Algérie : des milliers de manifestations pour l’anniversaire du Hirak

Publié sur ouest-france.fr le 16/02/2021

Les manifestants demandent des changements politiques comme la fin du contrôle de la politique du pays par l’armée. | EPA/MAXPPP


Plusieurs milliers de personnes défilaient mardi 16 février 2021 dans l’est de l’Algérie à Kherrata, le berceau du mouvement antirégime Hirak, malgré l’interdiction de manifester, pour marquer le deuxième anniversaire du soulèvement populaire qui a chassé du pouvoir le président Abdelaziz Bouteflika, a constaté l’AFP.

C’est à Kherrata, à 300 km à l’est d’Alger, qu’une mobilisation spontanée avait réuni le 16 février 2019 des milliers d’Algériens opposés au cinquième mandat présidentiel d’Abdelaziz Bouteflika, rendu impotent par un AVC.

Le drapeau algérien est souvent brandi par les manifestants | AFP

Un mouvement pour plus de libertés

Une semaine plus tard, le 22 février, la contestation avait gagné Alger, puis le reste du pays, donnant naissance à un mouvement (Hirak) populaire inédit, réclamant « le démantèlement du système » en place depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962.

Les manifestants demandent des changements politiques comme la fin du contrôle de la politique du pays par l’armée. | EPA/MAXPPP

Les manifestants brandissent drapeaux algériens et amazighs (berbères), en scandant des slogans du Hirak : « Pour l’indépendance de l’Algérie »« (le président) Tebboune est arrivé par la fraude, placé par les militaires » ou encore « Les généraux à la poubelle ».

Dans la continuité des marches du Hirak, suspendues depuis près d’un an en raison de la crise sanitaire, ils réclament « un État civil »« la liberté de la justice »« la liberté d’expression et de presse » et la libération des détenus d’opinion, d’après les banderoles affichées dans la ville.

De nombreuses figures du Hirak emprisonnées

Quelque 70 personnes sont actuellement en prison en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles, selon le Comité national de libération des détenus (CNLD), une association de soutien.

Des figures de l’opposition ont pris part au défilé. Parmi elles : Karim Tabbou, porte-parole de l’Union démocratique et sociale (UDS) et ancien détenu, Mohcine Belabbas, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et Zoubida Assoul, avocate et présidente de l’Union pour le changement pour le progrès (UCP).

Dès lundi soir, des hirakistes avaient convergé de plusieurs wilayas (préfectures) d’Algérie pour prendre part à ce rassemblement.

« Un État civil, pas militaire », peut-on lire sur cette banderole avec les drapeaux algérien et kabyle. | AFP

Le Covid-19 a mis le mouvement Hirak à l’arrêt

Les manifestations politiques restent interdites en Algérie en raison de la pandémie de Covid-19. Peu de protestataires portaient de masques sanitaires mardi.

Les marches du Hirak sont à l’arrêt depuis mars 2020 mais à l’approche de l’anniversaire du soulèvement, les mobilisations se sont multipliées, notamment en Kabylie (nord-est).

Une marche organisée pour « le départ du système (au pouvoir), pour la libération des détenus et contre la répression des libertés » a regroupé lundi plusieurs centaines de personnes à Béjaïa, grande ville de Kabylie, d’après la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH).

Le même jour, la justice algérienne a encore condamné plusieurs militants du Hirak à des peines de prison ferme.

HK à Perpignan et Prades en soutien au spectacle vivant vendredi 19 février

Publié sur le site de la CGT-66

Pour la liberté de chanter et danser, déambulations revendicatives et musicales à Perpignan et Prades vendredi 19 février et à Céret le 20 février


Kaddour Hadadi (HK et les Saltimbanks) est bien connu des milieux militants puisqu’il est l’auteur de la chanson « on lâche rien ! » souvent reprise depuis quelques années dans les manifestations défendant nos droits sociaux.
En tournée dans toute la France, pour réchauffer les cœurs en cette période de sinistrose, HK a généreusement accepté de se déplacer ce vendredi 19 février dans les Pyrénées-Orientales pour porter ce message « nous sommes tout-tes essentiel-les » !

L’UD CGT66 et Alternatiba66 organisateurs des 3 manifestations festives déclarées en préfecture, soutiennent les intermittents du spectacle mis en grande précarité et ne pouvant plus travailler. Le spectacle vivant se paupérise, se meurt, des petites structures s’écroulent, des milliers d’artistes perdent leurs droits.

HK sera accompagné de musiciens du cru, d’intermittents du 66, vendredi 19 février à Perpignan à partir de 11h30 face au médiator avec une déambulation musicale vers le théâtre de l’Archipel et la passerelle puis à Prades à 15h Place de l’Église.
Ces initiatives sont également soutenues par les Mouvement des intermittents 66. Soyons nombreux sur ces initiatives !

Dans le monde d’après, nous sommes tou·tes essentiel·les. Nous soutenons le spectacle vivant, et tous les intermittent·tes du 66.En tant que militant·es écologistes et syndicalistes , nous défendons la « nature « le vivant alors restons vivant·es.Continuons à chanter, à danser encore comme le dit si bien notre fidèle ami HK.
On lâche rien et prenons soin de nous .Rendons visite à nos lieux de culture et rendons les vivants.Venez nous rejoindre , vivons cet instant, soyons vivant·es comme le dit HK « sans arme , sans haine et sans violence « !Ces initiatives sont également soutenues par les Mouvement des intermittents 66Les règles sanitaires en vigueur seront bien sûr respectées (distanciation physique, lavage régulier des mains, port du masque) et rappelées par les organisateurs.

Tou.te.s à la Marche des Libertés : samedi 30 janvier à 14h, face au Castillet, à Perpignan

Plus déterminé.e.s que jamais jusqu’au retrait de la Loi « Sécurité Globale » !

Les manifestations du samedi 16 janvier contre la loi « Sécurité globale » et les dérives antidémocratiques et répressives du pouvoir ont rassemblé 200 000 personnes dans 88 villes. Presque partout les cortèges ont défilé dans le calme et la détermination, cependant cinq grandes villes ont connu des entraves graves à la liberté de manifester.

Ainsi, le gouvernement poursuit sa politique liberticide en multipliant les atteintes au droit de manifester.

On ne nous empêchera pas de nous exprimer, de défendre nos droits et libertés.

Plus déterminés que jamais notre mouvement voit de nouvelles associations nous rejoindre partout dans le pays, de nouveaux acteurs du monde social, culturel, syndical. Nous ne nous laisserons pas intimider par ces nouvelles attaques aux droits et libertés en France.

Comme partout dans le pays, nous appelons la population à manifester à Perpignan le samedi 30 janvier à 14h au pied du Castillet
pour le retrait de la loi « Sécurité globale » et du nouveau schéma national du maintien de l’ordre
 et de toutes les lois liberticides.

#StopLoiSécuritéGlobale66 – contact : observatoirelibertes66@laposte.net

La Coordination est composée de l’ASTI, la CGT 66, le Collectif Bas les Masques, la CNT, Femmes Solidaires, Génération.s, la FSU, les Groupes d’Action France Insoumise, la Legal Team Gilets Jaunes, la Ligue des droits de l’Homme, le NPA, le PG 66, le RCP 66, Solidaires.