Communiqué de l’ORDL : arrêté municipal d’Aliot, Stop aux amalgames et à la stigmatisation!

ARRÊTÉ MUNICIPAL D’ALIOT : STOP AUX AMALGAMES ET À LA STIGMATISATION !

Communiqué de presse de l’ORDL-66 (Observatoire pour le Respect des Droits et Libertés)

Suite à une course-poursuite entre policiers et individus armés aux abords de l’école Sainte-Thérèse, ce lundi à Perpignan (ce qui, finalement, ne serait qu’un règlement de compte… de poker selon L’Indépendant du 16 septembre), le nouveau maire RN, Louis Aliot, en profite pour en rajouter sur la « sécurité » et commencer à mettre son programme à l’œuvre contre les populations issues de l‘immigration. Un arrêté municipal impose en effet la fermeture de « tous les commerces dits d’alimentation générale » à 22h. Autrement dit : les quelques épiceries « arabes » de Perpignan… dont on ne voit pas ce que ça a à voir avec les règlements de compte entre délinquants !

L’Observatoire pour le respect des droits et libertés 66 (ORDL 66) proteste énergiquement contre cette tentative d’amalgame grossier entre la délinquance et les personnes d’origine maghrébine, et la stigmatisation qu’engendre ce genre de mesure qui ne sert qu’à diviser, faire diversion et désigner des « boucs émissaires ».

Perpignan, le 16 septembre 2020

Tags révisionnistes à Oradour-sur-Glane

Publié sur francetvinfo.fr Juliette CampionPierre Godon

France Télévisions le 22/08/2020

Tags révisionnistes à Oradour-sur-Glane : le gouvernement vise des filières « parfois organisées au niveau international »

Après la découverte de tags révisionnistes au Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane, la classe politique française a fait part d’une consternation unanime, appelant à faire la justice sur cet acte.

Le mot « martyr » rayé d’un trait de peinture blanche, la mention « menteur » ajoutée et accompagnée d’une référence à un militant condamné pour négationnisme. Des tags révisionnistes ont été découverts vendredi 21 août sur les murs du Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne). Au lendemain des faits, samedi 22 août, la classe politique dénonce cet acte, qui vise un village martyr de la Seconde Guerre mondiale, et appelle à traduire ses auteurs en justice. 

 « Des filières parfois organisées au niveau international. » En visite sur place, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebarri, a dénoncé un acte « lâche, violent et grave », qu’il est « nécessaire de ne pas laisser passer ». Ancien député de la circonscription, il a évoqué, sur BFMTV, des « filières d’extrême droite, négationnistes, parfois organisées au niveau international », qui nécessiteront « énormément de moyens pour les traquer et éventuellement pour les punir ».

 Colère de l’exécutif. Dans un communiqué, l’Elysée indique qu’Emmanuel Macron « condamne avec la plus grande fermeté cet acte inqualifiable ». Le chef de l’Etat « assure que tout sera fait pour que les auteurs de cet acte soient traduits en justice ». Le Premier ministre, Jean Castex, fait part de sa « colère » et de sa « consternation ». Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, souhaite que justice soit rapidement faite après cette « salissure abjecte ».

 Condamnations de toute la classe politique. Les politiques de tout bord ont réagi. « Honte aux responsables », a écrit Adrien Quatennens, coordinateur de La France insoumise. Le député Les Républicains Eric Ciotti se dit « écœuré et révolté » et appelle à « renforcer la transmission de cette mémoire ». Au Rassemblement national, le député Sébastien Chenu se montre tout aussi ferme : « Honte à ceux qui souillent la mémoire de ce village martyr. »

 Plus de 600 habitants massacrés. Le Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane, ouvert en 1996, explique aux visiteurs des ruines du village martyr le contexte du massacre survenu le 10 juin 1944. Ce jour-là, la division SS Das Reich tuait 642 villageois. Les soldats nazis avaient rassemblé les hommes dans les granges du village et les avaient fusillés. Ils avaient regroupé femmes et enfants dans l’église avant d’y mettre le feu.

Retour sur les diverses agressions de l’extrême-droite le dimanche 17 mai à Montpellier

mardi 26/05/2020 – 17:20

1 – Communiqué du local associatif Le Barricade

Alors que la manifestation des Gilets Jaunes du samedi 16 mai a été durement réprimée par les forces de l’ordre, les militants d’extrême droite de La Ligue du Midi, de l’Action française et de la Ligue des Volontaires ont complété le travail de la police.

Acte 1 : Une douzaine de fascistes croisent un journaliste indépendant montpelliérain près de la gare. A douze contre un, ils déclenchent une bagarre avant de prendre la fuite.
Acte 2 : Les même fascistes se rendent ensuite au local associatif le Barricade, lieu au service des luttes sociales où se tiennent divers ateliers gratuits et ouverts. Ils brisent la vitrine avant de repartir en direction du centre ville.
Acte 3 : Les mêmes individus se rendent à la manifestation des groupes d’extrême droite « interdite » par le préfet. La manifestation se tient pourtant sous le regard bienveillant des forces de l’ordre. Un traitement très différent de la violence déployée la veille contre les Gilets Jaunes.
Acte 4 : Des manifestants d’extrême droite menacent une journaliste de l’AFP et lui volent son téléphone. Les fascistes prouvent encore une fois leur rôle d’auxiliaires de police au service de la classe dominante.

Enhardis, les fascistes multiplient leurs minables agressions sur Montpellier, en se pensant hors de toute atteinte. Ils se trompent. Les initiatives de solidarité, les manifestations et les lieux de résistance se multiplient. Les violences de la police et de l’extrême droite ne parviendront pas à stopper les luttes sociales.

2 – Lettre au préfet de la Ligue des droits de l’Homme de Montpellier

3- Article publié sur France bleu Hérault

Manifestations à Montpellier : la police plus souple avec la Ligue du Midi qu’avec les gilets jaunes ?