Extrême-droite : une enquête pour assassinat en Belgique vise les Brigandes installée à la Salvetat sur Agout

En août 2019 des habitants de la Salvetat manifestaient contre le groupe des « Brigandes », devenu la « communauté de la rose et de l’épée » ( Voir l’article publié le 28 août 2019 ). Aujourd’hui c’est une enquête pour assassinat qui vise la secte d’extrême-droite. 

Publié sur francebleu.fr

Une enquête pour assassinat en Belgique vise les Brigandes installée à la Salvetat sur Agout

Jeudi 9 janvier 2020 à 16:39 – Par France Bleu Hérault

La justice belge a ouvert une enquête pour assassinat à l’encontre de la secte La Nation Libre aujourd’hui installée à La Salvetat sur Agout avec le groupe musical « les Brigandes ». Une adepte morte en 2011 dans des conditions suspectes. Une enquête de l’Obs.

C’est une information de nos confrères de l’hebdomadaire l’Obs. La secte La Nation Libre qui abrite le groupe musical les Brigandes installé à la Salvetat sur Agout fait l’objet d’une enquête pour assassinat en Belgique. C’est là que le groupe et la secte étaient implantés avant de venir dans l’Hérault. Une enquête sur la mort d’une femme de 39 ans en 2011 dans des conditions extrêmement suspectes selon nos confrères.

Cette mère de deux enfants, membre de la secte depuis plusieurs années était atteinte d’un cancer de l’utérus. Une secte qui estime que la maladie est un tribut à payer et que les soins médicaux sont une arnaque des laboratoires. Ainsi, cette femme aurait été encouragée à ne pas se soigner, à s’en aller dans la dignité sans aucun traitement adapté, elle aurait agonisé dans un cabanon au fond d’un bois, loin de sa famille.

Le gourou de la secte, Joël Labruyère, l’aurait emmenée en Espagne pour lui faire lire en boucle des textes sur le cancer qui prouve que rien ne sert de se soigner. Une ancienne adepte affirme même que plusieurs Brigandes auraient fini par l’étouffer parce qu’elle suppliait qu’on mette fin à ses souffrances. La secte aurait ensuite géré son décès et les obsèques dans le plus grand secret envoyant même des SMS à la famille avec le portable de cette femme alors qu’elle était déjà décédée.

Le groupe les Brigandes est aujourd'hui installé à la Salvetat sur Agoût

CATALOGNE : LES LIBERTÉS POLITIQUES MISES À MAL

Communiqué de la LDH

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) a pris connaissance du verdict du Tribunal Suprême prononcé, ce jour, à Madrid à l’encontre des douze membres du gouvernement catalan et présidents d’associations accusés de rébellion, sédition et malversation.

Ce verdict est malheureusement dans le droit fil de ce que pointe le rapport de la FIDH et de EuroMed Droits à la suite des observations faites par Dominique Noguères, vice-présidente de la LDH, et Alexandre Faro, avocat à la cour d’appel de Paris.

Dans ce rapport, de nombreuses irrégularités ont été pointées par les observateurs laissant craindre les condamnations qui viennent de tomber.

La LDH exprime sa préoccupation devant ce qui aura été, du début à la fin, un procès politique. La lourdeur des peines, privatrices de liberté pour la plupart, est d’autant moins acceptable que celles-ci sanctionnent la liberté d’expression, de réunion et de session à des parlementaires européens démocratiquement élus. La LDH rappelle enfin que, face à des problèmes qui relèvent par nature du débat démocratique, l’instrumentalisation du judiciaire est toujours une impasse.

Paris, le 14 octobre 2019