Le forum logement du samedi 25 septembre 2021 salle Canigou à Perpignan.

Plus de 50 personnes ont participé à ce forum très riche en expériences accumulées par les organisations à Marseille, Nîmes et Toulouse et en propositions d’action collectives.

Le matin, se sont exprimés : Fathi BOUAROUA du Collectif 5 novembre de Marseille, Madani MARZUK du DAL de Nîmes, Antoine BAZIN d’UTOPIA 56 de Toulouse et Delphine NEVEN, chercheuse à l’ODENORE ( Observatoire des non-recours aux droits et services ) à Grenoble.

L’après-midi s’est organisé en table ronde où étaient présents des membres des organisations suivantes : Germà, HDSS, ATTAC 66, ASTI66, Bouge-Toit, le Parti Communiste66, La Locale, Habitat et Humanisme, ATD-QUART MONDE, La Ligue des Droits de l’Homme66, L’Alternative En davant, Sud – Solidaires66.

Le constat (par Attac66)

Dans le département il y a une très grande pauvreté (revenu inférieur à 1000 € par mois) et une insuffisance de logements sociaux malgré une augmentation continue. Il y a 12 500 demandes de logements sociaux par an et 27 000 logements vacants dans le département, donc, un énorme effort à faire sur la vacance ; il n’y a pas besoin de loi ou structure nouvelle, mais un engagement financier de l’État : en Occitanie, c’est le département des Pyrénées Orientales qui est le plus mal loti en aide étatique.

Outre le manque de logement, se pose le problème de l’habitat indigne, et, paradoxalement, la lutte contre la précarité énergétique, en rehaussant les normes, diminue le nombre d’habitats « dignes ».
De plus, en cas d’habitat indigne, il faut retrouver des logements équivalents (en surface, prix…) et certains occupants des logements indignes, sont des propriétaires totalement impécunieux.

Par rapport à la loi SRU, il manque 4 734 logements, dont 1 000 logements pour Canet, et il y a 13 283 locaux vacants qui pourraient être utilisés.

Parmi les demandes en logement social (HLM surtout), même les travailleurs pauvres ont des difficultés d ’accès au logement, à cause de revenus insuffisants, et dans les services d’orientation des demandes, 200 à 300 demandes sont laissées de côté, pour la même raison ; ils vont, donc, dans le privé où le logement est plus cher !!! Une solution pourrait être la sous-location ou le bail glissant, mais il faudrait que l’État apporte sa garantie aux associations intermédiaires. En fait, les HLM transfèrent le risque financier sur la sous-location.

D’autres solutions sont les logements alternatifs des jeunes majeurs ; les mandats de gestion donnés par les propriétaires qui aident les propriétaires à mettre aux normes, mais entraînent une augmentation de la captation du logement privé. La taxe pour les logements vacants peut être utilisée mais de manière progressive.

Il faudrait des réhabilitations, une augmentation des places d’hébergement, et des moyens pour l’accompagnement social.

En ce qui concerne les Commissions d’attribution des logements HLM : progressivement se met en place un classement des demandes suivant certains critères précis.

L’AIVS (Agence Immobilière à Vocation sociale ) : elle travaille à la fois pour les propriétaires et propose aux demandeurs ; il faudrait que les pouvoirs publics lui accordent plus de moyens.

Autre solution possible : changer de statut, mais pas de logement : si quelqu’un a moins de revenus, il garde son logement, mais rentre dans un autre dispositif d’aides 

Covid-19. L’Afrique va manquer de près de 500 millions de vaccins, selon l’OMS

Le mécanisme de financement Covax permet de distribuer gratuitement des doses de vaccin aux pays les plus défavorisés et cela par les pays les plus riches. Mais même dans ce domaine les lois « implacables » du marché priment sur l’aide internationale: priorité accordée aux accords bilatéraux entre les fabricants et les pays, interdictions d’exportation,…L’OMS dénonce ainsi « les pays riches qui s’emploient à écarter le Covax du marché ». Voilà le résultat de ce néolibéralisme destructeur. Nous devons tous ensemble agir pour l’égalité d’accès au vaccins et pour la levée des brevets. (LDH 66)

Publié sur ouest-france.fr le 17 septembre 2021

En prenant en compte ce déficit, les doses attendues sur le continent qui a franchi cette semaine la barre des 8 millions d’infections ne permettront de vacciner que 17 % de la population, a regretté jeudi 16 septembre l’OMS.

Le mécanisme Covax ayant revu à la baisse ses prévisions d’expédition de vaccins anti-Covid-19 vers les pays pauvres, l’Afrique va manquer de presque 500 millions de doses par rapport à l’objectif mondial de 40 % de vaccinés à la fin de l’année, a regretté jeudi l’OMS.

Manquant de doses, Covax va expédier en Afrique environ 150 millions de vaccins de moins que ce qui était prévu.

En prenant en compte ce déficit, 470 millions de doses de vaccin attendues sur le continent permettront de vacciner seulement 17 % de la population, a estimé le bureau régional pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la santé lors de son briefing hebdomadaire. Il en faudrait deux fois plus pour atteindre les 40 %.

8 millions d’infections

Cette insuffisance de vaccins intervient alors que l’Afrique a franchi cette semaine la barre des 8 millions d’infections, souligne l’OMS.

Matshidiso Moeti, directrice Afrique de l’OMS, a déploré que « les pays riches s’emploient à écarter le Covax du marché », privant ce mécanisme de doses suffisantes.

Selon elle, « les immenses disparités en matière d’équité d’accès aux vaccins sont loin d’être comblées aussi rapidement qu’il le faut ».

3,6% de sa population sont aujourd’hui vaccinés

Environ 95 millions de doses devraient être réceptionnées en Afrique via Covax au cours du mois de septembre mais, malgré la reprise des expéditions, « l’Afrique n’a pu vacciner que 50 millions de personnes, soit 3,6% de sa population », rappelle l’OMS Afrique.

Le mécanisme de financement international Covax est censé permettre à 92 États et territoires défavorisés de recevoir gratuitement des vaccins financés par des nations plus prospères.

La semaine dernière, il a dû revoir ses prévisions à la baisse, ses fondateurs expliquant le manque de doses disponibles « par les interdictions d’exportation, la priorité accordée aux accords bilatéraux entre les fabricants et les pays, les retards dans le dépôt des demandes d’homologation », etc.

Que serais-je sans Toit ! Forum logement samedi 25 septembre – salle Canigou au Conseil général

Un logement inconditionnel pour toutes et tous!

L’association Bouge Toit et différentes entités organisent une rencontre sur le logement face à la paupérisation galopante de la société, aux discriminations, au racisme, aux problèmes sanitaires, à l’abandon d’une population la plus fragile par les pouvoirs publics.

Remettons au centre l’hospitalité !

Samedi 25 septembre 2021 de 9h à 17h salle Canigou 30 r. Bretonneau Perpignan.

Pour mener la réflexion, le matin nous avons invité différentes associations au niveau national qui partageront leurs expériences de terrain. L’après-midi une table ronde réunira les acteurs locaux.

9h- Accueil autour d’un café

9h30-12h30 interviendront :

Cécile Barre pour ANVITA, association des villes accueillantes : les pouvoirs des maires sur le droit au logement et le pouvoir de réquisition.

Fathi Bouaroua du C5N (collectif 5 novembre) : situation du logement à Marseille effondrement, périls, squats, copropriétés à l’abandon

Madani Marzuk du DAL (Droit au logement) de Nîmes et environs : habitants en lutte dans les quartiers ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine)

Antoine Bazin pour Utopia 56 de Toulouse : création du collectif réquisitions, leurs actions, le premier accueil sur le territoire national

Delphine Neven, chercheuse à l’ODENORE de Grenoble : non recours et discriminations dans l’accès aux logements

12h30 Pause repas, tiré du sac, stand de la librairie Torcatis

14h – 17h

Table ronde avec les organisations locales concernées par le problème du logement :

ATD Quart Monde, ATTAC, l’Alternative Endavant, ASTI 66, ADIL, Bouge Toit, Bienvenue aux Migrants en Conflent, GERMA, Au cœur de l’Humanité, Habitat et Humanisme, la Cimade, LDH 66, la Locale, les Restos du cœur, Comité chomeurs CGT, le PC , le NPA et d’autres représentants d’associations et syndicats.

Cette table ronde a pour objet d’échanger, de partager nos expériences afin de faire un état des lieux, créer des liens pour répondre collectivement aux urgences à venir, imaginer ensemble de nouvelles pratiques.

Contact : bougetoit66@gmail.com