Le soutien français aux artistes Afghans

Publié sur toutelaculture.com le 18 AOÛT 2021

Alors que les talibans prennent possession de Kaboul, la population civile, outre les artistes, fuit l’Afghanistan. Aujourd’hui, une partie du monde de la culture se mobilise pour les aider.  

Un contexte difficile

Cette toute nouvelle prise de pouvoir par les talibans fait trembler la capitale, le pays ainsi que la communauté internationale ; leur occupation de pouvoir précédente, de 1996 jusqu’en 2001, avait été marquée par une application violente de ce qu’ils disent être la loi islamique, dans sa vision la plus perverse et radicale.  

Pendant ce temps-là, en France, une trentaine d’institutions culturelles, dont des centres dramatiques nationaux,  ont remis aux mains des autorités une liste de cinquante-deux artistes à qui il faudrait venir en aide. Qui consisterait tout à la fois à l’accès aux billets d’avion, aux visas et aux logements. Des avions militaires ont par ailleurs été affrétés par le gouvernement français, puisque les vols commerciaux ont été interrompus. Le problème reste cependant l’accès des populations à l’aéroport, rendue difficile en raison du contexte actuel. Pour le moment, la France a exfiltré des diplomates ou Afghans ayant collaboré avec le pays. 

L’investissement des institutions et établissements culturels…

Le niveau de danger pour les artistes est pris en considération, notamment pour les femmes qui pourraient pâtir de la dureté d’un tel régime imposé par les talibans. Les artistes sont explicitement visés par ce groupe, qui nourrit une haine à l’égard de la culture et les exècrent. Ils ont d’ailleurs déjà proféré des menaces à leur égard, tout à la fois dans le passé et récemment, quand les créateurs ne sont pas physiquement attaqués ou tués. Il faut rappeler le cas de Khasha Zwan, humoriste et acteur de la région de Kandahar, visé car il aimait caricaturer les talibans. Celui-ci a été tué par lynchage fin juillet. Il est déjà devenu un symbole de la folie du nouveau régime à l’encontre des artistes. 

Maria Carmela Mini, directrice du festival Latitudes Contemporaines de Lille, a expliqué auprès de l’AFP « Nous avons établi une liste des artistes les plus en danger, en particulier des femmes qui font du théâtre. » Cette liste compte en tout et pour tout soixante-dix personnes, en incluant les familles desdits artistes. Carmela Mini mène d’une main de fer ce projet, plaide cette cause auprès du ministère de la Culture pour les aider à quitter l’Afghanistan mais aussi à s’insérer au sein de la société française. Selon ses dires, les ministères qui étaient présents lors d’une réunion organisée pour l’occasion, ont accepté de mettre en place une procédure de visa accéléré.

… de longue date

Des structures accueillent depuis longtemps les artistes exilés de tous horizons, dont des Afghans d’origine, en danger avant même l’arrivée des talibans. C’est notamment le cas de l’association L’atelier des artistes en exil, qui accueille essentiellement les artistes liés aux arts visuels, dont beaucoup de femmes afghanes artistes. Cette aide consiste en un accompagnement, une réinsertion, notamment à l’aide d’une résidence d’artistes installée dans Paris. Logés, pouvant créer librement, suivant des cours de français et aidés sur le plan juridique, psychologique et social, ils ont alors la possibilité de reprendre une vie normale sur notre territoire. Le MUCEM de Marseille a toujours travaillé sur l’accueil d’artistes en exil venant du monde entier. Ils ont lancé une mobilisation pour cette situation d’urgence, et soutiennent aujourd’hui l’Atelier des artistes en exil. Ils ont lancé un appel aux dons pour fournir des billets d’avions aux artistes fuyant les talibans. La campagne est en ce moment efficiente sur le site d’Helloasso. A l’heure où nous écrivons, il leur manque 30% de dons. D’autres établissements culturels se sont mobilisés et ont suivi ce mouvement d’aide : on y compte entre autres le FRAC, les Beaux-Arts de Marseille, l’ENSP d’Arles, le Centre photographique à Marseille. 

D’autres aides politiques

La maire de Lille a quant à elle souhaité accueillir des réfugiés afghans. Elle a réquisitionné des logements sur la ville qui seront mis à disposition des futurs arrivants, et a elle aussi alerté le ministère sur l’urgence de la situation. 

Un appel aux dons a par ailleurs été lancé par la ville. « La Ville de Lille et la Fondation de Lille lancent un appel aux dons ‘Accueil Afghans en danger’, dont les fonds permettront de prendre en charge les frais de rapatriement ainsi que les frais de vie quotidienne« , a adressé Aubry dans un communiqué le lundi 17 août. 

.@lillefrance est engagée pour l’accueil d’Afghans actuellement en danger dans leur pays. Je vous invite à répondre à l’appel aux dons de la @fondationlille : https://t.co/AvDzIJo5ce pic.twitter.com/9Raw7PICLd

— Martine Aubry (@MartineAubry) August 9, 2021

Elle a également interpelé Macron pour mettre en lumière l’urgence de la situation : « Monsieur le Président de la République. Que fait la France pour accueillir les Afghans en danger, au-delà du rapatriement réalisé de ceux qui avaient travaillé pour la France ? « 

AFGHANISTAN : DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS, JOURNALISTES ET MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ CIVILE DOIVENT ÊTRE PROTÉGÉS

Lettre ouverte de la FIDH et de l’OMCT aux ministres des Affaires étrangères pour demander une action urgente afin de protéger les défenseurs des droits humains, les journalistes et les membres de la société civile en danger

Paris-Genève, 16 août 2021

Excellences,

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains (un partenariat FIDH-OMCT) fait appel à votre aide urgente pour soutenir les défenseurs des droits humains, les journalistes et les membres de la société civile afghans en danger qui cherchent à quitter leur pays dans un contexte de détérioration rapide et dramatique de la situation en Afghanistan.

L’annonce, en avril 2021, du retrait total et inconditionnel des forces armées internationales du pays d’ici septembre 2021 a entraîné une intensification des attaques contre les civils, qui s’est traduite par une augmentation alarmante du nombre de victimes. Selon la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (UNAMA), du 1er avril 2021 au 30 juin 2021, 1 086 personnes ont été tuées et 2 314 blessées. Cela représente une augmentation de 90 % et 91 % respectivement par rapport à la période de janvier à mars 2021. En outre, depuis le début de l’année, près de 400 000 personnes ont été FORCÉES DE QUITTER LEUR FOYER – dont quelque 244 000 depuis le mois de mai. L’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a MIS EN GARDE contre une « crise humanitaire imminente » en Afghanistan en raison de l’insécurité et des déplacements de population. Au cours des dernières semaines, la situation s’est encore aggravée, les Talibans ayant pris le contrôle de la majorité du territoire afghan. Entre le 1er juillet et le 13 août 2021, les organisations humanitaires ont enregistré L’ARRIVÉE de 13 500 personnes déplacées internes à Kaboul.

Dans ce contexte extrêmement préoccupant, les défenseurs des droits humains, les journalistes et les membres de la société civile sont particulièrement vulnérables. Les attaques systématiques et les meurtres de défenseurs des droits humains étaient monnaie courante dans tout l’Afghanistan avant même l’offensive des Talibans, ce qui a mené à une incapacité quasi-totale pour eux de mener à bien toute action en faveur des droits humains et à l’effondrement de l’espace civique en Afghanistan. Compte tenu du danger accru que représente l’offensive des Talibans et de l’impossibilité pour les membres de la société civile de se relocaliser en Afghanistan, de nombreux membres de la société civile cherchent désormais à se mettre en sécurité à l’étranger. Ils ont besoin d’une protection urgente.

Nous vous demandons instamment de prendre des mesures immédiates pour délivrer des visas d’urgence aux défenseurs des droits humains et aux membres de la société civile dont la vie est en danger, conformément aux Orientations de l’UE concernant les Défenseurs des droits de l’Homme et aux orientations similaires en vigueur dans d’autres pays. Nous vous demandons également d’arrêter immédiatement les rapatriements de membres de la société civile afghane qui risquent d’être expulsés, conformément au droit international des droits humains.

Nous espérons que vous serez sensibles à l’urgence et à la gravité de la situation et que vous répondrez positivement à notre appel.

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à cette importante question.

Sincèrement,

Alice Mogwe
Présidente
FIDH – Fédération internationale pour les droits humains

Gerald Staberock
Secrétaire Général
OMCT – Organisation mondiale contre la torture