Le dessous des coulisses

Par Jean Camus


La réforme de l’APL, aux bons offices du cabinet McKinsey (déjà sollicité pour organiser la campagne vaccinale…)

« Un problème, un cabinet conseil » et non les ressources internes de l’administration, un rapport de sénateurs.

Un cabinet a touché en 2021, 3 fois plus qu’en 2018 pour aucun résultat. Il s’agit du calcul de la refonte de l’allocation logement pour 6,5 millions de ménages.

Les problèmes persistent malgré plusieurs interventions facturées 3,88 millions d’euros.

Le cabinet participe aux réunions de suivi du projet en présence du directeur du cabinet du ministre. Les sénateurs de conclure: « cet exemple montre la dépendance de l’État dans le domaine informatique pour une réforme prioritaire, avec des conséquences concrètes sur le quotidien des Français« .

Les difficultés perdurent et la situation devient explosive dans les antennes locales avec l’obligation de recours à des vigiles pour contenir les incivilités des allocataires excédés par ces retards. Quant aux personnes qui reçoivent l’APL, 30 % d’entre elles ont vu son montant baisser de 73 € par mois.


Une ex-lobbyiste du vin « sans modération au cœur du quinquennat d’E. Macron« .

M. A.B, ex-lobbyiste en cheffe de la filière française, nommée en 2017 par E.M. conseillère « agriculture, pêche, forêt et développement rural » à son cabinet.

Elle a défendu les intérêts du secteur de l’alcool intervenant directement dans les politiques de lutte contre les consommations d’alcool. Durant 5 ans, les tentatives des autorités sanitaires pour durcir les messages de prévention se sont heurtées à la résistance de la filière.  Exemple le « janvier sans alcool », les pressions ont entraîné la défection des pouvoirs publics.

Une petite phrase du président en 2018 au salon de l’agriculture: « tant que je serai président, il n’y aura pas d’amendement pour durcir la loi Évin ».

En mars 2022, le président-candidat lui confie la tête du groupe de campagne électorale, consacré aux questions d’agriculture et d’alimentation.


(Source : Le Monde des 21 et 22/03/2022)

Quand l’immigration envahit… le débat public


François Héran, professeur au Collège de France, est directeur de l’Institut Convergences Migrations (ICM) dont l’objectif est de fédérer des efforts de recherche sur les migrations en sciences sociales, humaines et de la vie. Installé sur le campus Condorcet, il est largement ouvert sur l’extérieur avec la volonté de resserrer le lien entre sciences et société, via un éclairage sur l’actualité* et un partenariat avec des acteurs de la société civile, dont la LDH.


Droits et Libertés, la revue trimestrielle de la LDH, parue aujourd’hui, lui a donné la parole sur les questions migratoires.

Lire ICI

Communiqués de la LDH