CONTRE LE DROIT D’EXCEPTION ET LES PRATIQUES ILLÉGALES À MAYOTTE !

À Grande-Synthe, un camp d’au moins 150 exilés « ratissé » à coups de tractopelles

Une fois les abris des exilés détruits, de grands tractopelles ramassent leurs affaires avant de les jeter, à Grande-Synthe, le 13 janvier 2021. Crédit : Capture d’écran / Human Rights Observers


Au moins 150 personnes, dont des familles avec enfants, ont été expulsées jeudi de leur lieu de vie informel situé à Grande-Synthe. D’après les associations, les autorités n’avaient ce matin-là qu’un objectif : « la destruction totale du lieu de vie », à grands renforts de bennes et de pelleteuses. Des expulsions « violentes » qui poussent les exilés à fuir par la mer, au péril de leur vie.

Lire ICI

RAMY SHAATH EST LIBRE APRÈS DEUX ANS ET DEMI DE PRISON !

Ramy Shaath aux côtés de son épouse Céline Lebrun Shaath à son arrivée à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, Paris, le 08/01/2021 / © Michael Bunel


Après plus de 900 jours passés en prison, sans procès, le militant égypto-palestinien Ramy Shaath est enfin libre. Il est arrivé en France et a retrouvé sa famille. Nous étions à l’aéroport pour l’accueillir. Joie intense et soulagement immense après 2 ans et demi de mobilisation !

Lire ICI

Mulhouse : les propos d’Eric Zemmour sur l’affaire Dreyfus dénoncés par un collectif


La statue du capitaine Dreyfus au parc Steinbach de Mulhouse • © Luc Georges


A la suite de propos tenus par Eric Zemmour remettant en cause l’innocence du capitaine Dreyfus, le collectif « Mulhouse accuse » appelle à la vigilance républicaine et à la réflexion. Une lettre adressée à tous les Mulhousiens sera lue le jeudi 13 janvier au pied de la maison natale d’Alfred Dreyfus à Mulhouse.

Lire ICI

La France a procédé au « retour volontaire » de 5 000 migrants en 2021


Un passager à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. Crédit : Reuters


En 2021, quelque 5 000 étrangers en situation irrégulière ont bénéficié d’un « retour volontaire » vers leur pays d’origine, a annoncé mercredi le patron de l’Ofii, en dépit de la crise sanitaire qui complique ces départs. Ils étaient 8 000 en 2019.

Lire ICI

Covid-19 : « L’absence d’Internet et la barrière de la langue compliquent l’accès à la vaccination des migrants »

Le Samusocial de Paris vaccine les migrants deux fois par semaine dans le nord de Paris. Crédit : Reuters


Depuis octobre, le Samusocial de Paris a pris le relais de Médecins sans frontières (MSF) et vaccine deux fois par semaine les personnes à la rue, principalement des migrants, à porte de la Villette, dans le nord de Paris. Un défi pour l’organisation qui doit composer avec une population en mouvement, qui n’a pas ou peu accès à Internet et qui ne maîtrise pas toujours le français. Entretien avec Maëlle Prioux, responsable des projets santé du Samusocial et Samy Rasli, coordinateur des actions de santé publique du Samusocial.

Lire ICI

Au guichet parisien de l’Ofii, la vaccination anti-Covid proposée aux demandeurs d’asile

Imran Malakhail a reçu sa première dose de vaccin anti-Covid dans les locaux de l’Ofii, le 5 janvier 2022. Crédit : InfoMigrants


Dans ses locaux du boulevard Ney, dans le nord de Paris, l’Ofii propose aux personnes venant déposer leur dossier d’asile de se faire vacciner contre le Covid-19. Pour cette population en mouvement, c’est aussi l’occasion de faire un point sur leur santé en général.

Lire ICI

Pour un toit, un accueil digne, le droit à la formation des jeunes majeurs migrants

Nous sommes plus que jamais mobilisés pour que les jeunes étrangers, arrivés mineurs dans l’Aube, ne voient pas leur parcours d’intégration s’interrompre au moment de leur majorité. Une délégation réduite du collectif de veille va être reçue par le préfet, une signature massive de la pétition dont vous trouverez le lien ci-dessous donnera davantage de poids à cette mobilisation.

Signez la pétition ICI

En Belgique, l’accueil des demandeurs d’asile arrive à saturation


La file d’attente des migrants pour l’enregistrement de leur demande d’asile devant le centre d’arrivée de l’agence belge pour l’accueil des demandeurs d’asile (Fédasil) à Bruxelles, le 29 décembre 2021. COLIN DELFOSSE POUR  » LE MONDE »


Le réseau d’accueil des demandeurs d’asile belge est plein à craquer. Pendant deux mois, des exilés ont été contraints de dormir à la rue. L’ouverture de centres d’urgence offre une accalmie. Celle-ci sera temporaire, craignent les professionnels du secteur.

Lire ICI

Ensemble, protégeons nos élèves et nos collègues menacés d’expulsion!


RESF ARDENNES a lancé cette pétition adressée à Monsieur Alain BUCQUET (Préfet des Ardennes)


Nous sommes désormais de plus en plus nombreux, ces derniers mois dans les Ardennes à avoir vu avec effroi nos élèves, les amis de nos enfants, nos voisins ou nos camarades de classe menacés d’expulsion par l’application aveugle de procédures administratives. Nous sollicitons Monsieur Alain BUCQUET, Préfet des Ardennes pour la levée des expulsions et pour la régularisation des migrants concernés.

Lire et signer ICI

Rétro : 2021, une année de bonnes nouvelles aussi


InfoMigrants a également recensé tout au long de l’année des nouvelles positives. Crédit : DR


L’année 2021 fut une fois encore particulièrement terrible pour les exilés : les décès de migrants en mer n’ont pas baissé, des milliers d’exilés se sont retrouvés bloqués entre la Biélorussie et la Pologne, le retour des Taliban en Afghanistan a provoqué le départ désespéré de milliers d’Afghans… Mais InfoMigrants a également recensé tout au long de l’année des nouvelles positives : des lois protégeant les plus fragiles, des histoires de réussite, de lien social, d’intégration.

Lire ICI

Calais : malgré le froid et le gel, aucun plan de mise à l’abri prévu pour les migrants


Malgré le froid, les évacuations de campements ont continué sans proposition de mises à l’abri, selon les associations. Crédit : Utopia 56


Malgré des températures négatives la nuit dans le nord de la France, la préfecture n’a pas activé ces derniers jours le plan Grand froid, qui permet d’ouvrir des hébergements d’urgence à Calais pour y loger les migrants vivants dans des campements. Les associations s’insurgent et déplorent des évacuations de camps sans proposition de mise à l’abri.

Lire ICI

Suite au décès de 27 migrants au large de Calais, une plainte déposée pour « omission de porter secours »


Image d’illustration de recherches menées pour secourir des migrants dans le détroit du Pas-de-Calais. • © PREMAR


Suite au décès d’au moins 27 migrants au large de Calais le 24 novembre dernier, l’association Utopia 56 a déposé une plainte devant le tribunal judiciaire de Paris vendredi 17 décembre 2021 pour homicide involontaire et omission de porter secours. Sont notamment visés le préfet maritime, le CROSS Gris Nez et les garde-côtes britanniques.

Lire ICI

Journée internationale des migrant.e.s

Rassemblement à 10h30 place de l’Hôtel de ville à Troyes.

Communiqués

Un festival d’art dédié aux femmes syriennes 



Théâtre, concert, exposition d’artistes, danse, cinéma : un festival d’art organisé par l’association Musawa, qui regroupe des talents syriens, aura lieu à Troyes à partir de mardi.

 La première édition du festival d’art syrien dédié aux femmes se déroulera à Troyes, de mardi à dimanche prochains, au centre d’art contemporain Passages.

FESTIVAL D’ART SYRIEN dédié aux femmes

du 14 au 19 décembre

au centre d’art contemporain/ Passages

9 rue Jeanne-d’Arc à Troyes.

  • MARDI 14 DÉCEMBRE
    • 18 h : concert duo Catherine et Vincent ;
    • de 19 h à 20 h : cérémonie d’ouverture de l’exposition d’art.
  • MERCREDI 15 DÉCEMBRE
    • de 10 h à 17 h : exposition d’art et artisanat.
  • JEUDI 16 DÉCEMBRE
    • de 10 h à 16 h 30, exposition d’art et artisanat ;
    • de 16 h 30 à 17 h : vidéo sur le voyage de la poupée Amal.
  • VENDREDI 17 DÉCEMBRE
    • 18 h : projection du film documentaire « Ibrahim, un destin à définir » ;
    • 19 h 30 : projection du film documentaire « Cage de sucre » ;
    • de 20 h 30 à 21 h 30 : discussion autour des films en présence des réalisatrices.
  • SAMEDI 18 DÉCEMBRE
    • 18 h : signature du livre « À vau-l’eau » ;
    • 19 h 30 : pièce de théâtre « Cuisiner son âme ».
  • DIMANCHE 19 DÉCEMBRE
    • 18 h : danse soufie ;
    • 19 h 30 : concert « Shadi Ali et Maen Rajab ».

ENTRÉE GRATUITE et ouverte à tous, pass sanitaire et masques obligatoires

À Briançon, les nuits froides n’entravent pas la solidarité


À Briançon, en été comme dans les nuits froides de l’hiver, des bénévoles se mobilisent pour accueillir des personnes qui ont fait de longs voyages, parfois fuyant des pays en guerre.   © Céline Schmitt


Le soleil se lève timidement derrière la brume qui recouvre les montagnes entourant la ville de Briançon, dans les Hautes-Alpes. Pour beaucoup, la nuit a été blanche dans le centre d’accueil d’urgence de réfugiés et de migrants, une grande tente installée par Médecins Sans Frontières (MSF) à côté de l’église sur un terrain prêté par la paroisse et géré par des associations. Les bénévoles ont préparé le thé et le café. Un feu crépite à côté de la tente, pour permettre aux personnes de se réchauffer au petit matin.

Lire ICI

Des abris pour les réfugiés !


Des migrants installés dans un tunnel reliant Paris au Pré-Saint-Gervais, le 29 novembre. (Nathalie Bardou/Nathalie Bardou)


Plusieurs collectifs d’aides aux personnes exilées demandent à la mairie de Paris de mettre de toute urgence à l’abri cette population contrainte de survivre dans des conditions indignes et de grande vulnérabilité.

Lire ICI

Calais : une association réceptionne un don de 20 tonnes de bois de chauffage pour les migrants


Des migrants quittent leur camp de Calais où ils séjournent depuis des semaines dans l’espoir d’atteindre l’Angleterre. Crédit : Reuters


La semaine dernière, l’association l’Auberge des migrants a acheminé à Calais près de 20 tonnes de bûches, offertes par la propriétaire d’un bois des Vosges, dans l’Est de la France. Un don qui arrive à point nommé dans les campements de fortune du Calaisis, où les conditions de vie pour les exilés sont très difficiles.

Lire ICI

Zemmourmania

Meeting d’Eric Zemmour : quelles suites judiciaires à l’agression des militants de SOS Racisme ?

Les militants de SOS Racisme agressés dimanche à Villepinte, pendant le meeting d’Eric Zemmour. (Jeanne Fourneau/Hans Lucas)


Le parquet de Bobigny indique qu’une enquête a été confiée à la sûreté territoriale 93 pour «analyser les images» et «enquêter sur l’ensemble de faits de violences qui pourraient être dénoncés».

Lire ICI