Rapport Jeunes / police, au Campus Condorcet, 30 nov.

Rapport Jeunes / police, au Campus Condorcet, 30 nov.

La Fédération de Paris s’est associée à la Fédération du 93 pour tenir une permanence au Campus Condorcet.Cette démarche, qui associe également l’Observatoire des pratiques policières du 93, débouche sur un partenariat pour l’organisation d’un forum avec l’association Médiation nomade (intervenant en soirée avec un camion dans des cités populaires pour désamorcer des tensions, créer un espace de convivialité la nuit afin d’aider à une communication non-violente).

Le forum, qui se tiendra le 30 novembre prochain de 18h à 22h30 au Campus Condorcet (métro Front populaire),  aura pour thème les rapports entre les jeunes et la police : « si on se parlait? »


Programme-Forum-Jeunes-Police.pdf (mediationnomade.fr)

L’inscription (gratuite) est ouverte : 

5ème Forum National LA NUIT NOUS APPARTIENT Billets,

Le mar 30 nov. 2021 à 18:00 | Eventbrite

Des propositions de la section Paris 10-11

– le 28 mai : Pour rejoindre cette réunion : dans votre moteur de recherche, composez https://cast.gns11.fr

– le 30 mai : Un Ecran, Des Droits Projection du film « Douce France » à 11h au Majestic Bastille en présence du réalisateur Geoffrey Couanon et de Dominique Picard présidente de CARMA, le projet de transition écologique à partir du triangle de Gonesse.

Amina, Sami et Jennyfer sont lycéens en banlieue parisienne, dans le 93. Avec leur classe, ils se lancent dans une enquête inattendue sur un gigantesque projet de parc de loisirs qui implique d’urbaniser les terres agricoles proches de chez eux. Mais a-t-on le pouvoir d’agir sur son territoire quand on a 17 ans ? Drôles et intrépides, ces jeunes citoyens nous emmènent à la rencontre d’habitants de leur quartier, de promoteurs immobiliers, d’agriculteurs et même d’élus de l’Assemblée Nationale.
Une quête réjouissante qui bouscule les idées reçues et ravive notre lien à la terre !

– le 31 mai : l’émission de notre section sur Aligre FM (93.1) de 18h à 19h animée par Bruno Guironnet du bureau de la section  » Agriculture urbaine : quels possibles ? » avec Florian Nouvel, du jardin partagé Truillot, Flaminia Paddeu, docteure en géographie, maîtresse de conférences à Paris 13 et chercheuse au laboratoire Pléïade, et Dominique Picard, présidentede l’association CARMA, le projet de transition écologique à partir du triangle de Gonesse.

Ciné débat, « POLICE ILLEGITIME VIOLENCE », Paris 12 Commune d’Aligre, 13 février

« POLICE ILLEGITIME VIOLENCE », Documentaire de Marc Ball 

Pour la première fois en France, des adolescents ont porté plainte collectivement pour violences volontaires contre une brigade de police dans le 12ème arrondissement de Paris.

Le procès a révélé la notion d’ « indésirable », présente dans les mains courantes. Une catégorie qui questionne la mission même de la police.

De Paris  12ème jusqu’à la cité Champagne à Argenteuil, citoyens, éducateurs, avocats mais aussi policiers, cherchent une issue, dans le droit, le dialogue ou  dans les mobilisations.

Tous dénoncent le recours systématique à une violence qu’ils considèrent comme illégitime. En suivant leur combat, ce film lève le voile sur les mécanismes de cette violence et les silences qui l’entourent.

Projection suivie d’un débat en présence et avec la participation du
réalisateur  Marc Ball et de la productrice Song Pham
Coproduction Talweg production et France 3 Paris Ile de France Avec le soutien de Public Sénat, du CNC, du Fonds Images de la Diversité – Commissariat général à l’égalité des territoires, de la Procirep-Angoa et de la Fondation Un Monde par tous.

« Vidéosurveillance et reconnaissance faciale », conférence débat, 28 janvier , Paris

Au nom de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme, les pouvoirs publics déploient inexorablement des systèmes de vidéosurveillance dans notre espace public. Alors que leur efficacité peut être sérieusement mise en question, aucune étude d’impact sérieuse n’a été commandée par les pouvoirs publics. La vidéosurveillance ne prévient pas le crime : tout juste produit-elle des déplacements de la délinquance et sert-elle, parfois, à identifier les auteurs des faits après coup.

Malgré les échecs de ces systèmes, il est de plus en plus souvent question d’y adjoindre des systèmes de vidéo-verbalisation ou encore de reconnaissance faciale permettant d’identifier « à la volée » des suspects, d’analyse d’émotions qui permettraient de détecter des suspects en puissance…. De nombreux responsables politiques semblent, dans une obsession du tout sécuritaire, s’inspirer fortement des pratiques de surveillance chinoises  et sans même questionner les usages de ces systèmes qui présentent de véritables dangers pour les libertés.

Pour discuter de ces enjeux et dangers, à l’occasion de la la Journée internationale de la protection des données personnelles, l’Observatoire des Libertés et du Numérique (OLN)* a le plaisir de vous inviter à une conférence intitulée

« Vidéosurveillance et reconnaissance faciale »
Qui se déroulera le lundi 28 janvier 2019, de 19h à 21h
Au sein de la salle Dreyfus – dans les locaux de la Ligue des droits de l’Homme (138 rue Marcadet, 75018 Paris)

Où interviendront :

–       Laurent Muchielli, sociologue et auteur du livre « Vous êtes filmés – enquête sur le bluff de la vidéosurveillance« 

–       et Asma Mhalla, consultante et maitre de conférence à Science Po Paris.

En espérant vous voir nombreuses et nombreux à cette occasion.

Organisations membres de l’OLN : Amnesty International FranceLe CECILCreis-Terminal, Globenet, La Ligue des droits de l’Homme (LDH), La Quadrature du Net (LQDN), Le Syndicat des Avocats de France (SAF), Le Syndicat de la Magistrature (SM).

Célébration de la Commune

La Fédération de Paris s’associe à l’initiative de l’Association des amies et amis de la Commune afin de célébrer la Commune et son héritage.

Pendant deux mois, la Commune a porté les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité à travers l’émergence du droit du travail et du droit au travail, l’école laïque, gratuite pour tous, la séparation de l’église et de l’État, la défense de l’intérêt général par l’extension des services publics, la reconnaissance de la citoyenneté aux étrangers et des avancées significatives vers l’égalité salariale des femmes et des hommes.

En 72 jours, la Commune a créé la plus authentique démocratie qui ait jamais existé à travers le monde. Une démocratie avec des élus responsables et révocables, s’ils ne tiennent pas leurs engagements. Ils sont sans cesse contrôlés par l’opinion : c’est le gouvernement du peuple par le peuple, pour le peuple.

Et si nous avons à tracer nos propres chemins, il n’est pas vrai que l’exemple de la Commune soit aujourd’hui périmé. Ce que le peuple a voulu et réalisé en 1871, reste d’une grande actualité en 2014.

Où : Place de la Commune de Paris 1871, 46 rue des cinq diamants, 75013 Paris (M° Corvisart, ligne 6)

Quand : Samedi 27 septembre de 14h à 20h

<br />

Manifestation en mémoire de Clément Méric : No Pasaran

Ni oubli, ni pardon. Ces mots sont ceux qui sont dans toutes les têtes des républicains convaincus. Il est plus que jamais nécessaire de montrer aux ennemis de la République, aux fascistes, aux extrêmes droites et droites extrêmes qui souvent se confondent, que les citoyens sont toujours attachés aux valeurs de Justice.

Pour la Liberté, l’égalité et la fraternité. Pour rendre hommage à un jeune militant trop tôt parti, lâchement assassiné. Pour défendre nos valeurs menacées dans un climat malsain entretenu depuis l’adoption du mariage pour tous. Pour tout cela, manifestons !

Où ? à Opéra

Quand ? Dimanche 23 juin à 15h

<br />

Cine-Droits de l’Homme

« Être là ». Que devient la dignité humaine en prison ? Pour tâcher de répondre à la question, le film documentaire de Régis Sauder nous apporte de précieux éléments. « … ce n’est pas un film sur la folie, mais un film sur la dignité de l’homme souffrant et sur celui ou celle qui lui tend la main et l’accompagne. C’est un film sur l’entraide» (Régis Sauder).

Ce documentaire est extrêmement « utile » non seulement parce qu’il montre ce volet de la psychiatrie en prison rarement vu, mais aussi parce qu’il nous fait ressentir, comme rarement au cinéma, la question de la dignité de la condition humaine.

<br />

Venez nous retrouver pour une projection de ce film citoyen qui sera suivi d’un débat avec Gislhaine Rivet, secrétaire Générale Adjointe de la LDH et responsable du groupe de travail Santé-Bioéthique.

Quand ? Le dimanche 9 Décembre à 10h30

Où ? Cinéma Majestic Bastille, 2/4 Boulevard Richard Lenoir 75 011 Paris, Métro Bastille (ligne 1, 5 8 )

Défendre en justice la cause des personnes détenues : Colloque Paris-Nanterre, 25-26 janvier 2013


CREDOF Revue des Droits de l’Homme
Centre de Recherches et d’Études sur les Droits Fondamentaux
Université Paris Ouest Nanterre
La Défense

Le CREDOF, la CNCDH et l’OIP organisent les
Vendredi 25 et samedi 26 janvier 2013 un colloque intitulé
« Défendre en justice la cause des personnes détenues »

Palais du Luxembourg (Salle Clémenceau)
Sous la direction de :
Nicolas Ferran, Docteur en droit public et responsable juridique de l’OIP et Serge Slama, maître de conférences en droit public à l’Université Evry-Val d’Essonne & membre du CREDOF,
en collaboration avec Nils Monsarrrat, chargé de mission à la CNCDH et ancien du Master Droits de l’homme de Nanterre.
Comité scientifique : Boussard, Véronique Champeil-Desplats (CREDOF), Gaétan Cliquennois (CERAPS), Eric Péchillon, Martine Herzog-Evans et Jean-Manuel Larralde (CRDFED),
Ce colloque reçoit également le soutien du CERAPS (Lille 2), du CRDP (Paris Ouest-Nanterre), du Conseil national des barreaux et du Conseil régional Ile-de-France.
Depuis une dizaine d’années l’Observatoire international des prisons a été l’un des principal acteur du développement d’une nouvelle « cause juridique » : la défense des personnes détenues en justice – comme le Gisti a contribué depuis trente ans à l’émergence de la cause des étrangers (« 30 ans après le « grand arrêt » Gisti de 1978. Défendre la cause des étrangers en justice (recueil de textes) », Colloque, novembre 2008). Comme le relevait le président Genevois en conclusion de sa contribution à ce colloque, « comment ne pas relever quel’action du Gisti a fait des émules dans des domaines autres que le droit des étrangers. On songe en particulier au droit pénitentiaire et aux actions engagées par la Section française de l’Observatoire international des prisons.
Dans un cas comme dans l’autre une action collective à la française permet à un groupement de faire sortir de zones de non-droit des catégories de personnes. Il faut, pensons-nous, s’en féliciter » Le Gisti : requérant d’habitude ? La vision du Conseil d’État » [PDF], GISTI, 30 ans après le « grand arrêt » Gisti de 1978, Défendre la cause des étrangers en justice, Dalloz, coll. « études et documents », 2009, p.79).
C’est pour mener une réflexion et un bilan de cette défense en justice de la cause des détenus que le CREDOF, la CNCDH et l’OIP – section française organisent ce colloque les 25 et 26 janvier 2013,

CREDOF-OIP-CNCDH, Colloque des 25 et 26 janvier 2013 – « Défendre en justice la cause des personnes détenus » –