Manifestation contre les violences faites aux femmes samedi 20 novembre à 15h, place de la Résistance à Perpignan

Manifestation contre les violences sexistes et sexuelles à l’appel du Collectif Droits des Femmes 66 dont la LDH 66 est membre et de Nous Toutes 66, dans le cadre de la journée internationale contre les violences faites aux femmes. La place de la Résistance est près du Castillet.

Afghanistan : la résistance féminine s’organise face aux talibans

Publié sur francetvinfo.fr le 04/10/2021

Se mettre en beauté, étudier, pratiquer du sport … De nombreuses activités sont interdites aux femmes depuis l’arrivée des talibans au pouvoir, en Afghanistan. Dans l’ombre, leur résistance s’organise. 

https://embedftv-a.akamaihd.net/bd567f4b268ee6195693c268a765082b

Maquiller une femme dans un salon de beauté à Kaboul (Afghanistan) est un acte interdit par les talibans, mais aussi un acte de rébellion pour des centaines de femmes. « Les talibans n’acceptent pas notre travail, ils prétendent que le maquillage n’est pas compatible avec la charia« , témoigne une employée d’un institut de beauté, qui œuvre à rideaux fermés. Comme elle, de nombreuses femmes luttent à leur façon face au régime taliban, qui restreint de nombreuses libertés aux femmes. Jeudi 30 septembre, plusieurs femmes ont pu manifester durant une minute, avant d’être brutalement repoussées par des talibans. Un geste de bravoure, qui a cependant marqué les manifestantes, évoquant leur « peur« .

Le savoir et l’activité sportive pour lutter

Malgré la répression des manifestations, les femmes afghanes de Kaboul luttent différemment, notamment en portant des voiles colorés, contraires à ce que prône le régime taliban. L’accès à l’éducation est également un des moyens employés pour lutter face aux hommes au pouvoir. Dans une école, une dizaine de femmes viennent assouvir leur soif de savoir, en espérant venir en aide au pays dans le futur. « Si je deviens pilote, je me battrai pour défendre nos droits et protéger notre pays », témoigne une étudiante. La pratique du sport, également proscrite par les talibans, est enseignée à volets fermés afin d’apprendre les bases du combat à de jeunes femmes, prêtes à lutter pour faire face à l’obscurantisme.

AFGHANISTAN : DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS, JOURNALISTES ET MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ CIVILE DOIVENT ÊTRE PROTÉGÉS

Lettre ouverte de la FIDH et de l’OMCT aux ministres des Affaires étrangères pour demander une action urgente afin de protéger les défenseurs des droits humains, les journalistes et les membres de la société civile en danger

Paris-Genève, 16 août 2021

Excellences,

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains (un partenariat FIDH-OMCT) fait appel à votre aide urgente pour soutenir les défenseurs des droits humains, les journalistes et les membres de la société civile afghans en danger qui cherchent à quitter leur pays dans un contexte de détérioration rapide et dramatique de la situation en Afghanistan.

L’annonce, en avril 2021, du retrait total et inconditionnel des forces armées internationales du pays d’ici septembre 2021 a entraîné une intensification des attaques contre les civils, qui s’est traduite par une augmentation alarmante du nombre de victimes. Selon la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (UNAMA), du 1er avril 2021 au 30 juin 2021, 1 086 personnes ont été tuées et 2 314 blessées. Cela représente une augmentation de 90 % et 91 % respectivement par rapport à la période de janvier à mars 2021. En outre, depuis le début de l’année, près de 400 000 personnes ont été FORCÉES DE QUITTER LEUR FOYER – dont quelque 244 000 depuis le mois de mai. L’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a MIS EN GARDE contre une « crise humanitaire imminente » en Afghanistan en raison de l’insécurité et des déplacements de population. Au cours des dernières semaines, la situation s’est encore aggravée, les Talibans ayant pris le contrôle de la majorité du territoire afghan. Entre le 1er juillet et le 13 août 2021, les organisations humanitaires ont enregistré L’ARRIVÉE de 13 500 personnes déplacées internes à Kaboul.

Dans ce contexte extrêmement préoccupant, les défenseurs des droits humains, les journalistes et les membres de la société civile sont particulièrement vulnérables. Les attaques systématiques et les meurtres de défenseurs des droits humains étaient monnaie courante dans tout l’Afghanistan avant même l’offensive des Talibans, ce qui a mené à une incapacité quasi-totale pour eux de mener à bien toute action en faveur des droits humains et à l’effondrement de l’espace civique en Afghanistan. Compte tenu du danger accru que représente l’offensive des Talibans et de l’impossibilité pour les membres de la société civile de se relocaliser en Afghanistan, de nombreux membres de la société civile cherchent désormais à se mettre en sécurité à l’étranger. Ils ont besoin d’une protection urgente.

Nous vous demandons instamment de prendre des mesures immédiates pour délivrer des visas d’urgence aux défenseurs des droits humains et aux membres de la société civile dont la vie est en danger, conformément aux Orientations de l’UE concernant les Défenseurs des droits de l’Homme et aux orientations similaires en vigueur dans d’autres pays. Nous vous demandons également d’arrêter immédiatement les rapatriements de membres de la société civile afghane qui risquent d’être expulsés, conformément au droit international des droits humains.

Nous espérons que vous serez sensibles à l’urgence et à la gravité de la situation et que vous répondrez positivement à notre appel.

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à cette importante question.

Sincèrement,

Alice Mogwe
Présidente
FIDH – Fédération internationale pour les droits humains

Gerald Staberock
Secrétaire Général
OMCT – Organisation mondiale contre la torture