique policière persistante depuis de nombreuses années consistant à conditionner la sortie d’une manifestation au retrait définitif de tout signe exprimant une adhésion associative, syndicale ou pensée politique ( autocollants, badges syndicaux, gilets jaunes…).
Cette pratique a une nouvelle fois été constatée lors d’une manifestation samedi 11 janvier 2020 à PARIS, Place de la République malgré des décisions reconnaissant son illégalité .

 

 

 

la LDH pour le respect des libertés publiques, conférence – débat , Paris 15, 31 janvier 2020

La Section Paris 15 de la Ligue des Droits de l’Homme 
vous présente ses vœux .
et
 vous invite à partager un moment festif
le vendredi 31 janvier de 19h30 à 22h au FOYER DE GRENELLE
17 rue de l’Avre, Paris 15.  (Métro La Motte-Piquet-Grenelle. Ligne 6. Bus 80)

Avec une conférence-débat 

“La mission de la LDH pour le respect des libertés publiques”

avec Nathalie Tehio, avocate, membre du Comité Central de la LDH et co-créatrice de l’Observatoire Parisien des Libertés Publiques.

Nous comptons sur votre présence! 
Marie-Christine Mallen, présidente LDH section Paris 15.
 sur facebook :  ldh paris 15

Immigrants et descendants d’immigrés asiatiques, diner-rencontre, Paris 10, 3 février 2020

Les Asiatiques de France sont souvent désignés comme des immigrés idéaux, bien intégrés, dont les membres travaillent dur et restent discrets. Autrement dit, ce sont les bons, ceux qui ne font pas de vagues.
Mais après l’agression mortelle d’un commerçant asiatique à Aubervilliers en août 2016, les choses ont changé. Des membres de la communauté ont pris la parole publiquement pour dénoncer des agressions répétées.
Dans le cadre de notre parcours sur le racisme structurel, nous avons invité Hélène Le Bail et Rui Wang pour nous parler des discriminations contre les asiatiques.

Hélène dirige le projet Chinois.es en (Ile de) France : identifications et identités en mutation.
Rui, militant associatif, travaille sur les prises de conscience entre les habitants d’un même territoire, seule manière de mettre un terme aux agressions sur les asiatiques.

Autour d’un diner convivial, nous échangerons avec Hélène et Rui sur, entre autres questions :
Les immigrés et descendants d’immigrés chinois/asiatiques se sentent-ils racisés ?
La question décoloniale les concerne-t-elle ?
Quelle solidarité existe-t-il entre les communautés ?
Et les secondes générations ?

Pour réserver : parcoursldh1011@gmail.com

Journée d’informations , droit au logement, mal logement, quels droits ? Paris 18, 18 janvier 2020

Les groupes de travail Logement et Roms
organisent ensemble une journée d’informations

destinée aux adhérent.e.s  de la LDH :

samedi 18 janvier 2020 de 9h à 17h au siège national  (138 rue Marcadet 75018  Paris).

Plusieurs enjeux seront traités, décortiqués et débattus (formes de mal-logement, exercice des droits, modes de mobilisation, etc).

 

 

 

Pour déjeuner sur place,  envoyer un mail à Christine

|1| |2| |3| |46|