Un tribunal de Hong Kong se prononce contre la tentative du gouvernement d’étendre les poursuites anti-émeutes


Une vue générale du Two International Finance Centre (IFC), du siège de HSBC et de la Bank of China à Hong Kong, Chine, le 13 juillet 2021. REUTERS/Tyrone Siu/File Photo


HONG KONG, 4 novembre (Reuters) – La plus haute juridiction de Hong Kong a annulé jeudi les tentatives du gouvernement de la ville de poursuivre des personnes pour émeutes ou rassemblement illégal sans être présents sur les lieux.

Lire ICI

« Les peurs brunes »

L’octroi d’une forme de pouvoir de police à des employeurs est inquiétant

Certains salariés vont devoir assurer le contrôle des passes des personnes souhaitant accéder à leur services. « Ce contrôle ne fait souvent pas partie des fonctions des salariés, remarque la CGT.

L’association La Quadrature du Net, qui défend les libertés fondamentales, s’inquiète d’un nouveau cap passé dans la surveillance, permettant « de confier à des dizaines de milliers de personnes non-formées et non-payées par l’État (mais simplement munies d’un smartphone) la mission de contrôler l’ensemble de la population à l’entrée d’innombrables lieux publics .

D’abord instauré pour le public, le passe sanitaire est désormais obligatoire pour plusieurs milliers de salariés. Depuis le 1er septembre, ceux et celles qui ne s’y conforment pas peuvent être suspendus, et privés de salaires.

Lire ICI

Restreindre inutilement les libertés nuit gravement à la démocratie et à la santé

Communiqué LDH

La mise en œuvre du passe sanitaire provoque de fortes tensions dans la société. Cela rend d’autant plus nécessaire un large débat public sur les conséquences des décisions prises cet été.

Lire ICI

Le projet de loi française sur le “Séparatisme” suscite des inquiétudes pour les droits et les libertés civiles : la Commission européenne doit interpeller la France