Marches des libertés: 150 000 participants dans le pays, dont 70 000 à Paris contre l’extrême-droite

A Perpignan, plus de 300 manifestants d’après l’Indépendant. Ce n’est qu’un premier échauffement avant la manifestation du 3 juillet lors du congrès national du parti d’extrême-droite RN qui doit lancer la candidature de Le Pen aux présidentielles de 2022. La LDH sera présente.

Une Marche des libertés contre l’extrême droite a défilé dans 140 villes en France

Publié sur lemonde.fr le 12 juin 2021 avec AFP

Plus de cent organisations ont été représentées pour dénoncer « les attaques contre les libertés », qui se multiplient, selon elles, avec la montée de l’extrême droite et les lois « liberticides ».

Après un an et demi de crise sanitaire, qui a compliqué l’organisation de manifestations, la Marche des libertés offre une sorte de grand rattrapage pour les militants politiques et syndicaux, activistes écologistes et associatifs de divers secteurs.

Militants politiques et syndicaux, activistes écolos et associatifs de divers secteurs ont défilé ensemble samedi dans environ 140 villes de France pour dénoncer « les attaques contre les libertés » qui se multiplient selon eux à la faveur de la montée de l’extrême droite et de lois « liberticides ». Selon les autorités, plus de 37 000 personnes ont manifesté au cours de 119 défilés, dont 9 000 personnes dans la capitale. Les organisateurs ont eux comptabilisé 150 000 participants dans le pays, dont 70 000 à Paris.

Les manifestations ont débuté à 10 h 30 à Montpellier ou à Nancy, et à 11 heures à Nantes et à Bordeaux. A Paris, ils étaient plusieurs centaines place de Clichy, pour rejoindre la place de la République par le boulevard Magenta. CGT, FSU, le Syndicat de la magistrature ou encore l’UNEF côté syndical, la Ligue des droits de l’homme, la Cimade, Oxfam ou encore Attac du côté des ONG, Youth for Climate et France Nature Environnement pour les défenseurs du climat, et tous les partis de gauche : ce sont en tout plus de cent organisations qui sont représentées.

« C’est le point de départ, j’espère, d’une mobilisation pas seulement contre les organisations d’extrême droite, mais contre les idées d’extrême droite », a expliqué au départ de la manifestation l’ex-candidat à la présidentielle Benoît Hamon. Il estime que ces idées « ne sont plus le monopole des partis d’extrême droite et qu’elles se sont largement diffusées dans la classe politique ». Pour Thomas Portes, également président de l’Observatoire national de l’extrême droite, « on sent sur le terrain que les gens (de gauche) en ont marre de prendre des coups ».

« Le RN aux portes du pouvoir »

A Nantes, près de 900 personnes selon la préfecture ont défilé, dont une centaine de l’ultra-gauche a eu quelques altercations avec la police. Entre 500 et 1 000 personnes se sont réunies à Strasbourg, environ un millier à Toulouse, 1 200 à Rennes. Dans la Ville rose, un enseignant en histoire-géographie, Gauthier, militant FSU de 54 ans, s’inquiète « des piques, des provocations » de ses élèves, et estime que « les idées d’extrême droite progressent dangereusement ».

A Avignon, ce sont 270 personnes, selon la police, qui ont manifesté, dont le patron du PS, Olivier Faure. « Il y a une banalisation du discours du RN qui est aujourd’hui aux portes de notre région » PACA, mais « un sursaut est encore possible », a déclaré l’écologiste Jean-Pierre Cervantes, chef de file de la liste d’union de la gauche dans le Vaucluse pour les régionales des 20 et 27 juin.

A Marseille, quelque 1 500 manifestants chantent à tue-tête : « Nous, on est là, même si Le Pen ne le veut pas, pour un monde meilleur pour les travailleurs », derrière une banderole de la CGT affirmant l’engagement « de rester unis pour dissoudre le capitalisme qui conduit au fascisme ».

Accusations d’islamo-gauchisme, polémique sur les réunions non mixtes, manifestation des policiers, scores du RN dans les sondages… puis plus récemment vidéo du youtubeur Papacito simulant un meurtre d’électeur « insoumis », et gifle à Emmanuel Macron : l’atmosphère dans le pays nécessitait une réaction aux yeux de nombreux militants.

« La très grande diversité m’impressionne. Ça montre qu’il y a un souci d’autoritarisme du pouvoir et une pression idéologique et électorale de l’extrême droite qui touchent tout le monde », estime Eric Coquerel, qui reconnaît que l’ampleur de la mobilisation dans la rue samedi était imprévisible.

La diversité de la mobilisation ne pourra cependant pas faire oublier les divisions qui minent la gauche, même sur les sujets de la laïcité, des libertés et de la sécurité, sur lesquels un consensus existait il y a plusieurs années. La participation des chefs socialiste, Olivier Faure, communiste, Fabien Roussel, et du potentiel candidat écologiste à la présidentielle, Yannick Jadot, à la manifestation des policiers devant l’Assemblée nationale, le 19 mai, a profondément secoué les partis de l’intérieur.

Manifestation contre des lois « liberticides »

Les manifestants accusent le gouvernement et la droite de courir derrière l’extrême droite. « On avait un président de la République qui voulait se présenter comme un rempart contre l’extrême droite et pour nos libertés », mais « nos libertés sont véritablement en danger », et « un vrai sursaut est nécessaire », a fait valoir le numéro un des Verts, Julien Bayou, sur France Inter samedi.

Sont concrètement visées « les lois liberticides » du gouvernement, comme la loi « sécurité globale » et certains de ses articles, par exemple celui qui punit « la provocation à l’identification » des forces de l’ordre, censuré par le Conseil constitutionnel le 20 mai.

Jeudi, le Conseil d’Etat a infligé un désaveu au ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin : la haute juridiction a annulé plusieurs dispositions-phares du schéma du maintien de l’ordre, dont la technique de la « nasse » et l’obligation faite aux journalistes de quitter les manifestations.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Maintien de l’ordre : le désaveu politique du Conseil d’Etat

Le Monde avec AFP

Rassemblement au col de Banyuls pour dénoncer la fermeture de la frontière et défendre les migrants

Les initiateurs de ce rassemblement de soutien aux migrants est une réponse à la provocation raciste du 20 janvier à la frontière espagnole de Génération identitaire, groupe néo-nazi soutenu par le Rassemblement National et aussi aux mesures de fermeture de la frontière du gouvernement qui stigmatise les migrants en faisant l’amalgame avec le terrorisme.

Publié sur francebleu.fr le 7/02/2021 – Voir la vidéo sur le site de francebleu

80 personnes étaient rassemblées ce dimanche midi au col de Banyuls (Pyrénées-Orientales) pour dénoncer la fermeture de la route frontière avec l’Espagne et la stigmatisation des migrants par le gouvernement. Une initiative notamment de la chorale antifasciste et féministe de Perpignan.

La décision du préfet de fermer plusieurs routes-frontières avec l’Espagne le mois dernier continue de faire des vagues dans les Pyrénées-Orientales. Ce dimanche matin, 80 personnes se sont rassemblées au col de Banyuls (Pyrénées-Orientales) pour protester contre la mise en place de blocs de béton au milieu de cette petite route qui en temps normal permet de relier la ville de Banyuls-sur-Mer au village catalan d’Espolla.

Le rassemblement, organisé notamment par la chorale antifasciste et féministe de Perpignan, visait à dénoncer la fermeture physique de la frontière mais aussi la stigmatisation des migrants. En effet, la fermeture de plusieurs routes secondaires vers l’Espagne a été décidée dans le cadre du renforcement de la lutte anti-terroriste annoncé par Emmanuel Macron lors de son déplacement au Perthus fin 2020. Il s’agit notamment de mieux surveiller les passages de migrants clandestins à la frontière, susceptibles d’être liés à des activités terroristes. 

Rassemblement en chanson

Les manifestants présents au col de Banyuls ont franchi les blocs de béton à pied, avant d’entonner des chants antifascistes. « Nous voulons dénoncer« , explique Elise, membre de la chorale antifasciste et féministe de Perpignan, « un gros amalgame qui est fait entre les exilés qui traversent les frontières pour se réfugier dans des pays plus accueillants et le terrorisme« .

Tapage nocturne, insultes, menaces de mort: des amis de Louis Aliot à la soirée RN organisée en plein confinement

Pendant sa campagne des municipales Aliot n’a cessé de se targuer de s’être éloigné du Rassemblement national (ex FN). Cet article démontre, une fois de plus, les liens étroits entre Aliot et des responsables peu fréquentables qui ont beaucoup travaillé avec l’extrême-droite . Comme par hasard le prochain congrès national du RN pour investir la nouvelle candidature de Marine Lepen aux présidentielles se tiendra les 3 et 4 juillet à Perpignan…

Tapage nocturne : des proches de Louis Aliot à la soirée RN organisée en plein confinement

Publié sur oeilsurlefront.liberation.fr le 13/01/2020

PAR TRISTAN BERTELOOT

Des cadres du RN se sont réunis le 13 décembre pour un dîner très animé à Paris, chez le député européen Jérôme Rivière. L’événement, où étaient présents des proches du maire de Perpignan s’est plutôt mal terminé : une enquête a été ouverte pour «tapage nocturne, injures publiques et menaces de mort».

Des nouvelles des deux hommes qui accompagnaient l’eurodéputé RN Jean-Lin Lacapelle à la petite sauterie organisée chez un autre élu du parti, Jérôme Rivière, le 13 décembre, en plein reconfinement. Nous vous en parlions hier : cette soirée a débouché sur l’ouverture d’une enquête pour «tapage nocturne, injures publiques et menaces de mort», a révélé Mediapart. Il s’agit, selon plusieurs sources, d’Arnaud Folch et de Nicolas Lesage, deux proches de Louis Aliot.

Le premier a récemment été nommé directeur de la communication par le maire RN de Perpignan. Selon le site d’information local Made in Perpignan, Folch a signé un contrat de onze mois pour «communiquer sur les enjeux territoriaux forts» en vue des régionales. Il a également la particularité d’avoir été directeur adjoint de la rédaction du magazine Valeurs actuelles, en charge des hors-séries. Egalement passé par l’hebdomadaire d’extrême droite Minute, il est décrit comme un «obsédé par Gabin et la France de cette époque-là», nous raconte un ami d’Aliot, qui le considère comme assez «littéraire». L’avant-dernier article de Folch dans Valeurs traite d’ailleurs du maire de Perpignan. Son titre : Aliot, dynamiteur du «front républicain».

Lesage est lui aussi un homme de l’ombre du clan Aliot. Ami très proche de l’ex-député des Pyrénées-Orientales, il a été son directeur de cabinet, avant de rejoindre celui de Marine Le Pen. Elle s’en est séparé après la présidentielle 2017, le jugeant «peu fiable», selon une source. Celle-ci précise que Lesage n’est aujourd’hui «pas en odeur de sainteté» auprès de la présidente du RN. Spécialisé dans les «problématiques de défense et sécurité», nous dit-on, il assurait à ce titre pendant longtemps le rôle de «logisticien et coordinateur» du cercle des Horaces, ces hauts fonctionnaires au service du RN. «C’est lui qui était chargé de trouver les lieux de réunion, explique un ancien membre. Il faisait la navette entre le cabinet de la présidente et les Horaces, orientant des personnes qui cherchaient à interroger Marine Le Pen sur des sujets techniques vers nous.» Bref, du beau monde.