Mercredi 13 juillet 2022, place de la Réunion


Le 14 juillet 1953, à l’arrivée d’une manifestation, place de la Nation, la police parisienne charge le cortège de nationalistes algériens pour leur arracher banderoles, drapeaux, pancartes… Affrontements, heurts, bousculades, les policiers tirent. On relève sept morts : six Algériens et un syndicaliste français et de nombreux blessés dont cinquante par balle.

Depuis plusieurs années un collectif d’associations animé par la LDH, avec Attac 12e, la Commune libre d’Aligre, le Maghreb des films, le PCF 12e, Solidaires Paris, et l’UL CGT 12e commémorent cet événement, avec le soutien actif de la Mairie du 12e. C’est une occasion d’assurer  le devoir de mémoire et de réfléchir et échanger sur des sujets comme l’Algérie hier et aujourd’hui, la répression policière, le droit de manifester, le colonialisme, etc.

Nous vous invitons cette année encore à partager souvenir, débat et convivialité,  
Mercredi 13 juillet 2022
18 heures 30

Commémoration :

Dépôt de gerbes, prises de paroles,débat avec des élus le la Mairie du 12e, l’historien Nedjib Sidi Moussa, l’avocat Arié Alimi 

Place de l’île de la Réunion Paris 12e
20 heures 30

Bal populaire  avec l’orchestre FANFARINHABoissons et restauration sur place, librairies…Au kiosque à musique de la place de la Nation

Le film de Daniel Kupferstein « Les balles du 14 juillet » sera projeté au cinéma Majestic Bastille, Paris 11ele dimanche 10 juillet à 11 heures. La projection sera suivie d’un débat.

_____

Les communs : un projet de société alternatif ? Fréquence Droits

A écouter, notre prochaine #11 émission Fréquence Droits c’est sur ALIGRE FM 93.1 >>

Au programme de Fréquence Droits, lundi 28 mars de 18h à 19h : Les communs : un projet de société alternatif ?

Les « communs » ne se limitent pas seulement aux ressources naturelles et culturelles.
Cela inclut par exemple l’habitat coopératif, la santé – les vaccins dont les brevets devraient être un commun -, les EPHAD associatifs, l’accès libre à la connaissance via l’open source, voire les outils de production – avec les SCOP, Sociétés Coopératives Ouvrières de Production, les épiceries coopératives qui vendent des biens de consommation ou les crèches participatives…

Les communs c’est tout cela et c’est pour cette raison que l’on évite de parler de « biens » communs, une expression qui renvoie implicitement à la propriété exclusive, à une possession. Aujourd’hui, on préfère dire les « communs ».
Car il y a derrière ce terme tout un projet de société, du vivre ensemble en pratiquant une démocratie inclusive, contributive et délibérative.
Quant aux formes que celle-ci pourrait prendre, tout est à inventer !

EN STUDIO, NOS TROIS INVITÉS :

Benjamin Coriat, professeur émérite d’économie à l’Université Sorbonne Paris Nord
Denis Vicherat, président d’Utopia, coopérative d’éducation populaire et société d’édition
Bernard Brunet, acteur de l’Économie Sociale et Solidaire en Midi-Pyrénées

Débat animé par Bruno Guironnet
avec Boudjemaâ Dahmane, président de la section Paris 10-11 de la LDH

//Pour aller plus loin

Benjamin Coriat, Le Bien commun, le climat et le marché, Réponse à Jean Tirole, Les Liens qui Libèrent, 2021
Propriété et Communs, Ouvrage collectif, collection Controverses, éditions Utopia, 2017
Lien avec la Sapie à Limoux, https://sapie.coop

FD-logo.jpg

FRÉQUENCE DROITS – TÉLÉCHARGER OU ÉCOUTER TOUS LES PODCASTS >>>

UN ÉCRAN DES DROITS : UN PEUPLE – EMMANUEL GRAS, 13 février, Majestic Bastille

Dimanche 13 février à 11h au Majestic Bastille
Séance suivie d’une rencontre avec le réalisateur Emmanuel Gras et Sylvie Alphandéry, présidente d’Autour du 1er mai et membre de la Ligue des Droits de l’Homme.

En octobre 2018, le gouvernement Macron décrète l’augmentation d’une taxe sur le prix du carburant. Cette mesure soulève une vague de protestations dans toute la France. Des citoyens se mobilisent dans tout le pays : c’est le début du mouvement des Gilets jaunes. À Chartres, un groupe d’hommes et de femmes se rassemble quotidiennement. Parmi eux, Agnès, Benoît, Nathalie et Allan s’engagent à corps perdu dans la lutte collective. Comme tout un peuple, ils découvrent qu’ils ont une voix à faire entendre.

Un film KMBO

Rendez-vous mensuel,
en partenariat avec la LDH, Amnesty Int., L’OIP et Autour du 1er mai

http://dulaccinemas.com/article/un-ecran-des-droits-un-peuple-de-emmanuel-gras/118434

Section Paris 10/11 Fé- dération de Paris de la Ligue des Droits de l’Homme

« Les balles du 14 juillet » au MK2 Nation , le film

14 juillet 1953 – 13 juillet 2021  :  Projection du film à 15h45

avec débat avec Gilles Manceron 

14 juillet 1953 – 13 juillet 2021
Mémoire et histoire, passé et présent

Le 14 juillet 1953, à l’arrivée, place de la Nation, du défilé traditionnel de la gauche politique et syndicale qui avait lieu chaque 14 juillet depuis la Libération, la police parisienne a chargé le cortège des indépendantistes algériens pour leur arracher banderoles, drapeaux, pancartes et portraits de leur leader. Affrontements, heurts, bousculades. Les policiers tirent. On a relevé 7 morts : 6 Algériens et un syndicaliste français venu s’interposer et de nombreux blessés dont 50 par balle. Cette répression qui a précipité le début de la guerre d’Algérie a disparu de notre mémoire.
Pour que cet événement parisien, comme tous les drames qui ont marqué la colonisation et la guerre d’Algérie, ne reste pas dans le silence et dans l’oubli, le réalisateur Daniel Kupferstein

lui a consacré un film documentaire, « Les balles du 14 juillet »  et un livre sur son enquête pour reconstituer l’événement. 

Le 6 juillet 201, la Mairie de Paris a apposé une plaque commémorative. A deux reprises, en 2018 et en 2019, la Ligue des droits de l’Homme et d’autres associations ont organisé, place de la Nation, la veille du 14 juillet, une commémoration et un « bal de la solidarité », qui était l’occasion de débats autour de la mémoire des répressions coloniales et aussi de la défense aujourd’hui du droit de manifester, du refus des violences policières et du soutien au mouvement démocratique du Hirak en Algérie. 
Cette année, une projection du film « Les balles du 14 juillet » a lieu au cinéma Mk2 Nation le 13 juillet à 15 heures 45, suivie d’un débat en présence du réalisateur, avec la participation de Gilles Manceron, historien membre de la LDH, et de Benjamin Stora à qui le président de la République a demandé un rapport sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie.     


Ensuite,à 19 heures, place de l’île de la Réunion (aux pieds des colonnes de la place de la Nation), la maire du 12° arrondissement prendra la parole et déposera une gerbe à la mémoire des victimes.

D’autres interventions de la part de militantes de la Ligue des droits de l’Homme expliqueront la bataille d’aujourd’hui pour le droit de manifester et contre les pratiques policières qui lui portent atteinte. Et aussi pour le droit des citoyens à l’accès aux archives, qui est une condition de la reconnaissance de ces faits et de la fin de leur déni.
Avec l’espoir que, la crise sanitaire s’achevant, les bals du souvenir et de la défense des droits pourront reprendre, pour marquer la volonté des citoyens de fêter les libertés et d’affirmer leur volonté de ne plus tolérer les atteintes à celles-ci, nous vous attendons nombreuses et nombreux place de la Nation le 13 juillet.

Le bureau de la Fédération de Paris de la LDH

http://site.ldh-france.org/paris/

Covid 19 et Femmes au travail : la double peine

mercredi 7 juillet, 19h30 par zoom

Avec la participation de Christine Mead et

 Thérèse Villame de la commission Genre d’ATTAC

  • les femmes en première ligne et les précaires : description de mécanismes avec des exemples concrets
  • focus sur la situation des femmes pendant le télétravail 

Lien zoom : https://us02web.zoom.us/j/7419834373?pwd=K2RzNEE2TlNjbmtsQlplcE9nYUhqZz09

Vous espérant nombreux. Cordialement.

Boudjemaâ Dahmane, président
Section Paris 10/11
Fédération de Paris de la Ligue des Droits de l’HommeLigue des Droits de l’Homme

Urgence sanitaire pour les personnes dans la rue : lettre à la Maire de Paris

En soutien aux équipes de volontaires sur le terrain qui constatent les insuffisances du dispositif sanitaire de la Ville de Paris envers les sans-abris,

la Fédération de Paris de la LDH a adressé, ce jour, une lettre à la maire de Paris et à son adjointe, chargée de l’environnement – eau et assainissement,

pour demander une mise en conformité des moyens à mettre en œuvre avec le contexte d’urgence sanitaire que nous connaissons, et d’apporter des solutions

dans le respect des droits fondamentaux des personnes à la rue.

 

Lire le texte  de cette lettre ici 

« Privatisations : quels enjeux pour notre démocratie ? », débat, Paris 14, 27 février

 Dominique Plihon

professeur émérite d’économie, membre des Économistes Atterrés

et du conseil scientifique d’ATTAC                                                                                                                     Mikhail Xifaras

philosophe et professeur de droit public à Sciences Po

nous invitent à débattre et échanger autour de :

« Privatisations : quels enjeux pour notre démocratie ? »

Jeudi 27 février 2020 de 20h à 22h

 aux Grands Voisins (salle la Pouponnière)

74 avenue Denfert-Rochereau 75014 Paris

Métro : Denfert-Rochereau – Bus : 38, 68, 88

 

 

La loi « Pacte » du 22 mai 2019 engage un programme de privatisations d’une très grande envergure. Elle prévoit que l’État se sépare d’environ 15 milliards d’euros d’actifs en vendant sa participation dans trois entreprises emblématiques : Engie, La FDJ (privatisée depuis) et ADP. Les recettes des privatisations iront pour 10 milliards à un fonds d’investissement dont les profits seront affectés au financement des « innovations de rupture » et pour le reste au désendettement public.

La privatisation d’ADP a suscité une très forte contestation qui s’est traduite par l’organisation du premier référendum d’initiative partagée. Si le référendum reçoit le soutien de 10% des électeurs français, un projet de loi faisant des aérodromes parisiens un service public national non privatisable sera examiné par les deux chambres parlementaires ou fera l’objet d’un référendum.

Ce débat aura pour objet, à partir de « l’actualité ADP », d’élargir notre réflexion et nos échanges sur les enjeux que cette privatisation révèle de notre démocratie.

N’hésitez pas à diffuser l’invitation, nous comptons sur votre présence.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

A noter :

Rencontre-débat : le mercredi 4 mars à 19h présentation et dédicace de l’ouvrage de Catherine Wihtol de Wenden « Géopolitique des migrations » à la bibliothèque Benoîte Groult 25 rue du Commandant Mouchotte 75014 Paris

paris.14.6.7@ldh-france.org – www.ldh-paris-14-6.org

https://www.facebook.com/LDHPARIS146

Débat sur les retraites, Paris 15, 10 février

  Le Collectif citoyen du 15ème dont la section LDH Paris 15  est membre fondateur,

organise un grand débat sur les retraites.

                Qu’est-ce que le droit à la retraite ?

Le projet du gouvernement peut-il l’améliorer, notamment en le rendant « universel ? »

                Faut-il travailler plus longtemps puisque la durée de vie moyenne s’est accrue ?

                Sinon ,comment assurer une retraite suffisante à tous ?…

Avec la participation d’Evelyne Dourille-Feer, économiste.

Paris 15 : lundi 10 Février à 19h30

au Foyer de Grenelle, 7 rue de l’Avre 75015.

Journée d’informations , droit au logement, mal logement, quels droits ? Paris 18, 18 janvier 2020

Les groupes de travail Logement et Roms
organisent ensemble une journée d’informations

destinée aux adhérent.e.s  de la LDH :

samedi 18 janvier 2020 de 9h à 17h au siège national  (138 rue Marcadet 75018  Paris).

Plusieurs enjeux seront traités, décortiqués et débattus (formes de mal-logement, exercice des droits, modes de mobilisation, etc).

 

 

 

Pour déjeuner sur place,  envoyer un mail à Christine