Sur les chantiers des JO-2024, le tabou des travailleurs sans-papiers

Un travailleur sans-papier malien pose avec sa carte d’accès au chantier d’un centre d’entraînement aquatique des JO de Paris près de la Courneuve, le 15 décembre 2022.
© Christophe Archambault, AFP


Depuis le printemps 2022, l’inspection du travail a révélé de nombreux cas de travailleurs sans-papiers sur les chantiers des futurs JO de Paris. Une présence embarrassante pour les organisateurs et le gouvernement qui vantent l’exemplarité de Jeux olympiques censés devenir la vitrine de la France en 2024.

Lire ICI

A Chronopost comme ailleurs, en finir avec l’esclavage moderne de la sous-traitance

Rassemblement des travailleurs sans-papiers de Chronopost à Créteil (Val-de-Marne) en juillet 2019. (Hermann Click/Hans Lucas. AFP)


Salaire de misère, absence de droits sociaux… Les travailleurs de la sous-traitance de l’entreprise de livraison, majoritairement sans-papiers, font face à des conditions de travail qui relèvent de l’exploitation, dénonce le maire d’Alfortville qui les soutient. Une manifestation a lieu le 7 septembre.

Lire ICI

La sous-traitance de services publics représenterait, chaque année, l’équivalent du quart du budget de l’État

La sous-traitance de services publics fait-elle vraiment faire des économies ? © Maxppp / Le Pictorium / Nicolas Landemard


160 milliards d’euros : c’est ce que représenterait la sous-traitance de services publics chaque année. L’estimation est réalisée par le collectif « Nos services publics » qui vient de se créer. Il regroupe une centaine de hauts fonctionnaires qui dénoncent ce qu’ils estiment être des dysfonctionnements.


Lire ICI